Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 août 2013 2 13 /08 /août /2013 19:39

Vendredi 9 Août

 

Nous partons tôt pour être à l'ouverture au château de Szigliget.

Au départ, au 13ème siècle (1260), ce sont des Bénédictines qui obtiennent du roi Bela IV l'autorisation d'élever une forteresse. C'est la partie la plus haute du château, la mieux conservée.

Puis un autre roi la donne à une autre famille qui l'agrandi etc, de siècle en siècles, jusqu'aux Turcs (16ème siècle, vous suivez ?) Comme d'habitude ils cassent tout et puis le château sert de carrière. Ce n'est qu'au 20ème siècle qu'on entreprit de sauver ce qu'il en restait. Quel raccourci !

A noter : en 1260, lorsqu'il fut construit, il était sur une île !

La vie de châteaux

Dans toute cette région Ouest de la Hongrie, il y a beaucoup de châteaux. Différentes époques, différents styles, différents états de conservation. Le prochain sera encore un château médiéval, en ruines.

 

C'est la forteresse de Sümeg

Rien que pour le voir sur son piton, ça vaut le détour. Pas étonnant que les Turcs n'aient pas réussi à le prendre.

Ce sont les Autrichiens qui l'ont détruit.

La route pour y monter (à pied ou en taxi) est impressionnante.

Là-haut, il y a des animations médiévales : tir à l'arc, faucons en exercice, musique d'époque ...

Les collections médiévales sont présentées comme dans la vie : la forge, l'atelier du tonnelier, visite intéressante et instructive, bien que rien ne soit en français.

La vie de châteaux

Il est temps d'aller se reposer dans un bois et de mettre au point une autre technique pour la douche.

Chose faite grâce à deux arbres bien placés. Quel bonheur de pouvoir se rafraîchir !

 

J'ai rejoint ensuite le village de Jak où il y a, paraît-il une superbe église ** du 13ème siècle : "un des très rares exemples du style roman hongrois".

Le portail et l'abside, quelles merveilles ! Et ici et là, se glissent des petits personnages ou des visages, comme si le sculpteur voulait nous surprendre ou nous amuser.

La vie de châteaux

Je crois même que le sculpteur s'est représenté lui-même, comme les peintres le faisaient dans leurs tableaux. Ne croyez-vous pas ?

La vie de châteaux

Et dans le même esprit, cette figure perchée en haut de la partie restaurée (vive le zoom), ne serait-ce pas le restaurateur ? Il n'est visiblement pas une figure médiévale !

La vie de châteaux

Je suis restée dormir sur la place de l'église. Le village est calme.

Le vent souffle, le tonnerre gronde, des éclairs zèbrent le ciel, j'attends la pluie.

Viendra-t-elle enfin ?

Partager cet article
Repost0
13 août 2013 2 13 /08 /août /2013 18:17

Mercredi 7 Août

 

Si vous ne savez pas quoi m'offrir pour Noël, vous pouvez penser à un GPS. Il pourra toujours me servir, car j'en suis à mon 3ème !

 

En quittant le camping, ce matin, direction le bal à thons, euh non, pardon, direction le Balaton, mon GPS finlandais m'a lâchement lâchée. J'ai donc refait en sens inverse les quelques 5 kilomètres que je venais de faire pour demander à la gérante du camping (qui parle français) où je pourrais en acheter un autre.

 

Bus 291 - Bus 22 - Mammouth - Bus 22 - Bus 291. Ouf ! Celui-là a démarré. Du coup je pars à 15 h 30 au lieu de 10 h.

 

Après 90 km de route et plusieurs arrêts, je suis arrivée à la fermeture du site romain que je comptais visiter. Ce sera demain, à l'ouverture.

Donc pour aujourd'hui, aucune image !

 

Jeudi 8 Août

 

L'ouverture du parking ombragé étant à 10 heures je n'ai pas voulu rester 2 heures en plein soleil à attendre jusque là. Tant pis pour les ruines de Gorsium, je pars à 8 heures vers Veszprem.

 

Veszprem, lieu choisi, aux environs de l'an 1000 par le roi St Etienne et sa femme Gisèle comme résidence favorite. Ils y ont fondé un évêché, une cathédrale, un couvent, où, selon la légende, les religieuses ont cousu la chasuble de couronnement des rois Hongrois. Giselle (= Gisèle) a présenté ce manteau brodé à l'église locale, geste qui a élevé la ville au rang de "ville des reines".

De nos jours, le culte de la Bienheureuse reine donne toujours lieu à des célébrations annuelles : les "journées Giselle".

 

Comprenez-vous, maintenant, pourquoi l'Impératrice Sissi, reine de Hongrie, a baptisé sa fille "Gisèle" ?

 

Mais au 16ème siècle, les Turcs ont détruit toute la ville. Il n'en restait que l'enceinte fortifiée, la chapelle Ste Giselle et les fondations de la chapelle St Georges. Au 18ème, tout a été reconstruit, dans le goût du moment : le style baroque.

Du moins bon et du très bon ...

Et je n'ai pas encore vu le Balaton !

Entouré d'anciens volcans sur lesquels on cultive la vigne et les arbres fruitiers, le Lac Balaton est le plus grand lac d'Europe. La "Mer hongroise", à seulement 100 km de Budapest, est la villégiature favorite des Hongrois.

Il paraît que l'hiver on peut y patiner, car il gèle sur environ 50 cm. Mais pour l'instant je ne suis allée le voir que depuis la presqu'île de Tihany.

C'est une presqu'île qui s'avance au milieu du lac. Au bout, il ne reste que 1,5 km pour atteindre la rive d'en face. D'un certain endroit (appelé "la colline de l'écho") les gens, autrefois, communiquaient vocalement.

J'avais payé 2 heures de parking pour visiter et me promener dans ces lieux intéressants, mais par 40° (à l'ombre !) j'ai renoncé au bout d'une heure.

Du moins bon et du très bon ...

Pour trouver de l'ombre, j'avais un bon plan : au sud de Tihany, une ciste cachée à une ancienne chapelle St Blaise, du 11/12ème, en haut d'une colline avec point de vue, avec la forêt derrière.

C'est un lieu comme je les aime : belle ruine, beau paysage, personne, de l'ombre, par moment une petite brise (un peu chaude, malheureusement). Sauf que la ciste a disparu. Pas étonnant, depuis 2005, avec les travaux de restauration !

Sieste, donc ...

Du moins bon et du très bon ...

Et puis tout d'un coup, Eurékâ ! une idée pour sortir de cette chaleur étouffante : j'ai quelque part, dans mon camion, une vache à eau noire, pour faire chauffer de l'eau au soleil, et munie d'une mini pomme d'arrosoir.

Le temps de bidouiller une installation de fortune, et l'eau est déjà trop chaude !

Mais la brise sur la peau mouillée, c'est délicieux. Il ne me manque plus qu'une glace, mais ça ...

 

Et à 18 h 30 je reprends la route pour une courte étape, à 20 km, dans un village de vignerons, où je m'installe au-dessus du lac, dans les vignes

Du moins bon et du très bon ...
Du moins bon et du très bon ...
Partager cet article
Repost0
7 août 2013 3 07 /08 /août /2013 11:24

Mardi 6 août

 

Hier j'étais restée sur la rive gauche du Danube,  dans l'ancienne cité de Pest, plutôt vouée  au commerce.

Aujourd'hui j'ai visité Buda, sur la rive droite du Danube.

C'est une succession de collines boisées dominées par le Palais Royal, imposant symbole de l'Empire austro-hongrois et de l'histoire tourmentée de la ville. C'est sur cette rive, à Obuda, que les Romains avaient établi leur camp au début du 1er siècle, donc bien avant l'arrivée des Magyars (896 !).

 

Budapest, 2ème jour

Ce Palais a subi bien des vicissitudes, depuis le 1er roi Hongrois. Celui que l'on voit a été reconstruit dans les années 1950, à l'imitation de celui du 18/19ème siècle, incendié en 1945. Il abrite musées, galeries, bibliothèque, mais aussi le bureau du Président devant lequel se tient la Garde.

Qu'est-ce qu'ils doivent avoir chaud dans leur uniforme, aussi immobiles que des statues. Ils ont quand même droit aux lunettes de soleil ...

Budapest, 2ème jour

L'église Mathias

Dans l'ancienne Buda, entourée de remparts sur sa colline, il y avait aussi, bien sûr, une église où les rois successifs étaient couronnés. Au 15ème siècle, elle prit le nom du roi Mathias Corvin qui y fit célébrer ses 2 mariages et y rajouta un clocher de 80 m (actuellement sous échafaudages). Elle est magnifiquement couverte de tuiles provenant du céramiste de Pecs (voir  Bonjour la Hongrie )

A l'intérieur, on dit que ce sont les dessins de l'occident avec les couleurs de l'orient ...

 

Budapest, 2ème jour

A côté de l'église, une jolie construction néoromane qui semble sortie tout droit d'un film de Walt Disney : c'est le Bastion des Pêcheurs. Il suit le contour des anciens remparts du 18ème, mais ont été terminés en 1902. Ils n'ont jamais eu la moindre fonction défensive, bien sûr. C'était seulement pour clore la place et mettre l'église en valeur ...

 

Budapest, 2ème jour

Pour unifier ces deux villes, Buda et Pest, le Pont des Chaînes fut le 1er construit, de 1842 à 1848. Auparavant, il fallait emprunter un bateau ... ou attendre que le Danube soit gelé ! Car le Danube n'est pas la Seine !

La réunion des 2 villes a été officialisée en 1873.

Budapest, 2ème jour
Budapest, 2ème jour

Une autre célébrité, à Budapest, c'est l'Hôtel Gellert

Il est construit, dans le style Art Nouveau, au pied du Mont Gellert (je n'ai pas eu le courage d'y grimper) où se trouve la forteresse et la statue de Szent Gellert (St Gérard).

Dans l'hôtel, une source thermale alimente des Bains (il y en a plein à Budapest, ville thermale par excellence) célèbres par leur décor Art Nouveau.

Je voulais aller m'y rafraîchir. Mais au camping, où il y a pas mal de Français, on m'a dit qu'avec cette chaleur c'était noir de monde ! Je me contenterai donc de la douche du camping.

Sous le Mont Gellert, il y a aussi une des nombreuses grottes de Budapest.

Budapest, 2ème jour

Face au Mont Gellert, un pont me permet d'accéder aux Halles.

Budapest, 2ème jour

La chaleur d'aujourd'hui a dépassé 40°.

Trop c'est trop. 

Et je suis saturée de la ville.

Demain je pars, je ne sais pas encore dans quelle direction.

Une dernière photo : 

Budapest, 2ème jour
Partager cet article
Repost0
6 août 2013 2 06 /08 /août /2013 06:28

Lundi 5 août

 

A Budapest, je dors sous un pont.

C'est vrai.

 

Explication : le camping (pas large, et entre 2 talus) est enjambé par un pont, où il ne passe que peu de voitures, heureusement. Et c'est le seul endroit du camping encore disponible pour être à l'ombre toute la journée. Tous les autres emplacements sont au soleil soit le matin, soit l'après-midi. Et pour Charly et moi, l'ombre est le confort de base. Pour le reste, on s'adapte ...

Et à l'entrée du camping, deux vestiges du temps passé

La nuit sous un pont
La nuit sous un pont

Donc ce matin, je suis partie en bus (1/2 heure pour 5 km. Que d'arrêts !)

Je ne vais pas vous décrire tout mon parcours, dont une partie en bus à 2 étages, mais plutôt vous montrer les endroits que j'ai préféré.

 

Là où je me suis le plus régalée, c'est au Bois-de-Ville.

C'est le plus grand parc de Budapest. Entre autres choses (il y a aussi un zoo, des bains, un cirque, une forêt, un musée) je me suis intéressée au Château de Vajdahunyad. Il est au bord d'un lac artificiel où on fait du canotage ou du patin à glace selon la saison.

Pour fêter le millénaire de l'état hongrois, on avait demandé à un architecte de concevoir un ensemble de bâtiments réunissant tous les styles architecturaux utilisés au cours de l'histoire du pays ! C'est ainsi qu'est né ce château éclectique en 1896. Chaque morceau est une reproduction d'un monument existant en Hongrie.

Il y a du roman, du gothique, du renaissance, du baroque ... et le mélange est bien sympa.

Mais c'est lundi, et c'est fermé, comme beaucoup de musées !

 

La nuit sous un pont

A l'entrée du Bois-de-Ville, il y a la Place des Héros, ou Place du Millénaire.

Bordée de musées à façades néoclassiques, elle accueille toutes les manifestations, défilés, concerts etc ... forcément, il y a de la place ! Entre autres, le concert de Sting en 2004 y a rassemblé un demi-million de personnes !

 

Le monument commémore aussi le 1000ème anniversaire de l'arrivée des Magyars sur le sol hongrois. La colonne fait 36 mètres de haut, et à son sommet, l'archange Gabriel porte la couronne du roi Saint Etienne.

Toutes les statues de bronze sont des héros de l'Histoire, dont Arpad, au centre, le 1er conquérant en 896. CQFD.

La nuit sous un pont

Le Parlement.

Il a fallu près de 20 ans pour le construire (de 1885 à 1904), avec 20 000 hommes travaillant quotidiennement. C'est une synthèse des plus beaux monuments d'Europe. En voici une photo d'internet :

 

La nuit sous un pont

Mais moi je ne l'ai pas vu comme ça.

Il y a des travaux tout autour. Ils construisent, je crois, plusieurs étages de parkings souterrains, des bureaux etc ... sous l'esplanade, et bien sûr, modifient les chaussées.

Je ne sais pas si on peut le visiter, mais j'en ai vu sortir cet officier en uniforme de parade (admirez le sabre, la ceinture ...) et raccompagner jusqu'à la sortie du chantier un groupe d'étudiants Japonais.

La nuit sous un pont

Le Marché Central

C'est le plus grand marché couvert de Budapest. A l'époque de sa construction, les bateaux chargés de marchandises pénétraient encore directement dans les halles par le Danube, qui est tout proche.

Ces halles extraordinaires ont une structure métallique et datent de 1896. Elles servent toujours de marché, pour l'alimentaire et l'artisanat.

Aujourd'hui, je ne l'ai vu qu'en bus, mais si j'ai le temps, demain, j'irai y faire un tour pour voir l'artisanat hongrois.

La nuit sous un pont

J'ai eu aussi un coup de foudre pour la grande fontaine de l'Ile Marguerite.

Sur une musique classique, et quelques minutes après sur une musique moderne, des jets d'eau "dansaient" en rythme, faisant des dessins dans l'air et c'était très beau. Je le voyais (et l'entendais) de loin, en m'approchant.. Mais ça s'est terminé à mon arrivée. C'est certainement à heure fixe que le ballet recommence.

En attendant, elle est déjà belle et rafraîchissante :

La nuit sous un pontLa nuit sous un pont
Partager cet article
Repost0
5 août 2013 1 05 /08 /août /2013 06:25

Dimanche 4 août

 

C'est à 11 h 30 que l'attraction locale commence, par un petit (1,5 km) voyage en carriole à travers la Puszta (la Grande Plaine).

La terre, en fait, est du sable gris, aussi fin que celui des plus belles plages. Les 2 chevaux y avancent au pas, car en plus ils sont lourdement chargés : nous sommes 18 dans la carriole. Ils ne peuvent trotter que dans des chemins rendus plus durs par l'herbe.

Nous voyons des abris de roseaux, construits par les bergers. Les puits, indispensables, sont tous à balancier en Hongrie.

des chevaux et des hommes ...

Arrivés à la ferme, nous découvrons des vaches aux longues cornes, une race répandue dans toute la Hongrie, et des cochons à poils longs et frisés !

Les hommes portent tous la traditionnelle jupe-culotte blanche, avec la chemise à manches courtes bouffantes, et le gilet noir, brodé dans le dos.

Folklore, bien sûr, car je ne pense pas qu'ils travaillent encore dans cette tenue ...

des chevaux et des hommes ...

Et puis les chevaux arrivent.

des chevaux et des hommes ...

Quelques démonstrations de virtuosité plus tard, accompagnées de pas mal de poussière, nous allons visiter le petit musée des bergers, à côté de la ferme. Malheureusement, mon appareil photo est tombé en panne de batterie, sans doute à cause des films que j'ai fait, mais que je n'arrive pas à mettre sur le blog.

 

Après le retour en carriole par un autre chemin un peu plus long, c'est le départ vers le nord, vers Budapest, avec un arrêt à Kecskemét.

Cette ville est un petit bijou de la fin du 19ème siècle.

La place principale, la place Kossuth, est entourée de bâtiments beaux et originaux. Des clochers partout.

L'Hôtel de Ville y est magnifique, dans le style Art Nouveau. Mais comme c'est dimanche, on ne peut pas visiter sa grandiose Salle d'Honneur. Dommage.

 

des chevaux et des hommes ...

Toujours au bord de la place, très grande, agrémentée de jardins et de jets d'eau, le Palais Cifra, dont la façade aux lignes psychédéliques rappelle un peu le style de Gaudi, à Barcelone.

des chevaux et des hommes ...

En repartant, j'ai croisé cette arroseuse qui circule dans le centre ville, car il fait toujours plus chaud.

des chevaux et des hommes ...

Je ne sais pas si la vague de chaleur en France est aussi intense. Donnez-moi des nouvelles.

En arrivant à Budapest, c'était affiché 40° !

La gérante du camping, qui parle français, m'a dit que c'était une année exceptionnelle.

Charmant camping, d'ailleurs, dont le restaurant occupe une ancienne gare terminus de tramway.

des chevaux et des hommes ...
Partager cet article
Repost0
4 août 2013 7 04 /08 /août /2013 08:48

Samedi 3 août 2013

Repos sur la Puszta

Partis tôt (8 h) pour profiter d'une relative fraîcheur, nous voilà à Szeged.

 

Parking à l'ombre, rues et places sympa, pas trop de monde, et toujours un trottoir à l'ombre.

De beaux immeubles, une grandiose cathédrale néoromane construite entre 1913 et 1930. La 4ème de Hongrie par la taille : la coupole est à 54 m.

Mais à l'intérieur, ça fait un peu une imitation de celle de Pecs.

Repos sur la Puszta
Repos sur la Puszta

Et on reprend la route sous le soleil ardent de midi, en vue d'être à 14 H 30 au Parc National de la Puszta de Bugac pour y voir un spectacle équestre. Dixit le Guide.

Mais le guide s'est trompé, le spectacle était à midi.

 

Mais le camping attenant est fort tentant : une grande pelouse ombragée de grands arbres.

Je décide de rester et de voir le spectacle de demain. Charly est très content. Il n'arrête pas de courir après les papillons et il est tout essoufflé.

Allez, une douche à 3 heures de l'après midi, ça va faire du bien ...

Partager cet article
Repost0
3 août 2013 6 03 /08 /août /2013 20:11

Vendredi 2 Août

 

Ce n'est pas mon dernier matin en Croatie qui me fera revenir sur ma réflexion d'hier soir !

Je m'étais garée dans un champ entre 2 propriétés clôturées. Les 2 propriétaires m'avaient vue et n'avaient rien dit.

Ce matin j'allais partir, j'étais déjà au volant, quand l'un des 2 me crie quelque chose qui finissait par "na problema".

Je réponds "I go away"

Et voilà un type qui débouche, en treillis, furieux. Il se plante au milieu du chemin et note le numéro de ma voiture sur un carnet, regarde l'heure, la note ... et me débite un discours en croate.

J'ai beau lui parler français, il continue.

Finalement je suis partie. Et 30 km plus loin, je passe en Hongrie. J'espère que les gens y sont plus gracieux ...

 

Je me dirige vers Pecs.

C'est une ville qui a été longtemps occupée par les Turcs, qui y ont laissé des traces culturelles et architecturales. Ce qui fait un mélange intéressant.

Que l'on constate dès la place principale, la place Szechenyi. Les Turcs y avaient construit une mosquée en démolissant l'église médiévale. Quand les Habsbourg ont reconquis la ville, ils ont tout simplement transformé la mosquée en église. Il y reste des versets du Coran, la niche à prière (mirhab) orientée vers la Mecque. Mélange unique au monde !

 

Une autre mosquée plus petite (maintenant Musée de la Culture Turque) a gardé son minaret.

 

Bonjour la Hongrie

Le plus beau monument est tout de même la basilique médiévale, bâtie en 1009 à la demande de St Etienne (Szent Istvan). Et depuis le 11ème siècle, elle n'a jamais cessé d'être remaniée, sauf le chur et la crypte qui sont les parties les plus anciennes.

Bonjour la Hongrie

détails des portes :

Bonjour la Hongrie
Bonjour la Hongrie

J'aurais voulu m'attarder plus longtemps dans cette jolie ville (voir le Musée Vasarely, notamment, dont c'est la ville natale) mais Charly m'attend dans la voiture, et quand je suis arrivée, à 11 heures, la température affichée était déjà de 36°. Ce qui ne s'arrange pas !

 

Voici tout de même une jolie fontaine, emblème de Pecs, offerte à la ville par la Manufacture de Porcelaine Zsolnay.

L'émail d'éosine, une technique qu'ils ont inventée, donne à la porcelaine un éclat mat aux reflets bleus-verts-jaune. Cette technique est aussi utilisée pour des toits de la ville.

Bonjour la Hongrie

Après 3 heures de pause à l'ombre, nous avons pris la route vers l'Est, en passant la Duna (toujours le Danube)à Mohacs sur un car-ferry (encore rien à voir avec ceux de Norvège !)

 

Bonjour la Hongrie
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : scandinadream.over-blog.com
  • : passer du rêve à la réalité. J'ai commencé par 5 mois de voyage en solitaire, en Trafic aménagé, au hasard des routes d'Europe du Nord (pour mon premier voyage) puis d'Europe Centrale, et maintenant sur des itinéraires peu fréquentés d'Espagne.
  • Contact

Recherche