Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 novembre 2012 1 12 /11 /novembre /2012 08:54

Et maintenant, la Loreleï. Nous y voilà.

 

C'est un éperon de rocher shisteux qui s'avance dans le Rhin, et donc le fleuve est plus étroit et plus profond à cet endroit. Plus dangereux aussi, en raison des écueils et des tourbillons.

Jusqu'au 19ème, ce passage représentait pour les bateaux et les trains de bois une aventure très risquée. Avant le passage, 3 sons de cloche invitaient l'équipage à la prière.

Le "chant de la Loreleï", écrit par H.Heine et mis en musique par Silcher, fit la renommée mondiale du rocher du Rhin :

j'ai trouvé la Loreleï

Voici la légende :

 

Loreleï, (peut-être une nymphe ?) par sa beauté surnaturelle et son chant magique fascine le cur de bateliers : ils regardent vers le sommet du rocher pour voir l'admirable jeune fille et ... pour un moment les dangereux tourbillons et récifs sont oubliés. Leur bateau se brise et ils sombrent dans le fleuve.

C'est ainsi que le jeune Comte héritier de la Rhénanie-Palatinat devient la proie de la Loreleï, et court à sa propre perte. Son père ordonne de capturer ou de tuer la sorcière trônant sur le promontoire rocheux.

Lorsque les soldats lui ferment la retraite vers sa grotte, elle appelle à son secours son père, le Rhin. Des vagues géantes et bouillonnantes d'écume s'élèvent et emportent la jeune fille.

Depuis ce temps, on ne la revit plus.

Parfois cependant, par les claires nuits de pleine lune, retentit encore son chant mystérieux, décrit par les poètes de l'ère romantique.

 

Alfredo Catalani, musicien Italien du 19ème, a écrit un opéra sur ce thème : Loreley. Fermez les yeux et regardez danser la nymphe des eaux, sur la musique de l'acte III.

 

 

 

J'aurais pu monter l'escalier jusqu'en haut du rocher, mais je sais que je n'y aurais pas trouvé Loreleï puisqu'elle a rejoint les eaux paternelles.

Alors j'ai emprunté la digue construite pour dompter le fleuve, et qui s'avance dans le Rhin sur un bon kilomètre.

j'ai trouvé la Loreleï

Et je l'ai trouvée, Loreleï !

Elle est là, au bout de la digue. Elle contemple tristement les eaux assagies, nostalgique et mélancolique car les bateliers ne la regardent plus, et son chant est couvert par le bruit de leurs moteurs puants.

j'ai trouvé la Loreleï

Mon modeste hommage l'aura-t-elle consolée ?

Peut-être, car soudain un reflet bouillonnant est apparu sur l'eau, comme illuminée des profondeurs. Il est resté 3 ou 4 minutes, puis il a disparu. Etait-ce son "Merci" ?

(oui, oui, il y a encore des romantiques ...)

j'ai trouvé la Loreleï

Du coup, je suis montée (en voiture, et par un long détour) en haut du rocher pour faire quelques photos au soir tombant. (dans la photo de gauche, vous pouvez voir la digue)

j'ai trouvé la Loreleï
Partager cet article
Repost0

commentaires

B
<br /> Elle est bien belle la Loreleï ! (on dirait bobette)<br /> <br /> <br /> Merci pour cette jolie page !<br />
Répondre

Présentation

  • : scandinadream.over-blog.com
  • : passer du rêve à la réalité. J'ai commencé par 5 mois de voyage en solitaire, en Trafic aménagé, au hasard des routes d'Europe du Nord (pour mon premier voyage) puis d'Europe Centrale, et maintenant sur des itinéraires peu fréquentés d'Espagne.
  • Contact

Recherche