Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 juillet 2016 1 04 /07 /juillet /2016 15:19

Samedi 2 juillet 2016

Des paysages époustouflants sur la petite route qui suit au plus près la côte. C'est celle que le GPS ne veut pas indiquer, parce qu'elle est au 3/4 non revêtue. Et bien étroite. Mais c'est si beau !

En suivant la côte ouest

Un arrêt à Flekkefjord nous permet d'apprécier le vieux quartier de la ville, Hollenderbyen. Il s'est développé entre les 16ème et 19ème siècles, grâce aux échanges commerciaux entre la Norvège et la Hollande, qui avait à l'époque besoin de bois de construction pour bâtir ses digues et ses ports.

Les maisons en bois sont blanches, symbole de la richesse qu'a connue la ville grâce aux retombées économiques de la pêche. Mais cet essor économique déclina en même temps que la fin des grands voiliers.

En suivant la côte ouest

Enfin nous nous posons dans un village minuscule, je devrais plutôt dire un hameau de 4 maisons, au bout d'une route à une voie, sur l'île d'Eigeroya. Et de là nous partons en balade au phare, sans nous presser. Nous y resterons cette nuit, sans voir un chat ...

En suivant la côte ouest
Partager cet article
Repost0
1 juillet 2016 5 01 /07 /juillet /2016 14:15

Depuis une semaine je ne me suis pas connectée. Enfin, voici de nos nouvelles :

Vendredi et samedi, 24 et 25 juin, nous étions encore en Suède, occupés à remonter la rivière Klaraven, un peu en vélo, pas mal en voiture.

La première étape, de Karlstad à Forshaga, c'était sur une ancienne voie de chemin de fer reconvertie en piste cyclo. 20 km (40 en AR) sans voir une voiture.

Une semaine pour descendre au cap sud ...

Le lendemain, après pas mal de km en voiture, voici une étape sur une route non revêtue. En 2 heures, à l'aller, nous n'y croisons que 4 voitures. Et autant l'après midi au retour. 32 km paisibles.

Une semaine pour descendre au cap sud ...

Le dimanche 26 juin, nous sommes entrés en Norvège. Il y avait juste 3 semaines que nous avons quitté la maison.

Pour inaugurer notre arrivée, une petite balade à pied pour découvrir la vue depuis la tour du Rafjellet, à 576 m. 230 m de dénivelé pour découvrir également un refuge norvégien, incroyable pour un français. Est-ce qu'ils sont tous comme ça dans ce pays ?

Fauteuils capitonnés, rideaux aux fenêtres, tapisseries aux murs, seau en cuivre pour le bois, dont il y a une réserve coupée. Réserve également de papier toilette, de bougies et allumettes, de produit anti-moustiques.

Nous avons eu du mal à en croire nos yeux ! Et tout ça aussi propre et en parfait état que si nous étions dans une maison amie !

Une semaine pour descendre au cap sud ...

Lundi 27 juin, nous avons atteint Oslo, capitale de la Norvège.

Pour une visite plus complète, je vous propose les liens suivants, car avec Colette, il y a 4 ans, nous avions passé 2 jours à visiter la ville.

Cette fois-ci, Alain détestant les villes, nous n'avons visité que l'Hôtel de Ville. Sa situation près de la sortie du métro "National Theatret" lui a donné l'avantage.

Une semaine pour descendre au cap sud ...

Puis nous sommes partis, sous la pluie, vers la vallée de Hollingdal, dans le Buskerud. Mais nous traînons en route, comme d'habitude ...

Une semaine pour descendre au cap sud ...

C'est peu après l'église en bois debout (stavkirke) de Hedal (avec un seul d) que nous nous arrêtons le soir.

Une semaine pour descendre au cap sud ...

Au réveil, il y a du monde pour nous accueillir !

Dans cette région, de nombreuses petites maisons de vacances, disséminées dans la montagne ont une toiture végétalisée. Excellente isolation pour le long hiver.

De très nombreux greniers en bois restent en témoignage de la vie d'autrefois, mais aussi de nombreux habitats en ont gardé les caractéristiques.

Une semaine pour descendre au cap sud ...

C'est mercredi 29 juin que nous sommes arrivés dans le Télémark, une région un peu plus au sud.

Après la stavkirke de Heddal (avec dd, cette fois), déjà visitée avec Colette, nous nous sommes attardés au musée de plein air qui rassemble des bâtiments de ferme du 17ème et 18ème siècles.

Aussi bien les bâtiments utilitaires (laiterie, étable, greniers pour la nourriture ou pour les vêtements, en cas d'incendie de la maison d'habitation), que les maisons d'habitation : maison de maître ou de fermier.

Une semaine pour descendre au cap sud ...
Une semaine pour descendre au cap sud ...
Une semaine pour descendre au cap sud ...

Encore quelques km sur une route de montagne, pour aller admirer le paysage depuis le sommet du Himingen. A 1066 m, après 400 m de montée, nous étions quand même pressés de redescendre à cause du vent glacé qui y soufflait, et des gros nuages de pluie s'annonçant à l'horizon. Mais nous sommes arrivés avant elle !

Une semaine pour descendre au cap sud ...

Jeudi 30 juin 2016

La pluie s'arrête quand nous arrivons à l'écluse de Vrangfoss, sur le Canal du Télémark. Cinq écluses successives, pour une hauteur de 23 m de chute.

Le temps de monter à l'écluse la plus haute et de redescendre, et voici un bateau qui se présente à la montée. Toutes les écluses de ce canal sont encore manœuvrées à la main. Ici, c'est un bateau régulier de tourisme, qui a ses éclusiers. Mais les plaisanciers, eux, doivent faire eux-mêmes les manœuvres.

Une semaine pour descendre au cap sud ...

Le soleil est revenu, et nous mettons cap à l'ouest, en longeant le canal ou les lacs qu'il traverse. Puis cap au sud,, en suivant d'autres lacs, à différents niveaux de hauteur.

Une semaine pour descendre au cap sud ...

Enfin, nous arrivons à l'île d'Øynuten, entre fleuve et lacs, dont nous faisons le tour à pied (7 km). Nous y constatons les méfaits des castors. Les habitants doivent protéger le pied des arbres qu'ils veulent conserver avec un gros grillage.

Mais la forêt est belle et nous y passons la nuit.

Une semaine pour descendre au cap sud ...

Vendredi 1er Juillet 2016

De la pluie, de la pluie, de la pluie ! Quoi faire, sinon rouler ? Nous descendons donc vers le sud, dans le Vest Agder, vers le point le plus méridional de la Norvège : le phare de Lindesnes.

Cette photo prise en route n'est pas en noir et blanc. C'est seulement ce que capte l'appareil photo ...

Une semaine pour descendre au cap sud ...

La pluie s'est arrêtée vers 17 h, comme nous arrivions à destination. Alors une petite promenade dans les rochers jusqu'au phare nous a dégourdi les pattes :

Une semaine pour descendre au cap sud ...

Depuis 1725, la lumière du phare provenait d'un brasier ouvert, et il était, naturellement, difficile de la maintenir par tous les temps.

En 1822, les lumières ont été couvertes.

En 1854, une puissante lampe à huile avec 5 mèches fut installée, avec un nouvel appareil à lentille rotative fabriqué en France.

En 1915, elle fut déplacée dans la tour de fonte. En voici les restes :

Une semaine pour descendre au cap sud ...

Actuellement, bien que le phare ne soit pas très haut (50 m seulement au-dessus du niveau de la mer), sa lumière peut être vue de 20 miles nautiques, soit 37 km, par temps clair.

Et avant de refermer la page, admirez ce spécimen de collection ! Deux générations de camping-car ...

Une semaine pour descendre au cap sud ...
Partager cet article
Repost0
15 août 2012 3 15 /08 /août /2012 14:54

Je n'ai pas exploré le Spitzberg, bien entendu (non, je ne vous dirai pas où c'est. Regardez sur un atlas, ou sur internet).

Je suis partie pour explorer  la dernière péninsule de l'Est 

dernières terres norvégiennes

J'ai tâché d'y découvrir la montagne sacrée des anciens Sames, et un site funéraire de plus de 2000 ans.

dernières terres norvégiennes

Mais le lendemain matin, les nuages bouchaient le paysage. J'ai donc renoncé à aller plus avant, son très haut col et ses beaux paysages étant sûrement dans le brouillard.

Je suis alors revenue vers le sud, puis plus à l'Est encore, vers la frontière russe (c'est lugubre un poste-frontière fermé. On se sent surveillé, et ça fait froid dans le dos !).

 

Et je suis ainsi passée à la plus ancienne chapelle orthodoxe de Norvège, Neiden Capel St Georges (1565), et toujours "en activité" : les paysans Russes l'avaient, par méconnaissance des frontières exactes, construite par mégarde en territoire norvégien !

Ce qui fait que au bout de la route, pour affirmer sa souveraineté, le roi de Suède-Norvège Oscar II a fait construire en 1809 une église luthérienne, Kong Oscar II Capel, au milieu de nulle part, mais dans un but de "norvégianisation" qui trahit la peur de l'empiètement russe. C'est l'ultime bastion du protestantisme contre le voisin orthodoxe de l'Est.

D'ailleurs un dernier panneau routier nous prévient : "Vous quittez l'Occident" ...

dernières terres norvégiennes

Je serais bien restée plus longtemps dans ce bout de monde qui offre de jolies promenades et une belle plage de sable pour Charly (car il y a pris goût, et il est le seul à avoir mis un peu les pattes dans l'eau.  Brrr ...).

dernières terres norvégiennes

Au retour, un crochet par Kirkenes, ultime étape de l'Hurtigrutten. Vous savez, l'Express Côtier qui part de Bergen.

 

Port de pêche (au crabe royal, entre autres) et minier, la ville n'est pas très attrayante (entièrement reconstruite après la guerre), surtout un dimanche. Pas un chat dans les rues. Pas de vitrines à lécher (ni même de glaces, d'ailleurs) car, climat oblige, la vie se passe dans de grandes galeries marchandes ... fermées le dimanche !

dernières terres norvégiennes

En repartant vers la Finlande, bien obligée de repasser à Neiden. J'y découvre, un peu à l'écart de la route, la perle des églises de Norvège récentes (1902). Toutes les caractéristiques des églises médiévales en bois debout (stavkirke), mais ici peinte en rouge-sang-de-bœuf et blanc pur. C'est l'essence de la culture norvégienne combinée avec l'identité de cette région du Varanger.

 

Elle a été construite à la suite d'une pétition des habitants demandant un lieu de culte pour compenser la proximité débordante de l'église russe.

dernières terres norvégiennes

Après, je ne m'attarde plus. En route pour la Finlande !

dernières terres norvégiennes

(Vous avez vu le panneau ? Finlande écrit de 3 manières différentes ! Ça promet pour la lecture des cartes ...)

Partager cet article
Repost0
15 août 2012 3 15 /08 /août /2012 14:39

Je ne sais pas s'il existe en Norvège un Art Postal, mais il existe bel et bien, du nord au sud de la Norvège, un Art des boites-aux-lettres.

 

Ordinairement, elles sont toutes vert foncé, sauf celle de la Poste, Posten, qui est rouge.

Elles sont en général groupées sous un petit abri en forme de toit. Et là commence la personnalisation :

un pot de fleurs, un dessin, ou même carrément, un tableau.

Je n'ai pas pu m'arrêter pour photographier chaque belle boite, bien sûr. Il y en a partout, et de tous les styles.

Voici ma préférée :

C'est sur la boite

Voilà des idées pour décorer la vôtre ! A vos peintures !

C'est sur la boite
C'est sur la boite
Partager cet article
Repost0
15 août 2012 3 15 /08 /août /2012 14:09

Bon, récapitulons :

 

 -  1 troll pour Eustache, pour la ronce des tourbières

 -  1 drapeau norvégien pour Sigrid, pour les caisses vertes qui contiennent ... des gravillons.

 -   1 drapeau norvégien pour Manou et pour Bob82, pour leurs réponses au QCM

 -  1 drapeau norvégien, le dernier, pour Bobette, pour le VRAI-FAUX, dont voici les réponses officielles :

 

photo 1 : c'est bien une maison en bois en construction.

photo 2 : c'est un séchoir à morues, donc FAUX

photo 3 : c'est un filet à mailles très fines, je pense qu'il sert à l'élevage des poissons, donc FAUX

 

 

Pour ce jeu, prenez bien votre élan, car il y a un élan à gagner !

Dans la grille ci-dessous, il faut découvrir un animal lié à mon voyage.

 

Voici le principe du jeu :

 - aucun hasard dans ce jeu, tout est logique

 -  les chiffres représentent le nombre de cases consécutives à colorier, dans les colonnes ou sur les lignes

 -  chaque groupe doit être séparé du suivant, au minimum, par une case vide

 -  dans les cases qui doivent rester vides, on met un point

 -  un conseil : commencer par placer tout ou partie des plus gros chiffres

 

Avertissement : cette grille est un peu dure à démarrer, mais peut se passer de modèle.

Creusez-vous la cervelle, la récompense est de taille (300 kg !) !

ça se corse !
Partager cet article
Repost0
11 août 2012 6 11 /08 /août /2012 21:07

Mais ça y est !

Avec Charly nous avons été à la chasse, et nous l'avons trouvé.

 

Dans un sous-bois où les tas de crottes d'élan étaient tous les 2 mètres, j'ai commencé par trouver un ongle.

Bon début.

Et l'élan, c'est pour quand ?Et l'élan, c'est pour quand ?
Et l'élan, c'est pour quand ?

On a continué la promenade, et puis, au détour d'un buisson, PAN ! dans le mille !

 

C'est une grosse bête, un élan. Pas facile à désosser.

Mais c'est Charly qui s'est chargé de nettoyer la carcasse.

Et l'élan, c'est pour quand ?Et l'élan, c'est pour quand ?

Encore un peu d'humour ?

 

J'ai trouvé ! 

Ces panneaux, c'est le programme de formation continue des

conducteurs Norvégiens !

Et l'élan, c'est pour quand ?

Encore une question :

 

D'où vient le costume de ces 2 beaux garçons ?

 

Il n'y a rien à gagner, car vous ne trouverez pas.

Ce sont 2 compagnons du Devoir, Allemands, qui font leur Tour du Monde.

Ils se rendaient en stop à Hammerfest pour y accomplir un contrat. (manque de chance, moi j'en revenais)

Je leur ai demandé (en anglais, oui, oui) : "Pourquoi mettre leur beaux costumes pour voyager ?"

 

Voyons, on ne met pas ça dans un baluchon ! (ça pèse, c'est encombrant, et le stop marche mieux comme ça. CQFD.)

Et l'élan, c'est pour quand ?
Partager cet article
Repost0
11 août 2012 6 11 /08 /août /2012 18:14

Qu'est-ce que le Sàpmi ? (désolée, mais l'accent sur le a devrait être dans l'autre sens. Un accent aigu)

 

C'est une zone transfrontalière de peuplement Same.

Et voici son drapeau et sa carte :

SàpmiSàpmi

Les Sames ne veulent plus de leur ancien nom, Lapons, qui signifie dans leur langue : vêtu de guenilles. Gueux, en fait.

Leur territoire, moins de la moitié de la France, est à cheval sur 4 pays : Norvège (35 000 Sames), Suède (20 000), Finlande (7 000), Russie (3 000).

On les imagine nomadisant derrière leurs rennes. En fait, selon la région, leur mode de vie différait, même s'ils revendiquent une même culture. (Je dis "différait", parce qu'aujourd'hui, ils vivent tous dans des maisons en dur, l'ordinateur et le téléphone portable faisant partie de leur quotidien, tout comme chez nous). Les Sames du littoral vivant plutôt de l'agriculture et de la pêche, tandis que ceux de l'intérieur des terres mais le long des cours d'eau, s'adonnent à  l'agriculture et l'élevage.

Ceux des forêts complètent leur élevage avec l'exploitation du bois, et ce sont ceux des montagnes, les plus dispersés, qui se consacrent à l'élevage du renne. Mais le scooter des neiges a largement remplacé le traîneau, l'hélicoptère les aide parfois à rechercher les rennes perdus, et ils ne sont plus qu'un petit nombre à être vraiment nomades. Même si tous, l'été venu, montent encore paître leur troupeau sur les hauteurs.

 

Bon, ça, c'était le quart d'heure de l'instit. Il y en aura sûrement d'autres, car c'est mon attirance pour ce peuple qui, à l'origine, a motivé mon voyage.

 

Passons maintenant à la minute du photographe :

 

Entre Alta et le Cap Nord, voici les paysages que j'ai traversés. Pêcheurs, éleveurs, les Sames sont présents partout, y compris dans le tourisme.

Ils sont fiers de leurs costumes, quand ils les exhibent pour nous. Entre eux, ils les gardent pour les fêtes (mariages etc ...)

Les rennes aussi sont partout, et très imprudents. Ils payent un lourd tribut à la circulation automobile.

PS : c'est exprès que je n'ai pas mis de légendes.

Sàpmi
Sàpmi
Sàpmi

En visite au Musée (rédigé par l'instit de service)

Je voulais visiter LE musée Same. Celui de Karasjok.

C'est un grand détour par le sud, et tant pis pour la route, plus belle et plus courte, qui passe par le nord.

Karasjok, c'est un peu la capitale des Sames de Norvège. Sa population compte 90 % de Sames.

C'est là que siège leur parlement, le Sàmediggi, dans un bâtiment qui rappelle leurs tentes traditionnelles, et qui a reçu le prix d'architecture norvégienne en 2001.

C'est là qu'émettent la Radio et la Télévision Sames.

Il y a encore un centre d'Art, et l'Ecole Same d'Etudes Supérieures.

 

En effet, on peut être Same et médecin ou ingénieur, tout comme agriculteur ou artisan.

Car les Sames, autrefois victimes d'ostracisme (et même d'eugénisme au début du 20ème siècle), ont maintenant obtenu une reconnaissance officielle : le Sami étant la 3ème langue nationale en Norvège, on peut suivre sa scolarité et faire des études supérieures en sami.

Ce musée retrace la vie des Sames d'autrefois : de la hutte d'hivernage couverte d'herbe, aux maisons de bois construites par le gouvernement pour tenter de les sédentariser. Mais leur âme est nomade, et ils ont résisté.

Les tentes qui ressemblent à des tipis sont des habitations provisoires, utilisées pour les migrations ou l'été. En général, ils avaient également une hutte sur leur campement d'été.

Pour les costumes, je suis très déçue par mes photos. Les Sames aiment beaucoup les couleurs vives, surtout le bleu-roi, le rouge et le jaune. Ne pouvant utiliser le flash qui se reflète dans les vitrines, j'ai tout photographié sans flash. Et les bleu-roi sont sortis noirs !

Alors faites la conversion : noir = bleu-roi.

(Mais c'est dit : pour mon prochain voyage, j'investis dans un meilleur appareil photo.)

Les Sames sont d'habiles artisans : gravure sur os ou bois de rennes, tissage, couture, tannage, construction de bateaux (ils étaient déjà réputés du temps des Vikings), travail de l'argent (magnifiques bijoux) et du fil de laiton, travail du bois ...

 

Que dire d'autre ? J'ai été émerveillée ..

Sàpmi
Sàpmi
Sàpmi
Partager cet article
Repost0
11 août 2012 6 11 /08 /août /2012 16:38

Ils nous le font croire, mais ce n'est pas la pointe la plus septentrionale de l'Europe.

Il s'en faut de 1,5 km. Mais c'est tellement plus grandiose ici, qu'on a envie que ce soit vrai.

La vraie pointe, elle, comporte une ciste. Mais 18 km à pieds, AR, avec montées, descentes et tourbières ... je n'ai pas eu le courage.

Alors, pourquoi le "Cap Nord" ?

 

Parce qu'en 1553, un explorateur Anglais, Richard Chancellor, qui tentait de trouver un passage vers la Chine, lui donna ce nom.

Mais bien avant d'avoir un nom, ce lieu était déjà un point de repère pour les marins, pêcheurs, baleiniers ou pirates. Et il devint une attraction touristique après que, en 1665, un prêtre de Ravenne ait raconté sa visite.

Savez-vous que Louis-Philippe d'Orléans, futur roi de France alors âgé de 22 ans, y vint en 1795 ? Il paraît même qu'il ne s'est pas contenté de regarder le paysage, puisqu'il y a des familles du Finnmark qui prétendent être ses descendants en ligne directe...

Un roi Norvégien sur le trône de France ? Bof, il y a bien eu un roi Français sur le trône de Suède, alors ...

Puis le roi de Suède et Norvège, Oscar II, fit l'ascension en 1873, et enfin le roi du Siam, Chulalongkorn, en 1907.

 

Je dis qu'ils "faisaient l'ascension", car jusqu'en 1956, il fallait débarquer dans une crique au pied de la falaise, et affronter la raide montée de 307 m de dénivelé !

Le sentier existe toujours, et certains s'y essayent. Pas moi !

Il faut dire que ce grand plateau est parfait pour recevoir les touristes.

J'y suis arrivée vers 18 heures, et j'ai pu visiter tranquillement : il n'y avait que 10 camping-cars et quelques voitures.

Nordkapp - 71° 10' 21''

A minuit, il y avait une quinzaine de bus, plus de 30 camping-cars, des voitures des vélos, des tentes dans la pierraille ... Et encore, ce n'est plus la pleine saison : on ne voit plus le soleil de minuit après le 31 Juillet. Et le ciel était sans soleil. Juste une lueur, à certains moments.

Mais c'est quand même un lieu impressionnant, qui vaut de faire un détour de ... 232 km aller/retour !

Nordkapp - 71° 10' 21''

Et maintenant que j'ai accompli mon titre (des Pyrénées au Cap Nord), il ne me reste plus qu'à retourner dans les Pyrénées. Avec quelques détours ...

J'ai mis 77 jours (et 12 091 km) pour venir.

Si j'en mets autant pour repartir, ça me fait arriver le 24 octobre. Oh la la ! Il va falloir que je prenne des raccourcis ...

Nordkapp - 71° 10' 21''Nordkapp - 71° 10' 21''

Adieu, Cap Nord, je repars vers le Sud ...

Partager cet article
Repost0
9 août 2012 4 09 /08 /août /2012 08:48

Et d'abord, qu'est-ce que la Géodésie ?

 

C'est la science des dimensions et de la forme de la terre.

Depuis l'an 500 avant JC, les lettrés ont considéré que la terre était ronde.

 -  Et elle ne l'est plus ?

Elle ne l'est PAS, a dit Newton, au 17ème siècle. Car elle est aplatie aux pôles. Et pour que les cartes et mesures soient exactes, il fallait connaître précisément le degré de son aplatissement.

C'est l'astronome et géodésiste Russe Struve qui a été chargé de faire ces mesures.

Entre 1816 et 1855 il effectue une série de 265 triangulations qui ont pris le nom de : "l'Arc de Struve". Il traverse 10 pays, de Hammerfest, Norvège, à Ismail, sur la Mer Noire.

C'est la plus longue série jamais mesurée, et elle est inscrite au Patrimoine Mondial de l'Humanité de l'UNESCO.

Et je suis à Hammerfest, au point le plus au nord, à la borne de Fuglenes, érigée par le roi Oscar II pour commémorer les premiers travaux géodésiques.

Une leçon de géo, Daisy ?

 PS : Ces mesures ont servi pendant un siècle et demi pour la cartographie, mais sont maintenant obsolètes, grâce à la technologie des satellites !

 

Des barbelés dans la prairie :

Hammerfest, c'est aussi le pays des rennes. Qui sont parfois des sources de conflits.

La municipalité a donc cerné la ville d'un très long grillage, afin de les empêcher, l'été, de venir brouter les plates-bandes dans les jardins. Sur la route, de simples passages canadiens les empêchent d'entrer.

 

Un port dans une ville multicolore :

Escale du Hurtigruten, j'y ai retrouvé le successeur du Finnmarken, celui qui m'avait fait le coup du fantôme ...

On remarque l'église, en forme de séchoir à morue, et une belle fontaine, don de l'ambassadeur des USA.

Une leçon de géo, Daisy ?

Honorable Société

Pour remplir son escarcelle sans grand effort, la municipalité a fondé, en 1963, la Société Royale de l'Ours Polaire (il est présent sur le blason de la ville).

Pour en devenir membre, il suffit de se rendre à l'Hôtel de Ville, de remplir un formulaire et ... de payer sa cotisation.

En contrepartie, on vous délivre une sorte de diplôme. Qui n'a d'ailleurs pas plus de valeur que les ours en plastique vendus aux touristes.

Je ne connais pas le montant de la cotisation ...

 

La promenade du soir

Je suis allée à la recherche de quelques unes des tombes de l'âge de pierre, qui sont nombreuses par ici.

Et tout près de la plage de sable très fin, malgré les très gros galets alentour), nous avons trouvé une source d'eau douce. Une aubaine pour les rennes ...

Une leçon de géo, Daisy ?
Partager cet article
Repost0
8 août 2012 3 08 /08 /août /2012 10:08

Finalement, je n'ai pas attendu Alta.

Le lendemain matin, en m'aidant d'un arbre pour monter sur ma portière, vitre baissée, j'ai rempli le trou de devant, et un autre sur le dessus, avec de la colle "ni clous ni vis" que j'avais emportée, en cas. Un pansement de gros scotch gris par-dessus, et j'espère que ça tiendra un moment. Il y a aussi une éraflure à l'arrière, dessus, mais je ne peux pas l'atteindre.

 

Et vogue la galère ... (ou "roule ma poule", au choix) en direction d'Alta, AVEC LE SOLEIL !

 

Alta, c'est avant tout des gravures rupestres exceptionnelles, inscrites depuis 1985 au Patrimoine Mondial de l'Humanité de l'UNESCO.

Elles sont vieilles de 6200 à 2000 ans. Il y a plus de 5000 figures : des rennes et des élans surtout, mais aussi des ours, poissons et oiseaux.

Des objets : barrières (les + anciennes représentations), filets de pêche, lances, bateaux.

Et des humains, hommes, femmes, enfants, engagés dans différentes activités. On y voit même un skieur !

Tous ces motifs sont associés pour former des scènes et évoquent une société fondée sur la chasse, la cueillette et la pêche.

Halte là !

Pour la visite on suit un peu plus de 2 km de sentiers en bois, qui montent, tournent, descendent, entre la mer et le musée. Musée qui réserve une grande salle aux élans naturalisés, à différents âges.

 

Halte là !

Alta, c'est aussi une belle rivière, l'Altaelva, dont les bords ont servi d'écrin à notre nuit.

Halte là !
Halte là !
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : scandinadream.over-blog.com
  • : passer du rêve à la réalité. J'ai commencé par 5 mois de voyage en solitaire, en Trafic aménagé, au hasard des routes d'Europe du Nord (pour mon premier voyage) puis d'Europe Centrale, et maintenant sur des itinéraires peu fréquentés d'Espagne.
  • Contact

Recherche