Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 juin 2016 1 13 /06 /juin /2016 17:47

Dimanche 12 juin 2016

Il est temps de prendre la direction de la frontière allemande.Pour cela, nous traversons la grande mer intérieure des Pays-Bas par la digue de Markerwaddijk, celle qui est au milieu. Et nous nous arrêtons juste de l'autre côté, dans la ville récemment crée de Lelystad, pour y visiter l'éco-musée du Batavia-werf.

On y visite une réplique d'un navire de la Compagnie des Indes Orientales, le Batavia, construit à Amsterdam en 1628 et échoué sur la côte australienne. Sa réplique a été construite ici à partir de 1985. Une fois achevé, le navire a été mis à l'eau et le chantier est devenu un centre artisanal de construction navale, et on peut visiter l'intérieur et l'extérieur du Batavia, et aussi un autre bateau en début de construction, et aussi les ateliers.

On fait la visite ensemble ?

D'abord le nouveau Batavia, bien qu'il soit lui-même en réparation, et le chantier de construction.

En roulant vers l'Allemagne

Les ateliers : menuiserie/sculpture - corderie - forge

En roulant vers l'Allemagne

Les peintures : la grande est celle qui décorera l'arrière du château du nouveau bateau en construction, le vaisseau "les 7 provinces". C'était un vaisseau amiral construit à Rotterdam en 1664/1665. Cette sculpture avait une importante valeur symbolique de la souveraineté de la République.

La lanterne est celle du Batavia.

En roulant vers l'Allemagne

Le Batavia : figure de proue et mât d'artimon, les canons, le pont.

En roulant vers l'Allemagne

Le château arrière : c'est le domaine du capitaine. Avec sa vaisselle, ses cartes, son WC personnel ...

En roulant vers l'Allemagne

Nous avons aussi visité l'entrepont, les cales avec le ballast. Mais il y fait un peu sombre.

Je finis avec ce corsaire de fantaisie ...

En roulant vers l'Allemagne

Pour clore la journée, j'ai emmené Alain voir ce beau hunebed, près de Emmen.

En roulant vers l'Allemagne

Pour en voir plus, cliquer sur la ligne blanche :

Lundi 13 juin 2016

Ce matin, la pluie nous a empêchés de partir en vélo à la recherche des nombreux hunebed qui émaillent les environs de Emmen. Tant pis. Nous faisons toutefois une visite au plus grand d'entre eux, celui de Borger. (également en photo sur le lien précédent).

En roulant vers l'Allemagne

Et maintenant, en route pour Bourtange, cette importante place forte en étoile à la frontière allemande. Vous en avez vu les photos avec le lien, mais je possède maintenant de plus amples renseignements :

C'est pendant la "guerre de 80 ans" qui opposa les Pays-Bas à l'Espagne entre 1568 et 1648 que le village de Bourtange fut fortifié pour intégrer la ligne de défense.

La forteresse de Bourtange servit également de protection contre l'invasion du pays par les Allemands en 1672. Bourtange a résisté à l'assaut de l'ennemi, démontrant ainsi sa valeur défensive.

Si Bourtange a joué un rôle défensif au 17ème siècle, la place forte a néanmoins perdu de son intérêt quand les pièces d'artillerie gagnèrent en puissance. Le site fut alors pratiquement laissé à l'abandon jusqu'en 1960, date à laquelle commença la restauration des fortifications et des fossés selon les derniers plans de 1742.

En roulant vers l'Allemagne

Et cette fois, nous sommes montés dans le moulin. Le pauvre Charly, lui, est resté en bas. L'échelle était trop raide.

En roulant vers l'Allemagne

Et demain : en route pour l'Allemagne ...

Repost 0
Published by scandinadream - dans Aux Pays Bas
commenter cet article
13 juin 2016 1 13 /06 /juin /2016 17:18

Vendredi 10 juin 2016

En route vers Amsterdam, toujours par de jolies petites routes. Mais qu'il faut bien abandonner pour prendre l'autoroute pour contourner Amsterdam.

Et puis nous avons longé la côte jusqu'à Monnickendam. Mais sans voir la mer intérieure, puisqu'elle nous est cachée par une digue de 2 ou 3 mètres de haut.

En vélo dans les Polders

Arrêtés sur le parking d'une fromagerie, nous y avons trouvé les 5 spécialités de ce pays :

fromage, sabots, vélos, tulipes et moulins présentés par un couple bien sympathique !

En vélo dans les Polders

L'après midi sera consacré à une promenade en vélo jusqu'à la presqu'île de Marken : pistes cyclables en haut de la digue (on voit la mer !) petits villages de pêcheurs (autrefois. Maintenant, ce sont plutôt des touristes !), tour de la presqu'île jusqu'au phare, soit une trentaine de km AR.

En vélo dans les Polders

Samedi 11 juin 2016

Aujourd'hui, vélo encore. Grande balade, vers l'ouest cette fois, à travers le Polder de Wormer.

58 km. Aïe mes fesses !

En vélo dans les Polders

Pourtant, ce n'est pas dur de pédaler. C'est tout plat. Les seules montées sont pour passer les ponts qui enjambent les canaux.

Jolis villages à traverser, des canaux, des prairies, un bac, des oiseaux : courlis, bécassines, hérons, canards de toutes sortes, cygnes, oies grises et bernaches, et d'autres dont nous ignorons le nom. Et beaucoup de jeunes : oisons, canetons, cygnons ... Il faut dire que nous avons longé un moment une réserve ornithologique.

En vélo dans les Polders

Pique-nique au bord d'un lac, puis nous arrivons au site de Sanze Schans. Il y a 250 ans, plus de 600 moulins se serraient les uns contre les autres sur ce petit morceau de terre. En quelque sorte, la première zone industrielle du monde. Ils exécutaient un large éventail d'activités industrielles comme la production d'étagères, de peinture, de moutarde, d'huile ou de papier.

Même s'ils sont aujourd'hui peu nombreux, ils embellissent le paysage vu du pont sur la rivière Zaan.

En vélo dans les Polders

En revenant par un autre chemin, nous avons croisé quelques étalages de marchandises au bord de la route, devant des maisons. De la vaisselle, de la déco, des objets divers ... Nous avons fait honneur au petit commerce local en achetant un pot de confiture et des poires au sirop : on se sert, on met l'argent dans la tirelire, et on s'en va ...

En vélo dans les Polders
Repost 0
Published by scandinadream - dans Aux Pays Bas
commenter cet article
13 juin 2016 1 13 /06 /juin /2016 16:22

Mercredi 8 juin 2016

Il a plu toute la nuit, mais ça s'arrête pour note départ vers le nord. Toujours par les petites routes pour s'imprégner du pays.

Entre le Brabant belge et le Brabant néerlandais, nous ne remarquons pas de différence notoire dans l'habitat. On ne sait pas si on est dans un village, un faubourg ou la campagne. Ce sont toujours des maisons individuelles, en briques de tous les tons, entourées de jardinets coquets. Beaucoup de buis taillés, peu de clôtures (et rarement plus hautes que 1 m). Et cela sur de grandes étendues, entrecoupées parfois de grandes parcelles de culture.

Et toujours des pistes cyclables et plein de vélos ...

En Brabant Septentrional
En Brabant Septentrional

Jeudi 9 juin 2016

Ce matin, par un beau soleil, départ en vélo pour la Cathédrale de Bois-le-Duc, située à 13 km de notre parking. Malgré son nom, cette ville est aux Pays-Bas. Elle a aussi un autre nom :

'S-Hertogenbosch.

Pas de souci pour les routes à grande circulation : elles sont toutes doublées par des routes pour cyclistes. Et pour passer le grand rond-point, il y a même un mini rond-point en creux, au milieu du grand :

En Brabant Septentrional

Mais revenons à Bois-le-Duc.

C'est une ville peu connue des touristes français, située entre Eindhoven et Utrecht. Elle est le chef-lieu du Brabant Septentrional, et fut la préfecture des Bouches-du-Rhin, ancien département français créé lors de l'annexion par Napoléon du royaume de Hollande, en 1810.

Par syncope, Bois-le-Duc a donné son nom au bolduc, ce ruban qui sert à fignoler les paquets-cadeaux, et qui était fabriqué dans cette ville. Bolduc est également un patronyme répandu au Québec.

En Brabant Septentrional

La cathédrale St Jean-Baptiste (aussi basilique) de Bois-le-Duc constitue le sommet de l'architecture gothique brabançonne aux Pays-Bas. C'est un superbe édifice, imposant par son ampleur et sa richesse en ornements. Elle fut construite entre 1370 et 1529, et possède une extraordinaire quantité de sculptures.

En Brabant Septentrional
En Brabant Septentrional

On a l'impression que Jérôme Bosch a été impliqué dans la conception de différents attributs. Car ce peintre néerlandais du mouvement primitif flamant est né dans cette ville vers 1450. Son style est caractérisé par des personnages caricaturaux, issus des bestiaires du moyen âge.

En Brabant Septentrional

Comme il est mort vers 1516, on fête cette année le 500ème anniversaire de sa mort. Pour l'occasion, des échafaudages avec escaliers et parcours dans les gouttières de la cathédrale, à 25 mètres de hauteur, ont été réalisés. Ce qui permet d'admirer, de près et sur toutes leurs faces, les 96 pittoresques statues des arcs boutants qui semblent bien sorties de l'imagination du peintre.

En Brabant Septentrional
En Brabant Septentrional

Pour couronner la visite, je suis allée voir un musée consacré aux œuvres de Bosch.

Son œuvre reste énigmatique, voire, en partie, incompréhensible. La création formelle poétique semble chez lui inépuisable, se déployant en une infinité d'inventions extraordinaires. C'est le triomphe absolu de l'imagination. Cette conception de l'artiste inspiré et entièrement libre dans sa création est tout à fait moderne, et inadaptée s'agissant d'un peintre du 15ème siècle. Il est d'ailleurs reconnu par les surréalistes du 20ème siècle comme le "maître" de leur art. Et son œuvre demeure un défi pour les historiens qui multiplient les interprétations sans entamer son mystère.

Le guide papier de la visite en français n'expliquant pas tout, je me suis contentée de la vingtaine d'œuvres qu'il présentait. Parmi elles, j'ai retenu celles-ci :

Le triptyque "le jardin des délices", qui rayonne au cœur de son œuvre. On y voit, au sein d'une nature infinie aux formes aberrantes et exquises, des hordes d'humains se livrer à mille jeux érotiques tout en se délectant de baies et de fraises géantes, au milieu d'oiseaux géants. Tout cela empreint d'une grâce indescriptible, dans la fraîcheur d'un premier matin, sans une ombre de culpabilité. Un climat d'innocence, et un thème, totalement inédits.

En Brabant Septentrional

J'ai retenu aussi "le portement de croix" :

En Brabant Septentrional

Et "l'adoration des mages"

En Brabant Septentrional

De retour au Chausson en début d'après midi, nous avons repris la route, ou plutôt : les petites routes.

Adorables paysages de canaux bordés de nénuphars, de roseaux, de maisonnettes souvent couvertes de chaume. Premiers moulins.

Le parking d'un petit cimetière qui ressemble à un beau jardin nous retient pour la nuit, entre 3 canaux où les canards se frayent un passage parmi les lentilles d'eau ...

En Brabant Septentrional
Repost 0
Published by scandinadream - dans Aux Pays Bas
commenter cet article
13 juin 2016 1 13 /06 /juin /2016 15:39

Mardi 7 juin 2016

Ce matin, après une nuit calme au bord de la Meuse, le soleil s'est appliqué à évaporer le brouillard. Nous avons décroché les vélos pour faire une boucle de 25 km dans les collines de la rive gauche. C'est une succession de crêtes et de vallons où se mêlent des domaines boisés, cultivés et pâturés. La vue, tantôt ouverte tantôt fermée, donne toujours envie d'aller voir plus loin. C'est l'occasion de visiter le joli village de Bioul, avec son château de vigneron.

Un petit tout en Wallonie

Et puis, bien sûr, on s'est un peu trompés de route. Alors en demandant notre chemin, un belge bien sympathique nous a conseillé un détour pour aller voir l'Abbaye de Maredsous. Une petite rallonge de 17 km AR, par un chemin original : un Ravel.

C'est une piste cyclable goudronnée qui suit une ancienne voie de chemin de fer. Mais on peut aussi faire le chemin en Railbyke-draisine. C'est un genre de pédalo sur rail, qui relie plusieurs gares (environ 25 km). On s'arrête à la gare qu'on veut. Elles sont maintenant transformées en petits restaurants.

Un petit tout en Wallonie

Après la gare de Maredsous, il ne reste plus qu'à monter une bonne côte de 1 km pour arriver l'Abbaye. Enorme, l'abbaye ! C'est la plus grande de Wallonie.

Elle est récente (1872) et d'une rare homogénéité architecturale, même si elle emprunte des parties au néogothique. Ses activités sont autant pastorales que culturelles ou d'enseignement, avec un volet économique : restaurant, boulangerie, fromagerie, charcuterie ... ce qui nous allait bien, car, n'ayant pas emporté de pique-nique, nous commencions à avoir faim !

Un petit tout en Wallonie
Un petit tout en Wallonie

Pour le retour, c'est l'ancien chemin de halage, au bord de la Meuse, fréquenté aussi par de nombreuses oies bernaches. La Meuse est navigable, et nous nous sommes attardés à regarder le franchissement d'une écluse par une grosse péniche. Il faisait chaud. Charly cherchait l'ombre des vélos ...

Un petit tout en Wallonie
Un petit tout en Wallonie

C'est dans un village proche de Namur, Nannine, que nous nous sommes arrêtés pour la nuit. Et la radio nous y apprend les inondations qui gagnent le nord de la France et Bruxelles.

Repost 0
Published by scandinadream - dans En Belgique
commenter cet article
13 juin 2016 1 13 /06 /juin /2016 14:26

Lundi 6 juin 2016

On ne pouvait pas passer à Reims, où avait lieu le sacre des rois de France, sans en visiter la Cathédrale Sainte Marie.

Mais à propos, pourquoi les rois étaient-ils sacrés à Reims ?

D'abord parce que le 25 décembre 498, Clovis, roi des Francs, fut baptisé à Reims avec 3000 guerriers francs par l'évêque Rémi (devenu plus tard Saint Rémi).

En référence à cet évènement, les rois de France prirent progressivement le chemin de Reims pour être sacrés par l'archevêque. Ainsi, de 816 à 1825, 34 souverains reçurent en cette ville la grâce de régner en rois très chrétiens.

Dans la civilisation chrétienne de l'époque, tout pouvoir est entre les mains de Dieu, qui en délègue une partie à l'homme. "Le roi est le lieutenant de Jésus-Christ au temporel, comme le sont, au spirituel, le pape et les évêques". Par le sacre, le roi reçoit les grâces nécessaires pour accomplir sa mission : gouverner, c'est servir !

A partir de 1027, tous les rois furent sacrés à Reims, sauf Louis VI et Henri IV. Après la Révolution, seul Charles X y reçut les onctions en 1825.

Alors que l'actuelle cathédrale était encore en construction, en 1226, il y eut le sacre de St Louis, jeune roi de 12 ans.

En 1429, c'est la ténacité de Jeanne d'Arc qui conduisit Charles VII à Reims ...

De la Ville du Sacre au sanglier des Ardennes

Sur ce montage, vous voyez la cathédrale telle que je l'ai vue, avec son échafaudage au milieu.

Les deux maquettes qui l'accompagnent se trouvent dans le monument. Celle de la façade ouest mesure 2,50 m de haut et 1,50 m de large et a été réalisée vers 1960 par un inconnu. L'autre nous présente la façade nord.

Nous sommes entrés par le portail de droite, où le Christ trône pour juger le monde, assisté des apôtres :

De la Ville du Sacre au sanglier des Ardennes

Les maître d'œuvre de Notre Dame de Reims, après ceux de Chartres, ont su tirer parti du jeu des contreforts et des arcs boutants pour alléger la structure interne du monument. L'élévation se réduit à 3 niveaux ; grandes arcades et fenêtres hautes, séparées par la galerie du triforium, ont les mêmes proportions.

De la Ville du Sacre au sanglier des Ardennes

L'architecture gothique est un art de lumière.

Les quelques vitraux d'origine conservés ont des thèmes catéchétiques. Mais les guerres, notamment les bombardements de la guerre de 1914, en ont détruit beaucoup, qui sont remplacés aujourd'hui par ceux d'artistes verriers contemporains.

Sur le montage ci-dessous, le 2ème en haut est le vitrail du champagne, de Jacques Simon, créé en 1954. Il illustre les différentes phases de l'élaboration patiente du vin, dans le style d'autrefois. Tandis que Brigitte Simon (1 et 6) réalise un chemin de lumière en grisailles, dans les mêmes tonalités que les vitraux du 13ème siècle, dans un style tout différent !

En dernière position, ces 3 vitraux de Marc Chagall, avec leur fond bleu rappelant le bleu fabriqué au 13ème siècle. Celui de gauche évoque la longue attente de l'ancien testament, celui du milieu réunit Abraham et le Christ, et celui de droite évoque de grands moments de la vie des rois de France.

De la Ville du Sacre au sanglier des Ardennes

Et nous sommes ressortis par le portail de gauche, celui des martyrs locaux, à la suite de la Passion du Christ en croix. Ils sont accompagnés d'anges, dont le célèbre "sourire de Reims" (au milieu).

De la Ville du Sacre au sanglier des Ardennes

Après Reims, montant vers le nord en direction des Ardennes, il nous fallait traverser la Champagne Sèche, une grande plaine céréalière, plate à perte de vue, avant de gagner la vallée de la Meuse à Revin.

De la Ville du Sacre au sanglier des Ardennes

En descendant la Vallée de la Meuse jusqu'à Givet, dernière ville française, nous avons fait un petit arrêt dans le village médiéval de Hierges, pour une courte promenade église-château. C'est là que j'ai fait la rencontre avec le célèbre sanglier des Ardennes ...

De la Ville du Sacre au sanglier des Ardennes

Puis nous avons croisé ce "poste de douanes" avant d'aller passer notre première nuit en Belgique ...

De la Ville du Sacre au sanglier des Ardennes
Repost 0
Published by scandinadream - dans En France
commenter cet article
13 juin 2016 1 13 /06 /juin /2016 14:01

C'est en revenant de Suisse que la pantoufle est tombée en panne. Elle avait fait son temps ...

En rentrant chez nous, Alain est donc retourné chez le marchand, mais cette fois, il a préféré prendre un Chausson neuf.

Je vous présente cette belle pantoufle, bien chaude, bien équipée, et surtout avec une mécanique fiable au maximum.

Un nouveau chausson pour le Cap Nord

Du point de vue de la taille, c'est le minimum : 6 m avec les vélos. Mais c'est pour nous laisser une plus grande liberté de choix des itinéraires. Nous aimons bien les petites routes.

Car le but du voyage c'est, de nouveau pour moi mais tout nouveau pour Alain, le Cap Nord ! Par les Pays Bas, le Danemark, la Suède, la Norvège bien sûr, et retour par la Norvège.

En attendant, nous sommes le Dimanche 5 Juin 2016, et ce n'est pas facile de traverser le centre de la France avec les inondations, les manifestations, la visite du Président à Romorantin ...

La Loire a été particulièrement difficile à traverser. Il a fallu trouver le bon pont : pas inondé et pas coupé pour travaux. Enfin celui de Châtillon-sur-Loire a fait l'affaire. Tout juste : il était limité à 2,70 m, et nous en mesurons 2,60 m !

Mais nous avons fini par arriver en Champagne.

L'étendue du vignoble nous alors épatés ! Et aussi le nombre de petits producteurs de Vin de Champagne, dans tous les villages du sud de Reims ... qui ne respirent pas vraiment la pauvreté !

Un nouveau chausson pour le Cap Nord
Repost 0
Published by scandinadream - dans En France
commenter cet article
8 juin 2016 3 08 /06 /juin /2016 15:51

Oui, j'ai attendu bien longtemps avant de publier cette page !

Pensez donc : elle date du Dimanche 24 avril 2016 !

C'est qu'il s'en est passé, des évènements, depuis ...

Mais reprenons :

Nous descendons vers le sud du Rhin, en espérant trouver le beau temps. Le sud du Rhin, c'est la région de l'Appenzell, que vous pouvez retrouver ici, en cliquant sur la ligne blanche :

Mais ça ne ressemble pas à mes photos du mois d'août 2015 ! Voilà comment nous découvrons le pays :

En Avril, ne te découvre pas d'un fil ...

La pluie se met de la partie quand nous arrivons au bourg d'Appenzell, où nous trouvons des gens partout, bien habillés en dimanche sous leur parapluie. Il en vient de partout. En voiture (les parkings et les bords de routes sont pleins à craquer) ou à pied (depuis plus de 5 km de la ville). Mais tous les hommes en costume-cravatte et chaussures de ville !

Tout le monde se dirige vers l'église paroissiale. Le gros bourdon se met à sonner et nous emplit les oreilles. Et juste quand nous y arrivons, des gens commencent à en sortir : d'abord des "grenadiers", habillés comme au temps de Napoléon, puis des hommes revêtus de longues capes noires, et aussi un "homme rouge".

En Avril, ne te découvre pas d'un fil ...

Les hommes qui suivent, en costume ou redingote, portent tous une épée à la main.

Enfin vient la foule ordinaire, mais sur son 31. Quelle est cette mystérieuse cérémonie . ...

C'est à l'Office de Tourisme que nous avons eu la clé de l'énigme, grâce à une petite publication en français : c'est aujourd'hui "L'Assemblée du Peuple" (Landsgemeinde). Une fête qui permet de révéler cette évidence : l'autorité de l'Etat est aux mains du peuple.

Cette Assemblée incarne la Démocratie vivante et directe. Depuis 1403 elle se tient une fois par an à ciel ouvert sur la place, et permet d'élire les 7 membres du gouvernement du Canton et les juges du Canton. Des scrutins sont organisés sur les affaires courantes touchant des projets de constitution, des propositions de lois ou des crédits.

Tous les 4 ans, les élections permettent aussi de désigner le Conseil des Etats. Le gouvernement rend des comptes sur ses activités et sur les comptes publics et les personnes habilitées à voter peuvent alors argumenter pour ou contre une activité ou un projet donné, apporter une proposition ou présenter une initiative personnelle.

Et tout se termine, après 3 heures debout, par une fête de village dans une ambiance bon enfant.

Ah ! si chacun de nos départements ou régions pouvaient en prendre de la graine !

Mais il y aune chose que nous n'avons pas pu élucider : pourquoi de nombreux hommes portent-ils une épée ou un sabre à la mains ?

En Avril, ne te découvre pas d'un fil ...

En attendant, l'immense place est encore vide, mais d'après les photos de l'an dernier, à midi précise elle sera, malgré la pluie, noire de monde !

En Avril, ne te découvre pas d'un fil ...

Avant de partir, nous avons visité le village et l'église, maintenant vide.

En Avril, ne te découvre pas d'un fil ...

L'après-midi a été consacrée au Musée des Traditions Populaires d'Urnash, que vous avez vu sur le lien du début.

Et nous avons repris a route, vers l'ouest, cette fois, cherchant toujours le beau temps.

Jugez plutôt :

En Avril, ne te découvre pas d'un fil ...

Alors, dégoûtés, nous avons pris la direction de ... la France !

Repost 0
Published by scandinadream - dans en Suisse
commenter cet article
15 mai 2016 7 15 /05 /mai /2016 06:52

Sur 334 km, le Rhin sert de frontière entre la Suisse et l'Allemagne. Comme toute frontière, elle a ses incongruités : tout un canton suisse (celui de Schaffhouse) se trouve de l'autre côté du Rhin, et englobe une petite enclave allemande ! (Büsingen)

Au bord du Fleuve

Nous, nous avons passé le Rhin (et la frontière) à Kaiserstuhl. Il n'y a pas de poste frontière, juste une marque au sol. Le village est du côté Suisse, mais le château du côté Allemagne.

Au bord du Fleuve

Il y a plus de 15 000 ans, le Rhin, dévié de son cours par des mouvements techtoniques, a dû se tailler un nouveau passage. Les chutes du Rhin se sont formées à la frontière entre une couche de calcaire dur et une zone de cailloutis. Plusieurs centaines de mètres cubes d'eau par seconde se précipitent en mugissant d'une hauteur de 23 mètres, sur une largeur de 150 mètres.

Au bord du Fleuve

Un rocher émerge au centre des masses bouillonnantes, bravant les éléments depuis des millénaires. Les amateurs de sensations peuvent y accéder en bateau : un belvédère est aménagé en haut.

Au bord du Fleuve

De part et d'autre du Rhin, un château surplombe les chutes. Nous avons choisi celui de Laufen.

Au bord du Fleuve

En remontant le fleuve, nous sommes arrivés dans la merveilleuse vieille ville de Stein Am Rhein.

Elle fait partie des vieilles villes moyennâgeuses les plus belles, mais aussi les mieux conservées de Suisse. Elle est célèbre pour ses façades peintes, ses maisons à colombages, ses oriels et ses ruelles invitant à la flânerie. Un vrai bijou.

Mais j'ai fait tellement de photos, malgré la pluie et le temps gris, que je ne sais pas lesquelles laisser de côté.

Au bord du Fleuve
Au bord du Fleuve

Un peu d'anecdotique ?

Au bord du Fleuve

Et en flânant dans les ruelles, vers le port :

Au bord du Fleuve

Mais cette pluie glacée ne nous encourage pas à la promenade, et pourtant la région est belle. Même le château, là-haut sur la colline, n'arrive pas à nous retenir.

Nous partons vers le sud, voir s'il y fait meilleur ...

Au bord du Fleuve
Repost 0
Published by scandinadream - dans en Suisse
commenter cet article
11 mai 2016 3 11 /05 /mai /2016 20:00

Vous l'avez compris, les caprices météorologiques ne nous ont pas permis de faire toutes les randonnées à pied et circuits vélo prévus au programme.

Mais dans cette belle région, on peut toujours trouver son compte.

Au royaume de l'horlogerie, nous sommes allés visiter le Musée CIMA, à Sainte Croix

C'est le Pays des Rêves mécaniques : à la fin du 19ème siècle, jusqu'à 600 ouvriers et 40 entreprises fabriquaient des oiseaux chantants mécaniques et des automates à musique. Ce village vaudois est ainsi devenu la capitale des boites à musique et de la musique mécanique. Et le Musée, Centre International de la Mécanique d'Art, est entièrement dédié à ce thème. Il présente l'histoire de la musique mécanique depuis les oiseaux chantants et les boites à musique jusqu'aux phonographes à cylindres inventés par Thomas Edison.

Je ne savais pas qu'on pouvait y faire des photos, et j'avais laissé mon appareil dans la voiture. Pour vous mettre en bouche, voici donc quelques photos d'internet. Mais surtout, allez cliquer sur le lien ci-dessous. Vous y trouverez un excellent reportage, avec photos et musiques ...

Jura & Trois Lacs

La région Jura & Trois Lacs (lacs de Bienne, Neuchâtel et Morat) est d'une grande variété de paysages. Entre lacs et pâturages fleuris, les rivières se sont frayé des chemins en sculptant des gorges magnifiques.

Entre deux averses, voici les Gorges du Taubenloch, longues de 2 km, aux portes de la ville de Bienne. Le chemin de randonnée qui traverse ces gorges étroites et descend jusque dans leurs profondeur en suivant le lit de la Suze à été construit en 1889.

Elles sont enjambées, tout là-haut, par 3 ponts : celui du chemin de fer, celui de l'autoroute, et celui de la route. Et aussi, au fond, par 3 ou 4 passerelles, car on passe d'une rive à l'autre. Et on peut même, presque, y prendre sa douche ...!

Jura & Trois Lacs

Après les gorges, les sommets.

Une petite route à 22 % nous conduit au Weissenstein, à 1285m, qu'on aurait pu atteindre aussi avec un télécabine en partant d'un village voisin de Soleure, Oberdorf. C'est un royaume pour les randonneurs. Et aussi, je suppose, pour le ski de fond l'hiver. Il ne reste que quelques plaques de neige, et les nuages nous font cadeau d'un magnifique paysage à 360°, au cours d'une petite promenade (110 m de dénivelé) qui nous mène au Röti, à 1395 m.

Jura & Trois Lacs

Ayant trouvé un sympathique petit camping familial entre Soleure et Bienne, Nous sommes partis explorer les environs en vélo, sur un itinéraire en boucle de 45 km (dixit le topo). C'est bon pour l'après-midi, avec nos vélos électriques.

Nous commençons par suivre un affluent de l'Aar et arrivons à Büren an der Aare, vieille cité datant du 13ème siècle, avec son pont-couvert en bois sur l'Aar.

Jura & Trois Lacs

Pédalant sans souci dans les collines, c'est en arrivant à Soleure (Solothurn) que nous avons commencé à ressentir la fatigue. Et pour cause : il s'est avéré que l'itinéraire faisait 15 km de plus que donné dans le topo. Soit une heure environ de pédalage supplémentaire !

Mais il fallait bien revenir, et nous n'avons donc pas fait le détour par le centre de la vieille ville. Si vous voulez le voir, vous le trouverez là :

Jura & Trois Lacs

Avant de quitter le Jura, encore une charmante cité médiévale à visiter : St Ursanne.

Selon la légende, elle doit sa fondation au moine irlandais Urcinus, qui aurait vécu en ermite dans ce lieu isolé au bord du Doubs. La collégiale et son cloître datent du 12ème au 14ème siècle, et de nombreuses maisons et bâtiments datent du 14ème au 16ème siècle. Il reste même quelques vestiges des remparts.

Jura & Trois Lacs

Toujours attirée par les couleurs, je me suis intéressée au portail sud de la Collégiale. En effet il est rare de trouver encore des traces de la peinture d'origine sur des monuments romans ou gothiques. Car c'est vers le 16ème siècle que l'on a renoncé à la peinture extérieure de l'architecture.

Bien sûr, toutes ces sculptures ont un sens qui nous échappe maintenant. Mais si vous êtes curieux, j'ai trouvé un site sur internet où tout cela est très clairement expliqué. Je vous mets le lien après la photo. Bonnes découvertes !

Jura & Trois Lacs
Repost 0
Published by scandinadream - dans en Suisse
commenter cet article
9 mai 2016 1 09 /05 /mai /2016 09:50

Mi-Avril 2016

Un petit coucou à tous nos amis, quarantuitards comme nous, ou peu s'en faut ...

Au cours de notre périple en Jura (suisse et français), en ce printemps très arrosé, j'ai trouvé bien changés des paysages que j'avais vus en juin dernier.

Le saut du Doubs, par exemple. Quel débit !

Il parait qu'il peut varier de moins de 20 m3 à plus de 1000 m3/seconde.

En voici quelques photos (pas terribles avec mon téléphone) :

Des nouvelles des Quarantuitards

La même chose dans les Gorges de l'Areuse, dont nous n'avons fait que la partie haute, vue la pluie. Et vu le débit, peut-être bien que le sentier le long de la rivière n'était pas toujours praticable. On ne s'y est pas risqués :

Des nouvelles des Quarantuitards

Maintenant vous pouvez comparer avec les photos de Juin 2015, lors de mon précédent passage, en cliquant sur la ligne blanche ci-dessous :

Et pour ceux qui aiment les cascades, suivez-nous au Val de Consolation, en Jura français.

Ce bout de monde est un havre de paix, pour les animaux et pour les hommes. A l'âge du bronze, déjà, les premiers agriculteurs s'y sont installés. Puis les religieux, depuis 1438. Et de nombreux meuniers, scieurs, teinturiers, forgerons y ont utilisé la force motrice de l'eau.

L'important monastère fondé au 17ème siècle est aujourd'hui un centre culturel et spirituel. De nos jours, de nombreux promeneurs apprécient le site classé du parc de Consolation, paradis des oiseaux.

Du haut de la Roche du Prêtre, à 843 m, nous avons d'abord dominé la profonde entaille de Consolation, vaste amphithéâtre où de nombreux ruisseaux jaillissent en cascades au pied de ces impressionnantes falaises. Excellent endroit où passer une nuit calme ...

Des nouvelles des Quarantuitards

Plutôt frais, le matin ! Des traces de neige à cette altitude. Mais le soleil est là.

Allez, on y descend !

Il faut d'abord se rendre au monastère qui se trouve à la sortie du Val de Consolation (mais pour nous, ce sera l'entrée dans cette étroite vallée fermée).

Des nouvelles des Quarantuitards

Le soleil n'a pas encore atteint le fond de la vallée, et l'ombre y règne dans ce petit matin froid.

Et nous partons à la rencontre des eaux jaillissantes ...

Des nouvelles des Quarantuitards

Et enfin, la grande cascade, qui jaillit du milieu de la falaise.

Et elle coule tout le temps, contrairement aux autres sources qui sont intermittentes. Ce sont les trop-pleins d'un important réseau de rivières souterraines, dont le vaste bassin d'alimentation collecte les pluies et la fonte des neiges.

En période de crue (nous n'en sommes pas loin) la grande cascade (Cascade du Lançot) s'abat à 5 m3 par seconde, emplissant l'air de ses frais embruns.

Des nouvelles des Quarantuitards

Mais avec la pluie et le froid, la météo n'a pas tout dit. Elle nous réservait encore ... la neige !

Des nouvelles des Quarantuitards
Repost 0
Published by scandinadream - dans en Suisse
commenter cet article

Présentation

  • : scandinadream.over-blog.com
  • scandinadream.over-blog.com
  • : passer du rêve à la réalité. J'ai commencé par 5 mois de voyage en solitaire, en Trafic aménagé, au hasard des routes d'Europe du Nord (pour mon premier voyage) puis d'Europe Centrale, et maintenant sur des itinéraires peu fréquentés d'Espagne.
  • Contact

Recherche