Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 juillet 2012 2 03 /07 /juillet /2012 13:10

Je m'arrête pour la nuit au bord d'un petit lac. Sur le parking, ce petit abri pour 2 boites à lettres. Et pas une maison dans le secteur !

La probité des Norvégiens

J'essaie de lire l'affichette, et, miracle, je comprends le norvégien !

Il est vrai que c'est une pratique courante que j'ai déjà vue sur des parkings payants ou des aires de stationnement de camping-car.

Ici il s'agit du droite de pêche dans les lacs visibles sur la photo aérienne plastifiée, en haut.

Il est dit qu'il faut remplir le formulaire (avec carbone au dos, pour le double !) que l'on pêche dans la boite à lettre de droite, ouverte ;

puis on le glisse, avec 40 kouronnes (environ 5,75 €) dans la fente de celle de gauche, qui a un cadenas.

La probité des Norvégiens

Cela vous donne le droit de pêcher 24 heures et c'est gratuit pour les moins de 16 ans.

Et nul Norvégien n'aurait l'idée de tirer au flanc ...

 

Et voilà le lac en question :

La probité des Norvégiens
Partager cet article
Repost0
2 juillet 2012 1 02 /07 /juillet /2012 13:38

Et toujours de beaux paysages : lacs, vieux ponts, cascades, rivières ...

Direction : le glacier de Briksdal

et même de quoi rendre le sourire aux grincheux :

Direction : le glacier de Briksdal

En visitant l'éco-musée de Sunnfjord,  j'ai découvert cette artiste fantastique : elle découpe du papier. Son seul outil : des petits ciseaux à broder, très pointus. Fantastique !

Direction : le glacier de Briksdal
Direction : le glacier de Briksdal

Et c'est la pluie !

Dommage, pour l'excursion au glacier de Briksdal, j'aurais bien voulu vous offrir un beau diaporama, avec du soleil à gogo, des eaux cascadantes, de la glace bleue et des petites Japonaises en débardeur ...

Las !

Les eaux cascadantes et la glace bleue sont bien au rendez-vous, mais pour le reste, ce ne sont que parapluies, vêtements trempés et lunettes mouillées ...

En plus, les jolies calèches (photo d'nternet) ont été remplacées par des véhicules diesel. C'est beaucoup moins romantique !

 

Direction : le glacier de Briksdal

Mais même sous la pluie, ça vaut la balade. Pour le pique-nique il y a de super-beaux coins, et des abris.

Et même une ciste, maintenant, à l'intention de Lafouinette. J'espère qu'il (ou elle) réalisera son rêve et viendra la chercher.

 

Partager cet article
Repost0
29 juin 2012 5 29 /06 /juin /2012 00:21

Arrivées à Bergen en début d'après-midi par un chaud soleil, nous commençons par emprunter le funiculaire pour contempler le point de vue sur la ville, depuis le Mont Floyen, à 320 m.

En vérité, il n'y a plus de crémaillère, car le véhicule est maintenant tracté par un câble, et c'est le seul de Scandinavie.

Magnifique !

Et puis là-haut, promenade jusqu'au lac. Très reposant après la foule de la gare ! (chaque wagon déverse 100 personnes tous les 1/4 d'heure)

Une fois redescendues, le marché aux poissons va clôturer cette belle journée.

 

Cet autre jour est gris, venteux, froid, mais sans pluie.
Polaires, coupe-vent, et en avant par le bus 5.
Ce sera la Salle des Cérémonies des anciens rois de Norvège (13ème siècle) et la Tour Rosenkrantz, dans la forteresse de Hakon.
Bergen, patrie de Grieg
Bergen, patrie de Grieg
Puis promenade dans les vieilles rues et dans les anciens entrepôts de Bryggen, maintenant occupés par des artisans d'art et des magasins de souvenirs et ... une foule de Japonais, entre autres !
Et revoilà le soleil quand nous rentrons retrouver Charly.
Bergen, patrie de Grieg
Bergen, patrie de Grieg

Vous avez vu le gros poisson que j'ai pêché ? 😉

Il est maintenant 22 h 30 et le soleil brille ! Je serai couchée avant lui ...
A demain !
 
Bergen, patrie de Grieg
Adieu jolie plage, tes plongeoirs, ton rocher d'escalade, tes pêcheurs et tes baigneurs ...
Nous levons le camp.
Nous allons rejoindre Edward Grieg, le plus célèbre compositeur Norvégien, né et mort à Bergen. (1843 - 1907)
C'est principalement au cœur de la nature norvégienne et du folklore norvégien qu'il trouva l'inspiration.

Nous commençons par le Musée du Vieux Bergen, qui comprend des maisons du 18ème et 19ème siècles, garnies du mobilier de l'époque, illustrant la vie d'autrefois.

Bergen, patrie de Grieg

Puis nous rejoignons "La Colline des Trolls", maison que Grieg habita les 20 dernières années de sa vie, avec sa femme Nina, et qui est restée telle quelle (la maison, bien sûr).

La musique que vous écoutez sur cette page est de Grieg, bien sûr. C'est la danse arabe, extraite de Peer Gynt cette œuvre écrite d'après un conte de Ibsen, célèbre poète Norvégien.
Bergen, patrie de Grieg

Un petit détour par le célèbre Aquarium ...

Bergen, patrie de Grieg

... mais mes photos de poissons sont plutôt floues ! Vous en trouverez de plus belles sur internet.

 

Maintenant, je suis à l'aéroport de Bergen, d'où Colette vient de s'envoler pour Oslo, puis Paris.

Une autre page s'ouvre, pour moi, car je continue seule mon voyage.
Non, pas seule, car j'ai mon fidèle compagnon à 4 pattes : Charly.
Mais je n'ai plus que vous à qui parler, que vous pour me répondre.
A très bientôt ! ...
Partager cet article
Repost0
28 juin 2012 4 28 /06 /juin /2012 23:34

Et peu à peu, lorsqu'on contourne Bergen par l'Est pour éviter les péages (nous prévoyons de dormir au nord), le temps se découvre, la pluie cesse et vers 17 h nous découvrons une petite plage très sympa, loin de la grande route, où nous nous posons.

Et cette fois-ci, on a pris un bain !                 ... de pieds.

Très prosaïque !

Et voilà un sujet dont on ne parle jamais dans les guides. Evidemment, ça peut paraître un peu "au ras des pâquerettes" de parler de ça dans un blog, mais ... pour les voyageurs, c'est important.

Je veux parler des Toalett.

Dans ce pays, la moindre plage, de nombreux coins pique-nique en bords de route (et c'est signalé d'avance par un panneau : WC), le long des sentiers de randonnées, tous ces endroits sont pourvus de Toalett. Sèches le plus souvent, mais équipées pour recevoir des personnes handicapées, pourvues de papier, voire d'un lavabo et de savon ! et nettoyées tous les 2 ou 3 jours selon les endroits. Ceci est attesté par un formulaire affiché que signe et date chaque nettoyeur.

Ces toilettes sont donc toujours propres, et il n'y a pas de graffitis obcènes comme souvent dans notre pays.

Voici celles de la plage où nous étions, avec chasse d'eau, lavabo et savon, alors que la dernière maison est à au moins 300 m et que le sentier s'arrête là.

Très prosaïque !

J'admire aussi l'entretien des espaces publics.

Il y a une armée de préposés aux tondeuses, faucheuses et autres machines, y compris de simples râteaux.

 

Nous avons constaté, sur une petite route interdite aux camping-cars (mais pas à moi) que les bas-côtés, larges par endroits de 20 à 30 cm étaient fauchés !

Nous avons même croisé une balayeuse (oui, un camion) sur une petite route de rien du tout (de celles que j'aime) et constaté son passage au bout d'une route de montagne en cul de sac de 8 km, alors qu'il n'y a plus de maisons dans le dernier km.

 

Un moyen de diminuer le chômage ?

Partager cet article
Repost0
28 juin 2012 4 28 /06 /juin /2012 21:22

Nous hissons la voile (façon de parler) vers l'île de Karmoy, entre Stavanger et Bergen.

Il fait beau encore quand nous quittons le Hardangerfjord (encore lui, il est tellement long !), mais ça se couvre dans l'après-midi. Pause légèrement mouillée à la plage (en haut, au coin), vers 16 h, où on s'installe pour la nuit.

Non, on ne s'est pas baignées. Charly non plus, et il n'aime pas l'eau de mer.

En repartant au matin, c'est la pluie, la pluie, la pluie !

Par ce beau pont, nous pénétrons sur l'île de Karmoy.

L'île de Karmoy

Après le pont magnifique, nous arrivons à Avalsnes, dont voici l'histoire. Elle est trop savoureuse pour que je la garde pour moi :

C'est dans ce village que "Harald aux beaux cheveux" (1er roi qui unifia la Norvège) élut domicile.

Puis un autre roi, Haakon IV (je vous mets les noms parce que je les trouve très savoureux ) y fit construire, vers 1250, une église en pierre (rare à cette époque) dédiée à Saint Olaf (patron de la Norvège).

Et c'est là que ça me plaît : près du mur nord se trouve "l'aiguille à coudre de la Vierge Marie". C'est une longue pierre de 6,5 m hors sol, qui penche vers l'église.

La légende dit que le jour du jugement dernier arrivera quand son extrémité touchera le mur de l'église. Et il paraît que, pour retarder l'échéance, de nombreux prêtres ont grimpé sur la pierre, tout là-haut, pour en limer l'extrémité.

Vu d'en bas, il semble qu'elle soit encore à 10 ou 15 cm du mur. Mais j'ai peut-être mal vu, à cause de la pluie ...

Enfin je crois qu'on a encore le temps ... en voilà la preuve :

L'île de Karmoy

Et ce soir, nous dormirons sur le port de Skudeneshavn, à la pointe sud de l'île.

Pourvu qu'il fasse beau demain ...

Voici quelques photos insolites, prises dans le splendide parc de la "ville" :

Un arbre a phagocyté un banc, et une racine de près de 4m de long !

L'île de Karmoy

Mais ce n'est pas tout !

On y trouve une pierre bien mystérieuse ! Un météorite tombé de la lune ?

On l'a longtemps cru. Mais on sait maintenant que c'est un quartz-dolomite-marbre, qu'il a 800 millions (oui, 8 zéros) d'années, et qu'il a été transporté là par les glaciers,   il y a ... "seulement" 10 000 ans.                                      

L'île de Karmoy

J'ajouterai encore la figure de proue de je ne sais plus quel bateau, qui est devenue comme l'emblème de la ville.

L'île de Karmoy

Le petit port de Skudeneshavn, justement, allons le visiter, réservant la visite de la vieille ville pour demain matin. En espérant le soleil.

L'île de Karmoy

Cadillac !

C'est la première fois que j'en vois une de si près. Je peux même tourner autour et regarder dedans, car elle attend la mariée devant l'église d'Avaldsnes. Mais nous ne l'avons pas attendue : il pleuvait trop.

Sur la côte ouest de l'île, nous sous étions, un instant, crues à ... devinez !

L'île de Karmoy

Ce matin, visite de l'ancien village de pêcheurs que nous n'avions pas pu faire hier. Très, très chouette !

Mais la pluie augmente et nous contraint au départ.

On remonte donc sans flâner vers Bergen et ses musées pour s'y mettre à l'abri. Dommage, car la côte Est de l'île doit être très plaisante, sous le soleil.

Partager cet article
Repost0
23 juin 2012 6 23 /06 /juin /2012 11:59

Je ne vous raconte pas des salades. La preuve est là !

Hello, le soleil brille, brille, brille ...
Partager cet article
Repost0
23 juin 2012 6 23 /06 /juin /2012 11:03
Bateau, voiture, pieds, train ...

Il faisait si beau, hier, et aujourd'hui c'est si vilain ... tant pis !

Incontournable, le Hardengerfjorden.

Nous avons dormi sur le parking du port (10 maisons et un musée) pour embarquer à 9 h 30 sur le ferry, pour une mini-croisière de 2 h 30 sur le fjord le plus étroit de Norvège.

Voilà le bateau qui arrive, d'ailleurs !

Pas besoin de commentaire sur la température ?

En débarquant, nous faisons route vers Flam, et après le 1er tunnel, miracle, la route est sèche, le ciel plus haut et plus clément.

Cette ligne de chemin de fer de 20 km a été conçue pour relier la ligne Oslo/Bergen au fjord. Elle a été construite entre 1923 et 1940, et seuls 2 des 20 tunnels n'ont pas été percés à la main.

Nous voilà donc en route pour la station mythique de Myrdal, à 866 m, sachant que Flam est à 2 m au-dessus du niveau de la mer.

Nous en gravirons 343 m en voiture, jusqu'à la station où les trains peuvent se croiser et où s'arrête le goudron, puis 105 m à pied, jusqu'à la station suivante. Et le reste en train.

Mais il  a une particularité, ce train, le Flamsbana (avec un ° sur le 1er A) :

A un moment, on annonce par haut-parleur qu'il va y avoir 5 minutes d'arrêt pour admirer la cascade de Kjosfossen, que l'on peut descendre sur la plate-forme à gauche. Et tout le train se vide sur cette grande plateforme conçue exprès. Les appareils photos crépitent.

Puis une étrange musique se fait entendre, sortant de nulle part, et une fée Scandinave apparait là-bas, près de la cascades, et danse auprès d'une ruine, dans laquelle elle disparaît puis réapparait d'un autre côté ... c'est magique !

Puis tout le monde remonte et le train repart ...

Quelle réputation ont donc les Français ?

 

On ne trouve que rarement des inscriptions en français, sur les informations touristiques.  

Mais dans la gare de Myrdal, voilà ce que nous avons trouvé dans les toilettes, écrit uniquement en anglais, français et une autre langue avec des accents circonflexes à l'envers :

Bateau, voiture, pieds, train ...

Vous faites ça, vous ?

 

encore quelques photos :

 

Bateau, voiture, pieds, train ...
Partager cet article
Repost0
21 juin 2012 4 21 /06 /juin /2012 12:20

Du moins c'est ainsi que je crois que l'on écrit "église en bois debout" au pluriel.

Dans la région où nous arrivons, il y a pas mal d'églises en bois debout.

Elles comptent parmi les plus anciennes constructions en bois du monde.

Leur architecture en pagode, qui leur donne leur légèreté, est due au fait qu'elles ne pouvaient supporter une toiture d'une seule pièce. D'où la multiplication de petits pans.

 

A la recherche des Stavkikjen

Les sculptures qui les décorent remplissaient les mêmes fonctions que les vitraux de nos cathédrales. Mais dans les plus anciennes, la mythologie se mêlait encore à la Bible ! Il n'y a qu'à voir ces têtes de dragons sur les pignons des toits, ou les décorations des portails.

A la recherche des Stavkikjen

Souvent petites, ces églises ont été "doublées" au 18ème ou au 19ème siècle par une église plus grande, quelquefois juste à côté. Bien que plus modernes et de construction différente, elles s'inspirent souvent de leur aspect.

A la recherche des Stavkikjen

Et celle-là, qu'en pensez-vous ?

 

A la recherche des Stavkikjen

En quelques photos, voici celles que nous avons vues.

Peu de photos de l'intérieur, car il y est souvent interdit de photographier.

Partager cet article
Repost0
21 juin 2012 4 21 /06 /juin /2012 11:40
Balades sous la pluie

Vexées de n'avoir pu voir le glacier de plus près, nous avons trouvé une autre de ses langues accessible en 1 heure à pied : Buarbreen.

Mais aujourd'hui le soleil a fondu, et c'est la pluie.

Colette a renoncé à la passerelle (mais au retour, Charly l'a passée tout seul, même pas en laisse !)

Moi j'ai renoncé au névé.

Il faut revenir en juillet, il y a encore trop de neige. Tant pis !

Balades sous la pluie

Nous poursuivons donc notre route sur la 13, le long du Sorfjorden.

C'est un peu la riviera, plantée d'arbres fruitiers.

Balades sous la pluie

Puis, en rejoignant la 7 (qui n'a rien de la route du soleil chez nous !) nous avons attaqué, par des falaises impressionnantes, la traversée du Hardangervidda, un haut plateau, encore en partie couvert de neige et de lacs gelés, sur une centaine (oui, oui : 100) de kilomètres. Un vrai désert. C'est le plus grand plateau d'Europe, et qui plus est, situé au-delà de la limite des arbres.

Balades sous la pluie

Ce qui nous a bien surprises, c'est que nous y avons trouvé quelques huttes sames (lapones) habitées, alors que nous pensions qu'ils vivaient bien plus au nord.

J'en ai profité pour acheter une belle peau de renne (je vous la photographierai, un jour. Là, il fait trop froid) qui m'a servi le soir-même, car ma couette est un peu mince pour ces régions.

Balades sous la pluie

Ces charmantes maisonnettes, nous les avons trouvées en commençant la descente, en approchant de la station de ski de Geilo.

Balades sous la pluie
Partager cet article
Repost0
21 juin 2012 4 21 /06 /juin /2012 11:11

Une belle cascade à gauche :

hop, la photo !

Que d'eau, que d'eaux !

A peine reparties, des embruns venant de droite nous en signalent une autre, 200 mètres plus loin.

Arrêt au parking en face, et là, le souffle coupé !

Que d'eau, que d'eaux !

C'était Latefossen (avec ° sur le a)

Et 500 m plus loin, encore une à gauche :

Que d'eau, que d'eaux !

Et la rivière qui les reçoit continue tranquillement sa route, en paressant dans la vallée ... en attendant les prochains rapides !

Que d'eau, que d'eaux !

Nous quittons cette rivière après Odda, pour un tunnel de 11 km.

Nous avons en vue une balade au Bondhus vatnet (vatnet = lac) qui doit ensuite nous mener à un point de vue sur le Bondheubrea (brea = langue glaciaire).

Mais celle-ci a bien régressé depuis 10 ans, et le point de vue est un peu décevant. La balade, elle, est superbe (4 h 30 AR)

Que d'eau, que d'eaux !

Au lac, nous avons photographié un affichage, datant de 1997.

Mais ce que nous voyons de la langue glacière s'est réduit à un névé. Le glacier est plus haut (vu au zoom).

Mais le retour est encore plus agréable que l'aller : car c'est aussi beau, mais en plus, ça descend !

Que d'eau, que d'eaux !

Comme nous avons terminé nos provisions de fromage, nous avons décidé de goûter aux produits locaux.

Je vous présente donc le fromage de chèvre local, le Geistost.

S'il se présente comme un pavé couleur caramel, il en a aussi le vague goût, salé, avec un petit peu le goût de fromage blanc.

Les Caddy n'ont rien à craindre, la concurrence ne viendra pas de Norvège. A mon avis, ce ... "truc" ne mérite même pas le nom de fromage ! (pour des français)

Que d'eau, que d'eaux !
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : scandinadream.over-blog.com
  • : passer du rêve à la réalité. J'ai commencé par 5 mois de voyage en solitaire, en Trafic aménagé, au hasard des routes d'Europe du Nord (pour mon premier voyage) puis d'Europe Centrale, et maintenant sur des itinéraires peu fréquentés d'Espagne.
  • Contact

Recherche