Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 octobre 2020 7 04 /10 /octobre /2020 09:13

En bonus, vous aurez un petit bout du Pays de Saint-Flour. En fait, c'est à la limite de la Margeride.

J'y suis arrivée en fin de journée, mais pour ne pas dormir sur le parking des camping-car de la ville, je fais une dizaine de kilomètres vers le nord et je m'installe sur le parking, vide, du château du Sailhant. Espérant le visiter demain matin.

 

Le Château du Sailhant est un château fort âgé de 1000 ans. Il trône sur un spectaculaire éperon rocheux triangulaire de plus de 30 mètres de haut, dominant une cascade mythique, se déversant dans un lac de cratère volcanique préhistorique. Habité depuis les temps les plus éloignés, l’étroite bande de terrain formant le promontoire basaltique ne rend le site accessible que du côté nord, défendu en plus par des douves enjambées par un pont permettant d’accéder au château.

Durant la guerre de Cent Ans, le château fut le théâtre d’une lutte permanente entre Anglais et Français, aboutissant à de nombreux sièges et à une intensification de ses fortifications. Pendant la Renaissance le château fut agrémenté de détails classiques et son système de défense fut encore intensifié. Au début du XVIIIème siècle il devint une résidence secondaire d’été pour Joachim-Joseph d’Estaing évêque de Saint-Flour et après la révolution française, le château fut utilisé en tant que ferme.

La diagonale ( 4) les Bonus

Les deux photos du haut sont d'internet, bien sûr.

J'ai aussi trouvé cette vidéo sur You Tube :

Mais je n'ai pas pu le visiter, le lendemain étant un lundi, jour de fermeture ...

Je suis tout de même allée voir, avec Charly, cette fameuse Cascade du Babory, qui tombe dans un lac de cratère. On y voit très bien les laves en fusion solidifiées, qui ici ne sont pas cristallisées en orgues.

La petite photo vue du dessus est d'internet.

La diagonale ( 4) les Bonus

Et maintenant Saint-Flour, la ville.

Saint-Flour naît au IVe siècle grâce à Florus, évêque venu évangéliser la région.

Campée sur ses remparts volcaniques, protégée par une enceinte défensive et plusieurs portes fortifiées, Saint-Flour sera souvent convoitée au Moyen-Âge mais finalement jamais prise.

Saint-Flour a toujours bénéficié d’un système défensif exceptionnel grâce à ses remparts naturels : les orgues basaltiques. Témoignages de l'activité volcanique, les orgues sont issues d'une coulée de lave ; la partie supérieure (entablement) s'étant refroidie plus lentement que la partie prismée (colonnade d'orgues). Pendant longtemps, les tailleurs de pierres ont exploité cette roche volcanique.

La diagonale ( 4) les Bonus

La ville est perchée sur un escarpement rocheux, à 881 m.

Depuis les remparts qui longent l'arrête du rocher sur laquelle est perché Saint-Flour, et dont la partie supérieure a été démolie pour être remplacée par des maisons, toutes les rues convergent vers la place d'Armes, dominée par les tours massives de la cathédrale. 

La diagonale ( 4) les Bonus

Au XIVe siècle, la ville connaît son apogée. L’importance de la cité s’accroît. Cette promotion lui confère le titre prestigieux de capitale religieuse de la Haute-Auvergne. Le pouvoir civil et religieux se disputeront longtemps la suprématie.

La diagonale ( 4) les Bonus
La diagonale ( 4) les Bonus

Et me voici sur la Place d'Armes, face à l'imposante Cathédrale Saint Pierre.

De style gothique, elle fut achevée à la fin du XVe siècle, à l'emplacement d'une basilique romane, mais fut sévèrement endommagée sous la Révolution. Comme pour d'autres édifices religieux de la région, le matériau utilisé est la pierre volcanique – la lave noire de Liozargues – qui lui confère une couleur sombre caractéristique.

La couleur de la pierre basaltique et le caractère massif des deux tours carrées, percées de quelques fenêtres à meneaux, donnent à la cathédrale une allure de château-fort et à la façade symétrique une certaine austérité, en contraste avec les richesses de son patrimoine intérieur.

La diagonale ( 4) les Bonus

Nef et bas-côtés frappent par la sobriété de leurs lignes. Sous la tribune d'orgue, une peinture murale (15e s.) représente le purgatoire et l'enfer. Admirez, face à la chaire, le grand Christ en bois (12e s.) appelé le « Beau Dieu noir », un bas-relief représentant le Jugement dernier, au-dessus d'un Christ au tombeau, et, dans la chapelle absidiale, la châsse en bronze doré contenant les reliques de saint Flour

 

La diagonale ( 4) les Bonus

Une opportunité s'ouvre à moi : va débuter une visite des tours et toits de la cathédrale. Je suis partante.

Ainsi je vais découvrir, en premier, le grand orgue ... et son organiste !

Comme je n'ai pas tout retenu, je fais appel à Wikipédia :

"L'instrument est l'œuvre du facteur anglais John Abbey, tandis que le buffet a été sculpté par Gabriel Ventadour. L'ensemble a été mis en place en 1843. Il fut restauré dernièrement en 2008.

L'instrument possède 35 jeux, les transmisisons sont mécaniques."

La diagonale ( 4) les Bonus

Nicolas Saunières nous a fait une longue démonstration des possibilités de l'orgue, dont je n'ai enregistré que de courts extraits (1 minute 44s) :

Curieusement, l'intérieur des tours était aménagé comme prolongement du Palais Episcopal (vu ici de haut) qui jouxte la cathédrale. On pouvait donc y loger des invités de marque, et chaque chambre avait sa cheminée et ses fresques décoratives, dont il ne reste que peu de choses.

 

La diagonale ( 4) les Bonus

Les contreforts, la Forêt, quelques gargouilles ... et la pente du toit : impressionnante !

La diagonale ( 4) les Bonus

Et nous arrivons à l'étage des cloches !

De l'escalier qui grimpe sur le haut de la tour, on a pu aussi les voir de dessus. Quel escalier !

La diagonale ( 4) les Bonus

Et voilà le paysage :

La diagonale ( 4) les Bonus

En redescendant du toit à l'étage des cloches, c'est juste midi, l'heure de l'Angélus. Voilà de quoi l'apprécier :

Il faut tout de même reprendre la route vers la Suisse, mon but premier.

Mais je vais faire encore un arrêt dans un village proche de Saint-Etienne. Ce sera mon deuxième BONUS : Rochetaillée, et son château du 12ème siècle.

C'est un village suspendu dans les airs qui culmine à 1120 mètres et offre une vue plongeante sur le Furan. Et tout autour des montagnes. Le tout à 5 kilomètres de Saint-Etienne. Et devinez comment s'appellent ses habitants ?

Les Rupisciciens.

La diagonale ( 4) les Bonus

Et voilà la carte promise, avec tous les points visités entre Rodez et Saint-Etienne, ou plutôt : Rochetaillée.

Et il y a encore plein de beaux endroits où s'arrêter lors de mon prochain voyage ...

La diagonale ( 4) les Bonus
Partager cet article
Repost0

commentaires

S
Très bel article, très intéressant et bien construit. Je reviendrai me poser chez vous. N"hésitez pas à visiter mon univers (lien sur pseudo). A bientôt.
Répondre

Présentation

  • : scandinadream.over-blog.com
  • : passer du rêve à la réalité. J'ai commencé par 5 mois de voyage en solitaire, en Trafic aménagé, au hasard des routes d'Europe du Nord (pour mon premier voyage) puis d'Europe Centrale, et maintenant sur des itinéraires peu fréquentés d'Espagne.
  • Contact

Recherche