Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 octobre 2012 1 15 /10 /octobre /2012 17:35

Santa Croce

Saint François d'Assise (qui vécut pas très loin, en Ombrie), l'apôtre des pauvres, mourut en 1226. Et déjà en 1228 il avait été canonisé.

Ses disciples commencèrent alors à s'éparpiller dans toute l'Italie, s'établissant dans les quartiers les plus pauvres des villes. On sait que dès 1229 il existait à Florence une église dédiée à ce Saint. Sur les ruines de cette petite église, en 1295, à un moment de grande richesse de la ville, Arnolfo Di Cambio (celui de la cathédrale) entreprit les travaux de construction de Santa Croce, Sainte Croix.

C'est la plus grande église franciscaine d'Italie. Elle est devenue une sorte de Panthéon de la ville, où reposent environ 300 hommes de grande importance pour : les lettres, la musique, la science, l'art et la politique.

Moi j'ai surtout admiré la chaire, du 15ème, représentant des moments de la vie du "Poverello", sculptés en perspective. Une prouesse, pour l'époque, comme à la Porte Dorée. Par manque de place (le m2 du sol de l'église se vendait très cher pour s'y faire enterrer), l'artiste dut s'arranger pour supprimer tout encombrement au sol : pas de soutien en-dessous, pas d'escalier. Il fit donc creuser le pilier pour y faire monter l'escalier, et la chaire tient en porte-à-faux. Une belle réussite.

Au fait, pourquoi se faire enterrer dans le sol de l'église ?

Par humilité (et quelquefois, elle arrivait bien tard !) : tout le monde vous marche dessus ...

Et certaines pierres tombales sont tellement usées qu'on distingue difficilement les sculptures, encore moins les noms.

 

J'ai contemplé la célèbre Annonciation, de Donatello, et j'aurais bien aimé contempler les vitraux de l'abside. Mais ils sont, eux aussi, sous échafaudage, et je n'en ai vu que le poster (pour lequel ils auraient pu faire mieux !)

Parmi les nombreux monuments funéraires, je vous ai choisi celui de Michel-Ange, bien sûr. Mais il y a aussi Machiavel, Gallilée, Dante, Rossini ...

D'immenses fresques de Giotto racontent la vie de St François. Celle de sa mort est particulièrement célèbre.

De beaux autels de Vasari (celui du couloir), et dans la sacristie, des meubles en marqueterie magnifiques pour ranger les vêtements, ainsi qu'une chapelle avec une très belle fresque ... que j'ai oublié de photographier !

Le Palais Pitti

Selon une anecdote, Luca Pitti, banquier florentin rival de Cosme l'Ancien (Médicis) avait chargé Brunelleschi (toujours celui de la Coupole) de construire un palais qui ait des fenêtres aussi grandes que les portes du palais de son concurrent, et une cour aux dimensions telles qu'elle puisse contenir le palais Médicis tout entier.

Pari tenu. Les travaux commencent en 1458, mais seront interrompus par la ruine des Pitti.

Voilà ce que c'est que la vanité ! Pas de pitié pour les Pitti !

C'est ainsi qu'Eléonore de Tolède (grande mécène, épouse de Cosme 1er) l'achète et le fait terminer en 1549.

Florence, encore J3, + J4

Et les Médicis, en venant s'y installer,  vont l'agrandir au long des siècles, jusqu'à 1743, l'extinction de la dynastie. Il fait donc actuellement 205 mètres de longueur.

Maintenant propriété de l'Etat, il abrite pas moins de 6 musées, mais dans presque tous les photos sont interdites. Aussi, je n'ai pas grand-chose à vous livrer, car il y a presque autant de gardiens que de salles ...

J'ai aimé particulièrement le Musée de l'Argenterie (trésor des Médicis et des Habsbourg-Lorraine), dont je vous livre quelques pièces (mais pas les plus belles, pourtant !), le Musée du Costume (histoire de la mode du 18ème à 1930 environ), et la Galerie d'Art Moderne (peintures surtout, œuvres Toscanes de la fin 18ème à 1930 environ)

Le Musée de la porcelaine, c'est très beau mais un peu monotone.

La Galerie Palatine ? Une extraordinaire collection de tableaux du 16ème au 18ème, dont Raphaël, Le Titien, Le Caravage ... mais j'aurais eu besoin d'un guide pour vraiment l'apprécier, car je manque singulièrement de culture sur ce point précis. C'est pourquoi j'ai préféré le musée d'art moderne.

Le jardin de Boboli, qui escalade la colline, est typique des jardins en terrasses à l'italienne et date du 16ème siècle. Il faut tout escalader pour parvenir au pavillon du Cavaliere où se tient le Musée de la Porcelaine.

Imaginez les fêtes nocturnes du temps des Médicis, avec ces escaliers éclairés par des torches qui se reflètent dans les pièces d'eau ...

Tristan, lui, s'est bien amusé à nourrir les poissons ...

Arrive le matin du départ ...

Encore quelques images avant de quitter Florence : près de la gare où nous allons prendre le train,

Santa Maria Novella, église du 13ème. Mais sa merveilleuse façade est du 15ème.

Florence, encore J3, + J4

Le train nous emmène à Milano, puis ce sera l'avion pour Hanovre, en Allemagne, pour la suite de mes "aventures" ...

Ciao Firenze !

Florence, encore J3, + J4
Partager cet article
Repost0

commentaires

A
<br /> Je vais vraiment finir par croire aux vertus du topset !!!! Incroyable !! :-)<br />
Répondre

Présentation

  • : scandinadream.over-blog.com
  • : passer du rêve à la réalité. J'ai commencé par 5 mois de voyage en solitaire, en Trafic aménagé, au hasard des routes d'Europe du Nord (pour mon premier voyage) puis d'Europe Centrale, et maintenant sur des itinéraires peu fréquentés d'Espagne.
  • Contact

Recherche