Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 octobre 2012 2 09 /10 /octobre /2012 21:57

Les Romains l'avaient nommée Florentia, florissante.

Et c'est bien la plus belle fleur de Toscane.

Nous y sommes arrivés dans l'après midi, à l'heure où les touristes affluent. Dur, dur ! Charly paniquait, et c'est dans cet équipage que nous avons eu notre premier contact :

Florence, J1 et 2

Promenade dans les rues en direction du Ponte Vecchio.

C'est le symbole de Florence.  Il est à l'endroit où l'Arno est le plus étroit, c'est dire qu'il y a "toujours" eu un pont à cet endroit, détruit et reconstruit au gré des inondations. Celui-là date de 1345, et sa rue était bordée de boutiques des 2 côtés, à la mode de l'époque.

D'abord, elles furent destinées au commerce des légumes et des viandes. Pratique pour se débarrasser des déchets ...

Au 16ème siècle, Cosme 1er de Médicis changea tout ça : il remplaça les boutiques malodorantes par des orfèvres. Puis en 1565, il fit construire par Vasari un couloir pour relier le Palais Pitti où il résidait, sur l'autre rive de l'Arno, aux bureaux de l'administration de la ville : les Offices, et au Vieux Palais, le Palazzo Vecchio.

Cette rue couverte et aérienne de presque 1 km de long passe donc au-dessus des boutiques des orfèvres. Elle lui permettait non seulement de traverser la ville sans se crotter, et surtout sans escorte, mais aussi en admirant, tout au long du couloir, les œuvres que sa famille de mécènes avait rassemblées.

Aujourd'hui encore, œuvres d'arts et vues pittoresques depuis ses nombreuses fenêtres attirent les touristes.

Encore des drôles de panneaux ... et il y en a d'autres, vus en bus, que je n'ai pu photographier !

Florence, J1 et 2
Nous avons passé 4 jours à Florence, logés dans la périphérie nord de la ville, à 30 minutes en bus de la cathédrale.
Le 2ème jour, nous avons donc tout naturellement visité celle-ci, en laissant Charly à la maison, bien sûr.
 
Ce qui est surprenant, dans ce monument, c'est que la magnifique façade devant laquelle s'extasient tous les touristes, nous y compris, est l'élément le plus récent de la cathédrale. En effet, elle a été terminée en 1887 !
Alors, un peu d'histoire.
La cathédrale Santa Maria Del Fiore, il Duomo, a été construite au 13ème siècle à la place d'une ancienne basilique paléochrétienne. L'architecte, Arnolfo di Cambio, mourut avant d'avoir terminé la façade, qui n'était donc décorée que jusqu'à mi-hauteur, à peu près, mais dans le même style somptueux que les faces latérales.
En 1587, François de Médicis donne l'ordre (aujourd'hui incompréhensible pour nous) de démolir cette façade.
Elle fut donc démantelée, mais la tentative faite pour la remplacer n'était pas satisfaisante. De nombreux projet furent présentés en vain.
En 1681, à l'occasion des noces du fils de Cosme III, on y peignit un frontispice en trompe-l'oeil. Mais il ne put résister au passage du temps : au début du 19ème, il était dans un état pitoyable et illisible.
Ce n'est qu'avec le concours international organisé en 1852 qu'on put se mettre d'accord sur le projet du Florentin Emilio De Fabris, qui se référait directement au dessin de la façade originale d'Arnolfo, sauvagement démontée et en grande partie détruite.
C'est donc 3 siècles plus tard que la cathédrale retrouva sa façade, et que sans hésiter on lui trouve un air de famille avec les autres monuments, baptistère (12 et 13ème) et campanile (14ème).
Florence, J1 et 2
Mais la cathédrale, c'est aussi la Coupole.
 
Sa réalisation connut de nombreux obstacles, car à l'époque, il n'était pas possible de construire un gabarit en bois de ces dimensions : 45 mètres de diamètre à la base, et 114 mètres de haut.
La solution fut proposée par un des plus grands génies de l'architecture italienne : Filippo Brunelleschi.
Il employa un système dit "en arêtes de poisson" avec des pierres et des briques encastrées les unes dans les autres, de façon à ce que cette construction qui s'élève en cercles de plus en plus étroits, puisse se soutenir par elle-même. Pour mieux la protéger et mieux la renforcer, il pensa à une double calotte au milieu de laquelle se trouve un interstice où montait l'échelle qui, après 463 marches (la hauteur d'un immeuble de 40 étages !) conduit jusqu'à la terrasse de la lanterne.
Les travaux ont duré 16 ans, de 1420 à 1436.
Si vous voulez en savoir plus sur cette construction fantastique, cliquez sur ce lien :
 
Les fresques, à l'intérieur de la coupole, ont été commencées par Vasari en 1570.
Nous n'avons pas visité l'intérieur de la cathédrale : c'était une autre entrée, et une autre file d'attente ...
Florence, J1 et 2
Florence, J1 et 2
La grandiose structure du Dôme est complétée par le célèbre campanile qui se dresse, solitaire, à droite de la cathédrale. Il fut projeté par Giotto vers 1333 qui s'inspira des caractéristiques de la façade (qui n'était pas encore perdue) d'Arnolfo, aussi bien au niveau de l'architecture que de la riche décoration sculpturale.
 
Nous arrivons au Baptistère, marqué par un autre artiste : Ghiberti, qui réalisa, en 23 ans, la porte Nord (porte d'entrée), et surtout la porte Est, son chef d'uvre. Il lui fallu 27 ans pour la réaliser, de 1425 à 1452. Elle témoigne de la volonté de l'artiste de parvenir à la perfection. C'est Michel-Ange, qui, 50 ans plus tard, la définit comme étant digne du Paradis, lui donnant ainsi un de ses surnoms.
Pour les amateurs de chiffres : 5,20 m de haut pour 3,10 m de large et 11 cm d'épaisseur, ce mastodonte de bronze et d'or pèse HUIT tonnes. On ne l'ouvre pas d'une chiquenaude ...
Partager cet article
Repost0

commentaires

B
<br /> Chapeau à l'artiste des sens interdits !<br />
Répondre
C
<br /> Quattrocento ! Belissimo !<br />
Répondre
J
<br /> Coucou Elisabeth,<br /> <br /> <br /> Puis-je le dire, vais-je le dire?<br /> <br /> <br /> Mais oui, Florence est l'endroit qui m'a provoqué le moins d'émotions de mon voyage en Toscane/Ombrie/Emilie-Romagne, même si je suis tombée d'admiration devant David , Vénus émergeant des<br /> eaux et les madones du Moyen Age.<br /> <br /> <br /> Je dois être comme Charly, paniquée par la foule, et je n'avais pas les genoux d'un petit garçon pour me réfugier!!!<br /> <br /> <br /> à bientôt   Joëlle<br />
Répondre
S
<br /> <br /> J'avoue que moi aussi j'ai été comme "handicapée" par cette foule, qui m'incitait à quitter des lieux avant-même d'en avoir tout contemplé. J'étais plus à l'aise dans les petits villages du<br /> Chianti. La "ville" qu j'ai préféré (l'ai-je dit ?) c'est Certaldo Alto.<br /> <br /> <br /> Mais il y a tout de même vraiment des oeuvres d'art magnifiques à découvrir à Florence ...<br /> <br /> <br /> <br />
A
<br /> Très chouette cette déclinaison de panneaux ! <br /> <br /> <br /> Bises<br />
Répondre

Présentation

  • : scandinadream.over-blog.com
  • : passer du rêve à la réalité. J'ai commencé par 5 mois de voyage en solitaire, en Trafic aménagé, au hasard des routes d'Europe du Nord (pour mon premier voyage) puis d'Europe Centrale, et maintenant sur des itinéraires peu fréquentés d'Espagne.
  • Contact

Recherche