Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 juillet 2018 4 12 /07 /juillet /2018 10:46

C'est la 3ème fois que je viens en Autriche, et je n'aurai pas encore tout vu !

Sur cette carte, mon parcours de 2013 est en vert : c'était l'Est, avec Vienne.

Celui de 2015 est en bleu, et c'était l'ouest. Surtout le Tyrol.

Cette année, je l'ai tracé en noir, à gros traits. Forcément, mes routes, toutes tordues, se recoupent par endroits.

5ème épisode : en Autriche

29 Juin 2018 : en Basse Autriche

 

Alain n’a pas voulu affronter Bratislava et Vienne, les deux capitales voisines, que j'avais déjà visitées. Nous avons donc franchi la Morava, qui, à cet endroit, sert de frontière naturelle avec la Slovaquie, un peu plus au nord. Mais manque de pot, ou plutôt : manque de pont, c’est un bac qui fait le transport des voitures.

 

5ème épisode : en Autriche

Nous avons donc mit le pied en Basse-Autriche, une région encore à l’écart des grands flux touristiques. Une région que je n’avais pas visitée, dans aucun de mes deux séjours en Autriche. Elle offre pourtant un beau paysage vallonné avec une terre très fertile, de la vigne, et surtout, un peu partout, les « chevaux à bascule » du champ pétrolifère. Ce sont les pompes à balancier qui servent à l’extraction du pétrole ou du gaz. Sur la commune de Prottes, on extrait du pétrole depuis 1949.

Et les photos que vous voyez ne sont pas des sculptures modernes, mais les éléments d’un sentier didactique exposant les outils utilisés pour l’exploitation de ces matières premières. Avec les explications … en allemand, bien entendu !

5ème épisode : en Autriche

A Staatz, voici un château qui s’impose dans le paysage :

 

5ème épisode : en Autriche
5ème épisode : en Autriche

Nous mettons alors cap à l’ouest, en gardant la même latitude. Ce qui nous fait arriver dans la paisible ville de Eggenburg, qui a gardé une forte empreinte médiévale : ses remparts jalonnés de tours massives font encore presque le tour du centre historique. La Grand-place est bordée de maisons anciennes, dont l’une, de 1547, est couverte de sgraphites, avec des représentations de l’ancien testament.

5ème épisode : en Autriche

Voici quelques pièces remarquables dans l’église St Etienne, dominée par ses 2 tours romanes.

5ème épisode : en Autriche
5ème épisode : en Autriche

Et encore une fois je fais appel à vous pour identifier cette bizarre noix que nous avons rencontrée sur le lieu de notre pique-nique.

Un grand arbre, des noix jeunes qui sentent un peu le citron. Bien sûr, elles ne sont pas mûres. J’en ai aussi trouvé une vieille de l’an dernier.

Je me demande si elles sont comestibles ?

 

5ème épisode : en Autriche

 

30 juin 2018 : en Wachau

 

Une petite balade en vélo de 25 km, au départ de Franzen, au bord du lac. En suivant les méandres de la Dobra, nous avons vu plusieurs châteaux, plus ou moins en ruines. Retour par le plateau au-dessus, balayé par un grand vent froid.

5ème épisode : en Autriche
5ème épisode : en Autriche

Puis nous sommes arrivés dans la vallée du Danube, au niveau de Dürnstein. Je n’ai pas refait de photos, aussi, je vous invite à cliquer sur le lien ci-dessous pour voir celles de mon voyage précédent, en 2013.

 

Après ces quelques jours dans une région peu touchée par le tourisme, ce village envahi par les touristes nous a donné envie de fuir. Donc quelques photos pour la forme, et nous allons chercher une vallée plus calme !

 

5ème épisode : en Autriche

1er Juillet 2018 : en Vallée de la Salza

 

Cap au sud, donc, direction la Styrie. Une vallée tranquille, et comme c’est dimanche, même pas de camions sur la route. Et ainsi nous arrivons à Mariazell**. C’est le lieu de pèlerinage le plus fréquenté d’Autriche, mais peu de monde. Son origine remonte à 1157, quand le moine Magnus, envoyé par St Lambrecht dans la région, emporta avec lui une statue de la Vierge pour laquelle il fit édifier une chapelle : « Maria in der Zelle » (« Marie dans la chapelle ») donna alors son nom à l’endroit.

Cette statue d’action de grâces attira très vite de nombreux pèlerins. En 1364, Louis 1er, roi de Hongrie, remporta sur les Turcs une victoire qu’il attribua à la Vierge de Mariazell et fit bâtir une chapelle gothique, dont il ne reste aujourd’hui que la tour centrale et la nef (qui a été baroquisée) dans laquelle se trouve toujours la Chapelle de Miséricorde, qui abrite la statue romane parée de Notre-Dame de Mariazell sous un baldaquin d’argent à 12 colonnes.

Dès lors, la Madone de Mariazell symbolisa l’une des forces spirituelles garantissant la cohésion de l’empire. Les Habsbourg lui portèrent une vénération jamais démentie et firent le pèlerinage à diverses reprises.

 

5ème épisode : en Autriche
5ème épisode : en Autriche

Il ne nous restait qu’à enfiler la Vallée de la Salza qui trace un sillon à peu près inhabité sur 70 km, hormis quelques villages. Gorges, plans d’eau, montagnes et paysages superbes garantis. Si je n’ai pas plus de photos, c’est qu’on ne peut pas s’arrêter facilement : la route n’est qu’à 2 voies et il y a de nombreux virages. Voici quelques exemples :

 

5ème épisode : en Autriche

2 Juillet 2018 : incursion en Alpes d’Eisenerz

 

Hier soir, nous avons quitté la Salza pour venir dormir au bord du très joli Lac de Leopoldstein**, qui occupe, avec son château, un site au pied du Seemauer.

5ème épisode : en Autriche

Mais ce matin n’était pas jour de chance. Le télésiège que nous voulions prendre pour aller faire une balade sur les sommets ne fonctionne que le mercredi et le week-end. C’est l’inconvénient des régions trop peu touristiques. Et pourtant si belles !

5ème épisode : en Autriche

Nous repartons donc vers l’ouest (sinon nous n’arriverons jamais à la maison!) et voici Admont, avec son monastère bénédictin fondé au 11ème siècle.

5ème épisode : en Autriche

C’est la salle d’apparat de la Bibliothèque qui attire ici le plus de monde. Elle s’allonge sur 70 m, de part et d’autre d’une rotonde sous coupole, dans un décor rococo de 1776. Elle compte 1400 manuscrits et 150 000 volumes imprimés, et c’est la plus importante bibliothèque monacale du monde.

5ème épisode : en Autriche
5ème épisode : en Autriche

Mais le monastère comporte aussi un musée religieux dans lequel on peut admirer des vêtements liturgiques, des ostensoirs, et des ornements et parements crées par l’école de broderie d’Admont qui connut son âge d’or au 17ème siècle.

5ème épisode : en Autriche

Et encore une collection de sciences naturelles remarquable, réunie au début du 19ème siècle pour le lycée rattaché au monastère ; des expositions d’art contemporain, une exposition de statues gothiques …

J’aime beaucoup celle-ci :

5ème épisode : en Autriche

Ensuite, je suis allée visiter l’église du monastère. Après la Bibliothèque rococo, je m’attendais à un délire baroque. Mais non, elle est simplement et très purement gothique !

5ème épisode : en Autriche

3 et 4 Juillet 2018 : le tour du Dachstein

 

Nous sommes entrés dans le Salzkammergut, cette région dont Salzbourg est la capitale. Et nous découvrons un massif énorme sur notre droite (nous allons vers l’ouest) : le Dachstein. Ses plus hauts sommets (+ de 2600 m) sont dans les nuages pour l’instant, donc inutile de prendre le téléphérique qui monte au sommet. Mais en passant dans la petite station de Filzmoos, nous partons en vélo sur une petite route, à péage pour les voitures, qui nous mène dans un cirque peu élevé (1350 m) mais superbe. Et paisible, en plus, car ceux qui montent s’arrêtent au restaurant, et on voit peu de monde. Juste ce qu’on aime.

Pour donner le ton, voici la rencontre faite en montant :

5ème épisode : en Autriche
5ème épisode : en Autriche

Un tour qui côtoie un joli petit lac, des montagnes fantastiques tout autour de nous, le soleil qui a bien voulu se montrer, et nous redescendons en partie par un autre chemin.

5ème épisode : en Autriche

Il nous faut faire 56 km (GPS) pour contourner le Dachstein et nous retrouver au nord du massif. C’est un immense parking prévu pour le ski qui nous accueille pour la nuit, à 1,5 km du Lac inférieur de Gosau. Et au matin, nous le longeons en vélo pour aller jusqu’au lac Supérieur de Gosau. J’avais fait cette balade en 2013, mais à pied. Vous en trouverez quelques photos ici :

En voici d’autres, d’abord le lac du bas :

5ème épisode : en Autriche

celui du milieu, et enfin le lac supérieur :

 

5ème épisode : en Autriche

Nous n’irons pas à Salzbourg, que j’ai déjà visitée 2 fois.

Vous pouvez en trouver les photos en cliquant sur ce lien :

Pour gagner la jolie vallée de la Saalach, nous passons par un petit bout d’Allemagne, où nous empruntons la route panoramique de Rossfeld. Les nuages bouchaient la plus haute montagne, mais nous avions vue sur Berchtesgaden, sur le Dachstein (c’est celui qui a des petits glaciers, au loin), et sur Salzbourg.

5ème épisode : en Autriche

5 Juillet 2018 : en vallée de la Saalach

 

Nous voici à Lofer, que je ne pouvais pas passer sans y emmener Alain. Mais mes photos de cette année n’étant pas meilleures que celles de 2013, je vous invite à les regarder en cliquant ci-dessous :

Et puis quand même celles-ci. Ce cerisier palissé sur la maison est très surprenant !

5ème épisode : en Autriche

Après, nous sommes allés visiter la gorge de Vorderkaserklam. Elles est si étroite que par endroits elle atteint juste 80 cm. Escaliers et passerelles nous font gravir environ 100 m de dénivelé, car cette gorge est une succession de cascades.

5ème épisode : en Autriche

Enfin, pour l’après midi, une balade à vélo s’imposait. Nous l’avons faite plus loin, à une cinquantaine de kilomètres, dans la vallée du Pinzgau, au départ du village de Hollersbach im Pinzgau. Passant près du lac de barrage de Seetube, nous avons remonté presque toute la vallée. C’est le ciel soudain assombri annonçant la pluie qui nous a dit : stop, demi-tour !

Nous avons rencontré des fermes, des fermes-auberges, des cascades, des sommets gardant encore de la neige, et un torrent bondissant. Magnifique vallée, tranquille, interdite aux voitures. Seuls circulent les habitants.

 

5ème épisode : en Autriche

Nous sommes rentrés avant la pluie (la descente va bien plus vite !), mais maintenant nous l’entendons marteler le toit du camping-car. J’espère que demain le ciel sera nettoyé ...

 

6 juillet 2018 : la débandade

 

Non seulement le ciel n’est pas nettoyé, mais la pluie est tombée en déluge toute la nuit, et continue, quoique un peu moins drue, ce matin. La météo pour les 4 prochains jours l’annonce sans discontinuer.

Comme la météo sur les Alpes françaises est bien meilleure, nous décidons d’en prendre la direction, et nous verrons bien ce qu’on trouvera en route.

 

Déjà, en passant à Innsbruck, un petit tour dans la vieille ville a donné ceci :

 

5ème épisode : en Autriche

Nous quittons donc l’Autriche en lui disant : à l’année prochaine, peut-être ...

 

Comme cet épisode se termine un peu en queue de poisson, voici, en lot de consolation, quelques traces de notre traversée éclair d’un petit bout d’Italie, avant d’atterrir en France, dans le Queyras, pour le 6ème épisode.

5ème épisode : en Autriche
Partager cet article
Repost0
1 août 2015 6 01 /08 /août /2015 16:16

Vendredi 31 juillet 2015

Ce matin, ciel bleu, pas un nuage. C'est le moment d'aller faire un petit tour en montagne. Hier, sous la pluie, je suis arrivée dans la Vallée de la Silvretta, dans le Vorarlberg, qui est la partie la plus à l'ouest de l'Autriche. Ce sont des vallées très encaissées, dont la partie supérieure est vouée au ski.

J'ai fait, dans un brouillard complet, la partie la plus impressionnante de la route, d'ailleurs interdite aux caravanes : 33 lacets serrés, qui ne m'ont pas impressionnée puisque je ne voyais rien.

Aujourd'hui qu'il fait beau, je ne vais pas remonter (c'est une route à péage, en plus !)

Donc, destination de la balade, un lac : le Vallulasee. Plus de 900 m de dénivelé. Je n'ai pas de carte, mais il parait que c'est bien indiqué.

Il faut d'abord monter dans la forêt de sapins. C'est raide, et ça dure presque une heure. Mais à la sortie, c'est l'enchantement.

Adieu l'Autriche

Après une seconde rampe, un peu moins raide, et de nouveau un "mur" pour atteindre la crête du versant gauche de la vallée, nous arrivons enfin à un lac ....

Adieu l'Autriche

... mais ce n'est pas le bon ! Le Vallulasee est sur le versant d'en face, à la même hauteur. C'est ce que m'apprend un panneau jaune. J'ai dû faire une erreur en bas du mur ...

Qu'importe ! C'est beau quand même !

Adieu l'Autriche

Avant de quitter l'Autriche, voici un petit mix de quelques chapelles que j'ai croisées et trouvées jolies.

Adieu l'Autriche

Et regardez les drôles d'oreilles qu'ont les brebis, dans ce pays :

Adieu l'Autriche

Et demain matin : Adieu l'Autriche !

Partager cet article
Repost0
29 juillet 2015 3 29 /07 /juillet /2015 18:38

Mardi 28 juillet 2015

L'Archevêque de Salzbourg Marcus Sitikus, dont vous voyez le portrait ci-dessous avec une Dame rougissante, fit bâtir cette résidence, le château de Hellbrunn, entre 1613 et 1616.

L'Archevêque farceur

De grandes vitres sont placées devant les peintures pour les protéger. Nécessaire, mais dommage pour les reflets que cela occasionne.

Et voici une vue du château et du parc avec la grande pièce d'eau. Il y en a bien d'autres, invisibles d'ici.

L'Archevêque farceur

Dans le château lui-même, c'est la salle des fêtes, avec ses peintures en trompe l'œil, et la salle de musique à l'acoustique amplifiante, qui sont les plus intéressantes. Quoique j'aime aussi beaucoup les peintures du salon chinois.

L'Archevêque farceur

Mais les jardins valent la visite pour leurs fontaines et grottes, ornées de personnages assortis de jets d'eaux parfois intempestifs, propres à étonner et arroser plus d'un invité (à l'époque) ou d'un touriste (aujourd'hui). Et cela uniquement par des mécanismes mus par la pression de l'eau (pas d'électricité au 17ème siècle !).

Voici un des "postes de commandement". C'est celui de la Couronne, qui monte et qui descend par la force du jet d'eau (allégorie au pouvoir et à la situation des rois), et qui commande aussi la double haie d'eau à la sortie de la grotte, et quelques jets par-ci par-là, à l'intérieur et à l'extérieur, pour arroser les spectateurs.

L'Archevêque farceur

Chaque fontaine a ses jets-surprise, comme ces cerfs dont le museau se transforme soudain en arrosoir. Et quand on s'écarte, d'autres jets, partant du sol, peuvent vous surprendre.

Et il y a une dizaine de fontaines de cet acabit !

L'Archevêque farceur

Dans ce "Théâtre mécanique", 113 personnages sont animés par un mécanisme d'horlogerie . Pour en couvrir le bruit, une musique d'orgue se fait entendre.

L'Archevêque farceur
L'Archevêque farceur

Toutes ces figurines représentent les corps de métiers que l'on rencontre dans une ville.

(et pardonnez-moi ma maladresse pour filmer !)

Dans le pavillon de chasse, en haut de la colline, a été installé un musée des Arts et Traditions Populaires de la région de Salzbourg. J'ai surtout été sensible aux meubles peints, avec art et naïveté.

L'Archevêque farceur
L'Archevêque farceur

Et aussi aux coiffures des femmes, encore portées au 20ème siècle.

L'Archevêque farceur

On y trouve aussi des masques de carnaval, des objets de piété, et bien d'autres choses encore ...

L'Archevêque farceur
Partager cet article
Repost0
28 juillet 2015 2 28 /07 /juillet /2015 21:11

Lundi 27 juillet 2015

Il a plu toute la nuit, et encore jusque vers 14 h. Aucun paysage, aucune photo possible, et d'ailleurs, pas envie de descendre de voiture.

Heureusement que le matin, dans mon village-étape de Pürgg, j'avais fait connaissance avec la restauratrice qui travaillait sur la restauration de peintures du 12ème siècle, à l'église Sankt Johanes. 1160 pour être précis, m'a-t-elle dit. Car, ô miracle, elle parlait français. Et elle m'a fait visiter son chantier, normalement fermé au public.

Après la pluie ...

Ce qui m'a permis d'arriver jusqu'à 15 heures sans désespérer.

Alors, entrevoyant quelques sommets et de tous petits bouts de ciel bleu, nous partons, Charly et moi, pour le Lac de Gosau, accessible en voiture.

Après la pluie ...

Il est déjà très beau, avec les sommets découpés du Gosaukamm, mais nous montons jusqu'au Lac Supérieur, 1 heure plus haut.

Celui-là nous offre le Glacier de Gosau pour nous récompenser :

Après la pluie ...

Et Charly s'est encore fait courser par une jeune vache.

Après la pluie ...

Et une fois redescendus au 1er lac, retour par l'autre rive

Après la pluie ...
Partager cet article
Repost0
26 juillet 2015 7 26 /07 /juillet /2015 19:21

Samedi et dimanche, 25-26 juillet 2015

Le sel, symbole traditionnel de santé et source de richesse, a donné son nom, salz, à cette région dont la ville principale, Salzbourg, est aussi la ville de Mozart. Je l'ai déjà visitée en 2013, et vous pouvez la retrouver en cliquant ici :

Cette fois, pourtant, j'aborde la région par le sud-est.

Mais, comme il y a deux ans, je joue de malchance : le même orage qui m'avait surprise à Salzbourg a éclaté à mon arrivée à Tamsweg. Il m'a fallu attendre dans la voiture qu'il veuille bien s'éloigner ... puis visiter une ville mouillée.

Salzkamergut

La malchance m'a poursuivie un peu plus loin : j'ai voulu visiter le château de Moosham.

Après avoir pris les photos d'extérieur, quand j'ai voulu entrer, il en sortait de la musique d'orphéon, des rires et des chants. Sympa. Mais c'était un mariage, et la visite était fermée. Voici toujours l'extérieur :

Salzkamergut

Alors j'ai décidé d'aller respirer dans la montagne.

Un grand bond en avant m'emmène au lac Bodensee, avec pour but d'atteindre (à pied) le Hüttensee, 400 m au-dessus. Encore un "mur" à franchir, aussi à pic que la cascade puisque le sentier en zig zag est à droite de celle-ci.

Salzkamergut
Salzkamergut

Comme on était dimanche, j'ai constaté que l'on rencontre encore pas mal de gens qui portent le costume traditionnel : jupe longue avec tablier, manches bouffantes au corsage, et corselet pour les dames ; pour les hommes beaucoup portent la culotte de peau avec les bretelles et le devantier. Et j'ai même vu des chaussettes hautes à glands.

On fait même des culottes de peau spéciales pour les jeunes filles. Un peu plus brodées et bien moulantes, ou même des shorts.

Et ces vêtements sont toujours vendus dans les magasins de mode, pas seulement pour les touristes.

Et les chapeaux ...

Salzkamergut

J'ajoute quelques photos glanées sur ma route ...

Salzkamergut
Partager cet article
Repost0
24 juillet 2015 5 24 /07 /juillet /2015 16:57

Vendredi 24 juillet 2015

C'est la plus ancienne des cités de Carinthie. Châteaux en ruines, églises anciennes et remparts bien conservés lui donnent un attrait particulier.

Le grand nombre d'édifices historiques s'explique par l'intérêt stratégique de cette ville : Friesach surveillait un passage-clé de la route de Vienne à Venise (E - O)

Les fortifications (les seuls fossés, dans le monde germanique, à ne pas avoir été asséchés) encerclent le cœur de la cité d'une muraille crénelée de 820 m de long, sur 11 m de haut, et 1,50 m de large !

Près du vieux pont, on peut encore voir la cage de fer qui servait pour les condamnés ou les suppliciés ...

Friesach

Sur la Grand-place se dresse une magnifique fontaine sculptée de 1563 (pardon, je vous l'ai coupée en 2 morceaux). C'est un bien sympathique centre-village, qui attend avec impatience l'ouverture du festival annuel "Spectaculum im Friesach", qui a lieu ... demain.

500 personnes costumées comme au moyen-âges, des joutes, du tir à l'arc, de la bière ... et des milliers de spectateurs. Désolée de ne pas vous offrir ces belles photos, mais la foule me fait fuir !

Friesach

Au-dessus de la cité, les ruines du château de Petersberg, construit à partir de 1077 par un archevêque. Il ne reste du palais, jadis magnifique, que quelques murs béants et l'imposant donjon roman, haut de 30 m, qui abrite maintenant le musée.

Friesach

Et voici un dernier petit montage pour la route, car je quitte la Carinthie demain matin.

Friesach
Partager cet article
Repost0
24 juillet 2015 5 24 /07 /juillet /2015 07:13

Jeudi 23 juillet 2015

Je m'étais posée sur le flanc du Mont Ste Madeleine (Magdalensberg) et ce matin, j'ai fini de le gravir (en voiture, bien sûr).

De ce point haut (1058 m) on découvre un panorama à 360° sur le bassin de la Carinthie.

Oui, mais les bords de la cuvette sont toujours dans la brume de chaleur. Alors je me rattrape avec la chapelle, les cerfs et les biches ...

Trésors de Carinthie

Prochain objectif, le Château d'Hochosterwitz.

Il se voit de loin car il trône sur son rocher calcaire à 150 m au-dessus de la plaine.

Mentionné pour la 1ère fois en 1200, il fut acquis par Georg Khevenhüller en 1571. Celui-ci mit en œuvre des moyens considérables pour transformer le château en forteresse. Car la menace turque était omniprésente dans ce bassin au 16ème siècle. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle on trouve, au moins tous les 10 km, un panneau indiquant : château de ceci, château de cela. Et chacun a son caractère. Je ne peux pas tous les visiter.

Mais celui-ci est très spécial. Pour la construction des 14 portes successives qui servaient de fortifications, on a utilisé les entailles naturelles des ravins pour constituer des points de défense isolés par des ponts ponts-levis ou des ponts-bascule.

Voici le plan donné par Bibendum. En gris, c'est du rocher abrupt. Seules les zones blanches sont accessibles.

Trésors de Carinthie
Trésors de Carinthie

Georg Khevenhüller décréta que cette forteresse devrait toujours rester la possession de sa famille. Ce souhait ne fut pas facile à satisfaire, car les Comtes, et plus tard les Princes Khevenhüller s'étant convertis au protestantisme, de nombreux descendants de Georg durent s'expatrier durant la Contre-Réforme. Mais malgré tout, son souhait fut exaucé.

Dans la cour intérieure du château, tout en haut, un restaurant, bien sûr ! Et pour les quelques salles que l'on peut visiter, Charly était indésirable, alors moi aussi ...

Il y a , parait-il, une belle collection d'armes, qui rappelle que le château, à son apogée, disposait d'un important arsenal en mesure d'équiper environ 700 hommes.

Trésors de Carinthie

Tout naturellement, ma remontée vers le Nord m'a conduite à la Cathédrale de Gurk.

Construite au 12ème siècle, elle compte parmi les plus belles églises romanes d'Autriche. Si ses deux tours jumelles attirent d'emblée l'attention, elle réserve d'autres sujets d'émerveillement.

Vous avez dit : arcatures lombardes ? regardez comment elles sont traitées ici.

Et la décoration extérieure du chevet ? ce combat symbolique du bien et du mal date de 1175.

Sans compter les riches couleurs de cette belle pierre calcaire ...

Trésors de Carinthie

Le porche d'entrée a été muré depuis l'époque gothique, ce qui lui donne cette façade plate.

Si bien que le portail extérieur, en pur roman, se retrouve à l'intérieur, en compagnie des peintures des 2 testaments qu'on lui a adjoints alors :

Trésors de Carinthie

A l'intérieur, on retrouve tous les styles.

Du tympan de Samson ouvrant le gueule du lion, de 1200, aux stalles d'artisans locaux, la Piéta en plomb de Carinthie (1740) et surtout la crypte, achevée en 1174, avec ses 100 colonnes de marbre.

Trésors de Carinthie

Il ne faut pas oublier ces 6 panneaux, sculptés et colorés racontant des évènements de la vie de Ste Emma, à laquelle la cathédrale est dédiée et dont le tombeau est dans la crypte.

Trésors de Carinthie

Mais le plus fabuleux reste incontestablement le Maître-autel* * (1626-1632) entièrement en or, aux personnages saisissants de réalisme (72 statues, 82 têtes d'anges). Du plus beau baroque.

En bas, les 4 évangélistes et au-dessus, les Pères de l'Eglise. Au centre, la Vierge auréolée au-dessus de la Trinité.

Trésors de Carinthie

De nombreux monastères jalonnent ma route vers le Nord. Certains ont encore une activité monastique. En tout cas, cette zone de passage, si elle a favorisé le commerce a aussi favorisé les échanges artistiques, au bénéfice d'œuvres extraordinaires !

Partager cet article
Repost0
22 juillet 2015 3 22 /07 /juillet /2015 20:14

Mercredi 22 juillet 2015

En découvrant la Carinthie, j'ai l'impression d'entrer dans un hammam : il fait très chaud, avec un fort degré d'humidité. La brume de chaleur masque tous les horizons, qui sont pourtant montagneux. Et rien que d'être assise au volant je transpire comme si je faisais un effort !

Aussi, pas question d'aller s'enfermer pour visiter la vieille ville de Villach. Plutôt chercher de l'air au château de Landskron qui la domine.

C'est une belle ruine du Moyen-âge, qui fut l'un des points d'appui des Habsbourg en Carinthie. Elle est occupée aujourd'hui par un restaurant et une volerie d'aigles.

Un château et 3 Ave Maria

Maintenant, je vais dire mon premier Ave Maria. Celui de Maria Gail.

Car cette vallée, dans le sens Est-Ouest, est une ancienne route de pèlerinage marial, depuis le moyen-âge. Elle comporte 14 églises dédiées à Marie.

Cette église romane, remaniée en gothique, nous offre quelques fresques datant de 1250, mais surtout un somptueux retable * * du couronnement de la Vierge, du début du 16ème siècle.

Un château et 3 Ave Maria

Deux beaux lacs occupent cette vallée, antique voie de passage, et maintenant croisement des lignes ferroviaires et autoroutières.

Est-Ouest : Vienne - Venise

Nord-Sud : Salzbourg - Belgrade

Les lacs d'Ossiach, et surtout celui de Worth, constituent la Riviera Autrichienne. Comme il doit faire bon dans l'eau ! ... à condition de trouver une place de parking !

Un château et 3 Ave Maria

J'arrive à la presqu'île de Maria Worth, à la moitié de la longueur du lac, sans en avoir trouvé une ! Finalement, je me suis garée sur un parking d'hôtel. Tant pis !

Il y a deux sanctuaires à Maria Worth, et un ossuaire, cette tour ronde.

Le plus grand est l'église paroissiale. J'ai surtout été séduite par la crypte, aux joyeuses peintures florales, qui a gardé son style roman alors que le reste a été remanié.

Un château et 3 Ave Maria

Dans le 2ème sanctuaire, le plus petit, on découvre des peintures murales du 11ème siècle d'une grande beauté. Ce sont les plus anciennes de Carinthie. Voici une partie de ce qui reste des 12 apôtres :

Un château et 3 Ave Maria

Pour mon 3ème Ave Maria, j'ai gardé le plus beau : le Monastère de Maria Saal.

C'est aussi le plus ancien, car il date de la seconde moitié du 8ème siècle. Il fut fondé par St Modeste, apôtre de la Carinthie.

L'édifice actuel fut construit entre 1430 et 1460. Les fortifications qui l'entourent - anciens murs des cimetières, bâtiments conventuels, fossés - rappellent la situation dangereuse de la région, bastion de la chrétienté, face aux assauts répétés des Turcs jusqu'au 17ème siècle.

A l'extérieure, l'église a grande allure !

Dans le mur sont insérés de nombreuses pierres sculptées : des bas-reliefs de l'époque romaine (on reconnait un fourgon postal romain*, mais qui figure en fait le passage d'un mort dans l'autre monde) et aussi Romulus et Remus avec la louve nourricière. Il y a aussi de splendides pierres tombales.

Le baptistère roman est du 15ème, mais aujourd'hui entouré d'échafaudages. Il contient aussi un ossuaire. Et cette colonne gothique remonte à 1497.

Un château et 3 Ave Maria

A l'intérieur, dès l'entrée, une impression de sérénité.

J'ai été émue par le chœur inondé d'une lumière qui tombe juste sur la partie du retable d'Andorf* (1520) qui représente le couronnement de la Vierge.

La chaire est imposante, et l'orgue baroque, magnifique, est de 1735.

Un château et 3 Ave Maria

Il est presque 19 heures. Il est temps de se poser pour la nuit.

A demain.

Partager cet article
Repost0
21 juillet 2015 2 21 /07 /juillet /2015 20:18

Mardi 21 juillet 2015

J'avais trouvé refuge, hier soir, près d'un charmant petit lac d'altitude : Hintersee

Ce matin à la fraîche, vers 8 heures, je suis allée en faire le tour, comme un au-revoir à la montagne.

Cap au Sud-Est

En effet, je vais quitter le Tyrol et me diriger vers le sud-est, pour gagner un autre Land d'Autriche : la Carinthie.

1er arrêt : Lienz. Qui est encore en Tyrol.

Je voulais visiter son Château de Bruck car il était sensé contenir un musée sur les folklore et l'artisanat du Tyrol Oriental. Las : exit le folklore, bonjour la sculpture moderne !

Seule la chapelle est d'origine, avec ses magnifiques peintures du 15ème siècle. Mais photos interdites (avec gardien !) et aucune trouvée sur internet.

Il est tout de même dans un cadre très agréable et très reposant ...

Cap au Sud-Est

Après cette pause, je reprends la route sans autre arrêt notoire. Ce sera pour demain ...

Partager cet article
Repost0
20 juillet 2015 1 20 /07 /juillet /2015 19:01

Lundi 20 juillet 2015

Hollersbach im Pinzgau

Un village aux bien jolies maisons.

De la forêt à l'alpage

Au départ de Seetube (ça veut dire le Lac Tube !) il n'y a qu'à suivre la rivière. Heureusement, car je n'ai pas la moindre carte !

De la forêt à l'alpage

Et là, admirez la technique (je dirais même : l'art) de ces clôtures à bétail !

De la forêt à l'alpage

Et puis c'est l'entrée dans la forêt. Un régal de fraîcheur et de senteurs, en suivant toujours le cours d'eau ...

De la forêt à l'alpage

Au débouché de la forêt, la chaleur nous surprend. Admirez la goulotte incurvée à la forme du rocher : c'est une branche, creusée. Qui pourra traduire ce qui est écrit sur le rocher ?

De la forêt à l'alpage

Il n'y a plus qu'à redescendre avant l'orage quotidien ....

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : scandinadream.over-blog.com
  • : passer du rêve à la réalité. J'ai commencé par 5 mois de voyage en solitaire, en Trafic aménagé, au hasard des routes d'Europe du Nord (pour mon premier voyage) puis d'Europe Centrale, et maintenant sur des itinéraires peu fréquentés d'Espagne.
  • Contact

Recherche