Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 octobre 2021 6 23 /10 /octobre /2021 17:04

Ce n’est pas d’un vol que, depuis Estella-Lizarra sur le Camino Francès, nous sommes arrivés à Pasaia, près de l’Océan, à quelques kilomètres de San Sebastian. Nous avons pénétré dans cette province basque de Guipúzcoa par une petite route de montagne, et je ne me souviens pas du nom de ce Col où nous avons fait halte pour la nuit, en présence de ces Pottoks (prononcer Potioks).

Le pottok est une race de poneys vivant principalement à l'ouest du Pays basque, dans les Pyrénées. D'origine très ancienne (probablement du Paléolithique), il présente des ressemblances morphologiques avec les chevaux des peintures rupestres de la même région. Utilisé pendant des siècles par les habitants du Pays basque pour divers travaux d'agriculture, il fut également mis au travail dans les mines.

¡Olé !  en Guipuzcoa : la côte¡Olé !  en Guipuzcoa : la côte
¡Olé !  en Guipuzcoa : la côte

Garés sur un parking qui domine Pasaia Donibane nous sommes partis en vélo à l’assaut du Jaizkibel, petit mont mythique de 584 m, qui dévoile l’embouchure de la Bidassoa et Irún, la côte basque française et la montagne de la Rhune.

Malheureusement, le ciel était couvert et le vent violent. Donc peu de photos, et plutôt ratées.

¡Olé !  en Guipuzcoa : la côte
¡Olé !  en Guipuzcoa : la côte
¡Olé !  en Guipuzcoa : la côte
¡Olé !  en Guipuzcoa : la côte
¡Olé !  en Guipuzcoa : la côte

Après le point culminant de la route, à 455 m, redescente vers Fuenterrabia en passant par la chapelle de Nuestra Señora de Guadalupe, fréquentée par les pèlerins du Camino del Norte.

¡Olé !  en Guipuzcoa : la côte
¡Olé !  en Guipuzcoa : la côte
¡Olé !  en Guipuzcoa : la côte
¡Olé !  en Guipuzcoa : la côte
¡Olé !  en Guipuzcoa : la côte

Arrivés au bout de la presqu’île, pique-nique rapide au bord de la côte et retour par une autre route qui longe la côte avant de remonter les 455 m.

La pluie nous a surpris quand il restait encore 12 km à faire sur les 35 du total. Dommage …

¡Olé !  en Guipuzcoa : la côte
¡Olé !  en Guipuzcoa : la côte
¡Olé !  en Guipuzcoa : la côte
¡Olé !  en Guipuzcoa : la côte
¡Olé !  en Guipuzcoa : la côte
¡Olé !  en Guipuzcoa : la côte

Et maintenant, pour ceux qui ne sont pas très forts en géographie, voici une petite carte des provinces du nord de l’Espagne. Ce voyage-ci ne concerne que les provinces dont le nom est écrit en rouge. Les trois provinces colorées en turquoise forment le Pays Basque.

Nous sommes donc en ce moment dans le Pays Basque, la Province de Guipúzcoa, près de la ville de San Sebastian dont nous n’avons visité (mea culpa) que le magasin Décatlon, pour y acheter des pédales pliantes afin de ranger plus facilement les vélos dans la soute.

¡Olé !  en Guipuzcoa : la côte

La minute de l’instit, définition du mot flysch : Formation sédimentaire détritique, souvent épaisse, constituée par des alternances répétées de grès plus ou moins grossier et d'argile plus ou moins schisteuse, provenant de l'érosion de chaînes de montagne en cours de surrection.

 

Eh bien ce flysch, nous sommes allés le voir à Zumaia, où il affleure de deux façons : en falaises presque verticales, et en large plate-forme horizontale formée par une séquence interminable de couches de roches aiguisées et capricieuses. Mais cette formation-ci, nous ne l’avons pas vue, car nous sommes arrivés quand la marée les recouvrait presque totalement, et attendre la marée basse … trop long.

Voici ce que nous n’avons pas vu (photo d’internet)

¡Olé !  en Guipuzcoa : la côte¡Olé !  en Guipuzcoa : la côte

Mais voici ce que nous avons vu, les falaises, tout de même très belles.

¡Olé !  en Guipuzcoa : la côte
¡Olé !  en Guipuzcoa : la côte
¡Olé !  en Guipuzcoa : la côte

Et pour les amateurs, quelques photos de la ville et du port

¡Olé !  en Guipuzcoa : la côte¡Olé !  en Guipuzcoa : la côte¡Olé !  en Guipuzcoa : la côte

Puis nous nous éloignons de la côte pour aller à côté de Zestoa, pour visiter Ekainberri. C’est à dire le fac-simile de la Grotte d’Ekain. Celle-ci fut la première grotte ornée fermée au public dès sa découverte, et classée au patrimoine mondial de l’humanité en 2008. C’est à cette occasion que fut construit le blockhaus qui abrite sa réplique.

Découverte en 1969, la grotte d'Ekain abrite des dizaines de représentations de chevaux, isolés ou en troupeaux, ainsi que des bisons et des cerfs, tous datés d'il y a 14 000 à 10 000 ans environ, donc au Magdalénien (fin du Paléolithique supérieur). On y a répertorié pas moins de 59 dessins, dont 39 sont des chevaux. Courts sur pattes, la crinière droite et quelques zébrures aux pattes, caractéristiques que l’on retrouve chez les Pottok dont j’ai déjà parlé, ou les chevaux de Prjevalski, en Mongolie.

Parmi les autres peintures et gravures de la grotte, on trouve des rhinocéros, des ours, des cerfs, des bisons mais aussi, fait plus rare, des poissons. Des squelettes d’ours ont aussi été retrouvés dans la grotte.

Bien sûr, les photos sont interdites, et j’en ai trouvé très peu sur internet. Les voici :

¡Olé !  en Guipuzcoa : la côte
¡Olé !  en Guipuzcoa : la côte
¡Olé !  en Guipuzcoa : la côte
¡Olé !  en Guipuzcoa : la côte
¡Olé !  en Guipuzcoa : la côte
¡Olé !  en Guipuzcoa : la côte

Nous allons continuer vers le sud, par de petites routes, sur un itinéraire appelé "La Route des Trois Temples".

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : scandinadream.over-blog.com
  • : passer du rêve à la réalité. J'ai commencé par 5 mois de voyage en solitaire, en Trafic aménagé, au hasard des routes d'Europe du Nord (pour mon premier voyage) puis d'Europe Centrale, et maintenant sur des itinéraires peu fréquentés d'Espagne.
  • Contact

Recherche