Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 septembre 2019 1 02 /09 /septembre /2019 07:50

 

Depuis mon premier voyage dans cette région (voir les liens ci-dessous), j'y étais revenue 2 fois sans succès, à cause du mauvais temps. Cette fois-ci, c'est presque la bonne, puisqu'il faisait beau le matin avec pluie ou orages l'après-midi.

 

En venant de Slovénie, nous avons décidé de gagner le cœur du massif des Dolomites, c'est à dire Cortina d'Ampezzo.

Pour y parvenir, nous nous sommes un peu écartés de la grande route de la vallée pour faire étape au Lac de Sauris. Une petite route qui nous a fait découvrir des paysages somptueux.

Les Dolomites, enfin !

La ville de Cortina d'Ampezzo a accueilli les Jeux Olympiques d'hiver en 1956, et c'est de nouveau elle qui les organisera en 2026, en compagnie de Milan. Admirablement située à 1 210 m d'altitude dans la combe d'Ampezzo, au cœur du massif des Dolomites dont elle est la capitale, Cortina est une élégante station d'hiver et d'été, remarquablement équipée.

De quelque côté qu'on se tourne, les crêtes se découpent sur le ciel, les sentiers sont innombrables ... les randonneurs et les touristes aussi !

Les Dolomites, enfin !
Les Dolomites, enfin !

Nous nous sommes levés tôt pour monter au téléphérique, ou plutôt aux 2 téléphériques successifs, qui mènent au Tofana di Mezzo qui, du haut de ses 3 243 m, dévoile un panorama à couper le souffle sur les montagnes environnantes.

C'est l'une des montagnes les plus "massives" des Dolomites d'Ampezzo; les trois sommets du Tofana sont les plus hauts du Parc National des Dolomites d'Ampezzo, et dépassent 3200 mètres d'altitude.
Au-dessus d'une base d'argile fragile, qui entoure tout le massif, s'élèvent les hautes murailles de Dolomia Principale, qui tirent toute leur expression de la grandiose face sud du Tofana di Ròzes.
Dans les argiles basales, au-dessus du refuge Dibona, des ambres du trias ont été trouvés, parmi les plus anciens jamais trouvés au monde.
Il y a trois cirques glaciaires toujours occupés par des champs de neige, à côté desquels de profonds abysses, encore inexplorés, ont été découverts par la neige.

Déjà, la montée est impressionnante :

 

Les Dolomites, enfin !
Les Dolomites, enfin !

De la terrasse d'arrivée du téléphérique, il faut d'abord monter un long escalier pour atteindre un premier belvédère, à la portée de tous. Pour gagner les autres, il vaut mieux ne pas avoir le vertige, bien qu'un filin permette de se tenir.

Ici vous voyez Dirk sur le chemin du 3ème belvédère, sur l'autre face de la montagne, où Sigrid et moi le rejoindrons tour à tour, l'autre gardant les enfants en un lieu moins exposé (il y a du vent).

Quant au sommet au-dessus, c'est une via ferrata qui permet de l'atteindre.

Les Dolomites, enfin !

Et tout d'un coup, au tournant de la montagne, c'est l'émerveillement !

Les Dolomites, enfin !

Maintenant, nous allons redescendre : le temps a passé, et les nuages arrivent. Ceux qui montent maintenant auront moins de chance que nous ...

Les Dolomites, enfin !

Pour finir, voici une photo d'internet. C'est la grandiose face sud du Tofana di Ròzes. On ne pouvait pas la voir d'où nous étions.

 

Les Dolomites, enfin !

L'après-midi, les nuages vont et viennent. Allés au Lac de Misurina, point de départ de l'excursion aux Tre Cime di Lavaredo que j'avais fait en 2013, nous n'avons pu les apercevoir.

Au vu des kilomètres à parcourir et du temps qui nous reste, nous prenons la belle route qui passe par de hauts cols magnifiques : d'abord, le Passo di Falzarego, 2117 m.

Puis le Passo Fedaia, 2057 m, où passe souvent le Tour d'Italie.

Il est au pied du massif de la Marmolada, plus haut sommet des Dolomites. Culminant à 3 342 mètres, la Marmolada est également appelée la « reine des Dolomites ». Son sommet est constitué de plusieurs pics, et son glacier est le plus étendu des Dolomites.

Le Lac de Fedaia occupe une partie du plateau de ce col, et il aurait fallu grimper sur l'autre rive du lac pour mieux admirer le glacier, comme sur cette photo d'internet, mais le temps ne s'y prêtait pas.

Les Dolomites, enfin !

Nous n'avons fait que quelques photos depuis le barrage :

Les Dolomites, enfin !

La plus belle route que j'ai jamais faite : Passo Pordoi, 2239 m

Passo Sella, 2240 m

Ces cols sont très fréquentés en été par les motos et les cyclistes, mais nous y sommes passés en fin de journée, et c'était parfaitement supportable. Et tellement beau ! On aurait voulu avoir le temps d'y randonner un peu, mais ... il faudra revenir ...

Passo Gardena, 2121 m

C'est dans sa descente vers Ortisei que nous avons passé la nuit, dans un décor grandiose.

Les Dolomites, enfin !
Les Dolomites, enfin !

Nous voilà à Bolzano (Bozen). C'est la grande ville, et c'est la fin des Dolomites, bien que nous soyons toujours entourés de montagnes.

Après tous ces kilomètres, un peu de détente dans la vieille ville.

De belles maisons cossues, des ruelles étroites aux maisons colorées et aux nombreux oriels ...

Les Dolomites, enfin !
Les Dolomites, enfin !
 Près de la frontière avec la Suisse se trouve la petite ville de Glorenza (Glurns).
 
 C'est la plus petite ville du Sud-Tyrol. Elle est considérée comme l’une des plus belles    localités d’Italie et séduit par son atmosphère médiévale.
Les Dolomites, enfin !

Après une dernière nuit en Italie, il ne reste plus qu'à traverser la Suisse pour regagner Lausanne.

Le dernier arrêt sera pour visiter, en Valais, l'intérieur du barrage de la Grande Dixence. Rappelez-vous : Tristan était si content de marcher sur un barrage. Cette fois, encore mieux, il a marché dedans !

Vous en trouverez les photos en explorant cette ancienne page.

A bientôt.

Partager cet article
Repost0

commentaires

J
Intrépide Elisabeth! En effet ,c'est magnifique, mais j'ai eu le vertige en regardant certaines photos!.<br /> Bises à toi et caresses à Charly..resté dans le camping car?
Répondre

Présentation

  • : scandinadream.over-blog.com
  • : passer du rêve à la réalité. J'ai commencé par 5 mois de voyage en solitaire, en Trafic aménagé, au hasard des routes d'Europe du Nord (pour mon premier voyage) puis d'Europe Centrale, et maintenant sur des itinéraires peu fréquentés d'Espagne.
  • Contact

Recherche