Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 octobre 2012 2 23 /10 /octobre /2012 17:36

Pour prendre le train pour le Brocken, il m'a fallu passer par Wernigerode. C'est même pour cela que je suis arrivée si tard à la gare.

Quand on arrive à Wernigerode, on voit d'abord ça :

 

DSCF4118.JPG

 

Mais c'est tout un art pour y arriver, et sans le GPS, je crois que je chercherais encore ...d'autant qu'il faut finir à pied ou en chariot bâché tiré par des chevaux, ou alors en faux-petit-train.

Et bien sûr, ce genre de vue m'attire comme un aimant.

 

Mais après, je ne pouvais pas partir sans avoir vu le centre-ville, c'est à dire Marktplatz, la Place du Marché ...

 

 

 

 

Et c'est tout à l'heure, sur internet, que j'ai vu tout ce que j'ai manqué dans la ville, parce que mon guide vert michelin (du coup je lui ôte sa majuscule, na !) n'en dit que 7 lignes, ville et château compris ...

Pour le château, donc, par ici la visite : link

Pour ceux qui sont amateurs de colombages, de sculptures sur bois et de belles photos, voici le lien : link . Maintenant, vous savez comment ça marche !

Il y a une page intitulée "Petit trésor caché" qui me plait beaucoup. J'aime bien les trésors cachés, même si je n'en ai pas caché là.

 

 Celui-là n'était pas caché mais solidement attaché : c'est un vélo-boite-à-lettres

 

DSCF4140.JPG

 

Des Cloîtres


Les Allemands, comme les Français, sont des gens pour qui la gastronomie est importante (même si ce n'est pas la même). Donc aux heures des repas, on s'installe. On s'arrête au restaurant ou au comptoir, mais on s'assoie généralement. Et donc, contrairement aux pays scandinaves qui font ouverture continue des magasins et des lieux touristiques, ici on ferme entre midi et deux.

Trois cloîtres m'ont ainsi fermé leurs portes pour n'ouvrir que celles de leur restaurant. Vous n'aurez donc que les clochers. Mais si vous aimez les cloîtres,  vous pourrez les trouver en détails sur les liens suivants :

 

     -  Ilsenburg, St Pierre et St Paul :  link  et  link

     -  Drübeck, St Vitus (St Guy) :  link  et cliquer à gauche pour la suite

     -  Blankenburg, Kloster Michaelstein :  link et clics à gauche

 

Pour le quatrième, il était 11 heures, mais c'était dimanche, et le service était en cours. J'ai donc écouté un long enseignement en allemand auquel je n'ai compris goutte, puis deux hymnes de la chorale qui ont bien réjouit mes oreilles, avant de pouvoir déambuler pendant la sortie des fidèles, et photographier discrètement cette très belle collégiale. Mais le cloître était fermé.

Pour en voir plus sur St Cyriaque, à Gernrodelink

 

 

 

 

Des châteaux en ruines

 

Envie de faire une balade en forêt. Elle est si belle en cette saison, et encore plus avec ce soleil !

Je repère sur ma carte, à quelques kilomètres de Gernrode, 2 châteaux en ruines sur un même sentier, à Stecklenberg. Châteaux de Stecklenburg et de Lauenburg.

C'est parti !

 

1er étonnement : au départ du sentier, près d'une jolie petite église néo-gothique, une maquette géante d'un double château médiéval. Magnifique !

2ème étonnement, tout près : un petit enclos habité par des lapins, qui semble n'être là que pour la joie des passants !

3ème étonnement : deux longs toboggans qui se succèdent pour habiller une pente sacrément raide ! Le plus bas est déjà bien raide, mais le plus haut, j'aurais carrément la trouille !

Et c'est en montant par l'escalier en haut du toboggan que l'on tombe sur le sentier qui mène aux châteaux. Si vous cistez par là, vous pourrez redescendre en toboggan ...

 

Le 1er château, construit au 11ème siècle, détruit, reconstruit, fut habité jusqu'au 18ème, puis servit de carrière de pierres.

Le second, c'est celui qui est en bas en modèle réduit, et qui est composé de 2 châteaux.

Construit par l'Empereur Henri IV vers 1068, habité parfois par des chevaliers-brigands, il fut détruit au 14ème siècle.

 

Je n'ai pas pris de boite pour le château d'en haut. Mais arrivée là, tentation suprême, il y avait un bocal vide.

Et qui faisait sale, dans les ruines. Alors, le cacher vide ? Je fouille mes poches : papier, crayon, briquet dont je me sers rarement ... avec une pierre rose et un morceau de tuile archéologique, ça fait une ciste convenable, non ?

En regardant les photos du Français de Goslar (que vous devez commencer à connaître), je m'aperçois qu'il y en avait encore un 3ème, plus loin, qui doit correspondre à la 2ème partie de la maquette.

S'il fait beau, quand je quitterai le nid douillet de Grünenplan (à la fin de la semaine) je ferai peut-être un détour par là. Je vous tiendrai au courant.

 

 

 

 

A propos de chevaliers-brigands, il y avait aussi un comte-pillard, dans un autre château.

C'est le château de Regenstein. Il est construit sur un rocher de grès isolé de 75 mètres de haut, dans lequel les pièces (casemates, chapelle, habitation, citerne, couloirs, baignoire ...) ont été creusées., ainsi que des fossés de protection, rigoles d'eau de pluie, escaliers ...  Il reste 32 de ces cavités, dont un tunnel qu'on nomme : tunnel du Comte-pillard ... et bien sûr, une cavité appelée "le trou du Diable" ! Le donjon, lui, date du 13ème.

Qu'en est-il de ce Comte ?

 

Il s'agit du Comte Albrescht II de Regenstein, qui, en 1336, se querella avec l'Evêque, envahit et occupa une partie de la ville de Quedlinburg et son château fort. Quelques pillages, sans doute, lui valurent ce surnom. Il fut finalement  fait prisonnier et enfermé, selon la légende, dans une caisse en bois encore visible au musée du château de Quedlinburg : la cage du Comte Pillard.

 

Quedlinburg_Schlossmuseum_N14.jpg

 

Ceci, c'est le reste du château du 13ème. 

Au 17ème il fut aménagé en forteresse mais ces constructions furent rasées par les Prussiens, de sorte que c'est seulement le plus ancien qui est encore visible.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by scandinadream - dans En Allemagne
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : scandinadream.over-blog.com
  • scandinadream.over-blog.com
  • : passer du rêve à la réalité. J'ai commencé par 5 mois de voyage en solitaire, en Trafic aménagé, au hasard des routes d'Europe du Nord (pour mon premier voyage) puis d'Europe Centrale, et maintenant sur des itinéraires peu fréquentés d'Espagne.
  • Contact

Recherche