Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 octobre 2013 4 31 /10 /octobre /2013 15:15

Samedi 26 Octobre 2013

 

Le beau temps (qui ne dure jamais plus de 2 jours consécutifs) me donne envie de marcher.

Cet après-midi, j'ai donc repris la voiture pour une balade en montagne au-dessus de Montreux, à une quarantaine de km.

Le but est à la fois de faire le tour et de grimper à la Dent de Jaman, 1875 m, que l'on aperçoit depuis la fenêtre de la cuisine.

 

Une belle balade

Déjà, en s'approchant, l'automne met la montagne en fête :

 

Une belle balade

Une petite route à voie unique m'amène au col de Jaman, au parking, à 1512 m.

Important passage entre le Pays d'En haut et le Bassin Lémanique, le col fut fréquenté dès le 13ème siècle par les colporteurs, pèlerins et autres voyageurs.

Là, j'ai fait la connaissance des toitures en tavaillons (ou ancelles), qui sont des tuiles en bois de fil.

Une belle balade

Puis c'est la montée sur l'épaulement ...

Une belle balade

... avant d'attaquer la Dent elle-même. De là-haut, un paysage à 360°, à couper le souffle !

 

Une belle balade

 

La redescente côté Léman est aussi un régal ...

Une belle balade

... avant de clore cette belle journée colorée :

Une belle balade
Partager cet article
Repost0
27 octobre 2013 7 27 /10 /octobre /2013 11:41

Jeudi 24 Octobre 2013

 

Entre Lausanne et Montreux, j'ai emprunté une route surplombant le Lac, nommée La Corniche de Lavaux.

C'est la région des vignobles du Desaley grand cru, Epesses, Calamin grand cru, tous cépages de Chasselas (appelé aussi fendant).

Excursion au Château de Chillon

Château de Chillon !

Excursion au Château de Chillon

Gloire du Léman, support de multiples affiches  publicitaires, la forteresse devint célèbre en 1816, après que Lord Byron eut écrit Le Prisonnier de Chillon, poème dédié à François Bonnivard, enfermé pour ses idées séditieuses et libéré par les forces bernoises en 1536. Byron grava son nom sur une colonne près de celle où aurait été enchaîné Bonnivard.

 

Excursion au Château de Chillon

Cependant, en 1762, déjà, Jean-Jacques Rousseau y avait placé un épisode de La Nouvelle Héloïse, puis Victor Hugo, Alexandre Dumas et Mary Shelley y ont consacré des écrits.

Et les peintres William Turner et Gustave Courbet, entre autres, en ont immortalisé la silhouette.

 

Excursion au Château de Chillon

Bien que cela ne se voit guère sur ces photos, la forteresse est construite sur un îlot rocheux, si peu éloigné du rivage qu'au 13ème siècle on y entrait par un pont-levis, transformé bien plus tard en pont.

Côté terre, la façade était très fortifiée, comprenant tours, remparts avec chemins de ronde et glacis.

Excursion au Château de Chillon

Les pièces d'habitation donnaient sur la façade côté lac, plus finement ouvrée.  

Comme il faut être en bateau pour la voir, voici une photo que m'a envoyée Ariane, qui l'a visité avant moi

Excursion au Château de Chillon

Sous sa forme actuelle, le château est le résultat de plusieurs siècles de constructions et réaménagements divers, initiés au 12ème siècle. Il en résulte un labyrinthe de cours, tours et salles témoignant de la vie qui s'y est déroulée.

Excursion au Château de Chillon

On y trouve notamment une superbe collection de coffres médiévaux (80).

Dès le moyen âge, le coffre est le meuble de rangement par excellence : la variété des types de coffres est dépendante de son usage.

Bardé de fer, c'est un coffre-fort. Taillé dans un tronc, il résiste au feu. Il peut contenir des habits, des armes, de l'argent, des documents ou des provisions. Et il peut servir de siège, d'armoire ou de valise.

 

Excursion au Château de Chillon

Au 13ème siècle, le mode de chauffage usuel est la cheminée. Ce n'est qu'à partir du 14ème qu'apparaissent les poêles à catelles.

 

Excursion au Château de Chillon

 

Fresques et tapisseries décoraient les 4 grandes salles de réception et les diverses chambres, concourant au confort des seigneurs. Bains et latrines, tout se visite !

Excursion au Château de Chillon

Le donjon, carré, est situé à peu près au centre du rocher de Chillon, et date du 11ème siècle.

Comme dans tous les bâtiments de cette époque, on ne pouvait alors y accéder que par une échelle.

Puis les éléments de défense ont été disposés de façon dispersée, afin de créer un cheminement, le plus long possible, avant d'arriver à ce donjon, dernier refuge au cas où l'ennemi parviendrait à pénétrer dans le château.

Ce chemin formait idéalement une spirale, tournant sur la droite. L'ennemi présentait toujours ainsi son côté droit, le plus vulnérable car non protégé par le bouclier. C'est le principe de l'adextrement.

 

Excursion au Château de Chillon

... et n'oublions pas Le Lac, omniprésent à Chillon ...

Excursion au Château de Chillon
Partager cet article
Repost0
24 octobre 2013 4 24 /10 /octobre /2013 11:07

Merci pour vos gentils messages.

 

Et voilà la photo promise  :

Photo de famille
Partager cet article
Repost0
21 octobre 2013 1 21 /10 /octobre /2013 17:42

Samedi 19 Octobre 2013

 

La journée a débuté avec un soleil radieux.

Chouette ! Comme Dirk est à la maison, j'ai quartier libre, et j'en profite pour aller faire la touriste dans la vieille ville de Lausanne. Chose promise, chose due, en voilà quelques photos.

 

Le samedi, c'est le marché. Mais uniquement des produits alimentaires.

Armée de mon Guide Vert, j'arrive sur la place de la Palud, la plus célèbre place de Lausanne.

C'est vrai qu'elle est charmante avec sa Fontaine de Justice du 16/18ème siècle.

Et derrière la fontaine, sur une maison, une horloge animée se met en mouvement toutes les heures, laissant apparaître un défilé de personnages historiques, avec musique et petit commentaire. Comme j'étais en avance, j'ai attendu un quart d'heure en flânant parmi les étals.

Quelle belle journée !

La place de la Palud est bordée par des maisons anciennes, du 18ème pour la plupart. L'Hôtel de Ville, à la façade Renaissance, possède 2 magnifiques gargouilles en cuivre.

De cette place démarrent de pittoresques escaliers, en bois et couverts, qui datent du 13ème siècle et montent jusqu'à la cathédrale en longeant des façades du 16ème.

Quelle belle journée !

La cathédrale.

C'est le plus beau monument gothique de Suisse.

C'est l'aboutissement du style gothique d'inspiration nettement bourguignonne, avec sa tour-lanterne et son triforium continu directement inspiré des cathédrales de Sens, Laon ou Canterbury. Commencée vers 1150, elle fut consacrée en 1275.

Quelle belle journée !
Quelle belle journée !

Le décor intérieur, à l'origine, était polychrome. Il a été caché lors de la réforme vers 1536, (qui lui a fait subir d'importantes modifications), et n'a été remis au jour qu'au 20ème siècle.

Notamment le portail méridional ("portail peint"), qui présente un bel ensemble de sculptures, avec une particularité : la polychromie a été prévue dès l'origine. Les sculpteurs ont renoncé à tous les ornements et à maints détails anatomiques pour laisser aux peintres le soin de traiter notamment les paupières, la prunelle des yeux, les inscriptions des livres et des phylactères, les broderies des vêtements.

Quelle belle journée !

Parmi les principales richesses de cette cathédrale, une rosace du 13ème siècle qui exprime une représentation du monde à l'époque médiévale : autour de la figure du Dieu créateur s'ordonnent les thèmes de la terre, de la mer, de l'air, du feu, des saisons, des signes du zodiaque et de monstres aux confins de l'univers. Elle était déjà célèbre au 13ème siècle.

Quelle belle journée !
Quelle belle journée !

Le Guet

Lausanne est une des 7 villes d'Europe à pouvoir s'enorgueillir d'un poste de guet occupé sans interruption depuis le moyen âge (depuis 1405 exactement).

En effet, toutes les nuits de l'année, de 22 heures à 2 heures du matin, les noctambules peuvent l'entendre égrener les heures : "C'est le guet ! Il a sonné dix ! Il a sonné dix !"

Bien que devenu inutile en pratique (autrefois il était chargé de prévenir des incendies), il n'en reste pas moins indispensable au charme de la vieille ville et est défendu bec et ongles dès qu'une menace effleure les murs de son beffroi.

 

En sortant de la cathédrale, quelle vue sur la ville !

En continuant de monter, on arrive au Château Saint Maire, édifice du 15ème où résidèrent les évêques de Lausanne puis les baillis bernois, et siège maintenant du gouvernement cantonal.

 

Quelle belle journée !

Après un après-midi de flânerie, le reste de la journée était encore plus exaltant : la naissance de ma 4ème petite-fille s'est annoncée vers 18 h 30, pour finir en beauté à 23 h 07.

Naissance à la maison, sans problème. Un beau bébé de 3,490 kg, prénommée Aïda.

Nous n'avons pas encore fait la photo de famille, mais ça viendra.

En attendant, Tristan est très fier de sa petite sur :

Quelle belle journée !

Quelle belle journée !

Partager cet article
Repost0
18 octobre 2013 5 18 /10 /octobre /2013 16:16

Mais pas encore celles que certains attendent !

 

En cette période d'attente et après ces longs jours de pluie, Charly a inauguré un nouveau moyen de transport : le "sac à bus" ou "sac à métro". En effet, il ne peut voyager gratuitement dans ces deux moyens de transport que s'il est dans un sac fermé. Selon son habitude, il en profite pour faire sourire les gens qui voyagent avec lui. Tristan, lui, préfère rire aux éclats. Les voici dans le métro de Lausanne, lors d'une sortie forêt.

des nouvelles de Lausanne ...

Pour l'instant, de Lausanne, je n'ai visité que les Parcs, les aires de jeu et les morceaux de forêt inclus dans la ville. Mais je vous emmènerai bientôt dans le centre-ville, promis.

En attendant, voici un trésor trouvé dans un parc magnifique situé au bord du Léman : un Pavillon Royal Thaïlandais.

Offert à la ville de Lausanne en 2005 par le Roi de Thaïlande pour fêter les bons rapports diplomatiques avec la Suisse (il a passé 18 ans de sa jeunesse à Lausanne) ce pavillon a été construit par des artisans Thaïlandais et inauguré en 2009

En Thaïlande, ces constructions ne sont pas considérées comme des bâtiments religieux. Elles font partie d'un palais royal et sont construites pour les fêtes à l'extérieur.

des nouvelles de Lausanne ...

En suivant les bords du Léman, nous avons rejoint Ouchy, ancien village phagocyté  par la ville de Lausanne, et dont le château est transformé en Hôtel-Restaurant de luxe.

des nouvelles de Lausanne ...

Demain, c'est la Pleine Lune. J'espère vous retrouver très bientôt ...

Partager cet article
Repost0
4 octobre 2013 5 04 /10 /octobre /2013 14:20

Lundi 30 Septembre

 

He bien non !

Le ciel ne s'est pas débouché, il pleut toujours.

 

Mon projet était de monter à un sommet particulièrement bien placé pour avoir une vue sur le Lac des Quatre Cantons et Lucerne. Montée en voiture jusqu'à 1200 mètres, puis le reste est une belle balade à pied et en ascenseur jusqu'à 1400 et quelques mètres. J'espérais bien, là-haut, être au-dessus des nuages ...

Je tente donc la montée en voiture (6 km). Mais c'est toujours pluie et brouillard, et j'abandonne.

Je prends donc la route de Lausanne (où je ne devais arriver que demain soir), espérant que le temps changera le long du parcours. Une petite ciste à cueillir en route, à une église.

 

Après la photo de l'église, je m'aperçois que mon pot d'échappement s'est déccroché. Je pose l'appareil photo dans la voiture, et vais le raccrocher avec une grosse ficelle.

Quand je remonte en voiture, mon appareil photo a disparu.

....

....

....

Aujourd'hui 1er décembre, je viens de le retrouver : je l'avais, par inadvertance, fouré dans la poche où je range le petit matériel de secours : ficelles, velcro, câbles, super-glue etc ...  Dommage que j'ai jeté la garantie, valable encore 3 ans :-(

 

Vendredi 4 Octobre 2013

 

Et j'ai racheté un deuxième appareil photo ... qui fait des drôles de portraits !

 

OLYMPUS.jpg

 

 

Me voilà avec 2 chiens et 2 petits-fils à garder ... pourvu que Sigrid n'aie pas des jumelles, ça en ferait 4 de plus !

Partager cet article
Repost0
4 octobre 2013 5 04 /10 /octobre /2013 13:17

M'écartant du chemin pour un petit besoin urgent, voilà sur quoi je suis tombée !

Sur le moment, ça fait froid dans le dos. Je n'aurais pas voulu rencontrer celui qui l'a enfoncé là !

Au pays de Guillaume Tell

Une rencontre plus paisible. En Suisse, il ne faut s'étonner de rien ...

Au pays de Guillaume Tell

Et voilà les dernières fleurs à la mode sur le marché !

Au pays de Guillaume Tell

A + !

Partager cet article
Repost0
4 octobre 2013 5 04 /10 /octobre /2013 11:12

Dimanche 29 Septembre 2013

 

Magnifique, la grotte !

Elle n'est pas grandiose, mais intimiste, au contraire !

Et le fait de ne pas la visiter en groupe guidé contribue à cette ambiance.

Ce sont des petits couloirs tortueux, avec des concrétions absolument partout, presque à portée de main. Des sortes de coraux, ou bien de drôles de petites boules rondes juxtaposées ... mais aussi des draperies, colonnes, etc ... et un éclairage très bien intégré. C'est le même éclairagiste que celui du "son et lumière", et il n'a pas pu s'empêcher de mettre un peu de couleurs dans une partie de la grotte, là où il y a des reflets sur l'eau. Et une musique cristalline ...

 

Malheureusement, en entrant dans la grotte, au bout de 2 photos ma batterie a déclaré forfait, et je n'avais pas pris celle de rechange. Très gentiment, Pascal m'a proposé de mettre ma carte mémoire dans son appareil et de me servir du sien. Mais moi qui me plaignais parfois de mon appareil photo, j'ai vite compris qu'il y a bien pire ... tant pis pour moi ! Et ça n'enlève rien au geste de Pascal.

J'en ai quand même sauvé quelques unes pour vous, et internet a fait le reste  :

 

Visites entre les gouttes

En sortant, il s'est mis à pleuvoir doucement.

Après pas mal de parlotte, j'ai quand même fini par dire au-revoir à Pascal et Renée, que je vous présente :

Visites entre les gouttes

Il pleut, le ciel est très bas, donc pas de point de vue au programme. Trois cistes à chercher tout en allant à Lucerne : une chapelle, un château sur une île, un autre château en ruines. Je n'ai trouvé que celle-là, et par chance, pour y monter, la pluie s'était arrêtée.

Visites entre les gouttes

Ensuite, c'est Lucerne (Luzern).

Comme c'est dimanche, on ne paye pas le parc-mètre, et ça c'est chouette. J'ai pu prendre mon temps ... sauf que j'y suis arrivée à 16 heures !

Je vous présente d'abord le Monument du Lion (j'étais garée à côté). C'est, en Suisse, un morceau d'histoire de France, car il fut érigé en hommage aux Gardes Suisses tombés au service de Louis XVI lors de l'attaque des Tuileries par les Révolutionnaires, fin juin 1793.

Visites entre les gouttes

Juste à côté, c'est le "Panorama Bourbaki", qui rappelle encore des événements liés à la France.

 

Un peu d'histoire, donc.

Nous sommes en février 1871. La guerre franco-prussienne, commencée en Juillet 1870 s'est soldée par la défaite de la France. Malgré la capitulation de Paris le 28 janvier 1871, les Allemands poursuivent encore l'Armée de l'Est du Général Bourbaki, car, étant sans nouvelles de cette armée, elle était exclue de l'armistice !

Elle s'est retranchée dans le Jura, décimée par le froid et la faim. La seule solution qui lui restait était le désarment et l'internement en Suisse, accordé par la Convention de Verrières, signée le 1er février.

 

Et donc, au début février 1871, plus de 87 000 soldats et officiers Français ont franchi la frontière suisse dans le Jura vaudois et neuchâtelois. Ils ont été désarmés par des unités militaires suisses. Les soldats internés ont été soignés et nourris d'abord par la population qui les a pris en pitié.

Malgré tout, près de 1700 hommes ont perdu la vie en Suisse.

Les "Bourbakis" ont quitté la Suisse en mars 1871.

 

C'est le désarmement et l'internement d'une partie de cette armée qui est racontée sur cette toile circulaire de 112 mètres de long sur 10 mètres de hauteur. Vingt-et-un personnages, au premier plan, viennent en renforcer l'effet saisissant. Des bruitages et des témoignages captivants viennent aussi en renforcer la charge émotionnelle.

 

Le peintre, Edouard Castres, a participé lui-même à cet événement comme volontaire de la toute jeune Croix Rouge (fondée en 1863), et a réalisé son chef-d'œuvre 10 ans plus tard, à Genève. Elle est exposée à Lucerne depuis 1889, où un bâtiment a été construit exprès pour elle.

Visites entre les gouttes

Ceci n'est bien sûr qu'une vue fragmentaire du panorama. Vous le verrez mieux en cliquant sur ce lien où vous pouvez le faire dérouler, et faire des zooms en cliquant sur les petits appareils photos rouges. Recliquer sur l'image pour revenir.

Et puis je suis allée par les rues : remparts avec leurs tours, ponts de bois couverts avec leurs peintures triangulaires et leurs chapelles ...

Visites entre les gouttes

Vieille ville aux riches maisons peintes de la renaissance ... mais dont la mode revient :

Visites entre les gouttes

Fontaines, enseignes, que de choses à voir !

 

Visites entre les gouttes

Ville de bord de lac, avec ses bancs d'un rouge presque fluo dans le gris du soir qui descend ...

Visites entre les gouttes

Et je n'ai pas tout vu, bien sûr !

Mais il est tard : 19 h 20 quand je repars, avec la pluie qui se met à tomber drue. Pas facile pour trouver un parking dans ces zones semi-urbaines.

J'espère que ça va se lever demain ...

Partager cet article
Repost0
1 octobre 2013 2 01 /10 /octobre /2013 21:22

Samedi 28 Septembre 2013

 

Ce matin, tout est brumeux. Presque du brouillard.

Je remonte le Rhin à la recherche de quelques cistes qui me font découvrir de jolis lieux, d'une autre manière. Ce qui ne m'empêche pas de compléter la visite quand j'en ai envie.

Comme à Schaffhouse (Schaffhausen), par exemple.

Je m'y suis régalée dans la forteresse et son Munot.

Cette forteresse date du 16ème siècle. Côté ville, elle est entourée de vignes. Côté collines, elle est entourée de douves sèches qui servent maintenant de parc pour des daims. Ils ne risquent pas de s'échapper.

 

Elle se présente comme une énorme tour ronde, dont la salle du bas est éclairée par des puits de lumière. On monte sur le toit en terrasse par le Munot, cette jolie tour qui lui est accolée et la dépasse, et qui contient un colimaçon. Qui n'est pas un escalier mais un pan incliné. Peut-être était-ce pour que les chevaux puissent monter jusqu'en haut ? En tout cas c'est pratique (quoique un peu raide) pour les fauteuils roulants et les poussettes.

Sur l'immense plate-forme, à la place des canons dont les deux derniers font la joie des enfants, ce sont maintenant tables et bancs, scène, toilettes etc ...

 

En redescendant par l'escalier au milieu des vignes, belle vue sur les toits de la ville ...

 

En remontant le Rhin, avant la chute

On appelle Schaffhouse "la ville des oriels". Ces petits balcons vitrés étaient signe de richesse. Il en reste 170, et ils datent de la Renaissance.

La richesse de cette ville vient du fait que les bateliers étaient obligés de décharger là leurs cargaisons, à cause des chutes du Rhin, qui ne sont qu'à 4 kilomètres. Des marchands s'y établirent et y créèrent des entrepôts qui ne tardèrent pas à prendre une grande importance. Dès la fin du 12ème siècle, Schaffhouse était une ville impériale libre.

En remontant le Rhin, avant la chute

De cette époque, il reste l'église de Tous-les-Saints, une abbatiale romane du 11ème siècle avec son cloître, qui, par extraordinaire, n'a pas subi de transformation notoire.

 

En remontant le Rhin, avant la chute

L'autre ville qui m'a beaucoup impressionnée, c'est Stein Am Rhein

 

Belle porte, pour commencer, belles maisons ensuite, mais quand je suis arrivée sur la Place de l'Hôtel de Ville, stupeur !

Où regarder ?

Tout autour, des façades renaissance, comme des tableaux !

Regardez :

En remontant le Rhin, avant la chute
En remontant le Rhin, avant la chute
En remontant le Rhin, avant la chute
En remontant le Rhin, avant la chute
En remontant le Rhin, avant la chute
En remontant le Rhin, avant la chute
En remontant le Rhin, avant la chute
En remontant le Rhin, avant la chute
En remontant le Rhin, avant la chute
En remontant le Rhin, avant la chute
En remontant le Rhin, avant la chute
En remontant le Rhin, avant la chute
En remontant le Rhin, avant la chute
En remontant le Rhin, avant la chute

Et puis je suis partie vers le sud (forcément !).

 

Ce soir, j'ai trouvé un tout petit camping au fond des bois où un campeur (ancien Parigot du 16ème) et son épouse Suisse m'a aidée pour me faire accepter au camping déjà fermé.

Comment je suis arrivée là ? à la recherche d'une ciste, voyons ! car il y a tout près une Grotte d'Enfer ...

 

Et ce soir, à la nuit, devinez quoi ?

Dans ce trou perdu, où il n'y a pas 10 personnes, un "Sons et Lumières" à l'entrée de la grotte !

Thème : la lutte du bien et du mal ? ou bien Anges et démons ? En tout cas, quelque chose d'approchant  !

 

Le cycle dure 10 minutes, 5 minutes de pause le temps que la fumée se dissipe, et ça recommence, 4 fois, entre 21 h et 22 h, tous les samedis jusqu'à fin octobre. Et il n'y a personne. Tout est automatisé. Quelle technique !

 

Demain matin, j'irai visiter la grotte avec Pascal, le Parisien. C'est une visite sans guide, et tous les panneaux sont en allemand ou en anglais. Comme il connaît bien la grotte, il m'a proposé de me servir de guide.

 

A demain !

 

Partager cet article
Repost0
1 octobre 2013 2 01 /10 /octobre /2013 20:28

Vendredi 27 Septembre 2013

 

Au matin, je suis au soleil, au-dessus de la mer de nuages ! Mais il me faudra inévitablement y plonger tout à l'heure ...

Chut !Chut !

Je continue ma route vers le château de Wildegg, prévu hier.

Construit au 12ème siècle par un Comte de Habsbourg, il a été transformé peu à peu, surtout par la famille Effinger qui l'a gardé 11 générations (4 siècles), jusqu'en 1912 où elle s'est éteinte et où il est revenu au Canton d'Argovie. De très beaux jardins, avec une roseraie réputée, mais ce n'est pas la meilleure saison pour la visiter.

Chut !

En m'acheminant vers le nord, je suis arrivée au bord du Rhin qui, à cet endroit, sert de frontière avec l'Allemagne. Je n'ai pas résisté à ce joli village, Kaiserstuhl, construit sur la pente de sa rive gauche.

 

Chut !

Sur la rive droite du Rhin, de l'autre côté du pont, c'est l'Allemagne. Mais il n'y a pas de poste frontière, juste un panneau et une marque au sol.

Chut !

C'est sur cette route que je continue ma route, et c'est tantôt la Suisse, tantôt l'Allemagne. Pour finir, j'arrive à Rheinau, en Suisse, après avoir traversé ce joli pont de bois.

Intéressante petite ville, lovée dans une boucle du Rhin. Mais le peu de parking m'empêche de m'y arrêter. Je l'ai seulement regardée de haut :

Chut !Chut !

De cette journée, nous arrivons à la chute.

J'ai voulu la contempler depuis le château de Laufen. Le voilà, perché au bord du Rhin :

Chut !

Mais le plus important, ici - la chute de l'histoire - ce sont les Chutes du Rhin. Rheinfall.

On peut les contempler depuis un belvédère construit au niveau de l'eau, auquel on accède par la cour du château. Sur le plan, il est marqué par un rond rouge.

 

Chut !
Chut !
Chut !
Chut !
Chut !
Chut !
Chut !
Chut !
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : scandinadream.over-blog.com
  • : passer du rêve à la réalité. J'ai commencé par 5 mois de voyage en solitaire, en Trafic aménagé, au hasard des routes d'Europe du Nord (pour mon premier voyage) puis d'Europe Centrale, et maintenant sur des itinéraires peu fréquentés d'Espagne.
  • Contact

Recherche