Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 avril 2019 2 23 /04 /avril /2019 09:57

Samedi 13 avril 2019, l’après-midi

 

Cordoue (Córdoba)

 

La découverte de la ville, ce sera pour une autre vie. Cette fois-ci, nous n’avons le temps, avant la fête des Rameaux, de voir que la Mosquée-Cathédrale*** (la Mezquita).

 

Depuis le grand parking, on y accède par le Pont Romain, qui enjambe le Guadalquivir entre l’énorme Tour de Calahora et la Porte du Pont.

En  ANDALOUSIE

Ensuite, ce qui attire l’œil …. ce sont toutes les installations, en rouge, prévues pour les processions de la Semaine Sainte !

En  ANDALOUSIE

La mosquée, véritable chef d’œuvre de l’art musulman, a été érigée entre le 8ème et le 10ème siècle, sur l’emplacement de l’église wisigothique de San Vicente. Après la reconquête, elle est dédiée au culte catholique et, au 16ème siècle, les chrétiens élèvent une cathédrale gothique à l’intérieur, en plein milieu de ses arcs, incluant l’une dans l’autre et créant ainsi l’un des édifices les plus originaux qui soient au monde.

Dans le mur extérieur s’ouvraient des portes, qui ont été fermées au fur et à mesure des agrandissements : la plus grande et plus belle, la Puerta del Palacio, date de 961. Sur l’autre côté de l’enceinte, on entre dans le Patio de los Naranjos (le jardin des oliviers) par la porte du Pardon (que j’ai oublié de photographier), au pied du Minaret.

En  ANDALOUSIE

Quand on entre dans le sanctuaire, on se trouve dans une véritable forêt de colonnes et d’arcs dont le motif semble le même partout. Et puis on découvre sur les côtés les chapelles chrétiennes, et on ne sait plus où on est. On a beau avoir à la main un plan donné avec l’audioguide, on est un peu perdu. C’est la cathédrale, élevée au milieu, qui permet de s’y retrouver.

En  ANDALOUSIE

Je vous livre quelques unes de mes photos, sans aucun ordre. Seule la beauté ou la curiosité a guidé mon objectif.

En  ANDALOUSIE
En  ANDALOUSIE

Mais j’aime bien cette photo où l’art des deux religions s’exaltent mutuellement :

En  ANDALOUSIE

De retour dans le Patio de los Naranjos, près d’un des bassins qui servaient aux ablutions purificatrices avant la prière, nous faisons une petite pause avant de repartir à notre parking (qui s’est sérieusement rempli !) et de quitter la ville au profit d’un lieu un peu sauvage dans la nature, à Guadalcazar.

En  ANDALOUSIE

Dimanche 14 avril 2019

 

Guadalcazar, joli village blanc, dans lequel j’ai vu un lavoir particulier, où chaque lavandière a(vait) sa place, et un très long abreuvoir. J’ai remarqué aussi les très efficaces haies qui rendent le grillage inutile …

En  ANDALOUSIE

C’est presque un jour de repos, avec seulement une visite au tout proche château d’Almodovar Del Río, perché sur sa butte depuis le 8ème siècle. Enfin presque, car celui-ci d’aujourd’hui a été reconstruit au 14ème sur les restes du précédent.

En  ANDALOUSIE

Une légende veut que chaque année, le 28 mars, une dame vêtue de blanc apparaisse dans l’une des tours du château en gémissant. Ce serait le spectre de la princesse Zaïda, emprisonnée par les Almoravides, qui mourut de chagrin dans les oubliettes du château quand elle apprit la mort de son mari au combat.

Eh bien cette année, elle était en retard, car je l’ai vue. La preuve :

En  ANDALOUSIE

Retour à Guadalcazar pour une 2ème nuit, avant de partir à Guillena faire une belle balade à vélo de 23 km.

En  ANDALOUSIE

Et demain, lever à 6 heures pour être de bonne heure à Séville, avant la foule.

 

 

Mardi 16 avril 2019

 

Séville

 

Michelin nous avait dit : il faut visiter le quartier de Santa Cruz avant 9 heures pour éviter la cohue. En prenant le métro, nous y étions à 8 h et demie, après quelques photos sur la Plaza del Triunfo, et le quartier était désert. A 9 h30, il y avait encore très peu de monde.

En  ANDALOUSIE
En  ANDALOUSIE

Par contre, quand nous sommes allés à l’entrée de l’Alcazar qui venait d’ouvrir, il y avait une queue d’une bonne heure ! En fait, c’est là qu’il aurait fallu aller en premier. Après avoir fait la queue une demi-heure et que ça n’avançait que très peu, j’ai renoncé. Nous avons donc entrepris le tour de la cathédrale pour en trouver l’entrée des visiteurs.

En  ANDALOUSIE

A cause des messes de semaine sainte, la cathédrale n’ouvrait qu’à 11 heures. A 10 heures, la queue était déjà d’une heure. Alors nous sommes repartis sans avoir rien vu. C’est bête, hein ?

Enfin, presque rien vu. On s’est un peu promenés dans le quartier après avoir fait le tour de la cathédrale.

En  ANDALOUSIE

Voici la Porte du Pardon, que j’ai trouvée très belle. L’image qui sert de fond, c’est le détail de la porte.

En  ANDALOUSIE

J’ai photographié cette affiche : c’est ce qui nous attendrait si nous venions vendredi …

En  ANDALOUSIE

Pour nous changer d’ambiance, une petite balade à vélo dans un petit village : Cazalla de la Sierra.

Départ à la Plaza de Toros, avec visite du village …

En  ANDALOUSIE

Puis 5 km pour se rendre au charmant Ermita de la Virgen de la Sierra, où nous sommes accueillis par toutes les senteurs d’un jardin en fleurs : lilas, jasmin, roses, seringa, boules de neige, lavandes …

En  ANDALOUSIE
En  ANDALOUSIE

A propos des parfums de fleurs, il y en a à foison. Car les orangers de tous les immenses vergers sont en fleurs, et dès qu’il y a du soleil, on en sent l’odeur même les vitres fermées. C’est aussi l’époque des acacias. Et il y en a beaucoup au bord des routes …

 

Mercredi 17 avril 2019

 

En visite chez les Romains

 

Nous sommes partis, en vélo, de Villanueva del Río y Minas. 9 km de piste, assez bonne, dont les deux derniers km sont dans une propriété privée. Le portail n’est ouvert qu’aux jours et heures où le site archéologique est ouvert. Et à partir de là, on rencontre des groupes de vaches et le chemin est nettement moins bon. D’ailleurs, c’est autorisé aux seuls piétons et vélos.

A l’arrivée, quelle surprise !

Déjà, en route, cette vision nous avait intrigués :

En  ANDALOUSIE

Mais là, cette ville qui escalade la colline est si grande qu’elle ne tient pas sur une photo. Elle se répartit sur 4 niveaux principaux : d’abord les maisons particulières, puis les Thermes, au-dessus : le Forum et le Temple, et enfin le Sanctuaire de Fortuna et Hercule, lui-même sur 2 niveaux.

Voici ce qu’on voit vers le haut quand on arrive au niveau du Temple :

En  ANDALOUSIE

Appelée Municipium Flavium Muniguense ou plus simplement : Munigua, elle surgit et grandit grâce à l’exploitation minière du territoire.

Commencée avant notre ère, elle connut son apogée du milieu à la fin du 1er siècle. Elle a 2000 ans !

Ce fut un tremblement de terre au 3ème siècle qui la détruisit presque complètement, accélérant un déclin qui avait commencé quelques années auparavant.

Murailles, rues, forum, thermes, temples, édifices publics et maisons privées des familles les plus privilégiées de Munigua sont revenus à la lumière du jour grâce aux fouilles archéologiques. Ses habitants aussi ont été tirés de l’oubli et quelques uns de leurs noms ont été proclamés à voix haute, en découvrant et en étudiant sa Nécropole.

 

On sait que certaines maisons étaient occupées par des privilégiés à cause de leur dimension, et aussi de leur situation sur les rues principales. Elles appartenaient sans doute à des responsables de l’exploitation minière.

En  ANDALOUSIE

Nous avons emprunté la rue qui monte au Forum, puis nous l’avons parcouru.

Les forum romains comportaient des édifices où ils honoraient des personnages importants de la cité ou de l’empire, avec leurs statues. Et également des édifices religieux comportant des statues de dieux et déesses. Ici, le dieu vénéré était, semble-t-il, Dis Pater, un dieu cheval, qui avait sa statue, et qui nécessitait des sacrifices d’animaux noirs, et auquel s’identifiaient les mineurs.

En  ANDALOUSIE

A côté d’un portique à 2 étages s’élève toujours un édicule, petit temple où se trouvait la statue de Mercure. A côté, un autel. Pour quels rites ? On ne sait pas.

En  ANDALOUSIE

Nous continuons de monter, jusqu’au Sanctuaire des Terrasses. On arrive à une première terrasse qui s’ouvre sur un demi-cercle, surmontée d’une autre terrasse où la statue du dieu se trouvait dans un petit temple. Les inscriptions retrouvées font allusion aux dieux Fortuna et Hercule

Ce sanctuaire s’élève en haut de la colline, et il fut nécessaire de construire de grands murs de contention qui avoisinent les 10 m. Ce sont ces murs, ceux qui nous avaient intrigués en s’imposant au-dessus du paysage alentour, qui ont attiré l’attention et permis de retrouver le gisement archéologique oublié.

En  ANDALOUSIE

Quand on est là-haut, on s’aperçoit qu’on est dans une grande cuvette dont les bords sont des collines, toutes à même hauteur et couvertes de forêts de chênes verts, de chênes lièges et quelques pins, avec au milieu une colline pointue surmontée d’un rocher sur laquelle s’est installée la ville de Munigua.

En  ANDALOUSIE

En redescendant, nous sommes allés à la piscine. C’est sur les murs du Nymphée (Ninfeo 7) qu’il reste le plus de surface peinte, et le socle de la statue. On trouve aussi une baignoire (2), un puits (6), le four, un peu du système de caléfaction … de beaux restes.

En  ANDALOUSIE

Et pour finir, cette statue trouvée ici, et dont on ignore le nom. Vénus ? Hispania ?

ou tout simplement Munigua ...

 

En  ANDALOUSIE
Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : scandinadream.over-blog.com
  • : passer du rêve à la réalité. J'ai commencé par 5 mois de voyage en solitaire, en Trafic aménagé, au hasard des routes d'Europe du Nord (pour mon premier voyage) puis d'Europe Centrale, et maintenant sur des itinéraires peu fréquentés d'Espagne.
  • Contact

Recherche