Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 février 2017 6 18 /02 /février /2017 14:41

Jeudi 9 février 2017

Coucou, mes Amis.

Me voici repartie, avec Alain et Charly. En Espagne, de nouveau, à la recherche du soleil et de la chaleur.

Notre objectif : descendre jusqu'à Almeria, en visitant une bande côtière d'une trentaine de kilomètres de large, à partir de Barcelone.

Pour commencer, Vielha et son tunnel, dans la neige et le brouillard. Mais arrivés au bas du col, le soleil espagnol nous a accueillis, dans un ciel tout bleu.

Voici quelques photos prises sur l'itinéraire classique qui nous mène de Pont de Suerte à Isona, par Senterada, La Pobla de Segur, et Tremp

Nouveau Départ

Après une nuit au-dessus du petit village de Boixols, à 1200 m, secoués par la tempête, une balade matinale au forat de Boixols nous met bien en jambes.

Qu'est-ce qu'un "forat" ? un petit canyon, tout simplement.

Nouveau Départ

Nous continuons ensuite cette route montagnarde et peu fréquentée vers l'Est : vers le Coll de Boixols, puis Coll de Nargo, puis le Coll de Jou.

Du froid, mais toujours du soleil.

Nouveau Départ

A SANT  LLORENZ  DE  MORUNIS, nous grimpons au Sanctuaire de Lord.

Ouf ! Plus de 100 m de dénivelé en 600 m de longueur. La côte était rude. Cette montagne a toujours été dédiée à la Vierge de Lord (c'est le nom de la vallée). La première chapelle connue date de 992. De restaurations en agrandissements, sa plus grande splendeur fut en 1792. Mais vinrent les guerres carlistes, et il fut incendié et dynamité en 1835. Reconstruit en 1887, il est occupé aujourd'hui par une Communauté Religieuse Diocésaine. Et son seul accès est ce rude chemin ... et un monte-charge par câble.

Nouveau Départ

VendRedi 10 février 2017

Près de Solsona, voici  OLIUS. Petit village qui ne compte qu'une maison près de l'église, et c'est l'ancienne école. Mais on y trouve de vrais trésors !

D'abord, l'église Sant Esteve, consacrée en 1079. Ce qui frappe, c'est la hauteur de sa voûte en berceau, et sa crypte à 3 petites nefs à voûtes d'arêtes, soutenues par 6 colonnes.

Le mot "crypte" signifie "cacher"; les premières cryptes ou grottes sacrées furent taillées dans la roche pour cacher, aux yeux des profanes, les tombes des martyrs.

 

Nouveau Départ

Mais bien avant le 11ème siècle, Olius était un noyau d'activités économiques spécialisées, dans la Catalogne intérieure. Les fouilles archéologiques révèlent des habitations Ibères et une zone étendue de silos creusés dans le sol (environ 300), datés du 3ème siècle avant J-C. La fonction principale de ce peuplement était donc celle d'entrepôt de grains, les céréales étant accumulées à des fins stratégiques et commercialisées depuis ce lieu. Une sorte de supermarché de l'époque ...

Mais le plus étrange, c'est le cimetière !

C'est un cimetière moderniste, fruit de la liberté créative de l'Art Nouveau Catalan, qui s'intègre parfaitement dans le paysage et la nature qui l'entoure : un éboulis de roches, avec des chênes verts et des cyprès. L'auteur de ce cimetière, créé en 1915, s'inspira de Gaudi, Montaner et de l'architecture néogothique.

Dans le cimetière d'Olius contrastent les roches tombées, qui symbolisent la mort, avec les chênes verts et les cyprès, arbres de végétation pérenne, qui représentent la vie. De fait, les feuilles toujours vertes et la sveltesse du cyprès en font un symbole d'ascension vers le ciel. C'est pourquoi on le trouve souvent dans les cloîtres, les cimetières et près des églises et monastères.

Dès l'entrée on trouve des marques de l'Art Nouveau, chères à Gaudi :un arc parabolique, des formes concaves et convexes, des nœuds de fer forgé, des plans irréguliers à différents niveaux etc ... Et au-dessus, une aiguille conique de pierres terminée par une double croix (évocation de la Sagrada Familia ?)

Nouveau Départ

Vous vous souvenez du château de Cardona ?

Une photo pour vous rafraîchir la mémoire :

 

Nouveau Départ

Mais cette fois-ci, nous avons été visiter la mine de sel !

Car Cardona possède une Montagne de Sel. C'est un phénomène naturel unique au monde, et qui grandit encore de nos jours, au fur et à mesure que la pluie érode la terre qui la recouvre. Ses 120 m ne sont que la pointe d'un énorme diapir de près de 2 km de profondeur.

Comment s'est-elle formée ?

Il y a 40 millions d'années, ici, au centre de la Catalogne, il y avait une immense mer fermée. Un bout de l'Océan Atlantique venu du nord (Golfe de Gascogne) s'y était trouvé emprisonné lors de la formation des pré-Pyrénées, des côtes Catalanes et de la Cordillère Basque. La température ambiante élevée qui régnait alors l'assécha progressivement et le sels se déposèrent au fond.

Tout d'abord l'Halite (chlorure de sodium), moins soluble, puis la Sylvinite (chlorure de potassium),et finalement la Carnallite (chlorure de potassium et de magnésium). Quand la mer fut asséchée, tout fut recouvert de terre et de sédiments.

Les couches étaient bien plates, mais la formation des Pyrénées provoqua plissements, ondulations et éminence, formant ainsi cette exceptionnelle Montagne de Sel.

Nouveau Départ

Exploitée depuis 2500 avant J-C, la mine a cependant fermé en 1990. On est maintenant passé à l'exploitation d'un énorme terril de déblais, que l'on transforme en soude caustique. L'exploitation avait alors atteint 1308 m de profondeur et 300 km de galeries.

Nous ne sommes descendus qu'à 86 m !

et voici l'exploitation du terril. Le bus qui nous a emmenés à l'entrée de la mine se balade dessus :

Nouveau Départ

Et voici quelques unes des merveilles de l'intérieur :

Nouveau Départ
Nouveau Départ
Nouveau Départ

Samedi 11 Février 2017

SANT MIQUEL DEL FAI *

Un peu d'histoire :

Sant Miquel Del Fai est un lieu de culte depuis les temps les plus anciens. Les premières nouvelles sur l'église-grotte datent de 997. Le monastère fut habité par une communauté de moines bénédictins jusqu'en 1567, puis par des prêtres séculiers. Au 19ème, les écrivains romantiques découvrent la beauté de Sant Miquel del Fai et donnent à connaître son histoire et ses légendes.

Dédaignant la route d'accès de ce lieu perdu, nous y sommes montés à pied depuis le village de Riells Del Fai. Seulement 45 minutes de montée facile dans cette belle vallée :

* A noter : malgré la beauté de ce site, il n'est pas répertorié dans le guide Michelin. Regrettable oubli.

 

Nouveau Départ

A l'arrivée, nous découvrons la maison du prieuré. Admirez les fenêtres délicates en arc trilobé avec une pointe en amande, du 15ème, partagées par une gracieuse colonne ...

Puis l'église de Sant Miquel, du 10ème siècle.C'est la seule église de Catalogne construite intégralement sous une grotte, qui lui sert également de toit et de murs. On y voit, entre autres, la Virgen Del Fai, sculpture gothique du 14ème, longtemps vénérée en ce lieu.

Nouveau Départ

Les falaises dans lesquelles est installé le monastère ont des fissures par lesquelles l'eau descend, qui fait pousser la mousse et la fougère. Mais cette eau étant très chargée en carbonate, celui-ci se dépose sur les plantes qui en restent couvertes. Année après année, très lentement, l'épaisseur du carbonate qui forme la roche a augmenté, et la plante meurt, en laissant l'espace qu'elle occupait complètement vide. Ces formations rocheuses, pleines de trous, très légères et poreuses, contenant beaucoup de carbonates, s'appellent des "travertins", ou "tufs". Elles sont adossées aux parois verticales et les débordent, une couche recouvrant l'autre, en laissant des espaces et des trous. Ce qui a finit par former de véritables grottes.

Ainsi la Grotte de Sant Miquel, et, au-dessous de l'ermitage de Sant Marti (9ème siècle) la Grotte des Tosques (des Tufs). Pour arriver à celle-ci, on passe derrière la cascade de la rivière Tenes.

 

Nouveau Départ

Dimanche 12 février 2017

LA MUNTANYA DE MONTSERRAT

Imaginez un paysage fait d'aiguilles monolithes roses, de parois verticales joliment rondies, de formes rocheuses évocatrices ... un vrai monument paysager ! Exceptionnel !

Les conglomérats de Montserrat furent déposés au fond d'une mer superficielle préhistorique qui recouvrait la région. Ces masses de roches émergèrent il y a environ 10 millions d'années et furent progressivement sculptées par l'érosion postérieure, jusqu'à prendre la forme des capricieuses aiguilles de roche que l'on peut admirer aujourd'hui.

Un premier peuplement eut lieu au 11ème siècle, autour de la chapelle Sant Paul de Guardia, qui dépendait du Castell de Guardia, érigé encore plus haut dans la montagne. Elle est attestée depuis 1095, puis fut abandonnée, ainsi que le château, au profit du village d'El Bruc, plus bas dans la vallée.

L'inaccessibilité a alors laissé, durant des siècles, ces montagnes à l'écart des activités humaines. Mais maintenant, il y a plus de 5 600 voies d'escalade ! Heureusement qu'un parc naturel règlemente cette activité, afin qu'elle soit compatible avec la protection des espèces qui habitent ces parois ...

Quant à nous, nous avons eu la chance de rencontrer 3 des chèvres sauvages (cabra hispanica) qui furent réintroduites dans ces lieux.

Nouveau Départ

Partis du Coll de Can Maçana, malgré les nuages et le brouillard, nous avons rapporté quelques photos de notre balade de 3 heures

Nouveau Départ

Partager cet article

Repost 0
Published by scandinadream - dans En Espagne
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : scandinadream.over-blog.com
  • scandinadream.over-blog.com
  • : passer du rêve à la réalité. J'ai commencé par 5 mois de voyage en solitaire, en Trafic aménagé, au hasard des routes d'Europe du Nord (pour mon premier voyage) puis d'Europe Centrale, et maintenant sur des itinéraires peu fréquentés d'Espagne.
  • Contact

Recherche