Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 mai 2019 3 01 /05 /mai /2019 15:08

Jeudi 18 avril 2019

 

Un petit tour vers l’ouest, dans la Sierra de Aracena, et dans la jolie ville de Aracena.

 

Andalucía 2 : à l’ouest

Nous voulions faire un peu de randonnée à pied dans ce Parc Naturel, mais le temps s’est mis à la pluie d’un seul coup. Nous sommes donc allés visiter la Grotte des Merveilles, qui se trouve au cœur de la ville et s’étend sous la colline du château. Et en effet, avec ses petits lacs, cette grotte est une merveille ! Je crois bien n’en avoir jamais visité qui contienne autant de blancheur.

Andalucía 2 : à l’ouest
Andalucía 2 : à l’ouest
Andalucía 2 : à l’ouest

Au village voisin, Alajar, l’Ermitage de Notre Dame des Anges nous offre un superbe point de vue sur le Parc. Quand nous y arrivons, l’orage de grêle vient de se terminer.

Andalucía 2 : à l’ouest

Vendredi 19 avril 2019

 

Superbe orage encore hier soir. La météo franchement mauvaise nous incite à déménager vers le sud. Nous gagnons un autre Parc Naturel au sud de Séville : le Parc Naturel de Grazalema. C’est un peu risqué, car Grazalema est le village le plus pluvieux d’Espagne. La raison, c’est que les nuages chauds chargés d’humidité en provenance de l’Océan Atlantique se heurtent dans la région de Cadix à une succession de chaînes et se déversent en pluies torrentielles pouvant atteindre les 2 200 l/m².

Dans ce Parc Naturel, nous allons suivre une partie de l’itinéraire préconisé par Michelin : la route des villages Blancs**. Déjà le paysage nous séduit. Et pour l’instant, même s’il fait frais à cause de l’altitude, même si le ciel est nuageux, il fait encore soleil.

Bonne nuit.

Andalucía 2 : à l’ouest

Samedi 20 avril 2019

 

Ce matin, visite d’une autre ville romaine : Ocurí, à 2 km de Ubrique.

Sa construction, commencée par les Ibères au 5ème siècle avant J.C, s’est poursuivie par les Romains jusqu’au 2ème siècle après J.C., puis fut abandonnée définitivement au 4ème siècle.

Pour en trouver les ruines, il faut grimper dans la montagne (sur une allée pavée, et avec un guide) pendant une vingtaine de minutes.

Ça n’a rien à voir avec Munigua. En plus d’un morceau de mur « cyclopéen » ibère, il reste un mausolée dans la nécropole, quelques murs de maisons, et surtout 4 citernes qui retiennent encore l’eau. Les quelques colonnes et restes de statues qui ont été trouvés sont au musée d’Ubrique, et on n’en voit aucune photo.

Par contre, comme elle est située sur l’épaulement d’une montagne, le paysage est magnifique.

Andalucía 2 : à l’ouest

Comme le temps est toujours beau, nous tentons une petite randonnée à partir du village blanc perché de Benaocaz.

Une petite boucle de 6 km pour découvrir cette montagne aride, ses rochers calcaires, ses chèvres, et pour finir, un vieux four à chaux situé en plein dans un col accessible seulement à pied. On n’a pas trop compris pourquoi à cet endroit.

Andalucía 2 : à l’ouest
Andalucía 2 : à l’ouest

Je voudrais aussi vous présenter quelques fleurs. Soit on ne les voit pas chez nous, soit, comme les pissenlits, elles sont légèrement différentes.

Andalucía 2 : à l’ouest

Nous finissons cette belle journée dans un autre village blanc : Villaluenga del Rosario.

Ce village paisible a la particularité d’être le plus élevé de la province. Et il possède le charme d’être peu visité : pas de cafés débordant sur la rue (juste un petit bar sur la place de l’église), pas de boutiques (juste boulangerie et pharmacie, très discrètes), un seul restaurant, à une extrémité. A l’autre bout, les arènes, installées sur le roc, datent de 1640. Une vielle église ruinée, en haut du village, est convertie en cimetière. Des ruelles qui partent dans tous les sens (j’ai repéré deux panneaux Sortie, car c’est un vrai labyrinthe) aux maisons chaulées, des placettes fleuries … bref, un régal !

Andalucía 2 : à l’ouest
Andalucía 2 : à l’ouest
Andalucía 2 : à l’ouest

Avez-vous remarqué ? Ici, malgré l’altitude (près de 1000 m) les Amarillys poussent en pleine terre !

 

 

Dimanche de Pâques, 21 avril 2019

 

Le temps est revenu à la pluie, qui nous empêche de faire la balade projetée à Grazalema*. Voici tout de même quelques photos un peu grises de ce cadre exceptionnel.

Andalucía 2 : à l’ouest

Pour gagner Zahara de la Sierra** et son château Nasride du 12ème siècle qui se découpe sur l’horizon, deux itinéraires s’offrent à nous : l’un par la montagne, que l’on devine dans les nuages, l’autre par le Lac. C’est donc celui-là que nous choisissons.

Andalucía 2 : à l’ouest

Le village est typique des villages blancs, bien fleuri. Hors de question d’y venir en camping-car ! Routes étroites et très en pente. Il va être midi. Les gens se rassemblent dans l’église Santa Maria de Mesa (18ème siècle) pour la messe de Pâques. J’ai juste le temps d’y faire quelques photos avant de devenir trop importune.

Andalucía 2 : à l’ouest
Andalucía 2 : à l’ouest

Arcos de la Frontera. Dernière ville du circuit, mais trop importante pour y tenter la visite. On se contente de la photographier de loin, du pont sur le Guadalupe qui la côtoie. Puis de derrière, en continuant notre route. On s’aperçoit alors qu’elle est au bord d’une haute falaise. Tombera, tombera pas ?

Andalucía 2 : à l’ouest

De là, nous avons gagné la côte, un peu avant le Port de Conil de la Frontera. A côté de notre parking, un accès à la plage. Le chemin aboutit sur des falaises. Vite quelques photos.

Andalucía 2 : à l’ouest

Et je découvre l’escalier qui descend à la plage, environ 50 marches plus bas. Charly me suit, bien sûr.

Nous longeons la plage sur le sable mouillé, dur, tandis que quelques personnes sont installées sur le sable sec, au pied des falaises. Au bout de la plage, il n’y a personne. On y va.

Et tandis que, tournant le dos à la mer je prenais une photo du pied des falaises, une grosse vague déferle sur nous, me trempant jusqu’en haut des cuisses. Charly est submergé et entraîné par la vague qui redescend. Je le saisis vite dans l’eau … et je m’aperçois après coup que j’avais mes chaussures dans une main, … et mon appareil photos (ouvert) dans l’autre !

Une autre vague nous met en difficulté, puis nous gagnons les rochers, hors d’atteinte des autres vagues, qui d’ailleurs se sont calmées.

Charly, trempé, n’est pas du tout content de cette aventure. Moi non plus, car mon appareil photos, plein de sable, est fichu. Mais Charly est sauf, c’est le plus important.

J’ai vidé la carte mémoire, et désormais je me servirai de mon téléphone. Vous aurez peut-être moins de photos. Quant à la qualité, qui sait ? Je vais apprendre à m’en servir.

Andalucía 2 : à l’ouest

Lundi 22 avril 2019

 

Ce matin il fait gris, il pleuviote. Longer la côte en voiture nous fait traverser des stations balnéaires, mais les nuages accrochent les montagnes du bord de mer où nous comptions aller faire du vélo et voir de beaux points de vues.

Alors nous repartons dans les terres, où il fait meilleur. Et la journée se passe doucement, dans les collines du parc naturel des Alcornocales (chênes liège), au fil de 30 km en vélo.

Andalucía 2 : à l’ouest

Mardi 23 avril 2019

 

Deux faits marquants pour cette journée.

D’abord, la pluie. Elle a tambouriné toute la nuit sur le camping-car, et ne s’est arrêtée que quand nous sommes arrivés au port de Sotogrande, décidés à mettre à profit cette journée pourrie pour faire la lessive, les vidanges et provision d’eau du camping-car, et chercher de l’internet.

Andalucía 2 : à l’ouest

Avec l’amélioration du temps, nous sommes arrivés au Castillo de Castellar*. Un régal.

Au 13ème siècle, les rois de Grenade édifièrent ce village-forteresse, bastion défensif de leur tout nouveau royaume. Durant 2 siècles, il fut le théâtre de luttes frontalières, jusqu’à sa reconquête en 1434 par les troupes chrétiennes.

Au début des années 1970, lors de la mise en eau du réservoir de Guadarranque, qui inonda les plaines cultivées, les habitants se virent contraints d’abandonner le village pour la nouvelle ville de Castellar de la Frontera, à une dizaine de kilomètres.

Le village, aujourd’hui à moitié déserté, semble sorti tout droit d’un conte médiéval. La porte du palais des ducs d’Arcos donne accès à la forteresse qui englobe tout le village.

Andalucía 2 : à l’ouest
Andalucía 2 : à l’ouest

Depuis ce point haut, on aperçoit le rocher de Gibraltar et de l’autre côté, les montagnes de la côte marocaine (mais pas sur ma photo)

Andalucía 2 : à l’ouest

Mercredi 24 avril 2019

 

Pluie, pluie, pluie …. et pas d’espoir d’amélioration immédiate.

 

Jeudi 25 avril 2019

 

C’est encore de la pluie, ce matin, sur Ronda**. Tant pis, je ferai la visite avec un parapluie.

Mais ce n’est pas facile pour prendre les photos !

 

Ronda est une ville chargée d’histoire, sur un site extraordinaire. Erigée sur un plateau rocheux, elle offre une vue spectaculaire sur la gorge du Tajo (« l’entaille »), une gorge d’une centaine de mètres de profondeur creusée par le río Guadalevín, qui partage le cité en deux. Ronda recèle un patrimoine architectural unique, mêlant des constructions musulmanes, des églises et des palais, et un pont exceptionnellement élancé.

 

Moi j’ai commencé la visite par les remparts, qui m’ont conduite tout naturellement aux Bains Arabes, en bas de la cité, car ils étaient un passage obligé, dans la culture musulmane, pour les étrangers qui visitaient la ville, ou qui venaient y commercer.

Andalucía 2 : à l’ouest

Le hammam, ou bain, est l’adaptation musulmane des antiques termes romains, se composant des mêmes parties : salle froide, tempérée et chaude, hypocauste et chaudière et salle de réception. Mais à la différence des romains, où les bains se font par immersion dans de grandes piscines, les bains musulmans sont fondamentalement des bains de vapeur, même s’il y a occasionnellement de petits bassins.

La chaudière ne chauffe pas l’eau, mais l’air qui passe sous les salles chaude (à côté de la chaudière) et tempérée, par l’hypocauste, en chauffant le sol. La vapeur s’obtenait en jetant des seaux d’eau sur le sol brûlant de ces deux pièces.

Cet ensemble de Bains Arabes est le mieux conservé de la Péninsule Ibérique.

Andalucía 2 : à l’ouest

Du temps des Arabes, c’est par ce petit pont qu’on entrait dans la ville :

Andalucía 2 : à l’ouest

Puis fut construit ce pont médiéval :

Andalucía 2 : à l’ouest

Et enfin el Puente Nuevo*, construit entre 1751 et 1793, put relier les deux versants du Tajo. En voici les deux côtés.

Andalucía 2 : à l’ouest

Me voici maintenant devant la Colegiala Santa María la Mayor. Sur cette belle et vaste place se trouve aussi el ayuntamiento (la mairie). Tout près, le Palais Mondragon laisse entrevoir son patio, et le couvent Saint Dominique ses azulejos … pas azúl !

Andalucía 2 : à l’ouest

Encore quelques clichés au long des rues …

Andalucía 2 : à l’ouest

Et puis nous sommes partis vers l’est, traversant le Parc Naturel de la Sierra de las Nieves.

Andalucía 2 : à l’ouest
Partager cet article
Repost0

commentaires

J
magnifique reportage, qui me rapelle beaucoup de souvenirs...mais cette année là, il faisait soleil, et même très chaud<br /> Merci de nous faire partager avec de tres belles photos
Répondre

Présentation

  • : scandinadream.over-blog.com
  • : passer du rêve à la réalité. J'ai commencé par 5 mois de voyage en solitaire, en Trafic aménagé, au hasard des routes d'Europe du Nord (pour mon premier voyage) puis d'Europe Centrale, et maintenant sur des itinéraires peu fréquentés d'Espagne.
  • Contact

Recherche