Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 juin 2016 3 22 /06 /juin /2016 10:14

Mardi 14 Juin 2016

Aujourd'hui, nous avons traversé un petit bout d'Allemagne : le Schleiswig-Holstein.

Pour éviter Hambourg, nous avons traversé l'Elbe en ferry à Gluckstadt. Voulant longer la Mer du Nord, nous nous sommes retrouvés derrière une, ou2 ou 3 rangées de digues. Entre elles, des pâturages pour des moutons, ou des cultures : choux, pommes de terre, betteraves ... Et de l'autre côté, des champs d'éoliennes !

Essayez de les compter sur cette photo :

Un bisou d'Allemagne

Nous avons tout de même visité le charmant village de Friedrichstadt.

Ayant abrité au 19ème siècle une colonie de marchands hollandais, ceux-ci ont construit leurs riches maisons à la mode de leur pays. Ces façades aux pignons à redans font maintenant la particularité et le charme de cette bourgade. Et avec son canal qui traverse le centre ville, on lui donne parfois le surnom de "petite Amsterdam".

Un bisou d'Allemagne

Prochain épisode dans l'île de Fionie, au Danemark.

Repost 0
Published by scandinadream - dans En Allemagne
commenter cet article
12 novembre 2012 1 12 /11 /novembre /2012 12:45

 

 

Je suis dans la Forêt Noire (Noire, sombre, c'est du pareil au même !) mais je n'ai pas encore vu de brigands.

J'ais fait un grand pas vers le sud, autoroute aidant, pour faire connaissance avec cette région en m'attaquant à une série de cistes de Krapette.

Las ! Pas plus de cistes que de brigands. Les 3 premières que j'ai faites semblent avoir disparu. Mais j'ai quand même, grâce à elles, fait de belles découvertes.

 

Je n'avais jamais visité d'église vraiment baroque. Alors, là, j'en suis restée baba ... !

Elle est vraiment très belle, celle de Friesenheim.

 

 

 

 

Je passe sur le point de vue sous la pluie, mais ensuite le château en ruines de Reichenbach est vraiment chouette à visiter : bien aménagé, des infos claires, pas trop longues (et en français !). Et même un petit frisson en haut de la tour, et un autre en descendant au puits dans la demi-obscurité ... Chouette, je vous dis.

 

 

 

 

Mais je ne vais pas finir la série, et je vais rouler vite vers la France, car Charly m'inquiète. Il faut que j'aille consulter un vétérinaire en France. Ce sera bien plus facile et ce n'est pas très loin.

 

Juste un petit arrêt à Ettenheim, la cité baroque, où là, je trouve la boite, et je traverse le Rhin sur un ferry, le dernier de mon grand périple.

 

 

Repost 0
Published by scandinadream - dans En Allemagne
commenter cet article
12 novembre 2012 1 12 /11 /novembre /2012 11:04

Et me voici dans le Palatinat.

Région vinicole. Je suis sur la route du Vin, moi qui n'en bois pas une goutte. Je crois qu'on fait du Riesling, par ici.

Mais si je me régale ici, ce n'est pas à cause du vin mais de la vieille ville de Freinsheim, qui a gardé son enciente de murs médiévaux (double par endroits) et ses tours. C'est un régal que d'en faire ... le tour, par dedans ou par dehors où un chemin piéton fait une belle promenade.

J'y passe un bon moment, et l'après-midi file vite.

 

 

 

 

Le soir tombe (à 17 h !) quand j'arrive aux ruines de l'Abbaye de Limburg, près de Bad Durkeim.

Je fais tout de même quelques photos, forcément pas très nettes, et dors sur le parking. J'en refais le matin avant de partir, ainsi que mon devoir de cisteuse.

 

 

 

 

Et c'est toujours en cisteuse que je gagne Ludwighohe. Mais en chercheuse, cette fois.

Pour Charly, c'est le baptème du télésiège : 15 minutes de montée, et nous redescendons à pied. Le site et le paysage sont jolis, mais point de ciste, seulement une géocache.

C'était tout de même une jolie promenade ...

 

Palatinat.JPG

Repost 0
Published by scandinadream - dans En Allemagne
commenter cet article
12 novembre 2012 1 12 /11 /novembre /2012 09:35

Après la Loreleï; il a Pfalz, dans le Rhin.

Non, pas Splach dans le Rhin !

 

Pfalz est un château construit sur une île du Rhin, face au village de Kaub. Il assurait le péage des bateaux, et aussi la sécurité de la ville, aidé en cela par Gutenfelds (Château des Bons) en haut de la colline.

Gutenfelds est un titre honorifique gagné pour avoir assuré avec succès la défense de Kaub, assiégée pendant six semaines et demie en 1504. C'est là le thème d'une légende (une de plus) et d'une pièce historique.

 

La ville de Kaub a un autre sujet de célébrité : c'est là que, le 31 décembre 1813, le Maréchal Prussien Blücher fit traverser le Rhin à son armée pour se lancer à la poursuite de notre Napoléon.

Non, ce n'était pas encore Waterloo et le célèbre vers de Victor Hugo ("Soudain, joyeux, il dit : "Grouchy !". C'était Blücher") mais l'invasion de la France et la bataille de Brienne-le-Château. Oh la la, il faut réviser son histoire de France ! (heureusement, il y a Wikipédia !)

 

Ensuite, la route au bord du Rhin était coupée par d'importants travaux, et il fallait faire un long détour par le plateau pour arriver à Rüdesheim.

C'est la ville de cette rive que j'ai trouvée la plus agréable.

Elle a aussi trois châteaux, mais dans la ville. L'un abrite un important et très réputé musée des instruments de musique mécaniques (orgues de barbarie, carillons, boites à musiques, automates musiciens ...) Mais pour le visiter (en musique, c'est à dire avec démonstration des instruments) il faut être au minimum 4 personnes ! Alors on m'a aimablement renvoyée ...

 

 

Repost 0
Published by scandinadream - dans En Allemagne
commenter cet article
12 novembre 2012 1 12 /11 /novembre /2012 08:54

Et maintenant, la Loreleï. Nous y voilà.

 

C'est un éperon de rocher shisteux qui s'avance dans le Rhin, et donc le fleuve est plus étroit et plus profond à cet endroit. Plus dangereux aussi, en raison des écueils et des tourbillons.

Jusqu'au 19ème, ce passage représentait pour les bateaux et les trains de bois une aventure très risquée. Avant le passage, 3 sons de cloche invitaient l'équipage à la prière.

Le "chant de la Loreleï", écrit par H.Heine et mis en musique par Silcher, fit la renommée mondiale du rocher du Rhin :

 

 

 

DSCF5110DSCF5097

 

Voici la légende :

 

Loreleï, (peut-être une nymphe ?) par sa beauté surnaturelle et son chant magique fascine le coeur de bateliers : ils regardent vers le sommet du rocher pour voir l'admirable jeune fille et ... pour un moment les dangereux tourbillons et récifs sont oubliés. Leur bateau se brise et ils sombrent dans le fleuve.

C'est ainsi que le jeune Comte héritier de la Rhénanie-Palatinat devient la proie de la Loreleï, et court à sa propre perte. Son père ordonne de capturer ou de tuer la sorcière trônant sur le promontoire rocheux.

Lorsque les soldats lui ferment la retraite vers sa grotte, elle appelle à son secours son père, le Rhin. Des vagues géantes et bouillonnantes d'écume s'élèvent et emportent la jeune fille.

Depuis ce temps, on ne la revit plus.

Parfois cependant, par les claires nuits de pleine lune, retentit encore son chant mystérieux, décrit par les poètes de l'ère romantique.

 

Alfredo Catalani, musicien Italien du 19ème, a écrit un opéra sur ce thème : Loreley. Fermez les yeux et regardez danser la nymphe des eaux, sur la musique de l'acte III.

 

 

 

J'aurais pu monter l'escalier jusqu'en haut du rocher, mais je sais que je n'y aurais pas trouvé Loreleï puisqu'elle a rejoint les eaux paternelles.

Alors j'ai emprunté la digue construite pour dompter le fleuve, et qui s'avance dans le Rhin sur un bon kilomètre.

 

DSCF5102DSCF5114

 

Et je l'ai trouvée, Loreleï !

Elle est là, au bout de la digue. Elle contemple tristement les eaux assagies, nostalgique et mélancolique car les bateliers ne la regardent plus, et son chant est couvert par le bruit de leurs moteurs puants.

 

DSCF5118DSCF5149

 

Mon modeste hommage l'aura-t-elle consolée ?

Peut-être, car soudain un reflet bouillonnant est apparu sur l'eau, comme illuminée des profondeurs. Il est resté 3 ou 4 minutes, puis il a disparu. Etait-ce son "Merci" ?

(oui, oui, il y a encore des romantiques ...)

 

DSCF5123

 

Du coup, je suis montée (en voiture, et par un long détour) en haut du rocher pour faire quelques photos au soir tombant. (dans la photo de gauche, vous pouvez voir la digue)

 

DSCF5138DSCF5140

Repost 0
Published by scandinadream - dans En Allemagne
commenter cet article
11 novembre 2012 7 11 /11 /novembre /2012 15:39

C'est ici le coeur de l'Allemagne romantique.

Il n'est guère, le long du Rhin, de château, d'île ou de rocher qui n'évoque un récit chevalereque ou une légende.

Dans la partie moyenne du Rhin, que je vais parcourir, c'est celle de la Loreleï qui fait fureur. Je vous la conterai dès que j'en approcherai.

Car en attendant, la vallée du Rhin offre une impressionnante collection de châteaux : demeures seigneuriales, châteaux défensifs, péages ou protection des voyageurs, tous avaient leur utilité. Vous n'imaginez pas combien il y aurait de cistes si c'était en France ...

 

Bon. D'abord, puisque je vais vers le sud, je remonte le courant. Je le fais sur la rive droite, celle de la Loreleï. Ce qui n'empêchera pas mon zoom de j'aillir tout seul pour quelques photos un peu brumeuses de l'autre rive. Comme il n'y a pas de pont pour traverser entre Coblence (Koblenz) et Mayence (Mainz), la rive gauche sera peut-être pour un autre voyage ...

 

Regardez les ferries, ils ne ressemblent pas du tout à ceux de Norvège !

 

  DSCF5148.JPG

 

Petite précision historique :

Les châteaux du Rhin ont beaucoup souffert par les troupes françaises de Louis XIV (sous la conduite de Turenne), puis de Napoléon. Il y en a aussi des souvenirs (glorieux) du côté français :  link Certains ont été presque complètement démolis. Mais les Romantiques allemands les ont reconstruits au 19ème, selon les mêmes plans.

 

C'est le cas du premier : Burg Lahneck. (burg = forteresse médiévale, schloss = palais)

Ce n'est pas le cas du second : Marksburg, qui est le seul de la vallée à n'avoir jamais été détruit.

 Je ne l'ai pas visité, me réservant pour un autre ... qui en fait ne se visite pas ! Dommage.

 

 

.
.
Nombre de ces châteaux sont maintenant occupés par des restaurants ou des hôtels, ou les deux, et ne se visitent que sur rendez-vous. D'autres sont des ruines, assez difficilement accessibles.
Ceux appelés "les frères ennemis" sont des restaurants. C'est "le populaire" qui les a baptisés ainsi, car ils appartenaient à la même famille, mais étaient hérissés de défenses, comme s'ils étaient prêts à s'affronter.
Je suis allée au plus haut (Liebenstein), qui est aussi le plus ruiné. Mais on a ainsi une belle vue sur son frère (Sterrenberg).
Deux autres semblaient aussi prêts à s'affronter : le Chat et la Souris. Katz et Maus.
Le Katz appartenait à une puissante famille (Katzeneinbogen) et n'attendait qu'une occasion favorable pour dévorer la Souris. Et c'est encore le populaire qui a fait perdurer ce surnom de Maus.
J'aurais dû y monter (à pied 25 minutes, bien raide, redescendre et monter à l'autre, idem) Mais je n'en ai pas eu le courage. Surtout que ni l'un ni l'autre ne se visite.
.
.

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by scandinadream - dans En Allemagne
commenter cet article
11 novembre 2012 7 11 /11 /novembre /2012 12:53

J'ai deux compagnons de voyage pour ces 200 km : la pluie et la neige.

 

La neige se fait discrète en fond de vallée et réapparaît dès que je saute par-dessus une colline.

La pluie est intermittente, mais préfère se remettre à tomber quand je descends de voiture. Pour découvrir le Schloss Romrod, par exemple :

 

Hesse.JPG

 

Et puis elles me lâchent toutes les deux un peu avant Limburg An Der Lahn.

 

De toutes les "vieilles villes" à colombages que je vous ai fait visiter, c'est Limburg que je préfère !

Les vieilles rues sont serrées au pied de la cathédrale (étonnante d'extérieur, séduisante par sa simplicité à l'intérieur). Elles sont petites, bizarres, de guingois. Et ne se ressemblent pas les unes les autres.

A vous de juger !

Et que le crocodile me croque si je n'ai pas raison !

 

DSCF4923.JPG

 

 

 

 

 

 

 

J'emprunte maintenant la vallée de la Lahn pour arriver au Rhin.

C'est une vallée encaissée et sauvage, qui égrenne ses châteaux en ruine à mi-pente. Mais j'ai surtout vu des panneaux indicateurs, car le brouillard en a digéré la moitié.

 

vallee-de-Lahn1.jpg

 

et puis une rencontre insolite : ce sont bien des zébus, non ?

 

vallee-de-Lahn.JPG

Repost 0
Published by scandinadream - dans En Allemagne
commenter cet article
7 novembre 2012 3 07 /11 /novembre /2012 21:32

A Creuzburg, ce n'est pas la forteresse qui m'a séduite, mais le pont médiéval et sa chapelle, perdus dans la nature. Jugez plutôt :

 

Creuzburg.jpg

 

Le pont a été construit en 1223 par Louis 4, et c'est le plus vieux pont de pierres du land de Thuringe. La chapelle à St Liberius lui a été adjointe en 1499.

 

Ensuite je suis allée directement à la Wartburg, car avec l'heure d'hiver, il va faire nuit oire dès 18 heures.

 

Qu'est-ce que c'est que  "La Wartburg" ?

C'est l'ancienne résidence des Landgraves de Thuringe, inscrite depuis l'année 2000 au Patrimoine Mondial de l'Humanité de l'UNESCO.

Perchée sur un éperon rocheux au-dessus de la ville d'Eisenach, la forteresse, édifiée au 12ème siècle, présente un harmonieux assemblage de constructions de diffférentes époques.

Elle a également hébergé Luther durant 10 mois lorsqu'il était proscrit, et il y a travaillé à sa traduction du Nouveau Testament en langue allemande.

C'est aussi là que vécut Sainte Elisabeth de Hongrie (ou de Thuringe) depuis l'âge de 4 ans (ses fiançailles avec le futur roi Louis 4 âgé de 6 ans) jusqu'à la mort de son mari à la croisade où elle fut chassée du château par les Landgraves(elle dénonçait leurs moeurs relâchées). Elle fut canonisée en 1235, soit 4 ans après sa mort, à l'âge de 24 ans.

La Wartburg était réputée, depuis le 13ème siècle, comme une cour des Muses dont le rayonnement culturel influença la vie intellectuelle de toute l'Europe.

 

A peine le temps de quelques photos d'extérieur et je prends la visite de 16 h 15 ... qui se termine à 17 h 45 ! Encore quelques photos de nuit, et je redescends (1 km à pied). Dans le noir ? Pas tout à fait, car il y a des lampadaires quand on suit la route. Pas question de reprendre le même sentier pittoresque qu'à l'aller.

 

 

 

 

Du coup, nuit sur le parking ... et pluie au réveil

Pouah ! Moi qui voulais me balader dans la belle forêt de Thuringe ...

 

Donc, changement de programme : un tour dans Eisenach sous parapluie.

Mais tout ouvre à 10 heures  ! J'ai une heure d'avance.

Alors pas de visite de la Maison de Luther (là où il fit ses études) ni de la Maison de Bach. Car la famille Bach habitait Eisenach, et Jean-Sébastien y est né.

 

 

 

 

Et maintenant, cap à l'Ouest-sud-ouest, vers Koblenz pour remonter la Vallée du Rhin ...

Repost 0
Published by scandinadream - dans En Allemagne
commenter cet article
7 novembre 2012 3 07 /11 /novembre /2012 19:18

C'est bien le 28 Octobre que je me suis arrachée des bras de Sigrid et de sa petite famille. Parce qu'il faut bien revenir.

Et c'est presque 10 jours plus tard que je trouve une connexion pour continuer à vous donner des nouvelles.

 

Donc, je mets Cap au Sud.

 

Vallée de la Weser

Je croise un château visité (et cisté) l'an dernier, mais je m'arrête à une ciste de Montig, qui me fait découvrir celui, très discret, de Wülmersen. Vous pouvez y aller, la ciste y est toujours.

 

Vallees-Weser-et-Werra.JPG

 

Et à 6 km, je découvre les tours du Krükenburg. Comme ça il y a une ciste de plus dans le secteur. Avis aux amateurs ...

 

Vallees-Weser-et-Werra1.JPG

 

Un petit coup d'oeil au château de Sababurg, qui était sous échaffaudages l'an dernier. Il a gagné en beauté, mais il a perdu sa ciste : la plate-bande est devenue pelouse. Mais il reste celle d'à côté et celle de la forêt.

 

DSCF4579.JPG

 

Décidément, ça pousse bien dans la région, ces petites fleurs-là !

 

Vallees-Weser-et-Werra2.JPG

 

J'évite Kassel pour m'arrêter à Hann. Münden.

Quel drôle de nom. Car le . fait partie du nom (il n'y a que mon GPS qui l'ignore).

Un peu d'étymologie :

A l'origine, la localité portait le nom de Münden. Au 18ème on commença à parler de Hannoversch Münden, pour éviter la confusion avec la ville prussienne de Minden. Les Postes introduisirent en 1870 l'appellation de Hann.Münden, à laquelle se ralia, en 1909, l'administration des Chemins de Fer. Ce n'est qu'en 1991, quasiment devant le fait accompli, que le Conseil Municipal adota la désignation de Hann. Münden.

 

C'est une ville construite au fond d'une vallée boisée, là où Fulda et Werra s'unissent pour former la Weser. C'est pourquoi l'adage local dit :"où Fulda et Werra, à vouloir s'embrasser, leur nom durent laisser".

Et donc on l'appelle : la ville des 3 fleuves.

 

Des ponts médiévaux, des remparts, 12 tours et 700 maisons à colombages ... il y a de quoi faire, et je n'ai pas tout vu !

 

Ce qui m'a d'abord frappée, dans cette ville, c'est la dimension des maisons : larges, hautes, souvent surmontées d'un petit pignon. Maisons cossues.

Ensuite, c'est l'abondance de fenêtres. Pour certaines maisons, la façade n'est composée que de fenêtres intercalées avec des poteaux. On croirait des vérandas à étages !

Les rivières entourent la ville sur 3 côtés. Ici c'est la Werra, que je vais remonter tout à l'heure.

 

Vallees-Weser-et-Werra5.JPG

 

On aime les couleurs, ici ! regardez ces quelques portes ...

 

Vallées Weser et Werra3

 

 

quelques détails de décoration ...

 

 

Vallees-Weser-et-Werra6.JPG

 

 

La plus belle déco de la ville : l'Hôtel de Ville, style Renaissance de la Weser. Et je n'ai même pas saturé les couleurs !

 

 

Vallees-Weser-et-Werra7.JPG

 

Il y a 12 tours, dans la ville, mais certaines ne dépassent pas la hauteur des remparts (sur lesquelles des maisons se sont construites).

Celles-ci sont tout de même respectables !

 

Vallees-Weser-et-Werra4.JPG 

 

 

L'église est fermée, dommage. Le clocher mériterait une meilleure photo, mais il faudrait du recul.

 

Vallees-Weser-et-Werra8.jpg

Vallée de la Werra

Plus je descends vers le sud, plus le thermomètre descend lui aussi. Et je commence à comprendre ce qu'est un climat continental : le WE dernier on approchait de 30°, ce WE on est à 0° et même moins. La neige est déjà arrivée, ici, et on en trouve dans les endroits à l'ombre ou en montant.

Voici encore un petit "accident de la route", sur lequel je ne me suis pourtant pas attardée : le klosterkirche de Reichenbach.

 

Vallees-Weser-et-Werra9.JPG

Repost 0
Published by scandinadream - dans En Allemagne
commenter cet article
26 octobre 2012 5 26 /10 /octobre /2012 13:28

Là, j'ai cru me retrouver en Finlande, à Kérimaki. (voir l'article "En Carélie (du sud)", en Finlande)

Pourtant on est bien dans le Harz, à Clausthal-Zellerfeld.

Il y a ici une énorme église en bois, la plus grande d'Allemagne, qui m'a rappelé celle de Kerimaki, la plus grande du monde.

Ici il y a 2 200 places assises, au lieu de 3 300. Mais c'est déjà pas mal !

Elle est meublée en style baroque, ce qui fait beaucoup moins sévère. Mais ils ont sûrement, aussi, des problèmes de chauffage, car ils en ont cloisonné un tiers avec du verre. Pour l'hiver, sans doute.

J'ai beaucoup aimé l'horloge de marbre, mais c'est toujours le même problème les reflets dans les vitrines. Alors si vous voulez, allez voir ici, il n'y a pas de reflets. Et puis vous verrez la façade, qui est actuellement presqu'entièrement échaffaudée (il y en a même à l'intérieur), ainsi que le clocher : link

.

 

  .

 

Pour compléter l'effet "retour en Scandinavie", je suis passée (par hasard) dans un petit village minier, Wildemann, où toutes (au moins dans la rue principale) les maisons sont en bois, et vraiment multicolores !

Dans ce massif montagneux, bien sûr, j'en avais vu par-ci, par-là. Mais là, je n'ai vu que ça.

Un p'tit coup d'oeil ?

 

DSCF4480.JPGDSCF4486.JPG

 

 

DSCF4485.JPGDSCF4484.JPG

 

 

Et ça continue : retour en Norvège, maintenant. C'est une église en "bois debout". Une de ces superbes stavkirke. Ici on dit : stabkirche.

Où ? A Hahnenklee.

La différence, c'est qu'elle date de 1908, alors que celles de Norvège sont rescapées du 12ème au 16ème siècle.

Pour la voir en toutes saisons, allons voir notre ami français :  link

Mais je vous mets quand même mon petit compte-rendu ...

.

 

 

 

.

Voilà.

Je quitte le Harz pour rentrer au nid, et dans la lumière du soir, se dresse devant moi la tour d'un château : Burg Greene.

Je ne résiste pas à aller la voir de plus près avant de rentrer.

 

DSCF4487.JPGDSCF4501.JPG

 

 

DSCF4495.JPG

 

 

 

 

 

 

DSCF4500.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En continuant, je retrouve l'itinéraire du départ, et ce joli moulin que j'avais photographié en partant.

Il mérite d'être affiché.                                                                                                                                 DSCF4098.JPG

 

DSCF4097.JPG

 

 

Et maintenant, la boucle est bouclée. Bonsoir ...

Repost 0
Published by scandinadream - dans En Allemagne
commenter cet article

Présentation

  • : scandinadream.over-blog.com
  • scandinadream.over-blog.com
  • : passer du rêve à la réalité. J'ai commencé par 5 mois de voyage en solitaire, en Trafic aménagé, au hasard des routes d'Europe du Nord (pour mon premier voyage) puis d'Europe Centrale, et maintenant sur des itinéraires peu fréquentés d'Espagne.
  • Contact

Recherche