Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 février 2017 6 18 /02 /février /2017 14:41

Jeudi 9 février 2017

Coucou, mes Amis.

Me voici repartie, avec Alain et Charly. En Espagne, de nouveau, à la recherche du soleil et de la chaleur.

Notre objectif : descendre jusqu'à Almeria, en visitant une bande côtière d'une trentaine de kilomètres de large, à partir de Barcelone.

Pour commencer, Vielha et son tunnel, dans la neige et le brouillard. Mais arrivés au bas du col, le soleil espagnol nous a accueillis, dans un ciel tout bleu.

Voici quelques photos prises sur l'itinéraire classique qui nous mène de Pont de Suerte à Isona, par Senterada, La Pobla de Segur, et Tremp

Nouveau Départ

Après une nuit au-dessus du petit village de Boixols, à 1200 m, secoués par la tempête, une balade matinale au forat de Boixols nous met bien en jambes.

Qu'est-ce qu'un "forat" ? un petit canyon, tout simplement.

Nouveau Départ

Nous continuons ensuite cette route montagnarde et peu fréquentée vers l'Est : vers le Coll de Boixols, puis Coll de Nargo, puis le Coll de Jou.

Du froid, mais toujours du soleil.

Nouveau Départ

A SANT  LLORENZ  DE  MORUNIS, nous grimpons au Sanctuaire de Lord.

Ouf ! Plus de 100 m de dénivelé en 600 m de longueur. La côte était rude. Cette montagne a toujours été dédiée à la Vierge de Lord (c'est le nom de la vallée). La première chapelle connue date de 992. De restaurations en agrandissements, sa plus grande splendeur fut en 1792. Mais vinrent les guerres carlistes, et il fut incendié et dynamité en 1835. Reconstruit en 1887, il est occupé aujourd'hui par une Communauté Religieuse Diocésaine. Et son seul accès est ce rude chemin ... et un monte-charge par câble.

Nouveau Départ

VendRedi 10 février 2017

Près de Solsona, voici  OLIUS. Petit village qui ne compte qu'une maison près de l'église, et c'est l'ancienne école. Mais on y trouve de vrais trésors !

D'abord, l'église Sant Esteve, consacrée en 1079. Ce qui frappe, c'est la hauteur de sa voûte en berceau, et sa crypte à 3 petites nefs à voûtes d'arêtes, soutenues par 6 colonnes.

Le mot "crypte" signifie "cacher"; les premières cryptes ou grottes sacrées furent taillées dans la roche pour cacher, aux yeux des profanes, les tombes des martyrs.

 

Nouveau Départ

Mais bien avant le 11ème siècle, Olius était un noyau d'activités économiques spécialisées, dans la Catalogne intérieure. Les fouilles archéologiques révèlent des habitations Ibères et une zone étendue de silos creusés dans le sol (environ 300), datés du 3ème siècle avant J-C. La fonction principale de ce peuplement était donc celle d'entrepôt de grains, les céréales étant accumulées à des fins stratégiques et commercialisées depuis ce lieu. Une sorte de supermarché de l'époque ...

Mais le plus étrange, c'est le cimetière !

C'est un cimetière moderniste, fruit de la liberté créative de l'Art Nouveau Catalan, qui s'intègre parfaitement dans le paysage et la nature qui l'entoure : un éboulis de roches, avec des chênes verts et des cyprès. L'auteur de ce cimetière, créé en 1915, s'inspira de Gaudi, Montaner et de l'architecture néogothique.

Dans le cimetière d'Olius contrastent les roches tombées, qui symbolisent la mort, avec les chênes verts et les cyprès, arbres de végétation pérenne, qui représentent la vie. De fait, les feuilles toujours vertes et la sveltesse du cyprès en font un symbole d'ascension vers le ciel. C'est pourquoi on le trouve souvent dans les cloîtres, les cimetières et près des églises et monastères.

Dès l'entrée on trouve des marques de l'Art Nouveau, chères à Gaudi :un arc parabolique, des formes concaves et convexes, des nœuds de fer forgé, des plans irréguliers à différents niveaux etc ... Et au-dessus, une aiguille conique de pierres terminée par une double croix (évocation de la Sagrada Familia ?)

Nouveau Départ

Vous vous souvenez du château de Cardona ?

Une photo pour vous rafraîchir la mémoire :

 

Nouveau Départ

Mais cette fois-ci, nous avons été visiter la mine de sel !

Car Cardona possède une Montagne de Sel. C'est un phénomène naturel unique au monde, et qui grandit encore de nos jours, au fur et à mesure que la pluie érode la terre qui la recouvre. Ses 120 m ne sont que la pointe d'un énorme diapir de près de 2 km de profondeur.

Comment s'est-elle formée ?

Il y a 40 millions d'années, ici, au centre de la Catalogne, il y avait une immense mer fermée. Un bout de l'Océan Atlantique venu du nord (Golfe de Gascogne) s'y était trouvé emprisonné lors de la formation des pré-Pyrénées, des côtes Catalanes et de la Cordillère Basque. La température ambiante élevée qui régnait alors l'assécha progressivement et le sels se déposèrent au fond.

Tout d'abord l'Halite (chlorure de sodium), moins soluble, puis la Sylvinite (chlorure de potassium),et finalement la Carnallite (chlorure de potassium et de magnésium). Quand la mer fut asséchée, tout fut recouvert de terre et de sédiments.

Les couches étaient bien plates, mais la formation des Pyrénées provoqua plissements, ondulations et éminence, formant ainsi cette exceptionnelle Montagne de Sel.

Nouveau Départ

Exploitée depuis 2500 avant J-C, la mine a cependant fermé en 1990. On est maintenant passé à l'exploitation d'un énorme terril de déblais, que l'on transforme en soude caustique. L'exploitation avait alors atteint 1308 m de profondeur et 300 km de galeries.

Nous ne sommes descendus qu'à 86 m !

et voici l'exploitation du terril. Le bus qui nous a emmenés à l'entrée de la mine se balade dessus :

Nouveau Départ

Et voici quelques unes des merveilles de l'intérieur :

Nouveau Départ
Nouveau Départ
Nouveau Départ

Samedi 11 Février 2017

SANT MIQUEL DEL FAI *

Un peu d'histoire :

Sant Miquel Del Fai est un lieu de culte depuis les temps les plus anciens. Les premières nouvelles sur l'église-grotte datent de 997. Le monastère fut habité par une communauté de moines bénédictins jusqu'en 1567, puis par des prêtres séculiers. Au 19ème, les écrivains romantiques découvrent la beauté de Sant Miquel del Fai et donnent à connaître son histoire et ses légendes.

Dédaignant la route d'accès de ce lieu perdu, nous y sommes montés à pied depuis le village de Riells Del Fai. Seulement 45 minutes de montée facile dans cette belle vallée :

* A noter : malgré la beauté de ce site, il n'est pas répertorié dans le guide Michelin. Regrettable oubli.

 

Nouveau Départ

A l'arrivée, nous découvrons la maison du prieuré. Admirez les fenêtres délicates en arc trilobé avec une pointe en amande, du 15ème, partagées par une gracieuse colonne ...

Puis l'église de Sant Miquel, du 10ème siècle.C'est la seule église de Catalogne construite intégralement sous une grotte, qui lui sert également de toit et de murs. On y voit, entre autres, la Virgen Del Fai, sculpture gothique du 14ème, longtemps vénérée en ce lieu.

Nouveau Départ

Les falaises dans lesquelles est installé le monastère ont des fissures par lesquelles l'eau descend, qui fait pousser la mousse et la fougère. Mais cette eau étant très chargée en carbonate, celui-ci se dépose sur les plantes qui en restent couvertes. Année après année, très lentement, l'épaisseur du carbonate qui forme la roche a augmenté, et la plante meurt, en laissant l'espace qu'elle occupait complètement vide. Ces formations rocheuses, pleines de trous, très légères et poreuses, contenant beaucoup de carbonates, s'appellent des "travertins", ou "tufs". Elles sont adossées aux parois verticales et les débordent, une couche recouvrant l'autre, en laissant des espaces et des trous. Ce qui a finit par former de véritables grottes.

Ainsi la Grotte de Sant Miquel, et, au-dessous de l'ermitage de Sant Marti (9ème siècle) la Grotte des Tosques (des Tufs). Pour arriver à celle-ci, on passe derrière la cascade de la rivière Tenes.

 

Nouveau Départ

Dimanche 12 février 2017

LA MUNTANYA DE MONTSERRAT

Imaginez un paysage fait d'aiguilles monolithes roses, de parois verticales joliment rondies, de formes rocheuses évocatrices ... un vrai monument paysager ! Exceptionnel !

Les conglomérats de Montserrat furent déposés au fond d'une mer superficielle préhistorique qui recouvrait la région. Ces masses de roches émergèrent il y a environ 10 millions d'années et furent progressivement sculptées par l'érosion postérieure, jusqu'à prendre la forme des capricieuses aiguilles de roche que l'on peut admirer aujourd'hui.

Un premier peuplement eut lieu au 11ème siècle, autour de la chapelle Sant Paul de Guardia, qui dépendait du Castell de Guardia, érigé encore plus haut dans la montagne. Elle est attestée depuis 1095, puis fut abandonnée, ainsi que le château, au profit du village d'El Bruc, plus bas dans la vallée.

L'inaccessibilité a alors laissé, durant des siècles, ces montagnes à l'écart des activités humaines. Mais maintenant, il y a plus de 5 600 voies d'escalade ! Heureusement qu'un parc naturel règlemente cette activité, afin qu'elle soit compatible avec la protection des espèces qui habitent ces parois ...

Quant à nous, nous avons eu la chance de rencontrer 3 des chèvres sauvages (cabra hispanica) qui furent réintroduites dans ces lieux.

Nouveau Départ

Partis du Coll de Can Maçana, malgré les nuages et le brouillard, nous avons rapporté quelques photos de notre balade de 3 heures

Nouveau Départ
Repost 0
Published by scandinadream - dans En Espagne
commenter cet article
25 août 2016 4 25 /08 /août /2016 15:28

Vous trouvez sur cette carte, en bleu : nos arrêts à l'aller, à lire d'ouest en est

et nos arrêts au retour, en rouge : du nord au sud.

Danemark 2016
Repost 0
Published by scandinadream - dans Cartes
commenter cet article
25 août 2016 4 25 /08 /août /2016 14:14

Samedi 13 août 2016

C'est par le Pont de l'Oresund que nous passons au Danemark. Comme je ne suis pas au volant, j'essaie de voler quelques photos, faites en pleine vitesse. Mais sur ce site, vous saurez tout sur cet architecture incroyable, l'un des plus longs tabliers suspendus par haubans au monde. Sur son île artificielle et son tunnel.

Traversée du Danemark

Ici aussi, la signalisation est de la couleur du drapeau :

Traversée du Danemark

Peut-être un jour verra-t-on ceci en France ?

Mais au fait, de quelle couleur sont nos panneaux ?

Traversée du Danemark

Trêve de plaisanterie.

Entre le Pont de l'Oresund et le ferry de Rodby pour passer en Allemagne, nous avons été découvrir d'autres falaises, celles de Stevns.

Ici, la route aboutit à l'église d'Højerup, qui se dresse au bord de la falaise. Malgré une légende affirmant que l'église se déplace vers l'intérieur des terres chaque soir de Noël, le chœur s'abîma dans les flots en 1928 !

Il a été remplacé par un balcon qui surplombe la mer ... et l'ancien retable, un peu abîmé, a été récupéré.

La nouvelle église, sur la place mais assez loin de la falaise, a tout de même un joli style ...

Traversée du Danemark

Et pour finir cette aventure scandinave, mes dernières photos du Danemark :

Traversée du Danemark
Repost 0
Published by scandinadream - dans Au Danemark
commenter cet article
23 août 2016 2 23 /08 /août /2016 18:01

Mercredi 10 août 2016

Nous traçons notre itinéraire vers le sud entre le Lac Vanern, à l'ouest, et le Lac Vattern, à l'est.

Sur la rive Est du Lac Vanern.

Nous commençons par côtoyer celui-ci, que nous connaissons déjà puisque nous sommes passés sur sa rive ouest, à l'aller, à Karlstad. Mais si l'autre rive était presque couverte de forêts, celle-ci présente d'assez grandes plaines céréalières. Le blé est tout juste mûr, et n'attend qu'un peu de soleil pour être moissonné.

Après les résineux et les bouleaux à l'infini, nous retrouvons ici d'autres d'autres essences d'arbres, plus communes à nos climats modérés : des chênes, des frènes, des marronniers, des pommiers et poiriers. Et même des merisiers dont on peut manger les petits fruits, qui sont mûrs en ce moment.

Entre les 2 lacs

Premier arrêt à la charmante église romane de Forshem.

Entre les 2 lacs
Entre les 2 lacs

Ensuite, en route pour la péninsule qui précède l'île de Kållandsö, et qui lui est reliée par un petit pont.

Au bout de Kållandsö, Läckö Slott dresse ses murs blanchis, ses tours et ses tourelles, au-dessus des eaux du Vanern. On songe un instant à un château de contes de fées.

Entre les 2 lacs

Le premier château épiscopal du 12ème siècle fut détruit par un incendie. Celui-ci, construit au 15ème, fut peu à peu agrandi et modifié, mais ce n'est qu'au 17ème que Magnus Gabriel de la Gardie transforma sa nouvelle résidence en ce palais baroque. Il n'épargna pas ses efforts pour embellir les appartements. Particulièrement les plafonds peints, dans les salons ou même dans les escaliers ...

Entre les 2 lacs

On y trouve des collections d'objets précieux ...

Entre les 2 lacs

On visite les pièces d'apparat, dont King's Hall, la chapelle du 17ème, et divers salons et chambres ...

Entre les 2 lacs

Les pièces à l'usage des domestiques ne sont pas négligées et sont mises en situation ... y compris la prison !

Entre les 2 lacs

Même si je n'aime pas les armes à feu, j'ai vraiment admiré cette magnifique collection de pistolets, minutieusement ouvragés. Il y en a au moins ... une cinquantaine !

Entre les 2 lacs

Parmi les nombreuses pièces d'artistes contemporains qui sont exposées, j'ai particulièrement aimé ce tapis :

Entre les 2 lacs

Jeudi 11 août 2016

Après la nuit sur le parking du château, une petite balade en vélo sur l'île de Kållandsö nous dégourdi les jambes.

Entre les 2 lacs

Puis retour sur la péninsule où nous suivons, en voiture cette fois, une route historique jalonnée d'églises médiévales. Malheureusement, pas de documents, ou alors en Suédois. Il semble quand même qu'elles soient des 11ème et 12ème siècles.

Entre les 2 lacs
Entre les 2 lacs

Une seule pouvait se visiter, celle de Söne

Entre les 2 lacs

Vendredi 12 août 2016

Avant de quitter la Suède, voici deux curiosités locales.

1. Le service du courrier est assuré par des véhicules ayant le volant à droite.

Pourquoi ? Pour mettre le courrier dans les boites à lettres, toutes placées à bonne hauteur en bord de route, sans avoir à descendre et contourner le véhicule. Le facteur gagne ainsi beaucoup de temps et peut faire de plus longues tournées ...

Entre les 2 lacs
2. La signalisation routière est ici de la couleur du drapeau. La preuve :
Entre les 2 lacs
Repost 0
Published by scandinadream - dans En Suède
commenter cet article
21 août 2016 7 21 /08 /août /2016 13:48

Certains d'entre vous m'ont réclamé des cartes.

Alors voici celle de nos arrêts en Suède.

En bleu, ce sont ceux de l'aller : du sud vers le nord.

En rouge, ce sont ceux du retour : du nord vers le sud.

Suède 2016
Repost 0
Published by scandinadream - dans Cartes
commenter cet article
21 août 2016 7 21 /08 /août /2016 10:03

Lundi 18 Août 2016

La Dalécarlie représente tout ce qui est suédois par excellence : les costumes de couleurs vives, la danse et la musique pleines d'entrain, avec pour toile de fond un magnifique paysage champêtre.

En Dalécarlie

De tous les lacs qui parsèment les paysages de Dalécarlie, le Lac Siljan est le plus grand (280 km2) et le plus profond (124 m). Il fait partie du fameux "cercle de Siljan", formé il y a 360 millions d'années par la chute d'une météorite. L'énorme cratère ainsi créé a plus de 75 km de diamètre. Mais le lac n'est pas dans ce trou. Car, au cours d'une poussée géologique, le milieu s'est soulevé et est devenu un vaste plateau central circulaire, et des lacs se sont créés autour : Siljan, Orsajön, Skattungen et Oresjön.

En Dalécarlie

C'est dans ce contexte que nous sommes allés en pleine forêt voir, à Boda, ce paysage à la géologie compliquée sur un circuit aménagé et pittoresque, avec deux cascades de 35 m : Styggforsen (un peu maigres en ce moment, mais à la fonte des neiges, ça doit donner !)

En Dalécarlie

Nous avons aussi joué les touristes (une fois n'est pas coutume) à Nusnäs. C'est dans ce petit village que le célèbre souvenir suédois, le cheval de Dalécarlie, est fabriqué. Peint de couleurs vives, il est devenu une sorte de symbole national.

L'invention de cette figurine remonte au 18ème siècle, et aurait été inventée par des bûcherons. Ils s'amusaient à sculpter des jouets dans du bois pour leurs enfants, et pour occuper les longues soirées d'hiver. Des chevaux, le plus souvent, car cet animal avait une grande importance dans la vie de l'époque : pour le travail à la ferme ou en forêt, comme animal de bât ou de selle, il était un bien précieux.

Une autre théorie attribue son invention à des soldats : au cours de l'hiver 1716, de nombreux soldats logèrent chez l'habitant dans cette région. Un soldat s'amusa à sculpter un cheval et à le colorer en rouge, puis à l'offrir à l'enfant de la famille qui le logeait. Il eut en remerciement un bol de soupe. Le soldat sculpta un autre cheval et eut en échange un autre bol de soupe. La nouvelle se répandit rapidement parmi les soldats qui se mirent à sculpter des chevaux en bois en échange de nourriture.

Au fil du temps, la figurine s'est affinée. La couleur rouge semble provenir des mines de cuivres présentes à Falun, en Dalécarlie. Les décorations sont traditionnelles et peintes à la main dans les 2 ateliers du village. Et même s'il en existe aujourd'hui de toutes les couleurs, le cheval rouge est le plus traditionnel.

Et après la visite des ateliers, le passage à la boutique était très tentant ... et nous nous sommes laissés tenter.

En Dalécarlie

Encore quelques photos de Dalécarlie :

En Dalécarlie

Mardi 9 août 2016

En Dalécarlie, la Saint Jean est une fête importante. C'est aussi l'occasion de revêtir les beaux costumes colorés du folklore dalécarlien, et de s'étourdir avec la musique et les danses pratiquées toute l'année dans des écoles traditionnelles. Il existe aussi un festival des mâts de St Jean. Chaque petit village ou quartier a le sien.

Bien sûr, ceux que nous avons vus sont fanés, car ils restent debout toute l'année. Mais ils témoignent d'une tradition toujours vivante.

En Dalécarlie

Autrefois, les animaux transhumaient vers les fermes d'été, appartenant généralement à plusieurs familles. Ce système de fermage atteignit son apogée dans les années 1870-1880, puis déclina lentement. Mais elles sont toujours là. Entretenues. Certaines sont habitées. D'autres sont transformées en auberge ou en petits musées de plein air, qu'on nomme des Gammelgård.

En Dalécarlie

Dans l'un d'entre eux, j'ai pu voir (et photographier) quelques meubles et murs peints dans la tradition dalécarlienne.

En Dalécarlie

Non loin, l'église de Rättvik conserve autour d'elle les 87 écuries paroissiales, serrées les unes contre les autres, qui rappellent l'époque où les gens allaient à l'église à cheval. Mais si on les appelle "écuries", je pense plutôt qu'il s'agissait de remises, du type des villages paroissiaux de la Laponie suédoise.

En Dalécarlie

A quoi ressemble l'intérieur d'une église dalécarlienne ?

Voici celle de Rättvik : reconstruite au 17ème, elle a gardé sa croix triomphale du 14ème mais le retable sent déjà le baroque, et les peintures, typiques de la région, sont du 18ème

En Dalécarlie

Et j'ai contemplé avec plaisir ces tapisseries des années 1970 :

En Dalécarlie
Repost 0
Published by scandinadream - dans En Suède
commenter cet article
10 août 2016 3 10 /08 /août /2016 09:04

Samedi 6 août 2016

La Route Bleue

Aujourd'hui nous croisons la Route Bleue, qui rejoint en Norvège Mo i Rana. Nous la croisons à Lycksele.

Connue familièrement sous le nom de "Lappstockholm", cette bourgade est la porte d'accès (en venant du sud) à la Laponie suédoise et à la culture same. Pour nous, elle en est la porte de sortie.

Qu'a-t-elle de particulier, cette ville ?

Elle a, à Gammplatsen, un immense musée de plein air, situé sur une presqu'île agréablement boisée. On y trouve aussi différents musées, plus ou moins grands :

Par exemple, un petit musée de la chasse :

En Laponie suédoise (2)

Il y a aussi le musée du textile, une ancienne station-service :

En Laponie suédoise (2)

Et différentes maisons : bureau de poste, épicerie, boulangerie, cordonnerie, avec tous les outils et comme c'était autrefois.

Il y a aussi un jeu de quilles, ancêtre du bowling, et qui sert toujours :

En Laponie suédoise (2)

Mais ce qui nous a le plus intéressés (et qui est le plus développé), c'est le musée de la sylviculture.

Dans la partie qui correspond à l'époque de la coupe manuelle, il illustre les rudes efforts physiques qu'implique le bûcheronnage et le débitage en rondins, le transport avec des chevaux ou le flottage des grumes. Tout cela en plein hiver, dans la neige.

Les bûcherons étaient des fermiers modestes. Ils partaient l'hiver, durant plusieurs mois, et vivaient dans de rustiques cabanes de rondins tandis que leurs femme et enfants assuraient l'entretien de la ferme.

En Laponie suédoise (2)

Dans la partie qui retrace la mécanisation, sont exposées les premières tronçonneuses (1948) et tous les gros engins (je n'y connais rien mais j'ai été impressionnée) jusqu'aux énormes abatteuses/élagueuses de nos jours (la plus récente est de 2015). Un film documentaire qui les montre en travail m'a permis de comprendre comment ça marche. J'en ai un peu cherché sur You Tube pour vous montrer. Ils ne sont pas si bien faits, mais ça donne quand même une idée si vous cliquez sur la ligne blanche :

En Laponie suédoise (2)

Le film expliquait aussi la régénération de la forêt : dessouchage et préparation de la terre, semis ou repiquage de plants, éclaircissements au fur et à mesure de la croissance ... et nous regardons maintenant les immenses coupes de bois ou les nouveaux peuplements que nous croisons au fil de notre route, avec un autre œil.

Et en prime, voici encore quelques beaux exemplaires de l'artisanat sami :

En Laponie suédoise (2)

Dimanche 7 août 2016

La Route de l'Indal

La vallée de l'Indal est célèbre pour ses magnifiques paysages vallonnés. Nous l'avons croisée à un endroit qui s'appelle Dödafallet, les "Chutes Mortes", près de Hammarstrand.

En voici l'histoire (vraie) :

Le lac Ragunda s'épanchait en un fleuve situé en-dessous par de magnifiques chutes. L'eau cascadait de rochers en rochers gigantesques. Or un marchand de bois de Sundvall avait fait creuser un canal pour faire contourner les chutes à son bois de flottage. Les travaux n'étaient pas terminés quand le printemps de 1796 s'avéra très pluvieux. Et dans la nuit du 6 au 7 juin 1796, le lac déborda, mais au lieu de suivre son trop plein habituel, il s'engouffra dans le lit du canal, détruisant tout sur son passage.

Mille millions de m3 d'eau y passèrent ainsi, vidant le lac. En 4 heures, le lac Ragunda étaient à sec. Et l'eau n'a jamais retrouvé ses chutes, car le lac a disparu !

Un cheminement de planches permet maintenant de se promener dans ces cascades mortes et d'imaginer qu'il y a 2 siècles et demi ces roches étaient couvertes d'eaux bouillonnantes. On peut maintenant y admirer de belles marmites de géants.

En Laponie suédoise (2)

Et nous repartons vers le sud, avec du soleil !

Repost 0
Published by scandinadream - dans En Suède
commenter cet article
9 août 2016 2 09 /08 /août /2016 15:54

Mercredi 3 août 2016

Revoilà le soleil !

On l'a retrouvé juste avant la frontière Finlande/Suède, que nous avons franchie en même temps que le fleuve Torne, qui se jette, 70 km plus loin, dans le Golfe de Botnie.

En Laponie suédoise (1)

Pendant plus de 100 ans, la Torne fut l'un des principaux axes de flottage du bois. C'est par le traité de 1809, cédant la Finlande à la Russie, que la Vallée de la Torne, de langue suédoise, fut divisée en deux par son nouveau rôle de frontière. La rive gauche, à l'Est, appartenant désormais à la Russie (et maintenant à la Finlande indépendante).

Côté suédois du pont, la petite ville de Övertorneå possède une jolie église polygonale du 18ème siècle, fort bien conservée ... mais qui n'est ouverte que de 9 à 12 heures ! Trop tard pour nous ... Par contre, le clocher décalé nous a laissé admirer ses 4 tympans peints :

En Laponie suédoise (1)

A 10 km de là vers le sud, nous sommes montés à Luppioberget : étrange colline aux rochers plats et lisses, ou verticaux et comme coupés à angles droits. Et paysage à 360° sur la Torne, les lacs et les forêts sans fin ...

En Laponie suédoise (1)

Jeudi 4 août 2016

C'est une paisible journée de route ensoleillée et de balade, entre les sapins et les lacs à l'infini.

Nous avons rencontré plusieurs saunas remorquables. Serait-ce que les Suédois l'emmène en vacances ?

En Laponie suédoise (1)

Vendredi 5 août 2016

Selon la latitude, plusieurs itinéraires partent du Golfe de Botnie pour rejoindre, vers l'ouest, la côte de Norvège.

Comme nous descendons du nord au sud, nous croiserons successivement plusieurs de ces Routes.

La Route de l'Argent

Nous avons rejoint à Arvidsjaur cette route qui s'étend des bords du Golfe de Botnie à Bodø, en Norvège. Au 17ème siècle, le minerai d'argent extrait dans les montagnes aux environs de Nasafjäll (près de la Norvège) était transporté sur des traîneaux tirés par des rennes jusqu'à la côte, puis acheminé par bateaux. L'exploitation minière cessa en 1810, et la route ne fut goudronnée qu'en 1972.

Situé à un carrefour, Arvidsjaur devient très tôt un centre commercial et un lieu de rencontre sur la Route de l'Argent conduisant à la mine (je rappelle que les Sames sont d'excellents artisans pour tout ce qui concerne les bijoux ou les objets en argent).

De cette époque, il reste Lappstan, le plus ancien et le mieux conservé des "villages paroissiaux" sames du 17ème siècle

En Laponie suédoise (1)

Ces "maisons" carrées sur pilotis sont, en fait, les remises, ou greniers, dans lesquelles les familles rangeaient leurs affaires ou marchandises à échanger. Ce sont les petites constructions pyramidales, rappelant les tentes coniques des Sames, qui sont les habitations.

C'est lorsque la Réforme stipula que les paroissiens devaient aller à l'église certains dimanches que se développèrent les villages paroissiaux autour des églises (le luthéranisme était alors religion d'état). Comme beaucoup de paroissiens habitaient loin, ils ne pouvaient pas faire en un jour l'aller et le retour. Ils dormaient donc sur place, et c'était aussi l'occasion de faire du commerce et du troc.

L'obligation de se rendre aux offices fut supprimée en 1850, mais l'habitude de se rassembler dans les villages paroissiaux se poursuivit pendant plusieurs décennies. A partir de 1920, l'amélioration des routes et des moyens de transport ne nécessita plus de passer la nuit au village paroissial, mais les maisons appartiennent toujours à des particuliers, et le village paroissial s'anime encore en été, notamment lors des fêtes de la St Jean ou de Stortämning, le dernier long week end d'août.

En Laponie suédoise (1)

Continuant sur la Route de l'Argent, voici Arjeplog, et son Musée de l'Argent.

Eimar Wallquist, un médecin nommé par Stockholm, vint pour la 1ère fois ici en 1922. Il sillonna la commune en traîneau, à skis, à cheval (la commune fait 180 km de diamètre !) et fut surnommé par les habitants, auxquels il était très dévoué : "le docteur lapon".

Outre ses activités médicales, il entreprit de collectionner aussi bien de simples objets de la vie quotidienne que des objets en argent très raffinés. Il fonda le musée en 1965, dans l'ancienne école same, et le vit grandir jusqu'à sa mort, en 1985.

En Laponie suédoise (1)

Les objets en argent les plus anciens sont norvégiens et datent du 15ème siècle. En plus d'une belle vaisselle très ouvragée, les Sames avaient pour habitude d'exposer leur richesse sur leur ceinture ou leur vêtement. Au col, par exemple.

En Laponie suédoise (1)
Repost 0
Published by scandinadream - dans En Suède
commenter cet article
2 août 2016 2 02 /08 /août /2016 17:32

Vendredi 29 juillet 2016

Nous arrivons enfin dans le Finnmark, le nord du nord de la Norvège.

C'est la province qui englobe toute la partie norvégienne de la Laponie, le pays des Sames.

J'avais mieux documenté mon voyage de 2012. Donc vous pouvez cliquer sur la ligne blanche pour avoir plus de renseignements sur le Sápmi, ce grand pays des Sames qui défie les frontières.

Le paysage change peu à peu. Les montagnes, toujours hautes, sont plus arrondies. La végétation n'est plus que de petits bouleaux sous lesquels poussent les myrtilles, les raisins d'ours, la mousse ... et les moustiques !

Puis en arrivant sur le plateau, les bouleaux eux-mêmes disparaissent, se cachant dans les vallées ou les bords de rivière. Il ne reste plus que les myrtilles, les lichens et quelques arbustes bas.

Enfin au Finnmark

Alta

Ses gravures rupestres figurent sur la liste du Patrimoine Mondial de l'UNESCO depuis décembre 1985. Les premières ont été trouvées ici en 1973. Les plus anciennes datent de 6200 ans, mais les plus récentes ont tout de même 2000 ans.

Elles représentent la faune de l'époque : élans, ours, chiens et loups, renards, lièvres, oies, canards cygnes, cormorans, flétans, saumons et baleines.

Certaines figures représentent des hommes, des bateaux, la chasse, la pêche, les rites religieux. Il semble en effet qu'elles aient eu un rôle cultuel : rites de fertilité, rituels associés à la guérison, au changement de saisons, au passage à l'âge adulte, ou de la vie à la mort.

Enfin au Finnmark

Samedi 30 juillet 2016

A la pointe du Finnmark : Nordkapp

Par un temps assez clair, nous finissons notre progression vers le Cap Nord, dans un paysage de plus en plus désertique.

Enfin au Finnmark
Enfin au Finnmark

Mais en sortant du dernier tunnel, c'est le brouillard. Et plus on monte en altitude (le Cap Nord est à 307 m), plus c'est bouché.

Arrivés sur le parking du Cap Nord, on ne voit même pas le bâtiment (pourtant grand) qui abrite les installations touristiques.

Mais voilà tout de même la photo traditionnelle :

Enfin au Finnmark

Mais vous le verrez mieux sur ce lien :

Et maintenant, il faut revenir !

Dimanche, une dernière balade en vélo sur la route de Kirkenes, durant une éclaircie :

Enfin au Finnmark

Dernières photos avant la pluie et la frontière :

Enfin au Finnmark

Et nous voilà en Finlande. Le beau temps ne dure pas longtemps.

J'attendrai des jours meilleurs pour vous communiquer la suite ...

Enfin au Finnmark
Repost 0
Published by scandinadream - dans En Norvège
commenter cet article
29 juillet 2016 5 29 /07 /juillet /2016 13:52

Mardi 26 juillet 2016

Adieu Lofoten, bonjour les Troms !

Belle journée, mais brumeuse. C'est mauvais pour les photos.

Direction Tromsø, toujours par un itinéraire fantaisie.

Bonjour les Troms !

Pause du soir au bord d'un petit lac dont nous ambitionnons de faire le tour en vélo demain matin ... s'il ne pleut pas ! Nous sommes accueillis par cet aimable panneau* :

Bonjour les Troms !

* asseyez-vous, reposez-vous et profitez de la vue. Restez la nuit si le cœur vous en dit. Bienvenue

Mercredi 27 juillet 2016

C'est ce que nous avons fait. Et le tour en vélo était super. 35 km de petites routes et de chemin herbeux. Que du plaisir.

Bonjour les Troms !

Et tandis que nous déjeunions, les filles de la propriétaire son venues se baigner. Brrrr ...

Direction Tromsø et sa cathédrale arctique.

Vous voyez ce qui a été la source d'inspiration de l'architecte ?

Bonjour les Troms !

Repris la route sous des trombes d'eau pendant 50 km !

Jeudi 28 juillet 2016

Troms du nord

On commence à voir, sur la carte, certains village avec 2 noms : le norvégien et le same.

Bonjour les Troms !

Environ 80 km avant Alta, nous nous arrêtons pour faire en vélo le tour d'un petit fjord (43 km). Par une petite route qui n'est goudronnée que sur 1/3 du parcours.

Bonjour les Troms !

Auprès de cette magnifique cascade nous avons trouvé quelques ceps tous frais pour notre omelette du soir ...

Bonjour les Troms !
Repost 0
Published by scandinadream - dans En Norvège
commenter cet article

Présentation

  • : scandinadream.over-blog.com
  • scandinadream.over-blog.com
  • : passer du rêve à la réalité. J'ai commencé par 5 mois de voyage en solitaire, en Trafic aménagé, au hasard des routes d'Europe du Nord (pour mon premier voyage) puis d'Europe Centrale, et maintenant sur des itinéraires peu fréquentés d'Espagne.
  • Contact

Recherche