Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 septembre 2017 6 09 /09 /septembre /2017 10:03

 

Après la passerelle Belle Etoile, sur la Sauflaz : 55 m de long et 25 m de haut, il y a eu la passerelle à Farinet, sur la Salantse : 92 m de long et 136 m de haut.

Aujourd'hui, ce sera la passerelle Aspi-Titter, sur la Wyssmasser : 160 m de long et 120 m de haut. Ouverte en juillet 2016.

Et ce n'est pas fini ….

 

Dimanche 3 septembre 2017

Boucle Egga – passerelle Aspi-Titter

Nous sommes toujours dans le Valais, mais dans la partie germanophone du canton. Nous continuons le long de la vallée du Rhône, en faisant des excursions à droite (sud) ou à gauche (nord).

Le temps commence à s'améliorer, et nous sommes partis ce matin du minuscule village de Egga (commune de Bellwald), bien couverts, par 5°. Et nous sommes rentrés cet après midi, au soleil, en tee shirt et short, et tant pis si les sommets n'ont pas voulu se découvrir complètement.

De plus en plus fort !

Après environ 350 m de dénivelé, nous apercevons enfin la passerelle, toute petite, à environ 200 m en-dessous de nous ! Vous la voyez dans la petite photo du milieu ?

De plus en plus fort !

Je vous l'ai agrandie au zoom. La voilà :

De plus en plus fort !

Pour y descendre, aïe aïe aïe, des escaliers, en fer, en bois, en rochers, en racines, le tout très raide ! Encore une fois, bravo Charly ! Petit mais courageux.

De plus en plus fort !

Et nous voilà à la fameuse passerelle, classée **** d'adrénaline (celle de Farinet était classée **)

De plus en plus fort !

Et Charly était très fier de lui en arrivant de l'autre côté ! Où une personne charmante nous a proposé de nous prendre en photo. On n'a pas refusé … et ainsi, vous savez à qui vous avez à faire !

 

De plus en plus fort !

Lundi 4 septembre

 

Je vous l'avais dit : de plus en plus fort !

 

Ce matin, la passerelle que nous avons passée en vélo (à pied à l'aller, sur le vélo au retour) fait 280 m de long et surplombe le Rhône de 92 m. Elle est plus large : 1,40 m, mais elle tangue bien plus. Charly était dans le panier du vélo, mais pas rassuré quand même.

Cette passerelle relie les villages de Fürgangen-Bellwald à Mühlebach, où passe la voie cyclable internationale qui suit le Rhône de sa source à la Méditerranée.

Nous l'avons suivie, ce matin, sur une dizaine de kilomètres et retour.

Un petit plongeon dans le Rhône ? Ici il est encore bleu de ses eaux glaciaires.

De plus en plus fort !

Des prairies comme des pelouses ; des petits villages aux vieilles maisons de bois, posés dans l'herbe, sans rues ; un aqueduc rustique, en bois ; et ce monument : Erner Galgen, c'est à dire « les fourches caudines », autrement dit, c'est un ancien gibet ; et ce curieux panneau : est-ce que cela veut dire que les cigognes n'ont pas le droit de passer ce pont ?

 

De plus en plus fort !

Mardi 5 septembre 2017

 

Il fait beau ! Le ciel est bleu ! Quelle chance, car c'est aujourd'hui que nous montons de 1668 m, grâce à un téléphérique et un télécabine, à 2550 m au pied du Bettmerhorn (2647 m) pour admirer le glacier d'Aletsch.

De plus en plus fort !

Je vous mets très peu de photos, parce que j'en avais mis beaucoup il y a deux ans. Vous pouvez les voir, et aussi quelques chiffres impressionnants concernant ce glacier, en cliquant sur la ligne blanche :

 

Cette fois, nous avons fait un peu plus court (mais quand même aux environs de 16 km) si bien que Charly n'est pas épuisé. Il a continué pendant tout le retour à courir après les papillons …

Mercredi 6 septembre 2017

 

Ce n'est qu'en début d'après midi que le ciel s'est dégagé, comme nous arrivions dans le canton des Grisons.

 

Aujourd'hui, nous sommes passés sous le Rhin !

En effet les gorges de la Rofla, sur le cours du Rhin postérieur, permettent d'admirer toute la furie d'une grande cascade, et de franchir le Rhin par en-dessous.

 

C'est une belle histoire que celle-ci :

L'auberge de la Roffla, de la famille Pitschen-Melchior, était florissante sur le seul chemin qui menait en Italie à travers les Alpes. Mais à la fin du 19ème siècle, on inaugurait le tunnel ferroviaire du Gotthard, par où passa alors la plus grande partie du trafic.

Déclin de l'auberge familiale. Le plus jeune couple émigre en Amérique, pendant que les parents s'occupent des quelques voyageurs qui passent encore, et de leur petite exploitation agricole.

A New York, la famille s'agrandit mais n'aime pas la vie dans ce pays.

 

Un jour, Christian Pitschen-Melchior, travaillant dans une famille très riche en tant que serveur, arriva aux chutes du Niagara ! Il se dit que chez lui, en Suisse, il y avait aussi une chute d'eau, et qu'il pourrait peut-être y gagner de l'argent.

Il ramena donc sa famille en Suisse pour y développer le site de la Roffla.

En 1906, après avoir arrangé la maison, il commença ce travail gigantesque d'aménager un chemin qui amène aux chutes d'eau, aidé par sa femme et ses enfants. 8000 bâtons de dynamite ont été nécessaires pour dégrossir le chemin, et ils durent ensuite finir de creuser à la main dans la roche dure.

Dans le village, on le surnomma « Der Spinner », le Fou.

 

Après 7 hivers (en été la famille était trop occupée par l'exploitation agricole) ils réalisèrent leur rêve.

Même après l'ouverture, pour longtemps, les gorges furent peu visitées par des gens de passage. Mais les quelques entrées payées aidèrent cette famille à survivre !

Aujourd'hui, le développement du tourisme répond enfin aux attentes de leur créateur.

 

De plus en plus fort !
De plus en plus fort !

Un petit musée familial nous présente ces héros modestes :

De plus en plus fort !

Jeudi 7 septembre 2017

 

Une dernière passerelle pour la route !

Construire, par-dessus les gorges de la Viamala, un pont de 56 m de longueur avec un dénivelé de 70 m, voilà le défi relevé par Jürg Conzett. Pour ce faire, cet ingénieur de génie a recouru à une technique certes peu conventionnelle pour un pont, mais ô combien novatrice : l’escalier. Mettre un escalier sur un pont ? C’est le pompon ! Il n’empêche, en montant ou en descendant les marches de ce petit bijou architectural, on n'a pas d’autre choix que de faire entière confiance à son concepteur.

C'est la Traversina Steg, située dans la Via Mala, entre Thusis et le lieu aménagé où on peut descendre jusqu'au fond de la gorge. Vous ne vous rappelez pas ? Alors avant de regarder la passerelle, allez voir ici :

De plus en plus fort !

Avant de quitter la Suisse, je vous fais visiter un village classé Bien Culturel suisse d'importance nationale. C'est un peu ronflant, comme titre, mais ça correspond à peu près à nos « plus beaux villages de France ».

Il s'appelle Santa Maria Val Müstair.

De plus en plus fort !

Et pour quitter la Suisse, nous sommes passés par le Pass Umbrail. Avec sa route étroite en lacets, parcourue de vélos et de motos en grand nombre, c'est un des derniers cols des Alpes à procurer un sentiment d'aventure. Surtout quand, dans un lacet, nous nous sommes trouvés face à un bus avec une remorque derrière !

Et en haut, à 2501 m, la frontière italienne, et un autre col, italien celui-là, encore plus haut : 2757 m. C'est lui que vous apercevez au loin sur la photo.

De plus en plus fort !

 

A bientôt en Italie

Repost 0
Published by scandinadream - dans en Suisse
commenter cet article
4 septembre 2017 1 04 /09 /septembre /2017 14:00

C'est là, dans le Valais, que s'amorce un nouveau périple en Suisse, car il y a toujours de nouveaux coins à visiter. Par exemple :

 

La Vallée d'Illiez

 

Légende : une croyance encore fortement ancrée au début du 20ème siècle attribuait l'origine des habitants du Val d'Illiez (qui ont gardé leur patois local) à des soldats romains. Ceux-ci, après avoir échappé au martyre de la légion thébéenne, massacrée par ordre de Maximien entre l'an 285 et l'an 302, se seraient réfugiés sur les hauteurs et auraient les premiers défrichés la Vallée d'Illiez. Cependant cette croyance ne s'appuie sur aucune preuve. Il est vrai pourtant que les Romains se maintinrent dans le Valais durant quatre cents ans. Les Burgondes leur succédèrent vers le milieu du Ve siècle. Le Valais fit ensuite partie de l'empire des Francs (534) dont la domination devait subsister jusqu'à la création du second royaume de Bourgogne par Rodolphe 1er en 888. Il passa ensuite sous la domination de la maison de Savoie.

Pour vous situer la Vallée d'Illiez, je dirais qu'elle se trouve à l'extrémité sud-est du Lac Léman. Son domaine skiable, Les Portes du Soleil, est à cheval sur la Suisse et la France qui communiquent par le Col de Morgins. C'est le plus grand domaine skiable international relié du monde ! Il comprend en France de grandes stations comme Morzine, Avoriaz, les Gets, Abondance, la Chapelle d'Abondance etc... Un peu moins étendu côté Suisse, il comprend Champéry, Les Crozets, Val d'Illiez, Morgins

C'est au fond de la Vallée, à Champéry, que nous avons décidé d'aller randonner. Juste au pied des Aiguilles du Midi.

Mercredi 30 août 2017

Bien qu'on ne les ai vues qu'à la fin, je vous les présente tout de suite, telles que je les ai vues depuis la petite auberge de montagne qui était sur notre chemin, et avec les précisions du panneau informatif, concernant leur formation géologique.

Retour en Valais

La surprise que nous a réservé cette balade, c'est la passerelle Belle Etoile : située à 1484 m d'altitude, elle fait 55 m de long et est suspendue 25 m au-dessus de la Sauflaz. Son nom fait référence à l'étoile du berger (la planète Vénus).

Retour en Valais

Avec quelques autres photos de cette balade, voici la superbe cascade de la Sauflaz :

Retour en Valais

Mardi 29 août 2017

 

Le Plateau de Barme

 

Autrefois, c'était un endroit idéal pour la contrebande !

Moi je trouve que ça ressemble plutôt à une haute vallée, mais ça s'appelle Plateau. Je veux bien. En tout cas, l'étroite route qui y mène serpente dans la forêt sur une bonne dizaine de kilomètres. Mais quand on y débouche, on se croit au paradis ! L'été, tout au moins. Nous avons donc décidé d'y passer la nuit.

Retour en Valais

 

Nous avions prévu une grande balade à vélo dans le Val d'Illiez pour le lendemain, mais pluie et brouillard nous ont chassés des hauteurs, avec le froid.

Vendredi 1er septembre 2017

Alors, en attendant que revienne le beau temps, nous sommes allés visiter le

 

Barrage de la Grande Dixence

 

Ce n'est pas n'importe quel barrage ! Avec ses 285 mètres, il est le plus haut barrage-poids que l'homme ait jamais construit. Il se trouve à 2400 m d'altitude, n'a que 35 m de moins que la Tour Eiffel et son poids (15 000 000 t) atteint celui de la grande pyramide de Khéops.

Son mur de béton, construit de 1951 à 1961, mesure 193 m d'épaisseur à sa base (quasiment 2 terrains de foot mis bout à bout), et 15 m seulement à son couronnement. Au total, ce ne sont pas moins de 5 960 000 m³ de béton qui ont été mis en œuvre, les 4 grandes cimenteries de Suisse ayant été mobilisées pour fabriquer le ciment nécessaire, acheminé par téléphérique depuis Sion. Le béton, préparé au pied du barrage à partir des pierres de la moraine de Prafleuri, était transporté à l'endroit voulu dans de grosses bennes suspendues aux filins métalliques tendus entre entre les 2 côtés du Val.

Retour en Valais

Depuis sa base, pour arriver à son couronnement, on peut emprunter une piste en lacets ou un sentier : à pied, il y en a pour 3/4 d'heure. Heureusement, il y a aussi un téléphérique !

 

Cette vue générale, c'est celle de l'affiche. Car du haut du couronnement, nous n'avons presque vu que des nuages.

Retour en Valais

Environ 32 km de galeries, moitié horizontales, moitié verticales, parcourent le mur de béton. Les barragistes les empruntent pour contrôler l'ouvrage. Ils vérifient ses mouvements au moyen de dizaines d'instruments, dont des pendules et des rocmètres.

 

Car le barrage bouge ! Au couronnement, sa position peut varier de 11 cm selon le niveau de l'eau et sa température.

 

Comment je sais tout ça ? Tout ça et bien d'autres choses ! Car on peut visiter les entrailles de ce monstre. En voici la preuve :

Retour en Valais

Le gros truc bleu, c'est la vanne-papillon qui commande le départ de l'eau dans la conduite forcée qui amène l'eau à l'usine électrique de la vallée.

 

Je ne peux pas tout vous réexpliquer, mais vous pouvez aller voir sur Wikipédia ou sur le site du barrage. C'est très intéressant.

 

Vendredi 1er septembre 2017

Le temps s'est un peu amélioré, surtout dans la vallée.

Nous voici donc dans les vignes de …

 

Saillon

 

Pour connaître l'histoire et les légendes de Saillon, cliquez sur ce lien où vous trouverez la page de mon précédent voyage.

 

Vous connaissez maintenant le personnage de Farinet. Cette fois-ci c'est en vélo que nous avons suivi ses traces, à travers les vignes, puis dans la gorge de la Salantse où il a perdu la vie, victime d'un gendarme qui visait juste.

Retour en Valais

Vous la voyez, la passerelle, tout en haut de la gorge ? On lui a donné le nom de Passerelle à Farinet, pour lui rendre hommage. Elle surplombe le torrent de 136 m, et mesure 92 m de longueur.

 

Retour en Valais

Bravo à Charly qui, malgré sa peur, l'a traversée tout seul, sans laisse (mais avec moult encouragements!)

 

Retour en Valais

Samedi 2 septembre 2017

 

Puis j'ai voulu faire découvrir à Alain le Bisse de Ro

 

Je n'ai guère pris de photos, car le temps était grincheux. Si vous avez cliqué sur le lien de Saillon vous en avez déjà une partie. Mais voici un complément d'information :

 

La suite du voyage, à la prochaine connexion internet.

A bientôt.

Repost 0
Published by scandinadream - dans en Suisse
commenter cet article
20 août 2017 7 20 /08 /août /2017 19:43
Au Pays des Trois Soleils

Au bord du Léman, les familles vigneronnes qui, depuis de nombreuses générations, cultivent ici leurs vignes avec tant de soins, ont façonné un vignoble en terrasses. Sa beauté unique saisit l’âme de ses visiteurs comme il a fasciné nombre d’artistes qui ont habité ses petits villages pittoresques.

Aujourd’hui considéré comme un site de valeur universelle, le Lavaux s’est vu élevé au rang de patrimoine mondial par l’UNESCO, en 2007. Ses parchets en mosaïque témoignent de près d'un millénaire d'interaction de l'homme et de la nature.

 

Au Pays des Trois Soleils

Partie de Lausanne par le train qui s'arrête à chaque petit village, j'ai commencé ma balade par celui de Saint-Saphorin.

Le village est habité au moins depuis l'époque romaine. On y trouve, en réemploi dans l'église, une pierre milliaire qui a pu être datée de l'an 47 de notre ère ainsi que les ruines d'une villa gallo-romaine. À cette époque le lieu s'appelle Glerula (du latin glarea, « gravier, gros sable »), puis au Moyen Âge « Glérolles ». Seul le donjon construit en 1150 par l'évêque de Lausanne au bord du lac gardera ce nom, car le village sera désigné par la suite du nom de son église, dédiée à Saint Symphorien, et deviendra Saint-Saphorin. Le donjon, transformé en château en 1300 est aujourd'hui le château de Glérolles.

 

Au Pays des Trois Soleils

La paroisse de Saint-Saphorin remonte à la nuit des temps, ou plus précisément au VIe siècle, quand l'évêque Marius (530-594) fit construire la première église qu'il dédia à Saint Symphorien, natif comme lui d'Autun. Saint-Saphorin a fait partie pendant le Moyen-Age des "Terres de l'évêque"; c'est d'ailleurs le dernier d'entre eux, Sébastien de Montfalcon, qui a fait construire l'église actuelle, en 1520. On le voit agenouillé sur le grand vitrail du chœur.

En 1536, lorsque le bailli bernois, ardent défenseur de la Réforme, voulu faire abattre les autels et enlever les ornements de l'église, l'opposition de la population de Saint-Saphorin fut si forte qu'elle prit les armes pour l'en empêcher. C'est donc peut-être à la résistance des paroissiens à cette réforme iconoclaste que l'on doit le maintien du vitrail du chœur de l'église.

 

Au Pays des Trois Soleils


Sans être véritablement fortifié, Saint-Saphorin fut longtemps un bourg fermé par la rangée serrée de maisons face au lac et par une porte à chacune de ses extrémités. Seule la porte orientale gothique existe encore aujourd'hui.
 

 

 

 

 

Au Pays des Trois Soleils

Et attention, on est surveillé ! Ça, c'est l'humour suisse ....

Au Pays des Trois Soleils

Autour du village, des vignes.

Avec la vue sur le village de Saint-Saphorin, voici quelques photos du vignoble au fil des saisons, prises sur internet.

Au Pays des Trois Soleils

Tout proche de Saint-Saphorin s'étend le Dézaley, vignoble de 53,6 hectares que se partagent environ 150 propriétaires et 60 producteurs et négociants,

Mes pas m'ont portée au Clos des Abbayes (prononcer comme Abeilles).

Défriché et planté en vignes au XIIème siècle par les moines cisterciens, le Dézaley Clos des Abbayes, propriété du couvent de Montheron jusqu’en 1536 (Réforme), fut à ce moment cédé par les Bernois à la Ville de Lausanne, lors de la sécularisation des biens ecclésiastiques.

Premier des domaines viticoles acquis par la Ville de Lausanne, le Clos des Abbayes est destiné aux réceptions de la Municipalité. Il comporte 4,7 hectares dans le Dézaley, planté en grande majorité en Chasselas.

Au Pays des Trois Soleils
Au Pays des Trois Soleils

La fresque à l'entrée de la cave date de 1884.

En 1935, après la rénovation et la construction de nouveaux bâtiments, on confie au peintre René Auberjonois la décoration de la salle de réception. La nudité de sa Belle du Dézaley provoqua un tollé dont les échos doivent encore s’entendre dans la salle des cuves. Les murs du carnotzet résonnent encore de ces hauts cris d'indignation.

Au Pays des Trois Soleils
Au Pays des Trois Soleils

Dans cet établissement, ancienne grange cistercienne du 12ème siècle, possession de l'abbaye de Montheron, il y avait évidemment une chapelle. On peut y trouver un petit orgue Walpen de 1800 sur lequel j'ai eut le privilège d'entendre jouer quelques morceaux.

 

 

 

 

 

Au Pays des Trois Soleils

Encore quelques photos sur le chemin qui rejoint la minuscule gare de Epesses (une simple cabane, en dur quand même avec un banc, et seulement sur un quai), accessible seulement à pied, où j'ai repris le train pour Lausanne.

Au Pays des Trois Soleils
Au Pays des Trois Soleils
Repost 0
Published by scandinadream - dans en Suisse
commenter cet article
8 juin 2016 3 08 /06 /juin /2016 15:51

Oui, j'ai attendu bien longtemps avant de publier cette page !

Pensez donc : elle date du Dimanche 24 avril 2016 !

C'est qu'il s'en est passé, des évènements, depuis ...

Mais reprenons :

Nous descendons vers le sud du Rhin, en espérant trouver le beau temps. Le sud du Rhin, c'est la région de l'Appenzell, que vous pouvez retrouver ici, en cliquant sur la ligne blanche :

Mais ça ne ressemble pas à mes photos du mois d'août 2015 ! Voilà comment nous découvrons le pays :

En Avril, ne te découvre pas d'un fil ...

La pluie se met de la partie quand nous arrivons au bourg d'Appenzell, où nous trouvons des gens partout, bien habillés en dimanche sous leur parapluie. Il en vient de partout. En voiture (les parkings et les bords de routes sont pleins à craquer) ou à pied (depuis plus de 5 km de la ville). Mais tous les hommes en costume-cravatte et chaussures de ville !

Tout le monde se dirige vers l'église paroissiale. Le gros bourdon se met à sonner et nous emplit les oreilles. Et juste quand nous y arrivons, des gens commencent à en sortir : d'abord des "grenadiers", habillés comme au temps de Napoléon, puis des hommes revêtus de longues capes noires, et aussi un "homme rouge".

En Avril, ne te découvre pas d'un fil ...

Les hommes qui suivent, en costume ou redingote, portent tous une épée à la main.

Enfin vient la foule ordinaire, mais sur son 31. Quelle est cette mystérieuse cérémonie . ...

C'est à l'Office de Tourisme que nous avons eu la clé de l'énigme, grâce à une petite publication en français : c'est aujourd'hui "L'Assemblée du Peuple" (Landsgemeinde). Une fête qui permet de révéler cette évidence : l'autorité de l'Etat est aux mains du peuple.

Cette Assemblée incarne la Démocratie vivante et directe. Depuis 1403 elle se tient une fois par an à ciel ouvert sur la place, et permet d'élire les 7 membres du gouvernement du Canton et les juges du Canton. Des scrutins sont organisés sur les affaires courantes touchant des projets de constitution, des propositions de lois ou des crédits.

Tous les 4 ans, les élections permettent aussi de désigner le Conseil des Etats. Le gouvernement rend des comptes sur ses activités et sur les comptes publics et les personnes habilitées à voter peuvent alors argumenter pour ou contre une activité ou un projet donné, apporter une proposition ou présenter une initiative personnelle.

Et tout se termine, après 3 heures debout, par une fête de village dans une ambiance bon enfant.

Ah ! si chacun de nos départements ou régions pouvaient en prendre de la graine !

Mais il y aune chose que nous n'avons pas pu élucider : pourquoi de nombreux hommes portent-ils une épée ou un sabre à la mains ?

En Avril, ne te découvre pas d'un fil ...

En attendant, l'immense place est encore vide, mais d'après les photos de l'an dernier, à midi précise elle sera, malgré la pluie, noire de monde !

En Avril, ne te découvre pas d'un fil ...

Avant de partir, nous avons visité le village et l'église, maintenant vide.

En Avril, ne te découvre pas d'un fil ...

L'après-midi a été consacrée au Musée des Traditions Populaires d'Urnash, que vous avez vu sur le lien du début.

Et nous avons repris a route, vers l'ouest, cette fois, cherchant toujours le beau temps.

Jugez plutôt :

En Avril, ne te découvre pas d'un fil ...

Alors, dégoûtés, nous avons pris la direction de ... la France !

Repost 0
Published by scandinadream - dans en Suisse
commenter cet article
15 mai 2016 7 15 /05 /mai /2016 06:52

Sur 334 km, le Rhin sert de frontière entre la Suisse et l'Allemagne. Comme toute frontière, elle a ses incongruités : tout un canton suisse (celui de Schaffhouse) se trouve de l'autre côté du Rhin, et englobe une petite enclave allemande ! (Büsingen)

Au bord du Fleuve

Nous, nous avons passé le Rhin (et la frontière) à Kaiserstuhl. Il n'y a pas de poste frontière, juste une marque au sol. Le village est du côté Suisse, mais le château du côté Allemagne.

Au bord du Fleuve

Il y a plus de 15 000 ans, le Rhin, dévié de son cours par des mouvements techtoniques, a dû se tailler un nouveau passage. Les chutes du Rhin se sont formées à la frontière entre une couche de calcaire dur et une zone de cailloutis. Plusieurs centaines de mètres cubes d'eau par seconde se précipitent en mugissant d'une hauteur de 23 mètres, sur une largeur de 150 mètres.

Au bord du Fleuve

Un rocher émerge au centre des masses bouillonnantes, bravant les éléments depuis des millénaires. Les amateurs de sensations peuvent y accéder en bateau : un belvédère est aménagé en haut.

Au bord du Fleuve

De part et d'autre du Rhin, un château surplombe les chutes. Nous avons choisi celui de Laufen.

Au bord du Fleuve

En remontant le fleuve, nous sommes arrivés dans la merveilleuse vieille ville de Stein Am Rhein.

Elle fait partie des vieilles villes moyennâgeuses les plus belles, mais aussi les mieux conservées de Suisse. Elle est célèbre pour ses façades peintes, ses maisons à colombages, ses oriels et ses ruelles invitant à la flânerie. Un vrai bijou.

Mais j'ai fait tellement de photos, malgré la pluie et le temps gris, que je ne sais pas lesquelles laisser de côté.

Au bord du Fleuve
Au bord du Fleuve

Un peu d'anecdotique ?

Au bord du Fleuve

Et en flânant dans les ruelles, vers le port :

Au bord du Fleuve

Mais cette pluie glacée ne nous encourage pas à la promenade, et pourtant la région est belle. Même le château, là-haut sur la colline, n'arrive pas à nous retenir.

Nous partons vers le sud, voir s'il y fait meilleur ...

Au bord du Fleuve
Repost 0
Published by scandinadream - dans en Suisse
commenter cet article
11 mai 2016 3 11 /05 /mai /2016 20:00

Vous l'avez compris, les caprices météorologiques ne nous ont pas permis de faire toutes les randonnées à pied et circuits vélo prévus au programme.

Mais dans cette belle région, on peut toujours trouver son compte.

Au royaume de l'horlogerie, nous sommes allés visiter le Musée CIMA, à Sainte Croix

C'est le Pays des Rêves mécaniques : à la fin du 19ème siècle, jusqu'à 600 ouvriers et 40 entreprises fabriquaient des oiseaux chantants mécaniques et des automates à musique. Ce village vaudois est ainsi devenu la capitale des boites à musique et de la musique mécanique. Et le Musée, Centre International de la Mécanique d'Art, est entièrement dédié à ce thème. Il présente l'histoire de la musique mécanique depuis les oiseaux chantants et les boites à musique jusqu'aux phonographes à cylindres inventés par Thomas Edison.

Je ne savais pas qu'on pouvait y faire des photos, et j'avais laissé mon appareil dans la voiture. Pour vous mettre en bouche, voici donc quelques photos d'internet. Mais surtout, allez cliquer sur le lien ci-dessous. Vous y trouverez un excellent reportage, avec photos et musiques ...

Jura & Trois Lacs

La région Jura & Trois Lacs (lacs de Bienne, Neuchâtel et Morat) est d'une grande variété de paysages. Entre lacs et pâturages fleuris, les rivières se sont frayé des chemins en sculptant des gorges magnifiques.

Entre deux averses, voici les Gorges du Taubenloch, longues de 2 km, aux portes de la ville de Bienne. Le chemin de randonnée qui traverse ces gorges étroites et descend jusque dans leurs profondeur en suivant le lit de la Suze à été construit en 1889.

Elles sont enjambées, tout là-haut, par 3 ponts : celui du chemin de fer, celui de l'autoroute, et celui de la route. Et aussi, au fond, par 3 ou 4 passerelles, car on passe d'une rive à l'autre. Et on peut même, presque, y prendre sa douche ...!

Jura & Trois Lacs

Après les gorges, les sommets.

Une petite route à 22 % nous conduit au Weissenstein, à 1285m, qu'on aurait pu atteindre aussi avec un télécabine en partant d'un village voisin de Soleure, Oberdorf. C'est un royaume pour les randonneurs. Et aussi, je suppose, pour le ski de fond l'hiver. Il ne reste que quelques plaques de neige, et les nuages nous font cadeau d'un magnifique paysage à 360°, au cours d'une petite promenade (110 m de dénivelé) qui nous mène au Röti, à 1395 m.

Jura & Trois Lacs

Ayant trouvé un sympathique petit camping familial entre Soleure et Bienne, Nous sommes partis explorer les environs en vélo, sur un itinéraire en boucle de 45 km (dixit le topo). C'est bon pour l'après-midi, avec nos vélos électriques.

Nous commençons par suivre un affluent de l'Aar et arrivons à Büren an der Aare, vieille cité datant du 13ème siècle, avec son pont-couvert en bois sur l'Aar.

Jura & Trois Lacs

Pédalant sans souci dans les collines, c'est en arrivant à Soleure (Solothurn) que nous avons commencé à ressentir la fatigue. Et pour cause : il s'est avéré que l'itinéraire faisait 15 km de plus que donné dans le topo. Soit une heure environ de pédalage supplémentaire !

Mais il fallait bien revenir, et nous n'avons donc pas fait le détour par le centre de la vieille ville. Si vous voulez le voir, vous le trouverez là :

Jura & Trois Lacs

Avant de quitter le Jura, encore une charmante cité médiévale à visiter : St Ursanne.

Selon la légende, elle doit sa fondation au moine irlandais Urcinus, qui aurait vécu en ermite dans ce lieu isolé au bord du Doubs. La collégiale et son cloître datent du 12ème au 14ème siècle, et de nombreuses maisons et bâtiments datent du 14ème au 16ème siècle. Il reste même quelques vestiges des remparts.

Jura & Trois Lacs

Toujours attirée par les couleurs, je me suis intéressée au portail sud de la Collégiale. En effet il est rare de trouver encore des traces de la peinture d'origine sur des monuments romans ou gothiques. Car c'est vers le 16ème siècle que l'on a renoncé à la peinture extérieure de l'architecture.

Bien sûr, toutes ces sculptures ont un sens qui nous échappe maintenant. Mais si vous êtes curieux, j'ai trouvé un site sur internet où tout cela est très clairement expliqué. Je vous mets le lien après la photo. Bonnes découvertes !

Jura & Trois Lacs
Repost 0
Published by scandinadream - dans en Suisse
commenter cet article
9 mai 2016 1 09 /05 /mai /2016 09:50

Mi-Avril 2016

Un petit coucou à tous nos amis, quarantuitards comme nous, ou peu s'en faut ...

Au cours de notre périple en Jura (suisse et français), en ce printemps très arrosé, j'ai trouvé bien changés des paysages que j'avais vus en juin dernier.

Le saut du Doubs, par exemple. Quel débit !

Il parait qu'il peut varier de moins de 20 m3 à plus de 1000 m3/seconde.

En voici quelques photos (pas terribles avec mon téléphone) :

Des nouvelles des Quarantuitards

La même chose dans les Gorges de l'Areuse, dont nous n'avons fait que la partie haute, vue la pluie. Et vu le débit, peut-être bien que le sentier le long de la rivière n'était pas toujours praticable. On ne s'y est pas risqués :

Des nouvelles des Quarantuitards

Maintenant vous pouvez comparer avec les photos de Juin 2015, lors de mon précédent passage, en cliquant sur la ligne blanche ci-dessous :

Et pour ceux qui aiment les cascades, suivez-nous au Val de Consolation, en Jura français.

Ce bout de monde est un havre de paix, pour les animaux et pour les hommes. A l'âge du bronze, déjà, les premiers agriculteurs s'y sont installés. Puis les religieux, depuis 1438. Et de nombreux meuniers, scieurs, teinturiers, forgerons y ont utilisé la force motrice de l'eau.

L'important monastère fondé au 17ème siècle est aujourd'hui un centre culturel et spirituel. De nos jours, de nombreux promeneurs apprécient le site classé du parc de Consolation, paradis des oiseaux.

Du haut de la Roche du Prêtre, à 843 m, nous avons d'abord dominé la profonde entaille de Consolation, vaste amphithéâtre où de nombreux ruisseaux jaillissent en cascades au pied de ces impressionnantes falaises. Excellent endroit où passer une nuit calme ...

Des nouvelles des Quarantuitards

Plutôt frais, le matin ! Des traces de neige à cette altitude. Mais le soleil est là.

Allez, on y descend !

Il faut d'abord se rendre au monastère qui se trouve à la sortie du Val de Consolation (mais pour nous, ce sera l'entrée dans cette étroite vallée fermée).

Des nouvelles des Quarantuitards

Le soleil n'a pas encore atteint le fond de la vallée, et l'ombre y règne dans ce petit matin froid.

Et nous partons à la rencontre des eaux jaillissantes ...

Des nouvelles des Quarantuitards

Et enfin, la grande cascade, qui jaillit du milieu de la falaise.

Et elle coule tout le temps, contrairement aux autres sources qui sont intermittentes. Ce sont les trop-pleins d'un important réseau de rivières souterraines, dont le vaste bassin d'alimentation collecte les pluies et la fonte des neiges.

En période de crue (nous n'en sommes pas loin) la grande cascade (Cascade du Lançot) s'abat à 5 m3 par seconde, emplissant l'air de ses frais embruns.

Des nouvelles des Quarantuitards

Mais avec la pluie et le froid, la météo n'a pas tout dit. Elle nous réservait encore ... la neige !

Des nouvelles des Quarantuitards
Repost 0
Published by scandinadream - dans en Suisse
commenter cet article
7 août 2015 5 07 /08 /août /2015 20:41

Lundi 3 août 2015

Avant de repartir vers Lausanne pour y retrouver ma petite famille, une visite s'impose dans cette petite ville prospère et dynamique, blottie dans l'étroite vallée de la Steinach, au sud-est du Lac de Constance : Saint Gall.

Elle doit sa fortune à une abbaye, fondée à l'endroit où le moine irlandais, Gallus, mourut en 650.

Sa Cathédrale baroque est classée au Patrimoine culturel de l'Unesco (ainsi que sa bibliothèque ***, que je n'ai pas visitée). Depuis 1767, elle dresse fièrement ses deux élégantes tours à bulbe jusqu'à 68 m.

Si l'extérieur est d'une grande sobriété, il forme un contraste étonnant avec l'intérieur, foisonnant chef d'œuvre de baroque tardif. La coupole** est sur le thème des huit béatitudes. Quant au chœur*** à la grille superbement ouvragée, il compose avec les grandes stalles et les seize confessionnaux sculptés un ensemble d'une élégance rare.

La fin du voyage

Cernant la Cathédrale, le charmant quartier historique correspond au tracé de la ville ancienne. Ici et là, les maisons des 16ème et 18ème siècles présentent des façades peintes et de beaux oriels typiques de la région.

La fin du voyage

Pour ce retour, je reprends en sens inverse le grand sillon longitudinal qui coupe les Alpes suisses en deux, de Coire à Martigny.Cette fois-ci, je me suis arrêtée au Col de la Furka (Furkapass, 2431 m) pour y photographier une fleur que je n'ai vue nulle part ailleurs. Un petit cadeau pour Maty qui l'a bien méritée.

La fin du voyage

Et voici quelques photos prises des deux côtés du col :

La fin du voyage

Merci à ceux qui m'ont lue jusqu'ici, et à un de ces jours, sous d'autres cieux ...

Repost 0
Published by scandinadream - dans en Suisse
commenter cet article
7 août 2015 5 07 /08 /août /2015 09:08

Dimanche 2 août 2015

Me voilà maintenant dans une Suisse de carte postale : un doux paysage de (hautes) collines verdoyantes, toutes piquetées de fermes, d'arbres et de jolies maisons, avec des prairies de vaches et de chevaux. C'est la grande combe alpestre du Toggenbourg. Un paradis.

Folklore et Traditions

C'est par là que je suis tombée dans un tableau du 18ème : Werdenberg.

Un vieux village encadré de verdures profondes et d'eaux dormantes, surmonté du château de ses Comtes.

Folklore et Traditions

On pénètre dans le bourg minuscule par une ruelle qui borde une série de maisons de bois sur arcades, aux inscriptions, millésimes et motifs décoratifs colorés.

Folklore et Traditions
Folklore et Traditions

Mention spéciale pour cette "maison aux serpents". Vous les voyez sous le toit ?

A près une petite grimpette dans les vignes, ce sera l'arrivée au château.

Folklore et Traditions
Folklore et Traditions

Construit au 13ème siècle et modifié par la suite, j'ai pu y admirer le confort apporté par ces gros poêles de faïence, chargés par la pièce voisine ou un corridor. Ici, le vert réserve une place de choix. Au Maître de maison, sans doute.

Folklore et Traditions
Folklore et Traditions

Un peu plus loin, le village de Urnäsch est surtout connu pour sa Saint Sylvestre.

Un excellent musée des traditions populaires présente, entre autres, les costumes et chapeaux traditionnels extraordinaires (et lourds : 30 kg !) portés par les "Chlaüse" lors de la célébration.

Et, chose rare dans cette région, les prospectus et le film (super) sont aussi en français ! De sorte que, pour une fois, j'ai tout compris.

Chaque année c'est le même rituel : de l'aube au crépuscule, les Chlaüse, personnages fantasques se promènent dans les maisons et fermes du village en faisant tinter leurs énormes cloches de vaches et en chantant un "Zäuerli", yodle typique de l'Appenzell. La population les remercie en leur donnant un peu d'argent ... et un peu à boire. On distingue trois groupes de Chlaüse les beaux, aux coiffes spectaculaires, incluant de vrais petites scènes de la vie pastorale.

Folklore et Traditions

Et puis les beaux-affreux, aux costumes confectionnés à partir de débris naturels (branches de pins, houx, mousse etc ...)

Folklore et Traditions

Et enfin les affreux, aux effrayants masques de dents, de cornes et d'os d'animaux.

Folklore et Traditions

L'origine de la Silvesterchlaüse se perd dans la nuit des temps, mais la cérémonie est répétée le 13 janvier, selon une vieille coutume née du refus de certains cantons réformés d'adopter le calendrier grégorien en lieu et place du calendrier julien.

La région Appenzell, dont fait partie UrnÄsch, est composée de 2 cantons, les plus petits de Suisse. L'un est catholique, l'autre est protestant.

Dans le village d'Appenzell, (en réalité c'est un "Flecken", c'est à dire une catégorie d'agglomération, ni ville ni village, à la fois rustique et bourgeois) de coquettes maisons à pignons en accolades au-dessus de boutiques. On peut y trouver toute la gastronomie traditionnelle : fromage gras d'Appenzell (le plus fort de Suisse), saucisse sèche de montagne etc ... et aussi les dentelles et broderies traditionnelles.

Folklore et Traditions

Dommage qu'il soit si tard, j'aurais aimer y flâner un peu plus longtemps ...

Folklore et Traditions
Repost 0
Published by scandinadream - dans en Suisse
commenter cet article
15 juillet 2015 3 15 /07 /juillet /2015 21:26

Mardi 14 juillet 2015

En descendant du Flüelapass, je me suis retrouvée en Basse Engadine. Très belle vallée, aux villages qui gardent leur caractère et ne sont pas des stations surpeuplées. Mais surtout, ce qui m'a frappée, ce sont les Maisons. Elles sont très nombreuses à être décorées des traditionnels "sgraffiti" (du pluriel italien en i )

Ce ne sont pas des peintures, mais comme des gravures ton sur ton. C'est pour ça que ça ne ressort pas beaucoup sur les photos :

Un dernier petit suisse ...

Deux villages ont eu ma préférence : Guarda * * , qui est considéré comme le village typique de Basse Engadine, avec ses fontaines ovales en bois et ses rues pavées.

Un dernier petit suisse ...

Et Ardez, pour ses oriels et quelques maisons superbement peintes :

Un dernier petit suisse ...

Mais Tarasp-Fontana, avec son château, mérite aussi un détour. Et d'autres villages, aussi ...

Un dernier petit suisse ...

Ce sont mes derniers kilomètres en Suisse (pour le moment).

A 15 h 30, me dit mon GPS, je passe en Autriche.

Vite, quelques dernières photos.

Un dernier "Petit Suisse" !

Un dernier petit suisse ...

PS : cette fois-ci, j'ai pensé mettre la carte à jour.

Vous pouvez aller la voir.

Repost 0
Published by scandinadream - dans en Suisse
commenter cet article

Présentation

  • : scandinadream.over-blog.com
  • scandinadream.over-blog.com
  • : passer du rêve à la réalité. J'ai commencé par 5 mois de voyage en solitaire, en Trafic aménagé, au hasard des routes d'Europe du Nord (pour mon premier voyage) puis d'Europe Centrale, et maintenant sur des itinéraires peu fréquentés d'Espagne.
  • Contact

Recherche