Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 juin 2015 6 20 /06 /juin /2015 20:17

Au réveil, le ciel est plombé et il fait froid.

Pas de longue marche aujourd'hui, donc, car la pluie menace. Alors la balade, nous la ferons en voiture (ce qui réjouit fort Charly, qui déteste encore plus que moi marcher sous la pluie).

Je suis les conseils du Bibendum, et j'emprunte son circuit violet, vers le Nord.

 

Ier arrêt : le Col de Pierre-Pertuis

On en comprend le nom en empruntant (5 minutes à pied) l'ancienne route, côté nord. Voici la pierre et son pertuis :

 

 

Comme l'atteste l'inscription, les Romains avaient déjà construit ici une route dès le 1er siècle. Même si le tracé en fut légèrement modifié au fil des siècles, ce n'est qu'au 20ème qu'elle cessa de passer par le Pertuis, maintenant réservé aux piétons et aux cyclistes.

 

 

2ème arrêt : Bellelay, son abbaye, sa fromagerie

J'ai le choix entre les deux. Alors j'opte pour le fromage !

Cette fromagerie appartenait d'ailleurs à l'abbaye de prémontrés venus de France au 12ème (mais les bâtiments actuels sont du 18ème)

 

 

Comme beaucoup de fermes de monastère, on y produisait depuis le Moyen Age un fromage local, devenu célèbre depuis : le "Tête de Moine". Dans la fromagerie, on en fabrique encore en petite quantité, à la façon ancienne. Et je suis arrivée au début de la fabrication : 80 litres de lait emprésuré (qui donnera 5 kg de fromage) chauffé (au bois) à 32 °. Pendant qu'il repose, je visite le très intéressant musée aménagé dans les bâtiments.

 

 

Et bien sûr, je me suis offert une petite gâterie ...

 

Le saviez-vous ?

Dans le Jura (suisse), après l'horlogerie et le fromage, les vitraux sont une autre spécialité.

C'est la Dame de l'Office du Tourisme qui me l'a dit. Alors je lui ai posé cette question, à laquelle elle n'a pas su me répondre :

          -   comment appelle-t-on l'artiste qui fabrique des vitraux ?

Je vous en prie, donnez-moi la réponse, je suis trop frustrée !

Vous l'avez sûrement sur le bout de la langue. Et il vous suffit de cliquer sur "Commenter cet article", au bas de la page.

En attendant, voici ceux de deux petites églises de village, très modernes et colorés. Ceux de Soulce, de l'artiste Bréchet :

 

 

Ceux de Soubey, de l'artiste Coghuf :

"Certains sanctuaires recèlent une atmosphère de sombre prison. Ici, jamais les vitraux ne s'éteignent, si ce n'est avec la fin du jour. Parce que Coghuf aime le feu : le feu de la vie, le feu de la foi, le feu de la lumière".

 

 

Mais la journée a à peine dépassé la moitié ! Et je quitte le circuit violet de Mr Michelin, pour le circuit rouge, et le charmant village de Saint Ursanne.

A l'écart des grandes routes, au fond de la Vallée du Doubs, cette petite ville est restée inchangée depuis le début du 19ème siècle. Elle a été fondée au 7ème siècle par Ursanne, comme son nom l'indique.

On y pénêtre (à pied pour les touristes) par 3 portes fortifiées timbrées de l'Ours à la crosse, symbole des Princes-Evêques de Bâle. Fontaines, tourelles, remparts, rues pavées ...

 

 

... mais j'aperçois un "Chemin du Château", non mentionné dans le guide !

Vous commencez à me connaître : il faut que j'aille voir.

Et je grimpe - des marches en bois - des marches en pierres - une pente (raide ! et je suis en sandales) en gravillons - en terre - en herbe ... Ouf ! un croisement de sentiers : l'un continue de monter, l'autre est presque plat.     Montons ! S'il y a un château, il doit être en haut.

Une grotte - un escalier dans le roc - un vestige de château ...

- Plus haut, plus haut, me dit le sentier !

Enfin, un autre croisement, avec des indications qui me mèneraient trop loin. Je monte encore un peu, "pour voir", puis je redescends. Et de retour au chemin presque plat, je le suis ; et j'arrive, oh, surprise ! à un ermitage.

Voici où j'étais :

 

 

C'est l'ermitage de Saint Ursanne, moine Irlandais et disciple de Colomban (célèbre dans la région) qui vint s'établir sur les bords du Doubs au 7ème siècle. Il y découvrit une grotte dont il fit sa demeure. Selon la légende, un ours prit l'habitude de lui apporter des racines et des herbes. Il rassembla quelques disciples et jeta les bases d'une toute première communauté monastique. Il mourut le 20 décembre 620, à l'âge de 68 ans.

 

 

C'est par ce bel escalier que je suis redescendue, pour aller voir la collégiale.

Un choeur roman abrite un baldaquin baroque, et la nef est gothique (du 13ème). Mais la superbe crypte est en pur roman. D'anciennes peintures ont pu être restaurées et à côté, il y a un très beau cloître gothique.

 

 

Avant de partir, un petit tour sur le pont protégé depuis 1728 par un St Jean Népomucène, patron des ponts (parce qu'il a été précipité du pont Charles, à Prague, refusant de renier sa foi).

 

 

Et maintenant, en route pour de nouvelles aventures. Je dormirai ce soir au Saut du Lit.

Euh non ! Au saut du Doubs ...

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by scandinadream - dans en Suisse
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : scandinadream.over-blog.com
  • scandinadream.over-blog.com
  • : passer du rêve à la réalité. J'ai commencé par 5 mois de voyage en solitaire, en Trafic aménagé, au hasard des routes d'Europe du Nord (pour mon premier voyage) puis d'Europe Centrale, et maintenant sur des itinéraires peu fréquentés d'Espagne.
  • Contact

Recherche