Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 mars 2017 6 18 /03 /mars /2017 18:35

 

Lundi 13 mars 2017

Ce n'est pas le point le plus au sud de l'Espagne, mais c'est le plus au sud que nous atteindrons dans ce voyage. C'est notre CapSud à nous, après avoir été au CapNord l'an dernier.

Après une journée de repos, à se chauffer au soleil à 28° dans un camping à Carboneras, nous voici dans un vent glacé, par 9°, dans le Parc Naturel de Cabo de Gata-Nijar.

C'est un Parc maritimo-terrestre, du fait qu'il concerne 50 km de côtes de falaises découpées, les mieux conservées du littoral méditerranéen espagnol, et qu'il est un des espaces protégés d'Europe par sa vocation de steppe subdésertique.

La trace millénaire de l'intervention humaine se fait patente dans de nombreux endroits : gisements de plomb et d'or, tours de vigies et forteresses côtières pour se défendre des pirates barbaresques, et une architecture populaire liée à la culture de l'eau.

Et comme c'est un Parc Naturel, pas de plastiques pour cultures, pas de bétonnage de la côte. Les villages sont petits et éparpillés, et la ville de Sant José n'a pas d'immeubles de plus de 2 étages. Un petit paradis !

CAP  AU  SUD

Les reliefs de la côte se sont créés en une époque où la terre crachait du feu, donnant lieu à ces formes capricieuses, entre volcans éteints et laves pétrifiées, origine de la couleur sombre du sable du littoral.

CAP  AU  SUD

A cause de l'orage qui se prépare, nous ne ferons qu'une balade raccourcie (6 km) dans les falaises, la mer trop agitée nous empêchant d'arriver jusqu'à leur pied.

Nous partons de l'ancien moulin à farine, dans la Baie de los Genoveces. Pourquoi ce nom ? (les Génois)

Parce qu'en 1147 les troupes catalanes et génoises débarquèrent sur cette plage pour combattre la domination musulmane de la zone, et contrecarrer son monopole dans le marché de la soie.

Déjà, au fond, nous apercevons « el Morrón de los Genoveces », dôme volcanique autour duquel s'étend une des six Aires de Réserve Marine du Parc Naturel.

CAP  AU  SUD

Mais l'orage est au-dessus de nous, et nous ne monterons pas là-haut. Un tour sur les falaises pour en voir l'autre côté, avant de rentrer sans être trop mouillés.

CAP  AU  SUD

Mardi 14 mars 2017

Nous sommes revenus sur notre route, pour dormir à Rodalquilar. Pas seulement parce que nous y avions vu un bon parking, mais parce qu'il y a un beau jardin botanique, El Albardinal, qui était fermé hier lundi.

Aujourd'hui nous l'avons visité, après une nuit de tempête : vent en rafales et grosse pluie. Avec le froid, on a remis les pantalons, ressorti les parkas … Dans un pays subdésertique où il ne pleut que rarement, c'est pas de chance. Surtout que la météo l'annonce pour la semaine !

A l' Albardinal on trouve des plantes de tous les pays et continents, mais qui vivent exclusivement dans un sol aride et un climat subdésertique, tel que l'on trouve ici dans la région d'Alméria et en Andalousie. Et nous voulions (surtout Alain, qui s'intéresse beaucoup à la botanique) connaître les noms de différentes plantes que nous avions rencontrées pour la première fois par ici.

Et nous en avons découvert bien d'autres, et aussi une exposition pédagogique très bien faite.

CAP  AU  SUD

Notre balade suivante était prévue en vélo, dans le désert de Tabernas. Celui où sont tournés les westerns, en Europe, car il reproduit assez fidèlement l'ouest américain.

Et nous devions remonter, dans son lit, un cours d'eau à sec la plupart du temps. Mais il a tant plus depuis hier que l'eau l'a envahi. Pas de balade, donc. Je me suis contentée de faire quelques photos en roulant quand nous avons traversé le désert.

Vous le trouvez bien vert, pour un désert ? C'est que, nous l'avons appris au Jardin Botanique, dans ce climat semi-désertique, les plantes ont une stratégie particulière pour économiser l'eau : elles gardent leurs feuilles en hiver et les perdent en été.

CAP  AU  SUD

Nous remontons vers le nord. C'est le chemin du retour, mais toujours en petites étapes, ponctuées de découvertes.

Par exemple, nous avons traversé plusieurs vallées où la montagne est carrément mise à nu pour y faire des plantations d'oliviers.

Et nous avons repensé à nos Festivaliers pour la Défense de l'Eau, à Los Molinos del Río Aguas. Qui s'insurgeaient contre la plantation d'un million d'oliviers, arrosés au pied.

Car, disent-ils, les nappes souterraines ne peuvent suffire à cet arrosage. Et détourner l'eau de pluie pour en faire des réserves revient tout autant à assécher les nappes souterraines, qui ne serons plus alimentées. Une folie, disent-ils.

CAP  AU  SUD

Encore des carrières géantes (je ne vous en montre qu'une toute petite partie) où l'on extrait du marbre et d'autres pierres pour les remblais, les granulats etc … de belles pierres, certes, mais des montagnes de déblais déplacés. Que restera-t-il de cette montagne ? Une industrie prospère, semble-t-il, mais ...

CAP  AU  SUD

Enfin, notre étape pour la nuit, en arrivant à un col dans la Sierra de Los Filabres : le Sanctuaire de la Virgen del Saliente, ou plutôt son parking géant.

Cet ermitage, qui comporte une hôtellerie, est vouée à Notre-Dame des Désespérés. Il a été fondé en 1676, mais l'actuel sanctuaire est de 1762.

Un peu tard pour de bonnes photos, on verra pour en faire d'autres demain matin, s'il ne pleut pas.

CAP  AU  SUD

Mercredi 15 mars 2017

Le soleil est au rendez-vous ! Vous le voyez sur la photo ci-dessus.

Mais le vent est toujours soufflant, et le froid toujours pinçant. Il est vrai que nous avons dormi à 1200 mètres.

VELEZ BLANCO

Aujourd'hui, ce sera 2 châteaux pour le prix d'un. Je m'explique : nous avons stationné sur le parking sous le château de Velez Blanco, et nous sommes partis en vélo, à travers la campagne et les amandiers, pour une boucle de 28 km qui passait par le château de Xiquena.

Il s'agit d'une des fortifications les plus singulières de la région de Murcie. Car au cours de notre balade, nous avons franchi la « frontière » entre Andalousie et Murcie.

D'origine islamique, elle fut conquise en 1433, et se convertit en la plus solide avant-garde frontalière face au Royaume Nasride de Grenade.

CAP  AU  SUD

Les amandes sont déjà formées sur les amandiers, qui sont la richesse de la vallée. Et ils ont bien du mérite à pousser au milieu des pierres ! Il y a aussi des oliviers, mais peu.

Nous avons vu aussi 2 élevages de chèvres noires. Pour le lait, vus leurs pis.

Et les inévitables élevages de cochons ...

CAP  AU  SUD

Le Palais-Forteresse de Velez Blanco est, lui, un joyau du Patrimoine Historique Andalou. Il fut construit de 1505 à 1515, sur les fondations d'une forteresse maure. Il constitue une œuvre maîtresse de l'architecture et de la sculpture de la première Renaissance en Espagne.

C'était une résidence seigneuriale, mais qui témoignait de l'évolution de l'art de la guerre : le vieux château féodal (il en a gardé l'apparence extérieure) se combine avec le palais urbain, centré sur la cour d'honneur (le patio) décoré de colonnes. Celui-ci nous parle d'une noblesse qui regarde la moderne Italie de la Renaissance comme le symbole des temps nouveaux, qui rompt avec la tradition architecturale gothique antérieure.

CAP  AU  SUD

Malheureusement, abandonné au 19ème siècle, il fut exploité comme carrière de pierres et ses belles sculptures furent vendues, notamment le patio, qui est actuellement dans un musée à New York, et les frises en bois sculpté qui ornaient les deux grandes salles du château, qui furent acquises par un antiquaire parisien...

CAP  AU  SUD

Avant de quitter l'Andalousie, quelques photos de ce village de Velez Blanco, qui est resté typique du sud de l'Espagne : rues étroites, maisons blanches, grilles en fer forgé dont certaines très belles, aux fenêtres et aux portes qui sont souvent en décroché sur la rue. Comme nous sommes en montagne, les toits sont en pente et couverts de tuiles. Mais plus au sud et près de la mer, ils sont plats et comportent une terrasse.

CAP  AU  SUD

Jeudi 16 mars 2017

LORCA

La vallée du Río Guadalentín fut une voie de communication naturelle de grande importance à l'époque médiévale, car il s'agissait du passage frontalier entre les Royaumes de Castille et de Grenade. C'est pour cela qu'elle dispose de nombreuses forteresses défensives et de vigilance du territoire.

La petite ville de Lorca s'étend au pied d'une petite sierra dont le sommet supporte les vestiges de la Forteresse du Soleil. Après la capitulation des musulmans en 1244, le roi Alphonse X ordonna la construction du puissant donjon (Torre Alfonsina) et de la Torre del Espolón, et le renforcement des remparts.

CAP  AU  SUD

Au 19ème siècle, à l'époque des guerres napoléoniennes, pour adapter la forteresse aux systèmes défensifs modernes, fut ajoutée une batterie de six canons, dont on voit les socles devant la Torre Alfonsina.

Le 11 mai 2011 eut lieu à Lorca un terrible tremblement de terre qui endommagea gravement la Torre del Espolón et une partie des remparts, plus que les guerres passées.

C'est dans l'escalier de cette tour que nous avons fait une surprenante rencontre ...

CAP  AU  SUD

Plus de 1000 personnes vivaient dans cette forteresse. Les citernes avaient donc une grande importance. Il y en avait une dans le sous-sol de la Torre del Espolón.

Une autre d'une seule voûte, appelée « petite » (22 m³) et une très grande, de 750 m³. Elle comporte trois travées comme celles qui sont en photo, et sert maintenant de lieu d'exposition.

Pour le pain, les deux énormes fours ne suffisaient pas pour nourrir toute cette foule et on réquisitionnait souvent les boulangers de la ville.

CAP  AU  SUD

Vendredi 17 mars 2017

BARRANCO DE HONDARES

Une piste remonte la Gorge du Rio Hondares, et nous voulions la suivre une dizaine de kilomètres.

Mais nous avons bientôt étés arrêtés par un gué. Après avoir réussi à le passer, en voilà un deuxième à peine un kilomètre plus loin. On le passe au risque d'un bain, en voici un autre à 500 m !

Stop, demi-tour, repasser les gués. Décidément, ce n'est pas la bonne saison …

Joli bilan tout de même, avec seulement 8 km aller-retour : un groupe d'une dizaine de jeunes « chevreuils » que Charly a fait fuir. Seuls deux ont consenti à poser pour la photo, mais au zoom.

Et une belle cascade, tombant dans un trou profond (au moins 3 mètres) servant de piscine l'été : les Bains de Somogil.

CAP  AU  SUD

EL CAÑON DE LOS ALMADENES DEL RíO MUNDO

L'après midi, nous voici suivant le Rio Mundo, à pied, cette fois, jusqu'à son cañon.

Voilà ce que ça donne :

CAP  AU  SUD

Et demain, ce sera une « longue étape » en voiture : une centaine de kilomètres vers le nord, à travers un grande plaine ...

A Bientôt

Partager cet article

Repost 0
Published by scandinadream - dans En Espagne
commenter cet article

commentaires

Crocor 26/03/2017 14:38

Salut Mamietopset
Un plaisir à vous suivre. Je note même certains endroits où vous passez pour des idées de balade de mon côté car j'aime bien aussi l'Espagne.
Bonne continuation
Crocor

Présentation

  • : scandinadream.over-blog.com
  • scandinadream.over-blog.com
  • : passer du rêve à la réalité. J'ai commencé par 5 mois de voyage en solitaire, en Trafic aménagé, au hasard des routes d'Europe du Nord (pour mon premier voyage) puis d'Europe Centrale, et maintenant sur des itinéraires peu fréquentés d'Espagne.
  • Contact

Recherche