Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 octobre 2021 4 07 /10 /octobre /2021 18:34

Nous voilà arrivés à cette région si particulière de Navarre : les Bárdenas Reales.

Classé Réserve de Biosphère par l’Unesco, le Parc naturel des Bárdenas Reales s’étend au sud-est de la Navarre sur une superficie de 42 500 ha. Les sols en argile, en gypse et en grès, ainsi que le climat semi-désertique modèlent ses reliefs. Il présente d’extraordinaires paysages de vastes plaines, de ravins, de buttes et de steppes, et compte trois réserves naturelles qui abritent une faune sauvage d’aigles, vautours, renards, reptiles …

 

Nous avons passé 2 jours et demi à parcourir la Bárdena Blanca, la plus visitée et photographiée, car elle contient vraiment des paysages à couper le souffle.

 

Le premier après-midi, une balade en partant du Castildetierra, emblème du Parc, nous a amenés à grimper les 200 marches qui mènent au belvédère du Cabezo de las Cortinillas et à découvrir bien d’autres curiosités.

¡ Olé ! en Navarre : le désert des Bardenas
¡ Olé ! en Navarre : le désert des Bardenas
¡ Olé ! en Navarre : le désert des Bardenas
¡ Olé ! en Navarre : le désert des Bardenas
¡ Olé ! en Navarre : le désert des Bardenas
¡ Olé ! en Navarre : le désert des Bardenas
¡ Olé ! en Navarre : le désert des Bardenas
¡ Olé ! en Navarre : le désert des Bardenas
¡ Olé ! en Navarre : le désert des Bardenas
¡ Olé ! en Navarre : le désert des Bardenas

Petit exercice d’imagination :

Sur cette dernière photo du Castildetierra, vu d’un autre côté, je vois un couple dos à dos, elle en longue robe évasée, lui pointant en avant une courte barbe. Les voyez-vous ?

¡ Olé ! en Navarre : le désert des Bardenas

Le deuxième jour, nous sommes partis en vélo pour une balade d’une trentaine de km, qui nous a menés sur le plateau appelé El Plano, au nord de la Bárdena Blanca. Son altitude ne dépasse pas 100 m. Ce territoire bordé de chênes verts et de romarin est aussi une terre de production céréalière. Nous sommes passés à côté du Castillo de Peñaflor. Magnifique formation surmontée d’un reste de tour. Ensuite j’ai pu la photographier au zoom depuis le plateau. Nous sommes aussi descendus dans un impressionnant Gran Canyon ....

¡ Olé ! en Navarre : le désert des Bardenas
¡ Olé ! en Navarre : le désert des Bardenas
¡ Olé ! en Navarre : le désert des Bardenas
¡ Olé ! en Navarre : le désert des Bardenas
¡ Olé ! en Navarre : le désert des Bardenas
¡ Olé ! en Navarre : le désert des Bardenas
¡ Olé ! en Navarre : le désert des Bardenas
¡ Olé ! en Navarre : le désert des Bardenas
¡ Olé ! en Navarre : le désert des Bardenas

Le troisième jour, nous avions un peu présumé de nos forces. Partis pour la Pisquerra, nous nous sommes un peu perdus. Voyant d’en bas un mirador et un groupe qui en revenait, ils nous ont indiqué le chemin, nous disant qu’il y avait un escalier. On y va. Mais l’escalier est encore plus en ruines que celui du premier jour. Dur-dur. Mais magnifique ! Nous observons l’itinéraire du groupe qui nous précède, en vue de les suivre, mais ils ont trop d’avance. Nous n’osons pas les suivre par peur de nous perdre.

¡ Olé ! en Navarre : le désert des Bardenas
¡ Olé ! en Navarre : le désert des Bardenas
¡ Olé ! en Navarre : le désert des Bardenas
¡ Olé ! en Navarre : le désert des Bardenas
¡ Olé ! en Navarre : le désert des Bardenas
¡ Olé ! en Navarre : le désert des Bardenas
¡ Olé ! en Navarre : le désert des Bardenas

Une fois redescendus, nous avons retrouvé l’itinéraire, mais trop fatigués, nous avons abandonné au pied du Rallón et avons fait demi-tour.

¡ Olé ! en Navarre : le désert des Bardenas
¡ Olé ! en Navarre : le désert des Bardenas
¡ Olé ! en Navarre : le désert des Bardenas
¡ Olé ! en Navarre : le désert des Bardenas

Après ces « exploits » sportifs, nous rejoignons Olite, vers le nord, pour une visite plus tranquille de la ville et du Château.

Partager cet article
Repost1
2 octobre 2021 6 02 /10 /octobre /2021 18:18

En route pour de nouvelles aventures, en Espagne cette fois et avec Alain, mon vieux complice, et son chien Roby. Mon Charly est resté à la maison, car son grand âge (14 ans et demi) nécessite le calme et le repos.

 

Nous n’avions pas encore visité le nord-ouest de l’Espagne, ce sera donc le but de ce voyage. Et pour commencer, le Massif du Mont Perdu, en Aragon, Communauté autonome qui se trouve juste au sud de chez moi, en passant par le tunnel de Bielsa.

 

Voilà la Valle de Pineta

Courte mais splendide ! Arrivés le soir par un temps maussade, la balade du lendemain fut magnifique. Des cascades partout … voyez !

¡ Olé !  en Aragon
¡ Olé !  en Aragon
¡ Olé !  en Aragon
¡ Olé !  en Aragon
¡ Olé !  en Aragon
¡ Olé !  en Aragon
¡ Olé !  en Aragon
¡ Olé !  en Aragon
¡ Olé !  en Aragon
¡ Olé !  en Aragon
¡ Olé !  en Aragon

Mais notre projet de rando dans le Canyon d’Ordesa est tombé à l’eau avec les orages du lendemain, et même du surlendemain ! Tant pis ! Nous tenterons notre chance au retour. Voici quand même un petit avant-goût, photographié durant une trop courte accalmie.

¡ Olé !  en Aragon
¡ Olé !  en Aragon
¡ Olé !  en Aragon
¡ Olé !  en Aragon
¡ Olé !  en Aragon
¡ Olé !  en Aragon
¡ Olé !  en Aragon

Donc, en route vers Jaca. Une déviation nous a fait passer par le minuscule village de Larrede, près de cette très belle église Saint Pierre. Construite vers 1050 dans le style roman aragonais, elle est caractéristique des églises du Serrablo, entre roman et mozarabe, et est classée bien d’intérêt culturel depuis 1931

¡ Olé !  en Aragon
¡ Olé !  en Aragon
¡ Olé !  en Aragon
¡ Olé !  en Aragon
¡ Olé !  en Aragon
¡ Olé !  en Aragon

Et voilà Jaca. Ville sympathique, aux rues animées assez typiques, et aux maisons décorées de façon originale.

¡ Olé !  en Aragon
¡ Olé !  en Aragon
¡ Olé !  en Aragon
¡ Olé !  en Aragon
¡ Olé !  en Aragon
¡ Olé !  en Aragon
¡ Olé !  en Aragon
¡ Olé !  en Aragon

Nous sommes attirés par sa cathédrale dédiée à Saint-Pierre, et étroitement liée aux chemins de Saint-Jacques. Ses origines remontent au 11ème siècle, à l'initiative de roi Sancho Ramirez d’Aragon, et c’est une des cathédrales les plus caractéristiques et les plus anciennes de l'architecture romane en Espagne. Elle a cependant perdu un peu de son aspect roman avec les ajouts de la Renaissance. Malheureusement, je suis tombée en panne de batterie d'appareil photo, et les photos de mon téléphone ne sont pas de bonne qualité.

Ce qui frappe tout de suite, c’est l’atrium et le portail frontal. Le raffinement avec lequel ont été taillés les chapiteaux des colonnes et le grand chrisme de la porte principale, démontrent qu'il s’agit d’œuvres provenant d’incontestables maîtres.

¡ Olé !  en Aragon
¡ Olé !  en Aragon
¡ Olé !  en Aragon
¡ Olé !  en Aragon
¡ Olé !  en Aragon
¡ Olé !  en Aragon

Et voici quelques photos de l'intérieur, piochées sur l'internet, car les miennes sont trop moches, en raison du manque de lumière. Pourtant j'ai trouvé magnifique cette cathédrale.

¡ Olé !  en Aragon
¡ Olé !  en Aragon
¡ Olé !  en Aragon
¡ Olé !  en Aragon

En continuant vers le sud, nous sommes passés près de deux sites visités en avril 2019 lors de notre voyage en Andalousie : le Monastère San Juan de la Peña** et les Mallos de Riglos. Vous les trouverez au début de l’article en cliquant sur ce lien :

Cette fois-ci, nous sommes passés devant les Mallos au coucher du soleil …

¡ Olé !  en Aragon
¡ Olé !  en Aragon

Mais notre but était un peu plus loin : le Château de Loarre

Perché à 1071 m d’altitude, il domine la plaine depuis plus de dix siècles. Il est la plus ancienne forteresse romane d’Espagne. Sa construction aurait été ordonnée par le roi Sancho III-le-Grand vers 1015 pour prendre part à la ligne de défense chrétienne du nord de l’Espagne contre les citadelles arabes de Bolea et Ayerbe.

¡ Olé !  en Aragon
¡ Olé !  en Aragon

Son visage actuel diffère peu de celui d’origine. D’aspect labyrinthique, on y reconnaît un pavillon royal, une ancienne tour de défense, une cour des armes, des dépendances militaires et de service, une chapelle et un donjon.

¡ Olé !  en Aragon
¡ Olé !  en Aragon
¡ Olé !  en Aragon
¡ Olé !  en Aragon
¡ Olé !  en Aragon
¡ Olé !  en Aragon
¡ Olé !  en Aragon
¡ Olé !  en Aragon
¡ Olé !  en Aragon

En1037, le roi Sancho Ramirez accola à la forteresse un monastère, ainsi que la grandiose église San Pedro (décidément, Saint Pierre était très vénéré dans la région !). Très soignée, cette église comporte 84 chapiteaux, presque tous en excellent état.

¡ Olé !  en Aragon
¡ Olé !  en Aragon
¡ Olé !  en Aragon
¡ Olé !  en Aragon
¡ Olé !  en Aragon
¡ Olé !  en Aragon

Enfin, il fit construire un remarquable mur d’enceinte.

¡ Olé !  en Aragon
¡ Olé !  en Aragon
¡ Olé !  en Aragon
¡ Olé !  en Aragon

En partant du château en vélo, par une piste de 20 km aller-retour, nous sommes allés au-dessus des Mallos de Riglos, que l'on aperçoit du Mirador de los Buitres : point de vue des Vautours, car il y en a beaucoup qui logent dans les falaises. Mais nous n'en avons pas vu. Il faut dire qu'il faisait un vent violent et qu'ils étaient sans doute au nid ...

¡ Olé !  en Aragon
¡ Olé !  en Aragon
¡ Olé !  en Aragon

En chemin, voici un autre point de vue depuis l'ermitage et la tour de Marcuello. Avec vue sur cette curieuse falaise toute rayée du massif de Os Fils.

¡ Olé !  en Aragon
¡ Olé !  en Aragon
¡ Olé !  en Aragon
¡ Olé !  en Aragon

A Bolea, à quelques kilomètres du château de Loarre, voici la Colegiata de Santa Maria la Mayor. Un bijou de la Renaissance !

Bolea fut la dernière enclave musulmane au nord de la ville de Huesca, définitivement conquise par le roi Pedro 1er d'Aragon en 1101. De la forteresse arabe, il ne reste qu'une partie de la grosse tour et des soubassements. Une église romane a été érigée dessus au 12ème siècle. Mais de cette église-même il ne reste que la tour-clocher et une crypte. Il a fallut attendre 1541 pour la construction de cet édifice dont le style se situe dans la transition du Gothique à la Renaissance. Le portail maniériste, lui, date de 1611.

¡ Olé !  en Aragon
¡ Olé !  en Aragon
¡ Olé !  en Aragon
¡ Olé !  en Aragon
¡ Olé !  en Aragon
¡ Olé !  en Aragon

Elle devint Collégiale en 1571. Cela se dit d'une église d'un rang élevé comprenant un chapitre de Chanoines (laïcs) dirigés par un Abbé qui, non seulement récitaient tous les jours, dans le chœur, l'Office Divin en grégorien, mais collectaient aussi dîmes et prémices à travers le large territoire qui dépendait de leur juridiction.

¡ Olé !  en Aragon
¡ Olé !  en Aragon
¡ Olé !  en Aragon

Dans cette église, le Retable du Maître-Autel est considéré comme un chef d'œuvre de la peinture espagnole de la Renaissance.

Réalisé entre 1490 et 1503, il appartenait donc à l'église antérieure. Il constitue un magnifique agencement de 20 panneaux peints et de statuettes de bois polychrome. Sa conception est gothique. Mais son caractère vraiment exceptionnel tient aux merveilleuses peintures (anonymes) qui conjuguent l'inspiration flamande : apparition du sentiment chez les personnages et riches détails de plantes et arbustes, et l'inspiration italienne : jeux de perspective, illumination et jeux d'ombres. Tout cela avec la richesse absolument originale des couleurs, particulièrement les verts et les rouges.

¡ Olé !  en Aragon
¡ Olé !  en Aragon
¡ Olé !  en Aragon
¡ Olé !  en Aragon

Deux autres retables appartenaient également à l'ancienne église : celui de Saint Sébastien (1503) et celui de Saint Jacques (1532).

¡ Olé !  en Aragon
¡ Olé !  en Aragon

Les autres retables sont baroques. Toutefois j'ai préféré les deux qui n'ont pas été recouverts de feuilles d'or. Ils sont sculptés en bois de pin sylvestre local, avec des ornementations surchargées à thème végétal et mythologique. Ce sont ceux  de Sainte Barbe et Saint Vincent.

¡ Olé !  en Aragon
¡ Olé !  en Aragon
¡ Olé !  en Aragon
¡ Olé !  en Aragon

Notre voyage se continue maintenant vers l'ouest, et nous allons entrer en Navarre.

A bientôt.

Partager cet article
Repost1
29 septembre 2021 3 29 /09 /septembre /2021 19:39

C'est avec Tristan et Aïda que j'ai découvert cette abbatiale.

Après 3 heures d'accrobranche pas très loin, nous pensions juste nous promener en visitant la ville de Payerne, et pourquoi pas, l'église. Et nous sommes tombés sur ce bijou, que nous avons décidé de visiter avec chacun son audioguide.

La visite est bien faite et a su intéresser les enfants (plus de 2 heures !)

Mais d'abord, un point géographique : Payerne est dans le Canton de Vaud, mais rien de mieux que Wikipédia pour la situer vraiment :

Toujours médiéval, mais en Suisse : Payerne

Et voilà maintenant pour le point historique :

Toujours médiéval, mais en Suisse : Payerne

Maintenant, on peut commencer la visite.

Après un petit film d'un quart d'heure pour nous mettre dans le bain, nous voici dans l'avant-nef, ornée de peintures murales datées d'environ 1200 (photo 1 après laquelle elles défilent dans l'ordre).

Puis la nef s'offre à nous, avec sa hauteur majestueuse et sa lumière douce favorisant l'émotion. C'est un chef-d'œuvre architectural dont le secret a été découvert lors de la restauration : pour améliorer la perspective, l'architecte a joué avec l'écartement des piliers : ils s'écartent légèrement plus on monte vers le chœur (ce qui se voit mieux lorsque, du chœur, on regarde vers l'entrée). Car on monte vraiment ! Le niveau du sol s'élève très progressivement. Mais on ne s'en aperçoit que si on le sait.

Puis on monte dans la Chapelle St Michel, située au-dessus de l'avant-nef, par un étroit escalier. Les moines clunisiens y célébraient les morts, mais maintenant on y conserve l'ancienne couronne de la flèche de l'abbatiale, en bois de chêne, déposée en 1956. Elle avait été installée en 1645, pour rappeler l'attachement de l'abbatiale au royaume de Bourgogne. L'actuelle couronne est en bois recouvert de cuivre.

 

Toujours médiéval, mais en Suisse : Payerne
Toujours médiéval, mais en Suisse : Payerne
Toujours médiéval, mais en Suisse : Payerne
Toujours médiéval, mais en Suisse : Payerne
Toujours médiéval, mais en Suisse : Payerne
Toujours médiéval, mais en Suisse : Payerne
Toujours médiéval, mais en Suisse : Payerne

Des images de synthèses animées nous font découvrir la vie de Sainte Adélaïde,  brillante femme politique, reine d'Italie, puis impératrice de l'Empire romain germanique, qui soutint l'ordre clunisien dont devait dépendre la maison de Payerne.

En écoutant l'orgue, construit 1000 ans après le décès d'Adélaïde selon les principes de la Renaissance italienne, nous avons pu apprécier les secrets acoustiques du chœur, les anges de la Chapelle de la Résurrection, et les chapiteaux que l'on peut détailler virtuellement. Plus besoin de zoom !

Toujours médiéval, mais en Suisse : Payerne
Toujours médiéval, mais en Suisse : Payerne
Toujours médiéval, mais en Suisse : Payerne
Toujours médiéval, mais en Suisse : Payerne
Toujours médiéval, mais en Suisse : Payerne
Toujours médiéval, mais en Suisse : Payerne
Toujours médiéval, mais en Suisse : Payerne
Toujours médiéval, mais en Suisse : Payerne

Et dans cette abbaye, qui constitue le plus grand édifice roman de Suisse, on découvre la Chapelle de Grailly, joyau gothique coloré contrastant avec la sobriété romane. C'est l'expression artistique du 15ème siècle.

Toujours médiéval, mais en Suisse : Payerne
Toujours médiéval, mais en Suisse : Payerne
Toujours médiéval, mais en Suisse : Payerne

Et une facétie du sculpteur : observez le culot qui soutient les arcs ...

Toujours médiéval, mais en Suisse : Payerne

Le cloître a disparu, mais de l'ancienne abbaye, il reste encore la Salle Capitulaire, où les moines se réunissaient pour échanger et prendre leurs décisions, car c'était le seul endroit où ils étaient autorisés à parler.

Tristan et Aïda ont aussi beaucoup apprécié les jeux interactifs qui y sont proposés, relatifs aux liens de l'abbatiale et de l'abbaye de Cluny et son réseau.

Toujours médiéval, mais en Suisse : Payerne

Au passage, l'ancien Hôtel de Ville, et tout à côté, l'église paroissiale.

Toujours médiéval, mais en Suisse : Payerne
Toujours médiéval, mais en Suisse : Payerne
Toujours médiéval, mais en Suisse : Payerne
Toujours médiéval, mais en Suisse : Payerne

Mais nous n'avons toujours pas vu l'extérieur !

Voilà le chevet, le clocher avec sa couronne et ses martinets (la plus grande colonie de Suisse. Ici ils sont protégés) ... et 2 photos aériennes ... d'internet !

Toujours médiéval, mais en Suisse : Payerne
Toujours médiéval, mais en Suisse : Payerne
Toujours médiéval, mais en Suisse : Payerne
Toujours médiéval, mais en Suisse : Payerne
Toujours médiéval, mais en Suisse : Payerne
Toujours médiéval, mais en Suisse : Payerne
Toujours médiéval, mais en Suisse : Payerne

Et toujours dans le coin, pour terminer le week-end, une bonne balade en forêt, qui se termine par les vestiges du château Montagny .

Mais attention : ce château est bien gardé !

Toujours médiéval, mais en Suisse : Payerne
Toujours médiéval, mais en Suisse : Payerne
Toujours médiéval, mais en Suisse : Payerne
Toujours médiéval, mais en Suisse : Payerne
Toujours médiéval, mais en Suisse : Payerne
Toujours médiéval, mais en Suisse : Payerne
Toujours médiéval, mais en Suisse : Payerne
Toujours médiéval, mais en Suisse : Payerne
Partager cet article
Repost0
24 septembre 2021 5 24 /09 /septembre /2021 06:17

Départ au-dessus de Sion. Douze kilomètres d'une petite route de montagne, sombres tunnels à une voie, et enfin, à 1800m, nous voilà au Lac de Tseuzier. Il est posé là, à flanc de montagne, derrière son barrage.

Arrivés le soir, avec Tristan et Aïda, pour y passer la nuit dans mon camion, voici d'abord quelques photos un peu sombres

Entre bisse et barrage : le Lac de Tseuzier
Entre bisse et barrage : le Lac de Tseuzier
Entre bisse et barrage : le Lac de Tseuzier
Entre bisse et barrage : le Lac de Tseuzier
Entre bisse et barrage : le Lac de Tseuzier
Entre bisse et barrage : le Lac de Tseuzier
Entre bisse et barrage : le Lac de Tseuzier

Au matin, nous partons pour faire le tour du lac, petite balade facile qui nous fait retrouver le Bisse du Rô, qui commence ici.

Quelques aménagements (un peu rustique, parfois) permettent de traverser les torrents pour venir admirer une magnifique cascade.

Entre bisse et barrage : le Lac de Tseuzier
Entre bisse et barrage : le Lac de Tseuzier
Entre bisse et barrage : le Lac de Tseuzier
Entre bisse et barrage : le Lac de Tseuzier
Entre bisse et barrage : le Lac de Tseuzier
Entre bisse et barrage : le Lac de Tseuzier
Entre bisse et barrage : le Lac de Tseuzier
Entre bisse et barrage : le Lac de Tseuzier
Entre bisse et barrage : le Lac de Tseuzier
Entre bisse et barrage : le Lac de Tseuzier

Merveilleux souvenir de ce petit lac ...

Entre bisse et barrage : le Lac de Tseuzier
Entre bisse et barrage : le Lac de Tseuzier
Entre bisse et barrage : le Lac de Tseuzier
Entre bisse et barrage : le Lac de Tseuzier
Entre bisse et barrage : le Lac de Tseuzier
Partager cet article
Repost0
17 septembre 2021 5 17 /09 /septembre /2021 20:01

Pérouges se situe plus loin dans mon parcours en diagonale vers la Suisse. A une trentaine de kilomètres à l'Est de Lyon, dominant la plaine de l’Ain

La Diagonale Médiévale : Pérouges

Comme toute cité médiévale, Pérouges a connu une alternance de périodes florissantes et d’époques plus agitées… Dès le Moyen Âge, la prospère cité de tisserands jouit de sa position stratégique sur le plateau de la Dombes et sur la route des foires entre Lyon et Genève. Au XVème siècle, le village passe tour à tour des mains des Dauphinois à celles des Savoyards puis, au XVIème siècle, subit les guerres de religion. Pourtant, de multiples témoignages du passé médiéval de Pérouges sont parvenus à traverser les siècles.

Finalement rattachée au Royaume de France en 1601, Pérouges connaît alors une véritable période de prospérité autour du tissage et de la viticulture.

.

La Diagonale Médiévale : Pérouges
La Diagonale Médiévale : Pérouges
La Diagonale Médiévale : Pérouges
La Diagonale Médiévale : Pérouges
La Diagonale Médiévale : Pérouges
La Diagonale Médiévale : Pérouges
La Diagonale Médiévale : Pérouges

La période faste de la Renaissance a elle aussi laissé son empreinte dans le patrimoine exceptionnel de Pérouges. Au fil de la balade sur les galets inégaux dénichés dans le sol de la Dombes, les échoppes et les demeures de tisserands aux façades à encorbellement, parées de fenêtres à meneaux, côtoient quelques maisons de notables.

La Diagonale Médiévale : Pérouges
La Diagonale Médiévale : Pérouges
La Diagonale Médiévale : Pérouges
La Diagonale Médiévale : Pérouges
La Diagonale Médiévale : Pérouges
La Diagonale Médiévale : Pérouges

Cette période florissante est probablement la dernière que connaît la cité avant de frôler la disparition au début du XXème siècle. Désertée par ses habitants, elle est au bord de la démolition lorsqu’en 1911, artistes et notables créent le Comité du Vieux Pérouges. Cette initiative obtient le soutien d’Édouard Herriot, alors Ministre des Beaux-Arts. Grâce au travail acharné de ces passionnés, le village signe alors "sa" renaissance.

 

Pérouges est aussi connue pour sa galette : la galette pérougienne. Une galette à base de farine, d'œuf,  de beurre et de sucre. Créée en 1912 par la famille Thibault qui tient toujours l’Ostellerie du vieux Pérouges, cette préparation était à l'origine préparée exclusivement lors des vendredis maigres.

C’est en fait une tarte au sucre très fine avec une pointe de citron dont je ferais des folies !!
 

La Diagonale Médiévale : Pérouges

Vous aurez ici tous les détails pour réaliser en un tournemain cette délicieuse galette.

Régalez-vous !!

Pour terminer ma série médiévale, j'ai été visiter le chantier médiéval de Montcornelles, pas très loin de là.

Je vous mets le lien pour le site. Malheureusement, avec les confinements successifs le chantier n'a pas pu avancer beaucoup. Mais nul doute que ces passionnés vont continuer leur avancée, contre vents et marées, ou plutôt : contre virus et confinements. Souhaitons-leur beaucoup de courage !!

La Diagonale Médiévale : Pérouges
La Diagonale Médiévale : Pérouges
La Diagonale Médiévale : Pérouges
La Diagonale Médiévale : Pérouges
La Diagonale Médiévale : Pérouges
La Diagonale Médiévale : Pérouges
Partager cet article
Repost0
11 septembre 2021 6 11 /09 /septembre /2021 16:05

Ce matin, ça démarre fort : à la descente du train, il faut passer une passerelle de 280 m de long qui surplombe le Rhône de 92 m. Elle est assez large : 1,40 m, mais elle tangue beaucoup trop au gré de Tristan et Aïda !

C'est la passerelle qui relie les villages de Fürgangen-Bellwald à Mühlebach. Un petit plongeon dans le Rhône ? Ici il est encore bleu de ses eaux glaciaires.

Encore de beaux villages
Encore de beaux villages
Encore de beaux villages
Encore de beaux villages

C'est à pied que nous partons vers Ernen, par un joli sentier ombragé qui nous fait passer près d'un ancien gibet, daté de 1703.

Encore de beaux villages

En redescendant sur Ernen, ses jardins et ses vergers bien entretenus forment un écrin en demi-cercle autour du bourg, jusque dans la vallée. Au centre du village se serrent les unes aux autres des bâtisses typiques de la région. Des placettes et des jardins atténuent la densité des constructions. La place centrale, en plein cœur du village, est exceptionnelle et compte parmi les plus belles de Suisse.

Encore de beaux villages
Encore de beaux villages
Encore de beaux villages
Encore de beaux villages
Encore de beaux villages
Encore de beaux villages
Encore de beaux villages
Encore de beaux villages

Une pause à l'ombre sur la place bordée d’édifices marquants, dont la «Tellenhaus», la Maison de Guillaume Tell, avec l’une des plus anciennes représentations du héros national suisse, peint en 1578.

 

Pour bien comprendre cette imagerie, il faut connaître un peu l'histoire (ou est-ce une légende ?) de Guillaume Tell. La voici, en version courte, tirée de Wikipédia :

D'après la légende, le bailli impérial de Schwyz et d'Uri — au service des Habsbourg, qui tentent de réaffirmer leur autorité sur la région —,Hermann Gessler, fait ériger un mât surmonté de son chapeau, exigeant que les habitants le saluent comme s'il était effectivement présent. Guillaume Tell passe devant le chapeau en l'ignorant. Gessler le condamne alors à tirer un carreau d'arbalète dans une pomme posée sur la tête de son fils (Walter). Par la suite, Tell tue Gessler d'un carreau d'arbalète en plein cœur alors qu'il passait dans le chemin creux situé entre Küssnacht et Immensee.

Encore de beaux villages
Encore de beaux villages
Encore de beaux villages
Encore de beaux villages
Encore de beaux villages
Encore de beaux villages

Pour le chemin du retour, nous sommes montés jusqu'à 1400 m pour suivre le bisse de Trusera, construit au 15ème siècle. C'est le bisse le plus à l'est du Valais.

Et nous voici redescendus dans la vallée, à Mühlebach.

Si, au moyen âge, Ernen était un bourg de bourgeois, de commerçants et de "fonctionnaires", Mühlebach était un village de paysans et d'artisans, ce qui se retrouve dans la construction des maisons. Ici, à Mühlebach, toutes les maisons anciennes sont en bois de mélèze, et les plus anciennes sont du 14ème siècle. On le sait par la datation du bois par la dendrochronologie. Et les plus récentes du vieux centre sont de la fin du 15ème, ce qui fait de ce village le plus ancien de Suisse en construction en bois. Et ici, les raccards s'appellent des "mazots".

Encore de beaux villages
Encore de beaux villages
Encore de beaux villages
Encore de beaux villages
Encore de beaux villages
Encore de beaux villages
Encore de beaux villages

Certaines maisons portent une date : 1549, ou 1389 et 1738, et bien d'autres ...

Bien entendu, ce village (habité) est classé, et aucune transformation ne peut être faite à l'extérieur des maisons. Mais à l'intérieur, tous les aménagements de confort sont possibles. Nous ne sommes plus au 14ème siècle !

Et c'est de là que nous rejoignons la passerelle pour reprendre le train ...

Encore de beaux villagesEncore de beaux villages
Encore de beaux villages
Partager cet article
Repost0
3 septembre 2021 5 03 /09 /septembre /2021 16:29

Cathédrale ou Basilique ? Ni l'une ni l'autre : cette fois-ci, c'est une Abbatiale. C'est à dire une église spécialement construite pour une abbaye.

 

A La Chaise-Dieu, c'est une abbaye bénédictine, dont l'origine remonte à 1043 lorsque Robert de Turlande fonde un monastère sur ce plateau désolé. A la mort de Saint Robert, en 1067, on compte 300 moines et 49 prieurés dans les environs. La multiplication des prieurés (250 établissements, jusqu'en Italie et en Espagne), l'affluence de donations et son rayonnement spirituel font de l'abbaye de La Chaise-Dieu le troisième ordre monastique français du milieu du 12ème siècle !

 

L'actuelle église abbatiale Saint Robert, commencée en 1344, est de proportions impressionnantes. Pourtant, elle fut achevée en huit ans à peine, sous le pape Clément VI, ancien moine de l'abbaye, qui désirait y être enterré. C'est aussi sous son abbaciat que fut construite la Tour Clémentine, puissante construction de caractère militaire, comprenant un four et un puits pour qu'en cas d'attaque ses occupants soient totalement autonomes.

 

Bien que saccagée par les huguenots durant les guerres de religion, la véritable décadence de l'abbaye viendra plus tard, quand la la nomination des abbés est abandonnée au roi : c'est le principe de la commende.

 

Avec la Révolution s'éteint la vie monastique, qui reprendra deux siècles plus tard, avec deux dates fondamentales : 

- 1966, naissance du Festival de musique classique, à l'initiative du pianiste Georges Cziffra

- 1975, la vie religieuse a repris à La Chaise-Dieu : une petite communauté de huit Frères de Saint-Jean y rétablit une vie religieuse mais non monacale, dans un apostolat de proximité.

La Diagonale Médiévale : La Chaise-Dieu
La Diagonale Médiévale : La Chaise-Dieu
La Diagonale Médiévale : La Chaise-Dieu
La Diagonale Médiévale : La Chaise-Dieu
La Diagonale Médiévale : La Chaise-Dieu
La Diagonale Médiévale : La Chaise-Dieu
La Diagonale Médiévale : La Chaise-Dieu

Taillée dans le granite, la nef produit une impression de grandeur et d'austérité : 76 m  de long pour 24 m de large. Le jubé, du 15ème siècle, sépare l'espace réservé aux moines de celui accessible aux fidèles. Rompant la perspective, il semble réduire la nef en hauteur : 18 m, pourtant.

 

La Diagonale Médiévale : La Chaise-Dieu
La Diagonale Médiévale : La Chaise-Dieu

En face du jubé, le buffet d'orgue du 17ème siècle.

 

Le chœur monastique est entouré de 144 stalles** en chêne sculptées au 14ème siècle. Il faut s'en approcher pour les apprécier pleinement. Visages, personnages, vices et vertus illustrent les culs de lampes.

Le siège de chacune des stalles peut être relevé. Cela permettait aux moines âgés et fatigués d’être mi-assis mi-debout pour chanter les offices souvent longs. Pour cette raison, ce siège relevé s’appelle une miséricorde. Les sculptures de ces miséricordes sont sobres et représentent essentiellement des feuillages.

La Diagonale Médiévale : La Chaise-Dieu
La Diagonale Médiévale : La Chaise-Dieu
La Diagonale Médiévale : La Chaise-Dieu
La Diagonale Médiévale : La Chaise-Dieu
La Diagonale Médiévale : La Chaise-Dieu
La Diagonale Médiévale : La Chaise-Dieu
La Diagonale Médiévale : La Chaise-Dieu
La Diagonale Médiévale : La Chaise-Dieu

J'ai trouvé sur internet ce beau montage ...

Au milieu du chœur se trouve le tombeau de Clément VI, qui l'avait fait exécuter de son vivant.. Il était entouré, à l'origine, de 44 statues représentant des membres de sa famille, mais après les guerres de religions, on n'a retrouvé que ce petit groupe.

La Diagonale Médiévale : La Chaise-Dieu
La Diagonale Médiévale : La Chaise-Dieu
La Diagonale Médiévale : La Chaise-Dieu
La Diagonale Médiévale : La Chaise-Dieu

Sur cette photo un peu ancienne de Wikipédia, on voit, au-dessus des stalles de grandes tapisseries***.

Elles ont été décrochées en 2013 pour leur restauration. Cet ensemble exceptionnel comprend 14 tapisseries d'Arras et de Bruxelles, en laine, lin et soie, exécutées au début du 16ème siècle.

Les sujets, tirés de l'Ancien et du Nouveau Testament et illustrant le thème du salut, sont copiés sur la Bible des pauvres, si répandue au moyen âge, et accompagnés de légendes en caractères gothiques. Chaque tapisserie est un triptyque qui fait le lien entre des épisodes de l’Ancien Testament et des épisodes du Nouveau Testament. Depuis 2019, elles sont maintenant exposées à hauteur de regard dans une ancienne chapelle, de 40 m de long sur 8 m de large.

La Diagonale Médiévale : La Chaise-Dieu
La Diagonale Médiévale : La Chaise-Dieu
La Diagonale Médiévale : La Chaise-Dieu
La Diagonale Médiévale : La Chaise-Dieu
La Diagonale Médiévale : La Chaise-Dieu
La Diagonale Médiévale : La Chaise-Dieu
La Diagonale Médiévale : La Chaise-Dieu
La Diagonale Médiévale : La Chaise-Dieu

Pour mieux comprendre la beauté de ce chef d'œuvre, je vous invite à cliquer sur ce lien :

Mais d'autres trésors se cachent à La Chaise-Dieu.

La Danse macabre**, par exemple. C'est, dans l'église, une impressionnante fresque murale de 2 m de haut et de 26 m de long, laissée à l'état d'esquisse par l'artiste qui l'a réalisée. Elle fut effectuée à la fin du 15ème siècle à la suite d'une épidémie de peste noire.

Ses trois panneaux mettent les grands de ce monde en présence des morts qu'ils deviendront et qui les invitent à danser : les puissants, les bourgeois, les artisans. Un message rappelant que, même pour les riches et les puissants, la vie terrestre n'est qu'un passage avant l'au-delà. L'œuvre inspira Arthur Honneger quand il composa, en 1938, son oratorio La Danse des morts, sur un livret de Paul Claudel.

Si vous ne connaissez pas cette musique, c'est peut-être une occasion pour la découvrir ? Elle dure 30 minutes, et elle est en intégrale sur You Tube ...

La Diagonale Médiévale : La Chaise-Dieu
La Diagonale Médiévale : La Chaise-Dieu
La Diagonale Médiévale : La Chaise-Dieu

Et la conclusion, volontairement heureuse, qui a inspiré Paul Claudel et Honneger :

La Diagonale Médiévale : La Chaise-Dieu

Un petit tour par le cloître*, et nous terminerons par la Salle de l'Echo.

Ici, deux personnes placées dans des angles opposés et se tournant le dos peuvent parler à voix basse et s'entendre parfaitement. Une telle disposition aurait permis, au Moyen âge, la confession des lépreux.

La Diagonale Médiévale : La Chaise-Dieu
La Diagonale Médiévale : La Chaise-Dieu
La Diagonale Médiévale : La Chaise-Dieu
La Diagonale Médiévale : La Chaise-Dieu
La Diagonale Médiévale : La Chaise-Dieu

Un petit Bonus ?

Il y avait, dans les bâtiments de l'abbaye, une exposition temporaire (jusqu'au 30/09/21) des tapisseries contemporaines de Dom Robert, sur le thème Faune et Flore.

Je me suis régalée et je vous mets quelques photos.

La Diagonale Médiévale : La Chaise-Dieu
La Diagonale Médiévale : La Chaise-Dieu
La Diagonale Médiévale : La Chaise-Dieu
La Diagonale Médiévale : La Chaise-Dieu
La Diagonale Médiévale : La Chaise-Dieu
La Diagonale Médiévale : La Chaise-Dieu
La Diagonale Médiévale : La Chaise-Dieu
La Diagonale Médiévale : La Chaise-Dieu

Et la prochaine étape médiévale sera  ...  Pérouges !

Partager cet article
Repost0
27 août 2021 5 27 /08 /août /2021 19:25

Cette balade, c'est celle du Glacier d'Aletsch.

Je l'ai faite seule avec Charly en 2015, puis avec Alain en 2017, et aujourd'hui avec Sigrid, Dirk et les enfants, plus Yves et Pierrette, des amis à eux.

Le paysage est toujours magnifique, mais cette fois-ci, depuis l'arrivée du télécabine, j'ai pu voir le Mont Cervin qui était dégagé.

La balade dont on ne se lasse pas !La balade dont on ne se lasse pas !
La balade dont on ne se lasse pas !La balade dont on ne se lasse pas !

Et c'est toujours aussi magique quand le glacier se découvre à nos yeux !

La balade dont on ne se lasse pas !
La balade dont on ne se lasse pas !
La balade dont on ne se lasse pas !
La balade dont on ne se lasse pas !
La balade dont on ne se lasse pas !
La balade dont on ne se lasse pas !

Mais cette fois-ci, nous ne sommes pas revenus par le tunnel : nous avons contourné la montagne. Et bien que ce soit plus long, c'est si beau qu'on ne regrette pas sa fatigue !

La balade dont on ne se lasse pas !
La balade dont on ne se lasse pas !
La balade dont on ne se lasse pas !
La balade dont on ne se lasse pas !
La balade dont on ne se lasse pas !
La balade dont on ne se lasse pas !
La balade dont on ne se lasse pas !

Il faut dire que nous nous sommes économisé 5 km en redescendant par un autre téléphérique, et en rejoignant la voiture avec le train. Ce qui nous faisait tout de même 18 km. Beaucoup pour les jambes des enfants.

Demain, repos !

Partager cet article
Repost0
22 août 2021 7 22 /08 /août /2021 10:33

Pour suivre, ou poursuivre, les grandes cathédrales médiévales, j'ai infléchi mon itinéraire vers le nord, et sur ma précédente carte, ça donne ceci (en rouge) :

La Diagonale Médiévale : Brioude

Me voici donc à Brioude, où j'arrive peu avant la fermeture de la cathédrale ... qui n'est pas une cathédrale mais une basilique*. Je ferai donc mes photos d'extérieur après,  dans la lumière de fin d'après-midi.

Brioude est en Val d'Allier, et pourtant, avec ses pierres de couleurs chaudes, la Basilique Saint Julien a, je trouve, un petit air méridional. Elle fut commencée à la fin du 11ème siècle par le nartex, et terminée en 1180 par le chœur et le chevet. C'est dire qu'elle est romane.

Admirez-le, ce chevet, avec ses mosaïques marquetées noir et blanc, et ses modillons sculptés ...

 

*une cathédrale est le siège de l'évêque du diocèse, une basilique est construite sur le tombeau d'un saint, ou renferme d'importantes reliques.

La Diagonale Médiévale : Brioude
La Diagonale Médiévale : Brioude
La Diagonale Médiévale : Brioude
La Diagonale Médiévale : Brioude
La Diagonale Médiévale : Brioude
La Diagonale Médiévale : Brioude
La Diagonale Médiévale : Brioude

Et vous pouvez les trouver tous détaillés ici par un vrai photographe !

La Diagonale Médiévale : BrioudeLa Diagonale Médiévale : Brioude
La Diagonale Médiévale : Brioude

En entrant, on est accueilli par de douces couleurs, créant une atmosphère propice au recueillement. La cause ? Trente sept baies ont été dotées de vitraux contemporains, réalisés en 2008 par l'artiste Kim En Joong, moine dominicain d'origine coréenne, et 2 autres en 1983 par François Baron-Renouard.

La Diagonale Médiévale : Brioude
La Diagonale Médiévale : Brioude
La Diagonale Médiévale : Brioude
La Diagonale Médiévale : Brioude
La Diagonale Médiévale : Brioude
La Diagonale Médiévale : Brioude
La Diagonale Médiévale : Brioude
La Diagonale Médiévale : Brioude
La Diagonale Médiévale : Brioude
La Diagonale Médiévale : Brioude
La Diagonale Médiévale : Brioude

Mais la pièce maîtresse de la décoration n'en reste pas moins les fresques et détails picturaux des 12ème et 13ème siècle, surprenants par leur diversité, leur "modernisme", et la verve des figures !

La Diagonale Médiévale : Brioude
La Diagonale Médiévale : Brioude
La Diagonale Médiévale : Brioude
La Diagonale Médiévale : Brioude
La Diagonale Médiévale : Brioude
La Diagonale Médiévale : Brioude
La Diagonale Médiévale : Brioude

Ajoutez à cela, d'extraordinaires chapiteaux romans, que vous pouvez contempler en suivant ce lien (2 parties) ...

... et encore un remarquable pavage polychrome du 16ème siècle ...

La Diagonale Médiévale : BrioudeLa Diagonale Médiévale : Brioude
La Diagonale Médiévale : Brioude

... et quelques statues du 14ème, assez remarquables par la rareté de leur représentation : un Christ lépreux, en bois, une Vierge parturiente, en bois également, et deux "Vierge à l'oiseau". L'une en lave, l'autre en bois doré.

La Diagonale Médiévale : Brioude
La Diagonale Médiévale : Brioude
La Diagonale Médiévale : Brioude
La Diagonale Médiévale : Brioude
La Diagonale Médiévale : Brioude

Un dernier trésor ? La chapelle Saint Michel.

On ne peut la visiter qu'avec un guide, c'est pourquoi je n'ai pu faire que cette photo, vue d'en bas (elle est sur la tribune du nartex). Ses fresques du 12ème siècle représentent, entre autres, un Christ en gloire, et leur abondance me fait penser à ces anciennes églises que j'ai visitées en Turquie.

Je vous mets le lien pour une visite complète.

La Diagonale Médiévale : Brioude

A bientôt ... à La Chaise-Dieu ...

Partager cet article
Repost0
11 août 2021 3 11 /08 /août /2021 10:38

J'étais déjà allée en Val d'Anniviers, et j'avais, par hasard, déjà visité, rapidement, le village de Grimentz, pensant que tous les villages se ressemblaient.

Mais cette fois-ci nous n'y allons pas par hasard, car Grimentz est le mieux conservé des villages de cette vallée. La raison en est qu'il n'a jamais subi d'incendie, et a donc conservé un habitat très ancien, datant, pour les maisons situées les plus au centre, du 13ème au 15ème siècle !

D'ailleurs, la maison la plus haute du village (15 mètres, et du 13ème siècle à la base) a été surélevée en 3 étapes successives, au 14ème, au 16ème siècle, et la date de 1791 est au dernier étage, à droite du faîte.

Grimentz, un des plus beaux villages de Suisse !
Grimentz, un des plus beaux villages de Suisse !
Grimentz, un des plus beaux villages de Suisse !
Grimentz, un des plus beaux villages de Suisse !

 

Une autre raison, c'est que l'accès routier d'aujourd'hui, avec ses infrastructures, n'a été réalisé que pour la construction du barrage de Moiry, qui a commencé en 1954. Jusqu'à 1919 n'existait qu'un chemin muletier, créé au 13ème siècle, et surnommé "le dévaloir". Ce qui veut tout dire ! Et depuis 1919, la route, non goudronnée et dépourvue de remblai jusqu’aux années cinquante (celle de Niouc a fait son lot de victimes) reste aujourd’hui encore impressionnante à emprunter. Il n'y a qu'à parcourir les lacets et les à pics qui séparent Sierre et l'entrée du Val d'Anniviers ...

 

 

Grimentz, un des plus beaux villages de Suisse !Grimentz, un des plus beaux villages de Suisse !

Cet isolement a déterminé le mode de vie des Anniviards : l'autarcie et le nomadisme.

«Le centre de gravité de l’existence des Anniviards se trouvait dans l’un des villages de la haute vallée, entre 1300 et 2000 mètres. Ils passaient également quelque trois mois par année en plaine, à Sierre. Ils y avaient des biens : prés, vignes, habitations, et ils descendaient sporadiquement pour diverses activités. Les Anniviards possédaient tous, en outre, un troisième logis, le plus souvent dans des lieux situés au-dessus du village principal. C’étaient les mayens où ils avaient des demeures précaires, qui les hébergeaient deux à trois mois par an, accompagnés de leur bétail.»

Cette transhumance pluriannuelle porte un nom : le remuage. Bien choisi : du village à la plaine, puis de la plaine au village, puis du village aux alpages, puis à nouveau au village… Des villages entiers se déplaçaient ainsi avec bagages, gamins, curé et instituteur, formant des files lourdement équipées sur les sentiers muletiers, croisant des voisins et des connaissances faisant le chemin en sens inverse. «

Cette transhumance, épuisante et vitale, n’a pris fin que vers le milieu du siècle passé, faisant d’eux, les derniers nomades des Alpes.

Grimentz, un des plus beaux villages de Suisse !Grimentz, un des plus beaux villages de Suisse !

Pour ne rien manquer, nous avons fait le "parcours historique "proposé par l'office du tourisme.

Nous y avons appris, entre autres choses, que le fleurissement du village poursuit une ancienne tradition, qui remonte officiellement à 1831, lorsque les habitants, après avoir construit leur nouvelle église, décident de la décorer. Cette tradition donne lieu, chaque année, au prix des balcons fleuris, dont le résultat est communiqué le 15 août.

Quelques fontaines animées enrichissent les places, découlant du travail du bois et de l'eau, tradition hivernale des montagnards.

Grimentz, un des plus beaux villages de Suisse !Grimentz, un des plus beaux villages de Suisse !
Grimentz, un des plus beaux villages de Suisse !

Encore quelques photos : la scierie, l'église, des raccards, et la croix de 21,8 m de haut, en bois de mélèze, bien entendu !

Grimentz, un des plus beaux villages de Suisse !Grimentz, un des plus beaux villages de Suisse !
Grimentz, un des plus beaux villages de Suisse !Grimentz, un des plus beaux villages de Suisse !

Et pour la mémoire, une demeure familiale de 1529 (d'après la datation de certains bois) a été aménagée comme un petit musée de la vie d'autrefois :

Grimentz, un des plus beaux villages de Suisse !
Grimentz, un des plus beaux villages de Suisse !
Grimentz, un des plus beaux villages de Suisse !
Grimentz, un des plus beaux villages de Suisse !
Grimentz, un des plus beaux villages de Suisse !
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : scandinadream.over-blog.com
  • : passer du rêve à la réalité. J'ai commencé par 5 mois de voyage en solitaire, en Trafic aménagé, au hasard des routes d'Europe du Nord (pour mon premier voyage) puis d'Europe Centrale, et maintenant sur des itinéraires peu fréquentés d'Espagne.
  • Contact

Recherche