Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 octobre 2013 5 04 /10 /octobre /2013 13:17

M'écartant du chemin pour un petit besoin urgent, voilà sur quoi je suis tombée !

Sur le moment, ça fait froid dans le dos. Je n'aurais pas voulu rencontrer celui qui l'a enfoncé là !

Au pays de Guillaume Tell

Une rencontre plus paisible. En Suisse, il ne faut s'étonner de rien ...

Au pays de Guillaume Tell

Et voilà les dernières fleurs à la mode sur le marché !

Au pays de Guillaume Tell

A + !

Partager cet article
Repost0
4 octobre 2013 5 04 /10 /octobre /2013 11:12

Dimanche 29 Septembre 2013

 

Magnifique, la grotte !

Elle n'est pas grandiose, mais intimiste, au contraire !

Et le fait de ne pas la visiter en groupe guidé contribue à cette ambiance.

Ce sont des petits couloirs tortueux, avec des concrétions absolument partout, presque à portée de main. Des sortes de coraux, ou bien de drôles de petites boules rondes juxtaposées ... mais aussi des draperies, colonnes, etc ... et un éclairage très bien intégré. C'est le même éclairagiste que celui du "son et lumière", et il n'a pas pu s'empêcher de mettre un peu de couleurs dans une partie de la grotte, là où il y a des reflets sur l'eau. Et une musique cristalline ...

 

Malheureusement, en entrant dans la grotte, au bout de 2 photos ma batterie a déclaré forfait, et je n'avais pas pris celle de rechange. Très gentiment, Pascal m'a proposé de mettre ma carte mémoire dans son appareil et de me servir du sien. Mais moi qui me plaignais parfois de mon appareil photo, j'ai vite compris qu'il y a bien pire ... tant pis pour moi ! Et ça n'enlève rien au geste de Pascal.

J'en ai quand même sauvé quelques unes pour vous, et internet a fait le reste  :

 

Visites entre les gouttes

En sortant, il s'est mis à pleuvoir doucement.

Après pas mal de parlotte, j'ai quand même fini par dire au-revoir à Pascal et Renée, que je vous présente :

Visites entre les gouttes

Il pleut, le ciel est très bas, donc pas de point de vue au programme. Trois cistes à chercher tout en allant à Lucerne : une chapelle, un château sur une île, un autre château en ruines. Je n'ai trouvé que celle-là, et par chance, pour y monter, la pluie s'était arrêtée.

Visites entre les gouttes

Ensuite, c'est Lucerne (Luzern).

Comme c'est dimanche, on ne paye pas le parc-mètre, et ça c'est chouette. J'ai pu prendre mon temps ... sauf que j'y suis arrivée à 16 heures !

Je vous présente d'abord le Monument du Lion (j'étais garée à côté). C'est, en Suisse, un morceau d'histoire de France, car il fut érigé en hommage aux Gardes Suisses tombés au service de Louis XVI lors de l'attaque des Tuileries par les Révolutionnaires, fin juin 1793.

Visites entre les gouttes

Juste à côté, c'est le "Panorama Bourbaki", qui rappelle encore des événements liés à la France.

 

Un peu d'histoire, donc.

Nous sommes en février 1871. La guerre franco-prussienne, commencée en Juillet 1870 s'est soldée par la défaite de la France. Malgré la capitulation de Paris le 28 janvier 1871, les Allemands poursuivent encore l'Armée de l'Est du Général Bourbaki, car, étant sans nouvelles de cette armée, elle était exclue de l'armistice !

Elle s'est retranchée dans le Jura, décimée par le froid et la faim. La seule solution qui lui restait était le désarment et l'internement en Suisse, accordé par la Convention de Verrières, signée le 1er février.

 

Et donc, au début février 1871, plus de 87 000 soldats et officiers Français ont franchi la frontière suisse dans le Jura vaudois et neuchâtelois. Ils ont été désarmés par des unités militaires suisses. Les soldats internés ont été soignés et nourris d'abord par la population qui les a pris en pitié.

Malgré tout, près de 1700 hommes ont perdu la vie en Suisse.

Les "Bourbakis" ont quitté la Suisse en mars 1871.

 

C'est le désarmement et l'internement d'une partie de cette armée qui est racontée sur cette toile circulaire de 112 mètres de long sur 10 mètres de hauteur. Vingt-et-un personnages, au premier plan, viennent en renforcer l'effet saisissant. Des bruitages et des témoignages captivants viennent aussi en renforcer la charge émotionnelle.

 

Le peintre, Edouard Castres, a participé lui-même à cet événement comme volontaire de la toute jeune Croix Rouge (fondée en 1863), et a réalisé son chef-d'œuvre 10 ans plus tard, à Genève. Elle est exposée à Lucerne depuis 1889, où un bâtiment a été construit exprès pour elle.

Visites entre les gouttes

Ceci n'est bien sûr qu'une vue fragmentaire du panorama. Vous le verrez mieux en cliquant sur ce lien où vous pouvez le faire dérouler, et faire des zooms en cliquant sur les petits appareils photos rouges. Recliquer sur l'image pour revenir.

Et puis je suis allée par les rues : remparts avec leurs tours, ponts de bois couverts avec leurs peintures triangulaires et leurs chapelles ...

Visites entre les gouttes

Vieille ville aux riches maisons peintes de la renaissance ... mais dont la mode revient :

Visites entre les gouttes

Fontaines, enseignes, que de choses à voir !

 

Visites entre les gouttes

Ville de bord de lac, avec ses bancs d'un rouge presque fluo dans le gris du soir qui descend ...

Visites entre les gouttes

Et je n'ai pas tout vu, bien sûr !

Mais il est tard : 19 h 20 quand je repars, avec la pluie qui se met à tomber drue. Pas facile pour trouver un parking dans ces zones semi-urbaines.

J'espère que ça va se lever demain ...

Partager cet article
Repost0
1 octobre 2013 2 01 /10 /octobre /2013 21:22

Samedi 28 Septembre 2013

 

Ce matin, tout est brumeux. Presque du brouillard.

Je remonte le Rhin à la recherche de quelques cistes qui me font découvrir de jolis lieux, d'une autre manière. Ce qui ne m'empêche pas de compléter la visite quand j'en ai envie.

Comme à Schaffhouse (Schaffhausen), par exemple.

Je m'y suis régalée dans la forteresse et son Munot.

Cette forteresse date du 16ème siècle. Côté ville, elle est entourée de vignes. Côté collines, elle est entourée de douves sèches qui servent maintenant de parc pour des daims. Ils ne risquent pas de s'échapper.

 

Elle se présente comme une énorme tour ronde, dont la salle du bas est éclairée par des puits de lumière. On monte sur le toit en terrasse par le Munot, cette jolie tour qui lui est accolée et la dépasse, et qui contient un colimaçon. Qui n'est pas un escalier mais un pan incliné. Peut-être était-ce pour que les chevaux puissent monter jusqu'en haut ? En tout cas c'est pratique (quoique un peu raide) pour les fauteuils roulants et les poussettes.

Sur l'immense plate-forme, à la place des canons dont les deux derniers font la joie des enfants, ce sont maintenant tables et bancs, scène, toilettes etc ...

 

En redescendant par l'escalier au milieu des vignes, belle vue sur les toits de la ville ...

 

En remontant le Rhin, avant la chute

On appelle Schaffhouse "la ville des oriels". Ces petits balcons vitrés étaient signe de richesse. Il en reste 170, et ils datent de la Renaissance.

La richesse de cette ville vient du fait que les bateliers étaient obligés de décharger là leurs cargaisons, à cause des chutes du Rhin, qui ne sont qu'à 4 kilomètres. Des marchands s'y établirent et y créèrent des entrepôts qui ne tardèrent pas à prendre une grande importance. Dès la fin du 12ème siècle, Schaffhouse était une ville impériale libre.

En remontant le Rhin, avant la chute

De cette époque, il reste l'église de Tous-les-Saints, une abbatiale romane du 11ème siècle avec son cloître, qui, par extraordinaire, n'a pas subi de transformation notoire.

 

En remontant le Rhin, avant la chute

L'autre ville qui m'a beaucoup impressionnée, c'est Stein Am Rhein

 

Belle porte, pour commencer, belles maisons ensuite, mais quand je suis arrivée sur la Place de l'Hôtel de Ville, stupeur !

Où regarder ?

Tout autour, des façades renaissance, comme des tableaux !

Regardez :

En remontant le Rhin, avant la chute
En remontant le Rhin, avant la chute
En remontant le Rhin, avant la chute
En remontant le Rhin, avant la chute
En remontant le Rhin, avant la chute
En remontant le Rhin, avant la chute
En remontant le Rhin, avant la chute
En remontant le Rhin, avant la chute
En remontant le Rhin, avant la chute
En remontant le Rhin, avant la chute
En remontant le Rhin, avant la chute
En remontant le Rhin, avant la chute
En remontant le Rhin, avant la chute
En remontant le Rhin, avant la chute

Et puis je suis partie vers le sud (forcément !).

 

Ce soir, j'ai trouvé un tout petit camping au fond des bois où un campeur (ancien Parigot du 16ème) et son épouse Suisse m'a aidée pour me faire accepter au camping déjà fermé.

Comment je suis arrivée là ? à la recherche d'une ciste, voyons ! car il y a tout près une Grotte d'Enfer ...

 

Et ce soir, à la nuit, devinez quoi ?

Dans ce trou perdu, où il n'y a pas 10 personnes, un "Sons et Lumières" à l'entrée de la grotte !

Thème : la lutte du bien et du mal ? ou bien Anges et démons ? En tout cas, quelque chose d'approchant  !

 

Le cycle dure 10 minutes, 5 minutes de pause le temps que la fumée se dissipe, et ça recommence, 4 fois, entre 21 h et 22 h, tous les samedis jusqu'à fin octobre. Et il n'y a personne. Tout est automatisé. Quelle technique !

 

Demain matin, j'irai visiter la grotte avec Pascal, le Parisien. C'est une visite sans guide, et tous les panneaux sont en allemand ou en anglais. Comme il connaît bien la grotte, il m'a proposé de me servir de guide.

 

A demain !

 

Partager cet article
Repost0
1 octobre 2013 2 01 /10 /octobre /2013 20:28

Vendredi 27 Septembre 2013

 

Au matin, je suis au soleil, au-dessus de la mer de nuages ! Mais il me faudra inévitablement y plonger tout à l'heure ...

Chut !Chut !

Je continue ma route vers le château de Wildegg, prévu hier.

Construit au 12ème siècle par un Comte de Habsbourg, il a été transformé peu à peu, surtout par la famille Effinger qui l'a gardé 11 générations (4 siècles), jusqu'en 1912 où elle s'est éteinte et où il est revenu au Canton d'Argovie. De très beaux jardins, avec une roseraie réputée, mais ce n'est pas la meilleure saison pour la visiter.

Chut !

En m'acheminant vers le nord, je suis arrivée au bord du Rhin qui, à cet endroit, sert de frontière avec l'Allemagne. Je n'ai pas résisté à ce joli village, Kaiserstuhl, construit sur la pente de sa rive gauche.

 

Chut !

Sur la rive droite du Rhin, de l'autre côté du pont, c'est l'Allemagne. Mais il n'y a pas de poste frontière, juste un panneau et une marque au sol.

Chut !

C'est sur cette route que je continue ma route, et c'est tantôt la Suisse, tantôt l'Allemagne. Pour finir, j'arrive à Rheinau, en Suisse, après avoir traversé ce joli pont de bois.

Intéressante petite ville, lovée dans une boucle du Rhin. Mais le peu de parking m'empêche de m'y arrêter. Je l'ai seulement regardée de haut :

Chut !Chut !

De cette journée, nous arrivons à la chute.

J'ai voulu la contempler depuis le château de Laufen. Le voilà, perché au bord du Rhin :

Chut !

Mais le plus important, ici - la chute de l'histoire - ce sont les Chutes du Rhin. Rheinfall.

On peut les contempler depuis un belvédère construit au niveau de l'eau, auquel on accède par la cour du château. Sur le plan, il est marqué par un rond rouge.

 

Chut !
Chut !
Chut !
Chut !
Chut !
Chut !
Chut !
Chut !
Partager cet article
Repost0
1 octobre 2013 2 01 /10 /octobre /2013 10:37

Jeudi 26 Septembre 2013

 

C'est ce matin que j'ai été visiter Soleure. Il paraît que c'est la plus belle ville baroque de Suisse. Du baroque français, car de 1530 à 1792 l'ambassade française en Suisse était installée à Soleure.

En tout cas, cette ville a une particularité : le 11, chiffre sacré

 

La ville est la capitale du 11ème canton de la Confédération. Elle compte 11 églises et chapelles, 11 fontaines historiques, 11 tours. La cathédrale Saint Urs, dont la construction a duré 11 ans, a 11 autels (qui ne sont visibles tous ensemble que du milieu de l'allée, à la 11ème pierre noire). Les chaises de prière sont alignées en 11 rangs de 11 chaises. Il y a 11 cloches dans sa tour qui mesure 6 fois 11 mètres, et sa façade mesure 3 fois 11 mètres. Et on y accède par un escalier monumental de 3 fois 11 marches ...

Il y a aussi 11 musées ... et une horloge qui a 11 clochettes et qui n'affiche que 11 heures ! (là, c'est pousser le bouchon un peu loin, je trouve !)

 

Mais ce n'est pas une mode récente, car ce nombre vient de loin : au moyen âge, déjà, la ville comptait 11 portails, tours, bastions, fontaines publiques. Et 11 corporations, 11 baillis, 11 chanoines, 11 évêques.

 

Et bien sûr, on ne compte pas les associations et marques qui utilisent le chiffre 11 ...

Que de châteaux !

Mais je me suis surtout attardée sur la Place du Marché, où la Zytglogge (Horloge astronomique datant de 1545) occupe le premier étage du plus vieux bâtiment de Soleure (du 12ème siècle, ce qui couvre les années de 1100 à 1199 !) et nous montre 3 horloges : celle du bas indique les phases de la lune. Celle du milieu, animée à chaque heure pleine, présente un caractère symbolique : le chevalier, à gauche, représente la vie puissante. Au milieu, le Roi (ou est-ce un fou ? Il a un sceptre mais un bonnet d'âne !) c'est nous-même, dont le temps est compté par la mort, à droite, qui tient un sablier dans ses mains.

Tout en haut vous pouvez quand même vérifier si vous n'êtes pas en retard à votre rendez-vous !

 

Etonnez-vous, après cela, que Soleure vive de l'industrie horlogère ...

 

Que de châteaux !

Soleure a aussi pu préserver une partie de ses fortifications. Les plus anciennes remontent aux romains, mais celles du moyen âge ont été modernisées au 16ème siècle, avec l'adjonction de 2 portes, dont la Porte de Bâle, ci-dessus.

Et puis voici la fameuse cathédrale construite selon les règles du 11.

Vous remarquerez, dans de nombreuses villes suisses, la mode des personnages érigés sur les fontaines

Que de châteaux !

En continuant ma route vers le nord, zone frontière, que de vieux châteaux surveillant les vallées ! En voici quelques uns, saisis en roulant :

 

Que de châteaux !

Mes pas m'ont plus particulièrement portés vers celui-ci, où m'attendait une ciste. Mais vu le chantier, je n'ai pas pu l'atteindre. Dans quelques années, peut-être ...

 

Que de châteaux !

Et en voici un qui nous a bien fait grimper, Charly et moi !

Un escalier de bois permet même d'atteindre le haut de la tour.

J'allais en redescendre lorsque j'ai eu la surprise de voir arriver, dans l'escalier, 2 messieurs chargés d'une table de pique-nique, de bouteilles et de paniers de victuailles. Apparemment, ils seraient un petit groupe à manger là-haut ce soir. Sympa !

Et durant toute la visite, on entendait un cor des Alpes jouer dans la vallée. Musique enveloppante, dont on n'arrive pas à situer d'où elle vient ...

Que de châteaux !

Bien sûr, musique et image d'internet, car je ne les ai pas localisés !

Que de châteaux !

Je comptais m'arrêter à un dernier château, que je gagnais par des petites routes. Et au hasard d'un minuscule village (3 ou 4 maisons), la façade d'un très vieux monastère m'a arrêtée.

1145, c'est l'année de la fondation du Kloster Schönthal. Et maintenant, il sert de local pour une galerie d'exposition de sculptures très modernes. De nombreuses sculptures sont aussi réparties sur les sentiers d'alentour. Je me suis donc mise à la recherche de l'une d'entre elles (peut-être parce qu'elle est un peu plus figurative que les autres), pour y laisser une ciste aux cisteurs Suisses, en remerciement des châteaux qu'ils m'ont fait découvrir.

Regardez bien les sangliers : en bas de la sphère et dans la sphère, réalisée en lames de bois de 2,5 cm d'épaisseur.

Que de châteaux !

détail de la "sculpture" d'en haut, d'un artiste Lithuanien : jeu de réfractions et réflexions.

Que de châteaux !

Un peu plus loin, un petit col étroit donnant une très belle vue des 2 côtés de la montagne. C'est le Chilchzimmersattel, à 991 m. Cette route a été construite par l'armée suisse pendant la 1ère guerre mondiale, et le col est protégé par des blocs anti-chars, et des bunkers en béton sur la ligne de crête. Il y a même eu un peu de reconversion pour les pique-niqueurs ...

 

Que de châteaux !
Partager cet article
Repost0
1 octobre 2013 2 01 /10 /octobre /2013 09:04

Mercredi 25 Septembre 2013

 

C'est d'une humeur un peu morose que j'ai quitté Lausanne ce matin, après le départ de Tristan pour l'école.

Je suis partagée entre le désir de rester en famille et le désir de découvrir la Suisse ... sachant que dans une semaine je n'aurai plus ce choix. C'est cornélien !

 

Bon. J'ai fait route vers le Nord-Est pour m'arrêter, entre Berne et Neuchâtel, dans la petite ville de Morat (Murten), au bord du lac éponyme.

 

Petit rappel : chaque ville, en Suisse, a au moins 2 noms (français et allemand, quand ce n'est pas italien ou romand), et les cartes n'indiquent pas toujours le nom français. C'est pourquoi je vous mets entre parenthèses celui de la carte.

 

Morat est une petite ville qui a gardé une bonne partie de ses remparts, que l'on peut parcourir à loisir sur le chemin de ronde. Son château est devenu préfecture et un très beau moulin est devenu musée.

 

Nouveau départ

Puis, en continuant dans la même direction, j'ai rencontré ce beau pont de bois, et un très bel hôtel de ville. Mais je ne sais pas dans quel village. Car quand on sort d'une agglomération, il n'y a pas, comme chez nous, un panneau barré indiquant où vous étiez.

 

Nouveau départ

Ensuite, ma tortue a vaillamment grimpé dans les alpages, jusqu'à 1405 m, pour y brouter l'herbe tendre sur le Grenchenberg, et aussi y trouver une petite ciste bien cachée. Elle s'est même fait une copine, pas du tout du goût de Charly !

Nouveau départ

Une fois redescendue, j'ai contourné Soleure (Solothurn) pour l'aborder par le nord et à pied par une très jolie gorge : la gorge de Ste Vérène, autrefois aimée des ermites qui vivaient dans les cavités de ses falaises. On y trouve encore un ermitage et deux chapelles : l'une à St Martin et l'autre à Ste-Vérène, qui est venue d'Egypte au 4ème siècle pour soigner et enseigner. Encore aujourd'hui un ermite y vit dans une petite maison.

D'ailleurs, ce qui contribue à rendre cette balade paisible et joyeuse, ce sont les petites bougies qui vous accompagnent, de place en place, dans des trous de rochers, au long du sentier qui suit le ruisseau.

 

Au débouché, je comptais visiter la ville, mais j'ai cédé aux sirènes de la forêt qui, sur des panneaux, me conseillaient une jolie boucle dans les bois au-dessus, à la recherche de mégalithes : une carrière antique, des blocs erratiques particuliers, rond de sorcière, rocher à cupules ... tous prétextes pour prolonger la promenade ...

Nouveau départ

Plus qu'à trouver un coin tranquille ..

Partager cet article
Repost0
24 septembre 2013 2 24 /09 /septembre /2013 14:57

Dimanche 22 Septembre 2013

 

Quelques jours de repos, ça fait du bien !

Entendre parler français, dans la rue et dans les magasins, ça fait du bien aussi.

Mais par-dessus tout, serrer dans ses bras des gens qu'on aime, c'est le meilleur !

 

Sigrid et Dirk habitent Lausanne et leur appartement a une vue superbe sur le Lac Léman :

En Suisse

Aujourd'hui, nous sommes allés faire une balade dans le Valais, à Isérables, pas très loin de Sion.

En Suisse

Nous y avons découvert une construction caractéristique du patrimoine architectural valaisan : le raccard.

 

Destiné au stockage et au battage des céréales, il est construit sur des piliers surmontés d'une petite dalle ronde, empêchant l'accès aux rongeurs. Les madriers sont rudimentaires, taillés à la hache, pour assurer l'aération. Habituellement, il y a des galeries à l'extérieur pour y entreposer la paille une fois battue. Le soubassement est en pierre ou en bois, et sert de dépôt, de remise, voire d'écurie.

Au fur et à mesure de l'abandon des cultures de céréales, les raccards ont perdu leur fonction initiale. Ils sont encore utilisés pour le stockage du foin, du bois, d'objets divers. Beaucoup sont vides. D'autres ont été transformés en chalets ...

En Suisse

Le beau temps semble revenu, au moins sur la Suisse.

La naissance ne s'annonçant pas pour tout de suite, je compte repartir en vadrouille mercredi prochain pour une semaine, s'il fait beau.

Partager cet article
Repost0
24 septembre 2013 2 24 /09 /septembre /2013 08:45

Mercredi 18 Septembre 2013

 

Ce matin, c'est la visite du centre de Löfer. Bien que ce soit un gros village, le centre est piétonnier. Station de ski l'hiver, centre de randonnées l'été, presque toutes les maisons sont des Pensions (maisons d'hôtes).

Grande décision

Cette région est juste entre le Salzkamergut (à l'Est) et le Tyrol (à l'Ouest). Le principal intérêt de ces 2 régions n'est plus autant les  visites de châteaux, de musées ou d'églises, mais plutôt les montées en téléphérique pour admirer des vues extraordinaires ou atteindre des lacs d'altitude merveilleux ... ET IL PLEUT  !

Les sommets sont dans les nuages et nous avons les pieds dans l'eau !

Et en plus, il fait un froid de canard (8°), augmenté par le vent. Il a neigé, je pense à 1000 mètres. En tout cas, "ça sent la neige"...

 

Donc je prends une grande décision : celle de gagner directement Lausanne (680 km, il me faut 2 jours).

Il faut dire que le désir que j'ai de retrouver la petite famille qui m'attend là-bas a fait largement pencher la balance !

Après tout, le Tyrol n'est pas si loin. J'y retournerai sans doute ...

 

Voici quelques photos prises en conduisant jusqu'à la frontière avec l'Allemagne (eh oui ! c'est plus court de passer par Munich, et les autoroutes y sont gratuites).

Grande décision
Partager cet article
Repost0
23 septembre 2013 1 23 /09 /septembre /2013 08:18

Mardi 17 Septembre

 

Bien que le temps soit bouché, le Lac d'Atersee est tout de même bleu et beau. Qu'est-ce que ça doit être avec du soleil et du ciel bleu !

En visite chez Mozart

Celle-là est tirée de Wikipédia :

En visite chez Mozart

Au lieu d'aller visiter les montagnes du Salzkamergut, je change d'itinéraire pour laisser à la météo le temps de s'améliorer. Et je pars vers l'Ouest, vers Salzbourg.

 

Salzbourg, c'est la ville de Mozart. Il y est né, y a vécu, y est mort. On ne voit que lui, partout.

C'est aussi la ville de la famille Von Trapp, où fut tourné le film "La mélodie du Bonheur" ("The Sound of Music"), tirée de l'histoire vraie (mais romancée) de Maria Von Trapp :

Et dans ce film, on a l'occasion de se promener dans la vieille ville de Salzbourg ... que je n'ai pas reconnue ! De grands travaux occupent une place, des baraques foraines en occupent une autre, rendant leurs fontaines inaccessibles et leurs perspectives inopérantes. Bref, un peu de déception. Et le mauvais temps (bourrasques de pluie glacées) n'a rien arrangé !

 

Bonjour Salzbourg :

En visite chez Mozart

Quelques enseignes de la rue Getreidegasse :

En visite chez Mozart

Cathédrale : Dom St Rupert

En visite chez Mozart

Cimetière St Peter :

En visite chez Mozart

église St Peter :

 

En visite chez Mozart

Couvent de Nonnberg, où Maria Von Trapp a été novice :

En visite chez Mozart

Au hasard des rues de Salzbourg (dont l'abreuvoir aux chevaux) :

En visite chez Mozart

Et je repars vers le sud, par la belle vallée de la Saalach. 

Arrêt à Lofer où une courte et belle balade de 2 km (sans pluie !) à la recherche d'une ciste (Merci Lornitho, elle va bien) a permis à Charly de se dégourdir les pattes. 

En visite chez Mozart
En visite chez Mozart

Comme vous le voyez, la neige est tombée assez bas, et la température s'en ressent. Au village même de Lofer, la température affichée est de 8°. Brrrrr ...

En visite chez Mozart
Partager cet article
Repost0
23 septembre 2013 1 23 /09 /septembre /2013 08:03

Voici quelques photos bizarres.

Devinez comment j'ai fait :

 

1)

ça tourne !

2)

ça tourne !

3)

ça tourne !

A vos dicos :

 

   -  Comment s'appelle l'artiste/artisan qui crée les fameuses décorations en stuc ?

 

   -  Qu'appelle-t-on des "sgraffites" ?

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : scandinadream.over-blog.com
  • : passer du rêve à la réalité. J'ai commencé par 5 mois de voyage en solitaire, en Trafic aménagé, au hasard des routes d'Europe du Nord (pour mon premier voyage) puis d'Europe Centrale, et maintenant sur des itinéraires peu fréquentés d'Espagne.
  • Contact

Recherche