Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 mai 2019 1 13 /05 /mai /2019 09:24

Mercredi 1er Mai 2019

 

Nous continuons notre petite route en balcon sur le flanc méridional de la Sierra Nevada, dans l’Alpujarra grenadine, qui égrène joliment un chapelet de petits villages blancs.

Andalucía 4 : … l’apothéose !
Andalucía 4 : … l’apothéose !

Une seule route coupe la Sierra Nevada en deux, par le Puerto de Ragua, à 2000 m. Laissant vers l’Est l’Alpujarra d’Almería, nous passons le col pour nous retrouver sur le versant nord, nettement plus enneigé. Et au pied, une grande plaine plantée d’éoliennes.

Andalucía 4 : … l’apothéose !

En arrivant en bas, un imposant palais-forteresse nous attendait : celui de La Calahorra*.

Andalucía 4 : … l’apothéose !

Derrière l’aspect austère de la forteresse militaire, le château de La Calahorra recèle un patio renaissance*, aussi beau qu’inattendu. Construit au début du 15ème selon les critères artistiques du Quatrocento italien et avec du marbre importé, ses deux étages sont reliés par un splendide escalier** à trois volées. Le décor des portes et des chapiteaux utilise tout le répertoire classique : moulures, candélabres, fleurs, colonnes historiées …

Andalucía 4 : … l’apothéose !

Guadix*

Les caractéristiques de l’argile de la cuvette de Guadix ont rendu possible un habitat insolite : des grottes. La terre argileuse, molle en surface lorsqu’on la travaille, durcit au contact de l’air. On peut ainsi rendre les grottes imperméables et les isoler thermiquement. Leur température est constante tout au long de l’année (18°C) malgré les étés torrides ou les hivers rigoureux. On compte encore 2000 grottes habitées dans la ville de Guadix, et la région possède le plus important ensemble de maisons troglodytique d’Europe.

Le Barrio de la Cuevas (quartier troglodytique) s’étend entre des ravines, des chemins creux et des petits tertres de couleur ocre. J’ai été y faire un tour et je vous en livre quelques photos, même si mon téléphone n’a pas le rendu que j’aurais souhaité.

Andalucía 4 : … l’apothéose !
Andalucía 4 : … l’apothéose !

En traversant la ville pour me rendre dans le Barrio de las Cuevas, j’ai rencontré divers monuments :

l’Alcazaba, par exemple. C’est une forteresse arabe élevée à partir du 11ème siècle. Elle est plus ou moins à l’abandon, et je n’ai pas trouvé l’entrée.

Andalucía 4 : … l’apothéose !

La Plaza de la Constitución, charmante avec ses arcades et son bel Ayuntamiento, à deux rangées d’arcades.

Andalucía 4 : … l’apothéose !

La cathédrale*. Commencée en 1492 et terminée en 1715, l’intérieur témoigne de la longueur des travaux par le mélange des styles : du gothique des nefs au renaissance de l’immense coupole à lanterne.

Andalucía 4 : … l’apothéose !

Jeudi 2 Mai 2019

 

Nous avons passé la nuit pas très loin de Guadix, au-dessus d’un petit lac de barrage, près du village de La Peza.

Andalucía 4 : … l’apothéose !

Et ce matin, petite balade en vélo sur une route pittoresque en partant du village.

Andalucía 4 : … l’apothéose !

Nous sommes maintenant dans la Sierra de Mágina. Ce sont des monts arides et pelés qui culminent à 2167 m, et à leurs pieds ne poussent que des oliviers. Mais en quantité phénoménale et sur des pentes telles qu’on se demande comment ils sont exploités. Ces monts sont situés au nord de Granada et un peu au sud de Jaén.

Andalucía 4 : … l’apothéose !

Nous sous sommes installés près du petit village de Albanchez de Mágina, subjugués par la vue de son château arabe perché au-dessus. Nous irons demain.

Andalucía 4 : … l’apothéose !

Vendredi 3 Mai 2019

 

Ce matin, nous montons au château d’Albanchez de Mágina. Il y a 190 m de dénivelé depuis le bas du village. Ça nous en fera à peu près 150, vu qu’on ne part pas du bas. Le sentier commence tout en haut du village, par un long escalier raide, parfois entrecoupé de bouts de sentiers. En tout, 365 marches.

Andalucía 4 : … l’apothéose !

La base de ce château est d’origine arabe, du 9ème siècle. Une forteresse chrétienne s’est élevée dessus après le 11ème siècle. Au fil des siècles, arabes et chrétiens se le sont disputé, à cause de sa situation stratégique. Et même des chevaliers chrétiens entre eux. Histoire et légende se mêlent à ce sujet.

Imaginez les batailles livrées pour la conquête de cette forteresse !

Andalucía 4 : … l’apothéose !

Pas facile de monter jusqu’en haut. Et là, pas de balustrade. Regardez l’étroit passage dans lequel il faut se faufiler.

Andalucía 4 : … l’apothéose !

Une fois redescendus dans le village, nous avons trouvé ce bel escalier, qui, d’une certaine façon aboutit au château !

Andalucía 4 : … l’apothéose !

Cet après-midi nous avons repris la route et, par hasard, nous sommes arrêtés pour régler le GPS près de cet ancien lavoir du 16ème siècle dénommé : la Fuente del Rey. Les planches à laver ont disparu, et il sert maintenant de lieu culturel. Je crois que le nom du village est Santa Ana.

Andalucía 4 : … l’apothéose !

Anecdote : nous avons trouvé un bel endroit pour dormir près d’un joli oratoire, après avoir constaté que l’aire de camping-car du village était occupée par des tentes et manèges pour la feria du week-end. Une affiche près de l’oratoire ne nous a pas troublés, pensant qu’ici aussi la fête serait pour le dimanche.

 

 

Andalucía 4 : … l’apothéose !

Las ! Vers 18 heures des voitures sont arrivées de partout (c’est un carrefour de 4 routes de campagne), et les gens se sont retrouvés près de l’oratoire pour une courte cérémonie, comprenant quelques signes de croix, quelques bouquets et beaucoup de pétards. Quelques dames ont sorti les costumes de fête traditionnels. C’est de l’intérieur de la voiture que j’ai fait ces photos.

Andalucía 4 : … l’apothéose !

Une petite visite sur le Michelin m’apprend que le 3 Mai, on fait la fête des Croix de Mai ! Cette fête est célébrée partout en Andalousie. La tradition veut que, au 6ème siècle, la mère de l’empereur Constantin découvrit la croix sur laquelle fut crucifié le Christ et la divisa en petits fragments qui furent répartis dans tout le monde chrétien : les fameux « morceaux de la vraie croix », donnant l’occasion d’une fête religieuse, le 3 mai, de l’Invention de la Sainte Croix.

Quand les gens ont commencé à partir vers la seule maison voisine, en partie dissimulée par les arbres, nous croyions en être quittes. Mais depuis, des voitures partent, d’autres arrivent, et il va falloir se résigner à s’endormir en musique, car la maison s’avère être une salle des fêtes … Pour l’instant ce sont des paso-doble, tango, valses, et quelques autres plus rythmées. On va dormir avec les bouchons d’oreilles !

 

 

Dimanche 5 Mai 2019

 

Grenade ! Nous y voilà !

 

Au mois de février, j’ai réservé la visite du Palais de L’Alhambra. C’est aujourd’hui, à midi.

Arrivés hier en fin d’après-midi sur le parking des camping-cars, nous avons été faire une petite promenade pour admirer l’Alhambra et la ville, du haut de la colline.

Andalucía 4 : … l’apothéose !

De tout en haut, nous avions même une vue sur la Sierra Nevada !

Andalucía 4 : … l’apothéose !

En trois heures, nous n’avons pas pu tout voir. Si vous y allez, je vous conseille de faire la visite en plusieurs jours …

car il y a tant à voir et à flâner !

L’Alhambra fut une véritable ville palatiale, fortifiée et indépendante de la ville de Grenade. Elle fut construite par les sultans nasrides durant la dernière période de domination musulmane sur la péninsule ibérique, c’est à dire au 14ème siècle.

Mais je ne vais pas vous faire un cours d’histoire. Si vous voulez en savoir plus, allez jeter un coup d’œil sur ce site en cliquant ici :

L’Alhambra étant construite sur le sommet d’une colline, la Sabika, ses murailles, ses tours et ses portes, vues de l’extérieur, sont impressionnantes. Nous sommes entrés par la Porte de la Justice. Une entrée coudée, comme toujours dans les fortifications arabes.

Andalucía 4 : … l’apothéose !

L’Alcazaba

C'est la citadelle primitive. Elle bénéficie d'une hauteur stratégiquement imparable : du haut de la plus haute tour, on peut observer toute la plaine de Grenade. Son architecture est grossière, destinée à la protection de la forteresse en temps de siège. En plus de la muraille extérieure, elle comporte un fossé intérieur et une deuxième muraille.

Andalucía 4 : … l’apothéose !

Après l’Alcazaba, on visite les Palais Nasrides.

Ne vous attendez pas à voir des ors et des marbres luxueux. Car curieusement, c’est un pouvoir politique en pleine décadence qui a entrepris la construction de ce chef-d’œuvre. Ici, les décors sont bien somptueux et luxueux, mais ce sont les artistes qui les ont fait tels, avec des matériaux très pauvres : pierre, brique, céramique, et surtout : plâtre. Et bois pour quelques plafonds et portes. C’est toute une architecture d’une finesse extrême, toute en moçarabes, coupoles, frises et stucs qui se reflètent dans l’eau et jouent avec la lumière et la végétation. Quel raffinement !

Voici quelques détails :

Andalucía 4 : … l’apothéose !
Andalucía 4 : … l’apothéose !

Il y a trois palais : celui du Mexuar, de Comares, des Lions. Ils sont distribués, ou plutôt imbriqués, autour de trois cours : celle de la Chambre Dorée, celle des Myrtes et celle des Lions.

Je ne vous fais pas la visite guidée, je vous donne simplement mes meilleurs photos. Vous en trouverez sûrement d’encore meilleures sur internet.

Andalucía 4 : … l’apothéose !
Andalucía 4 : … l’apothéose !

Le Palais des Lions est le plus merveilleux des trois.

Andalucía 4 : … l’apothéose !

Dans la cour (Patio de los Leones) douze lions, tous différents, gardent une antique fontaine. Bien que datant du 11ème siècle, son origine est inconnue. Les 124 fines colonnes qui entourent la cour forment aussi deux élégants petits kiosques et donnent accès aux diverses salles d’apparat du palais.

Andalucía 4 : … l’apothéose !

Dans la Salle des Rois de ce palais se trouvent cinq alcôves ouvertes sur la salle principale. Trois d’entre elles ont leur plafond orné d’une peinture faite sur du cuir qui recouvre les voûtes en bois. Ces peintures semblent avoir été réalisées par des artistes chrétiens. C’est un des exemples de la fusion entre les cultures musulmane et chrétienne à cette époque. Les tendances traversaient les frontières et le mélange des cultures entre les habitants du royaume était à l’ordre du jour.

Andalucía 4 : … l’apothéose !

Une petite cour fraîche avec vue sur l’extérieur : la Cour des Cyprès.

Andalucía 4 : … l’apothéose !

Notre guide avait pris du retard. A partir de la sortie des Palais Nasrides, il s’est mis à accélérer le pas, et j’ai bien failli perdre le groupe plusieurs fois en prenant des photos. Je pense même qu’il nous a fait sauter des patios et des bâtiments pour aller plus vite.

Le Partal était un quartier habité par la noblesse musulmane, et était composé de palais magnifiques. De nombreux palais ont été détruits, et au début du 20ème siècle, on remplaça les ruines par des jardins.

Des jardins du Partal, voici ce que j’ai vu, au galop :

Andalucía 4 : … l’apothéose !

Le Palais de Charles Quint

Lorsque Charles Quint séjourna à Grenade en 1526, il décida de construire un palais de la renaissance à l’intérieur même de l’Alhambra. La grandeur prétentieuse de ce palais est frappante face aux dimensions modestes des édifices nasrides.

L’intérieur est occupé par des musées, nous avons seulement longé la façade. La voici (les anneaux sont tous différents et ne sont pas pour attacher les chevaux ! Ils sont au moins à 2 m de hauteur) :

Andalucía 4 : … l’apothéose !

Le Generalife

C'était le palais d'été des princes Nasrides. Ils venaient s'y rafraîchir dans les ombrages, près des bassins d'eau, ou chasser sur les collines voisines. Le Généralife est situé hors des murs d'enceinte de l’Alhambra. Les deux sont reliés de plain-pied par un pont qui enjambe la gorge qui les sépare. Le pont voisin, lui, est une acequía, un canal, qui alimente en eau toute la forteresse et les palais de l’Alhambra.

Andalucía 4 : … l’apothéose !

C’est un palais assez modeste, car le souverain n’y exerçait aucune fonction officielle. Il est entouré de jardins, refaits au 20ème siècle, où l’eau occupe encore une place déterminante. Malheureusement, nous n’avons pas pu y flâner comme je l’aurais voulu. C’est un endroit où il faut prendre son temps …

Andalucía 4 : … l’apothéose !

Les constructions s’ordonnent autour du Patio de la Acequía.

Andalucía 4 : … l’apothéose !
Andalucía 4 : … l’apothéose !

Un dernier adieu à Grenade, en espérant bien y revenir un jour, et nous prenons la route du retour.

Andalucía 4 : … l’apothéose !

Lundi 6 Mai 2019

 

Notre voyage s’est terminé en apothéose à l’Alhambra de Grenade. C’était si beau que je n’avais plus envie de voir autre chose. La tentation de comparer serait trop forte. D’ailleurs, il est temps de rentrer, car environ 1200 km nous séparent de la maison. Nous prenons donc la route, en se donnant un minimum de 300 km par jour.

Partis hier à 17 heures, nous sommes arrivés à Cuenca vers la même heure. Une petite balade d’une heure dans le parc naturel de la Serranía de Cuenca nous a dégourdi les jambes, et les pattes de Charly, tout en visitant « la Ciudad Encantada ». Là, aucune chance de comparer avec l’Alhambra ! C’est un ensemble chaotique résultant de l’érosion dans une épaisse couche de roche calcaire.

Andalucía 4 : … l’apothéose !

Certains rochers, curieusement sculptés, évoquent des formes connues.

Un champignon trompette de la mort, un pont romain, un autre pont, l’entrée d’un couvent ?

Andalucía 4 : … l’apothéose !

D’autres sont encore plus « tirés par les cheveux » :

Que pensez-vous de ces paquebots (l’étrave est à contre-jour) et voilier sur sa quille ? Et de la Mer de pierre, qui n’est pas loin ? Il y a d’ailleurs une légende à ce sujet : elle raconte que les bateaux, amarrés dans un port isolé, ont entamé une aventure digne de ce lieu cyclopéen, avançant d’un millimètre par an jusqu’à la Mer de pierre, désireux de naviguer. Alors ils pourront voguer vers l’Océan final …

Andalucía 4 : … l’apothéose !

On y voit même des ours, paraît-il, et un éléphant luttant avec un crocodile, un profil humain et un long, très long couloir …

Andalucía 4 : … l’apothéose !

Et beaucoup d’autres choses … selon l’imagination de chacun. Mais c’était une belle promenade pour nous détendre de la route, qui va reprendre demain.

 

A bientôt, sous d’autres cieux ...

PS : pour consulter la carte avec plus de facilité, je vous la mets dans la catégorie "Cartes"

Partager cet article
Repost0

commentaires

A
Mon Dieu ! Dire que j'ai raté cette excursion en voyage scolaire il y a... 48 ans ! et que depuis j'en rêve.<br /> vous souhaitez y revenir ; irai-je jamais un jour ? Et pourtant ce n'est pas si loin. Mais à l'époque, je savais tout de cette Espagne Mozarabe, grâce à une prof sensationnelle. Il faudrait que je commence par potasser l'histoire
Répondre

Présentation

  • : scandinadream.over-blog.com
  • : passer du rêve à la réalité. J'ai commencé par 5 mois de voyage en solitaire, en Trafic aménagé, au hasard des routes d'Europe du Nord (pour mon premier voyage) puis d'Europe Centrale, et maintenant sur des itinéraires peu fréquentés d'Espagne.
  • Contact

Recherche